Trolleybus de Genève

Trolleybus de Genève
Image illustrative de l’article Trolleybus de Genève
Le Van Hool ExquiCity no 1612 en 2017

Situation Drapeau de la Suisse Genève, Suisse
Type Trolleybus
Entrée en service
Longueur du réseau 30.380 km
Longueur additionnée des lignes 50.023 km
Lignes 6
Véhicules 91 (+15 TOSA)
Fréquentation 39,320 millions de voyages (2018)
Propriétaire État de Genève
Exploitant CGTE (1942-1976)
TPG (depuis 1977)
Site internet www.tpg.ch
Lignes du réseau 23671019
Réseaux connexes Tramway de Genève, Autobus de Genève, Mouettes genevoises

Image illustrative de l’article Trolleybus de Genève
Plan du réseau en

Les trolleybus de Genève constituent un des trois réseaux de transport en commun de la ville de Genève et de son Canton en Suisse. Il est mis en service en 1942 sur le réseau de la Compagnie genevoise des tramways électriques (CGTE), remplacée par les Transports publics genevois (TPG) en 1977. Le réseau compte en 2018 six lignes exploitées par 91 trolleybus pour une longueur totale de 30,380 km.

HistoireModifier

L'histoire des trolleybus genevois est liée avec celle des tramways, la plupart des lignes de trolleybus étant issue de la conversion de ces derniers.

La première ligne de trolleybus genevoise voit le jour le lors que le tronçon Grand-Pré - Petit-Saconnex de la ligne de tramway no 3 (Petit-Saconnex – Champel) est converti et exploitée avec du matériel Saurer assemblée directement par la CGTE, ce tronçon est étendu dès le mois de novembre jusqu'à la gare de Genève-Cornavin[1],[2],[3]. Le tramway fera toutefois son retour le dimanche dès 1944 pour cause de pénurie due à la seconde Guerre mondiale, avec du matériel modifié pour capter le courant sur les bifilaires des trolleybus, mais disparaît à nouveau et complètement de la ligne en 1946[2]. Les premiers essais ont lieu dès , avec la particularité de capter le courant avec une perche sur la ligne aérienne du tramway et d'assurer le retour du courant sur les rails du tramway via une remorque, les bifilaires n'étant alors pas encore posées[3].

C'est le début d'une vague de conversion au cours des années 1950 et 1960[1] :

Une seconde ligne de tramway, la no 4 (Pont des Acacias - Grand-Lancy) est progressivement convertie entre juillet et septembre 1950[4]. Il s'agit de la seule ligne à avoir vu ses trolleybus remplacés par des autobus, à certains services dès 1964 puis en totalité en [4]. En la ligne 7 est créée par rachat de la ligne de bus privée Bel-Air - Aïre[5]. Une troisième ligne de tramway, la no 6, est convertie le entre la gare de Genève-Cornavin et Vernier, le tronçon restant devenant une ligne de bus, durant les années 1960 elle est prolongée jusqu'au Molard d'une part et jusqu'à l'école de Vernier de l'autre[6]. En , la ligne 33 (Aéroport - Servette) est créée afin de desservir ce premier et de renforcer la ligne 3 par interlignage, elle sera au cours des deux décennies suivantes prolongée au fil des extensions de l'aéroport pour desservir le quartier des Crêts-de-Champel[2]. Le la ligne de tramway no 2 (Genève-Plage - Bernex) est convertie à son tour en raison de la vétusté des installations, elle est complétée en 1964 par la ligne d'autobus 22 (Petit-Lancy – Onex-Cité) convertie au trolleybus l'année suivante (Genève-Plage - Onex-Cité)[7]. En 1966 la ligne 7 est prolongée à Tours-Lignon et est renforcée aux heures de pointe par des autobus[5].

Le self-service est introduit au cours des années 1970 avec la suppression du receveur, le conducteur ne vend toutefois pas de tickets en remplacement[7]. Entre les années 1960 et 1980 les trolleybus standards des années 1950 et 1960 sont renouvelés au profit de véhicules articulés plus modernes et de plus grande capacité[1].

En les lignes 22 (pour le tronçon Rampe Quidort - Onex-Cité) et 33 (Champel - Aéroport) fusionnent pour former la ligne 10 (Aéroport - Onex-Cité)[8]. L'indice 22 est conservée sous la forme de services aux heures de pointe dit « accélérés » entre Rive et Onex, cette configuration restera jusqu'en 1993 et la création des lignes d'autobus 20 et 22[7].

En , les trolleybus de la ligne 6 sont remplacés par des autobus et une ligne 26 est créée en renfort par interlignage aux heures de pointe[6]. En 1989, c'est autour de la ligne 27 (Molard-Lignon) de voir le jour, exploitée en semaine en horaire normal uniquement, avec un terminus déplacé à Bel-Air dès l'année suivante[9].

Les trolleybus sont remis en service sur la ligne 26 en , puis en les trolleybus sont réintroduit sur la ligne 6, la ligne 26 disparaît alors, tandis que la ligne 7 est prolongée à Rive et la ligne 27, prolongée jusqu'à Malagnou, est désormais exploitée en autobus et le restera jusqu'à sa suppression en 2012[6],[9] ; dans le même temps la ligne 19 (Vernier - Bernex) est créée devenant ainsi la 6e ligne de trolleybus genevois[10].

Les années 2000 et 2010 voient le début d'une grande vague de renouvellement du matériel issu des années 1970 et 1980[1], ainsi que quelques prolongements :

En , la ligne 6 est prolongée afin de desservir le nouveau parc relais de Genève-Plage[6]. L'année suivante, la ligne 3 est prolongée jusqu'au Grand-Saconnex avec un terminus dans le quartier des Pommiers[2]. En 2005/2006 la ligne 10 est équipée de trolleybus bi-articulés[1] ; en 2007, la ligne 7 est prolongée à l'Hôpital[5].

Entre le et le , les lignes 3 et 7 voient leurs trajets modifiés en centre-ville mais les anciens itinéraires furent rétablis à cause de la forte protestation des voyageurs[11]. Les lignes 2 et 19 abandonnent en ce même mois de décembre 2011 la desserte de Bernex, reprise par le tramway, au profit d'Onex-Cité en remplacement de la ligne 10 limitée à Rive[7],[8],[10]. Depuis 2012, la ligne 19 fonctionne désormais tous les jours, abandonnant une particularité qui lui était propre[10].

Le réseauModifier

PrésentationModifier

Le réseau comprend six lignes, toutes exploitées par la régie de droit cantonal Transports publics genevois (TPG), s'étendant sur 30,380 km à travers Genève et ses communes limitrophes et est donc entièrement situé dans la zone 10 de la communauté tarifaire Unireso[12]. Il est exploité à l'aide de 91 véhicules articulés à deux ou trois articulations qui ont assuré 39,320 millions de voyages en 2017[13].

Les lignesModifier

Sont présentés ici les lignes constituant le réseau actuel, au en horaire normal[14]. La longueur, le temps de parcours moyen (arrondi à la minute) et la fréquentation (en nombre de voyages par an) sont données au , si la ligne a vu son trajet évoluer depuis, une note est présente dans chaque tableau[13].

Ligne Caractéristiques

2
 
Genève-PlageOnex-Cité
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
8,155 km
Durée
33 min
Nb. d’arrêts
26
Matériel
Trolleybus
articulés
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / O / O / O
Voy. / an
5 576 000
Exploitant
TPG
Desserte :
Autre :
  • Zone traversée : 10.
  • Amplitudes horaires : La ligne fonctionne du lundi au jeudi de h 15 à h 35, les vendredis de h 15 à h 10, les samedis de h 15 à h 10 et les dimanches et fêtes de h 20 à h 40 environ.
  • Service Noctambus : Les nuits des vendredis et samedis après 23 h 30, les services nocturnes de la ligne 2 sont prolongés jusqu'à Cressy par le trajet de la ligne de bus 21.
  • Particularités : Des services partiels sont assurés depuis Musée d'Ethnographie en direction d'Onex ou depuis Jonction dans l'autre sens, il s'agit de service rentrant ou sortant du dépôt, essentiellement en début et fin de service.
  • Date de dernière mise à jour : .

3
 
Gardiol ↔ Crêts-de-Champel
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
7,818 km
Durée
35 min
Nb. d’arrêts
25
Matériel
Trolleybus
articulés
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / O / O / O
Voy. / an
9 772 000
Exploitant
TPG
Desserte :
Autre :
  • Zone traversée : 10.
  • Amplitudes horaires : La ligne fonctionne du lundi au jeudi de h à h 55, les vendredis de h à h 5, les samedis de h à h 5 et les dimanches et fêtes de h à h 55 environ.
  • Service Noctambus : Les nuits des vendredis et samedis après h 30, les services nocturnes de la ligne 3 conservent le même itinéraire.
  • Particularités : Des services partiels sont assurés depuis Claparède en direction de Champel ou vers et depuis Bel-Air, il s'agit de service rentrant ou sortant du dépôt, essentiellement en début et fin de service. Certains de ces services sont directement prolongés à Jonction en service commercial.
  • Date de dernière mise à jour : .

6
 
Vernier-Village ↔ Genève-Plage
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
8,886 km
Durée
36 min
Nb. d’arrêts
25
Matériel
Trolleybus
articulés
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / O / O / O
Voy. / an
5 626 000
Exploitant
TPG
Desserte :
Autre :
  • Zone traversée : 10.
  • Amplitudes horaires : La ligne fonctionne du lundi au jeudi de h à h 40, les vendredis de h à h 15, les samedis de h à h 15 et les dimanches et fêtes de h à h 40 environ.
  • Service Noctambus : Les nuits des vendredis et samedis après h 30, les services nocturnes de la ligne 6 ne desservent pas le tronçon entre Rive et Genève-Plage, alors assuré uniquement par la ligne 2.
  • Particularités : Les services sortant ou rentrant au dépôt à Jonction effectuent le trajet normal depuis ou jusqu'à l'arrêt Chantepoulet.
  • Date de dernière mise à jour : .

7
 
Hôpital (Aubépine un bus sur deux) ↔ Lignon-Tours
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
6,887 km
Durée
33 (36) min
Nb. d’arrêts
22 (25)
Matériel
Trolleybus
articulés
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / O / O / O
Voy. / an
4 175 000
Exploitant
TPG
Desserte :
Autre :
  • Zone traversée : 10.
  • Amplitudes horaires : La ligne fonctionne du lundi au jeudi de h à h 35, les vendredis de h à h 20, les samedis de h 55 à h 20 et les dimanches et fêtes de h à h 35 environ.
  • Service Noctambus : Les nuits des vendredis et samedis après h 30, les services nocturnes de la ligne 7 conservent le même itinéraire, sauf sur les derniers services qui ne desservent pas le tronçon entre Rive et Hôpital ;
  • Particularités :
    • Un trolleybus sur deux est prolongé jusqu'à l'arrêt Aubépine ; ce tronçon non électrifié est effectué sur batteries et exclusivement en ExquiCity 18, les Swisstrolley ayant un moteur d'autonomie au Diesel ;
    • Les services sortant ou rentrant au dépôt à Jonction effectuent le trajet normal depuis ou jusqu'à l'arrêt Bel-Air.
  • Date de dernière mise à jour : .

10
 
Aéroport ↔ Rive
Ouverture / Fermeture
1984 / —
Longueur
6,701 km
Durée
31 min
Nb. d’arrêts
19
Matériel
Trolleybus
articulés
bi-articulés
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / O / O / O
Voy. / an
7 065 000
Exploitant
TPG
Desserte :
Autre :
  • Zone traversée : 10.
  • Amplitudes horaires : La ligne fonctionne du lundi au jeudi de h à h 30, les vendredis et samedis de h à h 5 et les dimanches et fêtes de h à h 30 environ.
  • Service Noctambus : Les nuits des vendredis et samedis après h 30, les services nocturnes de la ligne 10 conservent le même itinéraire.
  • Particularités : Les services sortant ou rentrant au dépôt à Jonction effectuent le trajet normal depuis ou jusqu'à l'arrêt Bel-Air.
  • Date de dernière mise à jour : .

19
 
Vernier-Village ↔ Onex-Cité
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
11,576 km
Durée
45 min
Nb. d’arrêts
31
Matériel
Trolleybus
articulés
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / O / N / O
Voy. / an
7 107 000
Exploitant
TPG
Desserte :
Autre :
  • Zone traversée : 10.
  • Amplitudes horaires : La ligne fonctionne du lundi au vendredi de h à h 45, les samedis de h à h 10 et les dimanches et fêtes de h à h 45 environ.
  • Particularités : Les services sortant ou rentrant au dépôt ont pour terminus Jonction essentiellement.
  • Date de dernière mise à jour : .

ExploitationModifier

Les informations concernant la tarification ou la signalisation préférentielle, communs à l'ensemble du réseau de transport en commun de Genève, sont présentes sur l'article Transports publics genevois. Pour l'aménagement des arrêts, voir l'article Autobus de Genève.

Installations électriquesModifier

 
Aiguillage et croisement.
 
Poste de transformation électrique à Vernier.

Le réseau de trolleybus genevois est alimenté en 600 V en courant continu par une bifilaire placé de façon standardisée à 5,80 m du sol dont les deux fils sont espacés de 70 cm[15].

Les aiguillages sont motorisés et à commande radio via un pupitre nommé « Trans-X » placé dans le poste de conduite, d'une antenne placée sur la perche droite et d'un récepteur placé sur un des fils[16]. Ce système électronique a remplacé le système électro-magnétique d'origine où, par défaut, l'aiguillage était positionné en voie directe et s'y replaçait automatiquement après avoir été basculé en voie déviée. Sur le système actuel, l'aiguillage garde sa dernière position après le passage du véhicule, nécessitant une signalisation spécifique, sauf si un second véhicule est en attente derrière avec une direction différente, le système bascule alors directement sur l'ordre transmis par ce véhicule.

À hauteur de l'antenne de réception, deux plaques écrites en noir sur fond blanc sont présentes[15] : celle de gauche porte la lettre "A" et indique la présence de l'antenne, celle de droite précise la configuration de l'aiguillage et l'orientation de la voie déviée, ainsi que le numéro de l'aiguillage, qui permet au conducteur d'actionner l'équipement « manuellement » si nécessaire.

Au niveau de l'aiguille on retrouve deux feux[15] : celui de gauche indique ou non le verrouillage de l'aiguillage, s'il est verrouillé dans la position souhaitée un "X" orange s'affiche, permettant son franchissement[15]. Celui de droite indique par des flèches la position de l'aiguille (voie directe ou voie déviée à gauche ou à droite selon la configuration des lieux)[15]. Ils sont accompagnés d'une plaque indiquant la vitesse en km/h à ne pas dépasser au franchissement de l'appareil[15].

Enfin, une plaque est présente aux croisements pour signaler la zone non-alimentée des fils[15].

Matériel roulantModifier

En serviceModifier

En , le réseau de trolleybus genevois compte 91 trolleybus en service dont 81 articulés (18 mètres de long) et 10 bi-articulés (24 mètres de long), dont deux articulés servant de véhicules-école[17],[18][source insuffisante].

Pour assurer le dégivrage des lignes aériennes, les TPG utilisaient jusqu'en janvier 2018 un autobus retiré du service commercial « travesti » en trolleybus, équipés de perches servant uniquement à racler les fils de contact (un Mercedes-Benz O 405, le no 80 et ex-no 580) ; depuis cette date, un camion sur base de Mercedes-Benz Sprinter no 1045 est utilisé[19].

Modèle Constructeur(s) Équipement électrique Nombre Numéros de parc Mise en service Remarques Image
BGT-N
(SwissTrolley 1)
NAW/Hess/Siemens ABB 8 702-703, 705-708, 710-711
(Série 35)
1992-1993
  • Ce sont les premiers Hess Swisstrolley produits ;
  • Le 703 est devenu un véhicule-école ;
  • Les 701 et 704 ont été déclassés en 2016 et 2017 ;
  • Le 709 a été transformé pour devenir le bi-articulé 721, aujourd'hui retiré du service ;
  • Les 712 et 713 ont été déclassés en 2019.
 
BGT-N2C
(SwissTrolley 3)
Hess/Kiepe Kiepe 38 731-768
(Série 37)
2005
  • Le 766 est devenu un véhicule-école en remplaçant le 702 dans cette position.
 
BGGT-N2C
(LighTram 3)
Hess/Kiepe Kiepe 10 781-790
(Série 38)
2005-2006  
ExquiCity 18 Van Hool Kiepe 33 1601-1633
(Série 301)
2014
  • Le poste de conduite est isolé de l'habitacle, à l'instar d'un tramway[20].
  • Le 1633 est équipé de caméras (comme sur les trams Tango ou les TOSA) au lieu des rétroviseurs classiques
 

RéforméModifier

En près de 75 ans d'existence, huit modèles commandés par la CGTE puis les TPG ont autrefois sillonnés les rues genevoises, ainsi que deux séries rachetées d'occasion au réseau VBZ de Zurich à la fin des années 1950.

Modèle Constructeur(s) Équipement électrique Nombre Numéros de parc Mise en service Réforme Remarques Image
type 1942[3] Saurer/CGTE SAAS 12 1-12
à partir de 1958 : 801-812
en 1972 : 812 renuméroté 14 (véhicule école)
1942-1943
1948 pour le 12
1965 (801, 802, 804, 805 et 807 à 810)
1973 (803, 806 et 811)
1974 (14 ex-812)
  • Véhicules assemblés par la CGTE afin de faire des économies en temps de guerre ;
  • Le 12 a été assemblé à partir du stock de pièces détachées.
 
Normalisé[21] Saurer/Hess SAAS 14 20-34
à partir de 1958 : 821-835
1950-1951 1981-1983  
TR 51 FBW SWO 21 836-856 1958-1960 1967-1975 Véhicules datant de 1947 à 1951 rachetés au réseau de trolleybus de Zurich[1],[22].  
200 cv[23] Berna/SWS SAAS 18 861-878 1959-1960 1988 Dernière série de trolleybus standards à avoir circulé à Genève.  
EH 100[24] Berliet SAAS 11 881-892 1962 1975-1976 Dernière série de trolleybus standards mise en service.  
Articulé[25] Berna/SWS SAAS 21 601-621
en 1988 : 609, 618 et 607 renumérotés 32, 96 et 99 (véhicules école)
1965 1988 (601, 606, 608, 610, 614, 619 et 620)
1991 (32 et 96)
1992 (99, 602 à 605, 611 à 613, 615 à 617 et 621)
Première série de trolleybus articulés à Genève.  
Articulé[26] FBW/Hess SAAS 18 631-648
(Série 32)
1975 1992 (643 et 644)
2005
 
BBC-SE[27] Saurer/Hess SAAS 24 651-674
(Série 33)
1982-1983 2014  
BBC-SE[28] NAW/Hess BBC-Sécheron 20 681-700
(Série 34)
1988 2014  
BGT-N
(LighTram 1)
NAW/Hess/Siemens ABB 1 721
(Série 36)
1992-1993
Transformé en 2003
2016
  • Le 721 est un prototype issu de la transformation du 709 par l'ajout d'une 3e caisse, devenant ainsi le premier Hess lighTram.
 

Véhicules préservésModifier

 
Le Berna no 617 à Valparaiso en 2006.

Entre 1991 et 1992, les trolleybus articulés Berna nos 32, 96, 99, 602 à 605, 615 à 611 à 613, 617 et 621 et FBW nos 643 et 644 ont été vendus au réseau de trolleybus de Valparaiso au Chili. En 2015, seuls les ex-99 et 617 sont encore en service[29]. Une association, la Vintage trolleybus association, avait pour objectif de rapatrier le 617 vers fin 2017 avec l'accord de la compagnie exploitant le réseau chilien, aucun exemplaire n'ayant été conservé en Suisse, mais ce projet a été abandonné[30],[31]. Les FBW nos 632 à 642 et 645 à 648 ont rejoint le réseau de trolleybus de Ploiești en Roumanie en 2005[26].

La Vintage trolleybus association a aussi récupéré à leur réforme en 2014 le Saurer no 666 et le NAW no 681, tous deux furent remis en état d'origine par les TPG en 2012 pour fêter les 70 ans du trolleybus à Genève[32],[33].

De son côté, l'association Rétrobus Léman conserve cinq véhicules[34] :

  • deux Saurer Normalisés : le no 28 en livrée vert/ivoire et le no 834 (ex-23) en livrée orange UST, l'association compte à terme le remettre en livrée coq-de-roche/ivoire ou identique au 28 ;
  • Le FBW no 855, un des ex-Zurich, en livrée orange/blanc perle, l’association compte aussi le repeindre en livrée coq-de-roche/ivoire ;
  • Le Berna 200 cv no 877 en livrée coq-de-roche/ivoire ;
  • Le FBW articulé no 631, en livrée orange/blanc perle.
  • Certains Saurer de 1982 qui ont été vendus en 2005 aux TL.
  • Le NAW1 no 685 en livrée 1991[35].

TOSA, le trolleybus sans filModifier

 
Le prototype TOSA à Palexpo.

TOSA, rétro-acronyme de Trolleybus optimisation du système d'alimentation est un prototype de bus électrique à batteries à recharge aux arrêts assimilé à un « trolleybus sans fil »[36].

En phase d'essais en 2013 (prototype no 1397) sur une ligne entre Palexpo et l'aéroport, ils devaient être initialement mis en service en sur la ligne 23[37],[36], mais des soucis de fiabilité ont reporté leur mise en service en [38].

Une seconde ligne devrait voir le jour en 2022 entre l'aéroport et les communaux d'Ambilly par le pont du Mont-Blanc[39]. Cette ligne portera le numéro 4[40]. En 2023, la ligne de bus 22 sera aussi convertie en ligne de bus électrique, mais la technologie retenue n'a pas été communiquée[40].

Ci-dessous, la flotte des TOSA des TPG[18][source insuffisante] :

Modèle Constructeur(s) Équipement électrique Nombre Numéros de parc Mise en service Remarques Image
BGT-N2D Hess/Kiepe ABB 13 1271-1282, 1397 2013-2017-2018 Le 1397 est le prototype de 2013.  

ProjetsModifier

Dans le plan directeur des transports collectifs pour la période 2020-2024, plusieurs extensions du réseau sont prévues ou à l'étude pour cette période, en tenant compte des capacités des trolleybus Van Hool à rouler sur batteries sur les sections sans lignes aériennes[40] :

  • Prolongement de la ligne 2 d'Onex-Cité à Cressy d'ici 2021, à la place de la ligne de bus 21 ;
  • Réorganisation de la ligne 6 d'ici 2022 ou 2023 : elle abandonnera la desserte de Genève-Plage au profit du quartier de Champel et avec un terminus vers la gare de Genève-Champel ;
  • Prolongement de la ligne 7 jusqu'au futur quartier des Grands Esserts à Veyrier d'ici 2021. Un premier prolongement vers l'hôpital de La Cluse aura lieu en 2019[41],[42] ;
  • Équipement de la ligne de bus 9 en trolleybus d'ici 2022, avec un trajet revu entre le Lignon et Genève-Plage via le pont du Mont-Blanc ;
  • Prolongement de la ligne 10 jusqu'à Onex-Cité à la place de la ligne 19 d'ici 2022 ; la desserte du futur quartier MICA à Thônex par des trolleybus a été abandonnée au profit de bus électriques à batteries ;
  • Réorganisation de la ligne ligne 19 sur une desserte entre le centre de Genève et Vernier-Village avec certains services qui desserviront l'hôpital de La Tour en passant par la zone industrielle ZIMEYSAVER ;
  • En 2023, les lignes 6 et 19 seront prolongées à Vernier-Canada, en lien avec le futur parc relais de Montfleury, la nouvelle zone industrielle et le nouvel échangeur autoroutier.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f (en) « Trolleybus city: Genève », sur http://www.trolleymotion.eu (consulté le 18 décembre 2016).
  2. a b c et d « Histoire de la ligne 3 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 18 décembre 2016).
  3. a b et c « Les Saurer 1942 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 20 décembre 2016).
  4. a et b « Histoire de la ligne 4 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 18 décembre 2016).
  5. a b et c « Histoire de la ligne 7 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 18 décembre 2016).
  6. a b c et d « Histoire de la ligne 6 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 18 décembre 2016).
  7. a b c et d « Histoire de la ligne 2 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 18 décembre 2016).
  8. a et b « Histoire de la ligne 10 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 18 décembre 2016).
  9. a et b « Histoire de la ligne 27 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch/site (consulté le 25 mars 2019)
  10. a b et c « Histoire de la ligne 19 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 18 décembre 2016).
  11. Julien de Weck, « Retour des lignes 3 et 7 sur leur parcours d'origine ce lundi », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 18 décembre 2016).
  12. « Rapport de gestion 2016 », sur http://www.tpg.ch (consulté le 24 mars 2018).
  13. a et b « Rapport de gestion 2018 », sur http://www.tpg.ch (consulté le 20 mai 2019).
  14. « Livre horaire TPG », sur http://www.tpg.ch (consulté le 20 décembre 2016).
  15. a b c d e f et g Directives techniques : Installation pour la traction électrique, chapitre 11, Genève, Transports publics genevois, , 66 p. (lire en ligne).
  16. « Appareillage du réseau trolleybus tpg », sur https://www.bus-tram-geneve.ch, (consulté le 18 décembre 2016).
  17. « Les véhicules des TPG », sur http://www.tpg.ch, Transports publics genevois (consulté le 17 décembre 2016).
  18. a et b « Blog non-officiel des TPG » (consulté le 18 septembre 2017)
  19. André Knoerr, « Photo du 80 avec le 1045 derrière », sur https://www.flickr.com, (consulté le 12 septembre 2018)
  20. Laure Gabus, « Les TPG présentent leurs nouveaux trolleybus », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 17 décembre 2016).
  21. « Les Saurer Normalisés », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 20 décembre 2016).
  22. (de) « Historischer Züri - Bus - Der Trolleybus Wagenpark », sur http://www.tram-museum-archiv.ch (consulté le 18 décembre 2016).
  23. « Les Berna 200 cv », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 20 décembre 2016).
  24. « Les Berliet EH 100 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 20 décembre 2016).
  25. « Les Berna articulés », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 20 décembre 2016).
  26. a et b « Les FBW de 1975 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 20 décembre 2016).
  27. « Les Saurer articulés », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 20 décembre 2016).
  28. « Les NAW de 1986 », sur https://www.bus-tram-geneve.ch (consulté le 20 décembre 2016).
  29. (es) « Datos del servicio » [archive du ], (consulté le 18 décembre 2016)
  30. « Retour du Chili pour un trolleybus genevois », sur https://www.vintagetrolleybus.ch (consulté le 18 décembre 2016).
  31. « Le rapatriement », sur https://www.vintagetrolleybus.ch (consulté le 18 décembre 2016).
  32. « Le Saurer 666 », sur https://www.vintagetrolleybus.ch (consulté le 18 décembre 2016).
  33. « Le NAW 681 », sur https://www.vintagetrolleybus.ch (consulté le 18 décembre 2016).
  34. « Véhicules genevois conservés par Rétrobus Léman », sur http://www.retrobus.ch (consulté le 18 décembre 2016).
  35. « Trolleybus NAW », SNOTPG,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018)
  36. a et b Marc Moulin, « Genève s'achète 12 trolleybus sans fil révolutionnaires », sur http://www.24heures.ch, (consulté le 19 décembre 2016).
  37. Thierry-Pierre Graindorge, « Genève teste le projet TOSA de "trolleybus sans fil" », sur http://www.mobilicites.com, (consulté le 19 décembre 2016).
  38. « Les bus électriques TOSA de retour sur les routes genevoises dès lundi », sur https://www.rts.ch, (consulté le 9 mars 2018)
  39. Marc Moulin, « Le réseau de trams va retrouver son offre d'antan. Voire plus », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 23 mars 2018)
  40. a b et c « Plan directeur des transports collectifs pour la période 2020-2024 », sur http://ge.ch, (consulté le 20 avril 2019)
  41. Marc Moulin, « Il y aura davantage de trams dès le 9 avril », sur https://www.tdg.ch, (consulté le 4 mars 2018)
  42. « Point presse du Conseil d'Etat », sur https://www.ge.ch, (consulté le 4 mars 2018)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Werner Bögli, Marc Dietschy, Roland Kallmann, Jean-Marc Lacreuze, René Longuet, Erich Rahm et Compagnie génevoise des tramways électriques, Le tram à Genève : Histoire imagée de la Compagnie génevoise des tramways électriques et de ses précurseurs, 1862-1976, Genève, Éditions du Tricorne, , 303 p., 29 cm, relié (OCLC 3480301)
  • (en) (de) Robert Schwandl, Schwandl's Tram Atlas Schweiz & Österreich, Berlin, Robert Schwandl Verlag, (ISBN 978-3-936573-27-5)
  • (en) Alan Murray, World Trolleybus Encyclopaedia, Yateley, Hampshire, UK, (ISBN 0-904235-18-1)

Liens externesModifier