Troisième Force (Libye)

Troisième Force
Image illustrative de l’article Troisième Force (Libye)

Idéologie
Statut Actif
Fondation
Pays d'origine Libye
Organisation
Chefs principaux Jamal al-Treki
Fait partie de Drapeau de la Libye Gouvernement d'union nationale (GNA)
Deuxième guerre civile libyenne

La Troisième Force est une milice de Misrata durant la deuxième guerre civile libyenne, proche du gouvernement de Tripoli, qui a joué notamment un rôle important dans le Fezzan entre 2014 et 2017.

La Troisième Force a été déployée à la demande du Gouvernement de salut national à Tripoli au début de l'année 2014 pour sécuriser Sebha, ce qu'elle fait avec succès[1]. L'objectif semble être de préserver l'approvisionnement en pétrole, notamment en sécurisant la route entre le champ pétrolier de Sharara et les terminaux d'export sur la côte, passant par Oubari et Sebha, et d'empêcher l'Armée nationale libyenne (ANL) d'en prendre le contrôle[1].

Au début de , la Troisième Force subit l'assaut des tribus unifiées sous l'autorité du colonel Mohamed bin Nile, constituée essentiellement de combattants de la tribu Magarha, devenues la 241e brigade d'infanterie de l'ANL. Cette offensive est définitivement repoussée le avec la reprise de la base aérienne Brak al-Shati[1].

Toutefois, la Troisième Force tire sur des manifestants à Sebha le , et des combats éclatent entre cette dernière d'une part, soutenue par le bataillon Ahrar Fezzan, Bahir al-Din et les Arabes Oulad Souleymane, et les tribus Qadhadhfa et Magarha pro-Kadhafi d'autre part. La Troisième Force parvient finalement à reprendre le contrôle de la ville le [1].

Cette milice est soupçonnée de crimes de guerre lors de la bataille de Birak. Birak al-Shati étant une base aérienne, située à 70 km au nord de Sebha où, le , la Troisième Force lança une attaque surprise sur l'ANL et tua 141 combattants et civils ; certains d'entre eux furent sommairement exécutés[2].

Le , les attaques de l'ANL et de milices locales forcent la Troisième Force à se retirer de la base.

La Troisième Force est rebaptisée 13e bataillon, affiliée au gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj[2].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (en) « The Third Force: A Misratan Militia in Southern Libya », Libya Security Monitor,‎ (lire en ligne, consulté le 21 janvier 2019).
  2. a et b Attaque de Brak al-Shati en Libye: la 3e Force, brigade aux allégeances troubles, RFI, 21 mai 2017.