Tristan de Clermont-Lodève

comte de Copertino et seigneur de Clermont-Lodève
(Redirigé depuis Tristan de Clermont)

Tristan de Clermont-Lodève
Fonctions
Comte de Copertino
– entre 1432 et 1441
Seigneur de Clermont-Lodève
Prédécesseur Arnaud de Clermont-Lodève
Biographie
Dynastie Guilhem de Clermont-Lodève
Nom de naissance Barthélemy Guilhem de Clermont-Lodève
Date de naissance après octobre 1380
Lieu de naissance Languedoc (France)
Date de décès
Père Déodat II de Clermont-Lodève
Mère Isabelle de Roquefeuil
Conjoint Catherine del Balzo Orsini

Tristan de Clermont-Lodève

Barthélemy Guilhem, dit Tristan de Clermont-Lodève, connu en Italie sous le nom de « Tristano di Chiaromonte », né vers 1380, en Languedoc, et mort [1],[2], est un comte de Copertino et un seigneur de Clermont-Lodève, et le père de la reine consort de Naples, Isabelle de Tarente.

BiographieModifier

 
Le château des Guilhem à Clermont-l'Hérault (autrefois Clermont-Lodève)
 
La basilique royale et pontificale Santa Maria ad Nives à Copertino qui abrite le mausolée de Tristan de Clermont

Barthélemy Guilhem, naît vers 1380 en Languedoc. Il est le second fils de Déodat II de Clermont-Lodève et de son épouse Isabelle de Roquefeuil. Il appartient très jeune à l'entourage de Jacques II de Bourbon, comte de la Marche et de Castres, avec lequel il combat à bataille de Nicopolis en 1396. Il l'accompagne probablement dans ses autres entreprise et fait partie des seigneurs français qui l'accompagnent lorsqu'il épouse, en 1415, la reine Jeanne II de Naples[3].

Tristan de Clermont fait partie des seigneurs français sur lesquels Jacques de Bourbon choisit de s'appuyer pour conforter son pouvoir, que son épouse lui conteste au Royaume de Naples. Le , il épouse Catherine del Balzo Orsini, fille de Raymond des Ursins des Baux (en italien : Raimondo Orsini del Balzo) et de Marie d'Enghien. Tristan descend[4] des Seigneurs de Montpellier qui avaient contracté des mariages avec des membres de la Maison des Baux de la branche des Princes d'Orange, son épouse ne peut pas être suspectée de contracter une mésalliance.

Marie d'Enghien a mis dans la corbeille de noces du couple le comté de Cupertino, en tant que dot de sa fille, qui comprend une partie des terres et des droits sur Ceglie Messapica, Copertino, Galatone, Ginosa, Laterza, Leverano, et Matera[3],[5],[6].

En 1419, Tristan de Clermont reçoit en fief Veglie qu'il entreprend de fortifier[7].

Vers 1423, il succède, à la tête de la seigneurie familiale, à son frère Arnaud de Clermont. Celle-ci comprend, outre Clermont-Lodève, la vicomté de Nébouzon, la baronnie de Brusque, la seigneurie de Saint-Gervais et des parts dans diverses co-seigneuries comme celle de Boussagues[8].

Il passe notamment un accord, le qui permet à un certain Déodat Bruguières de faire paître son bétail sur le terroir de Clermont-Lodève moyennant une redevance de annuelle de deux setiers d'avoine[4]. Le , il est témoin, au château de Roquecourbe, du contrat de mariage entre Bernard d'Armagnac, comte de Pardiac, vicomte de Carlat et de Murat et Éléonore de Bourbon, fille unique de Jacques de Bourbon et de sa première épouse Béatrice d'Évreux-Navarre[4],[9].

Entre le et le , Tristan de Clermont est à Venise où il sollicite l'autorisation d’affréter une galère pour le conduire à Lecce [10].

Le , au château de Copertino, Tristan de Clermont, qui prévoit probablement de se rendre en France, rédige un testament qui nous informe à propos de sa descendance. Ce voyage n'eut probablement lieu qu'après le décès de son épouse, le . Il envisage bientôt de se remarier, et entreprend le des négociations afin d'épouser Louise de la Tour d'Auvergne, fille de Bertrand de La Tour d'Auvergne[3].

Le , il assiste, en tant que témoin, au palais épiscopal de Béziers de l'hommage que rend Odet de Lomagne à Jean Ier de Foix pour la baronnie des Angles au Comté de Bigorre[11], et pour le château de Serignac. Jean de Foix exerçait alors, pour le compte de Charles VII, la fonction de Gouverneur du Languedoc. Cette cérémonie fut tenue dans le cadre d'une réunion des États de Languedoc[12].

Entre 1431 et 1436, Tristan de Clermont-Lodève et son fils Raymond cèdent la seigneurie de Clermont-Lodève et leur autres biens en France à leur fille et sœur Antoinette de Guilhem de Clermont-Lodève et à son époux Pons de Caylus, seigneur de Castelneau de Bretenoux[13], à condition que Pons de Caylus relève le nom et les armoiries des Clermont-Lodève[14].

Famille directe et descendanceModifier

Le testament que Tristan de Clermont-Lodève passe, le , devant le notaire Giovanni de Rotigio, et en présence de témoins dont certains sont français, avec le conseil d'un célèbre juriste, Francesco Ammirato, venu de Lecce, nous renseigne sur la composition de sa famille qui comprend six enfants :

  • Raymond qui n'est pas encore majeur et qui est son légataire universel,
  • Sancia qui est déjà mariée avec François des Baux, duc d'Andria,
  • Marguerite qui épousera plus tard Antonio Ventimiglia, marquis de Geraci Siculo, et Grand Amiral du Royaume de Sicile.

BibliographieModifier

  • (it) Fernando Guida et Mario Spedicato, Tristano di Chiaromonte signore della contea di Copertino tra Salento e Francia, Panico (Galatina), , 150 p. (ISBN 978-88-88156-85-9)
  • Philippe Huppé, Les seigneurs de Clermont-Lodève : du palais carolingien à la cour napolitaine, IXe-XVe siècles- volume 1, Saint-Estève, Les presses littéraires(Saint-Estève), , 279 p. (ISBN 978-2-35073-221-3)
  • Philippe Huppé, Les seigneurs de Clermont-Lodève : du palais carolingien à la cour napolitaine, IXe-XVe siècles- volume 2, Saint-Estève, Les presses littéraires(Saint-Estève), , 175 p. (ISBN 978-2-35073-285-5)

Notes et référencesModifier

  1. (it) « =Compimenti delli diari di Messer Luccio Cardami, Istoria degli scrittori nati nel regno di Napoli, Tome III, Giovanni Bernardino Tafuri, Mosca (Napoli), 1750 », sur Google Libri (consulté le ) Il existe très peu de documents irréfutables qui concernent la vie des membres de la famille de Clermont-Lodève aux XIVe et XVe siècles. La plupart des dates qui les concernent sont déduites de documents dont certains sont des copies tardives. La date du figure dans le journal de Luccio Cardami qui est un contemporain de Tristan de Clermont-Lodève et qui vivait en Pouilles à cette époque. Luccio Cardami note soigneusement les faits, même si la date qu'il donne est parfois celle à laquelle la nouvelle lui parvient. On peut tenir cette date comme fiable. Elle ne remet pas en cause d'autres considérations, notamment la date à laquelle Tristan de Clermont-Lodève cesse de s'occuper de ses seigneuries en Languedoc. Il les a probablement transmises à son gendre dès 1436, afin d'éviter des voyages longs et pénibles.
  2. (it) « Raccolta d'opusculi scientifici, e filologici al nobilissimo ed eruditissimo Giovannartico, Conte di Porcia, Angelo Calogera, Cristoforo Zane, Venezia, 1733 », sur Google Libri (consulté le ) : « La date de 1441, comme celle que l'on trouve chez certains auteurs provient du monument funéraire de Tristan de Clermont qui est visible dans la basilique de la Madone des Neiges à Copertino. Cette date est très probablement celle de l'édification du monument par Sancie, la fille de Tristan. Angelo Calogera rapportait la date comme étant « MCCCCXLI » (1441), celle que l'on peut y lire aujourd'hui est, selon l'épigraphiste Antonio Caloro, « MCCCCXLI » (1460). Le texte de l'inscription était, selon Angelo Calogera, le suivant : Tristanus gallus ex nobili Claramontis Familia, Cupertini comes, Isabellae hujus regni reginae, Fernandis regis uxoris, Sanciae ducissae Andriae et Margaritae Altamurae principissae pater qui hanc terram cupertini munivit multaque alia pro regno hoc praeclare gessit, et tandem multis piis operibus pollens. Anno MCCCCXLI quievit. Hic in Domino jacet. La date de 1441 résulte peut être, dans ce livre, d'une simple coquille d'édition. »
  3. a b et c (it) « Tristano di Chiaromonte, signore della contea di Copertino », sur Cultura Salentina (consulté le )
  4. a b et c (fr) « Chronique et généalogie des Guillem, seigneurs de Clermont, diocèse de Lodève, et des diverses branches de leur famille, Ernest Martin, Imprimerie de Barlatier et Barthelet, Marseille, 1892 », sur Bibliothèque nationale de France (consulté le )
  5. (it) « Memorie storiche di Matera, Francesco Paolo Volpe, Stanperia Simoniana, Naples, 1818 », sur Google Livres (consulté le )
  6. Il faut être prudent en ce qui concerne la notion de fiefs : ils comprenaient des terres nobles et des droits que les seigneurs détenaient depuis longtemps ou qu'ils avaient acquis de tiers qui les possédaient, et pour lesquels ils devaient hommage au roi ou à un seigneur intermédiaire, et des biens et des droits de la couronne qui étaient concédés en tant que fief par le roi et qu'il pouvait reprendre quand bon lui semblait. Les turbulences de la politique du royaume de Naples engendraient, à cette époque, des politiques qui provoquaient une « re-féodalisation ». Enfin, il n'est pas rare que coexistent en un même lieu des fiefs anciens et des fiefs dont la création est récente
  7. (it) « Origine di Veglie », sur Veglie News Magazine (consulté le )
  8. (fr) « Quelques notes d'histoire et d'archéologie sur la baronnie de Boussagues, J Brunel, Cahiers d'histoire et d'archéologie, Éditions Méridionales, Nimes, 1936 », sur Bibliothèque Nationale de France (consulté le )
  9. Ce mariage est célébré en 1429 seulement. Éléonore de Bourbon entretemps a hérité de son grand-père, le roi de Navarre Charles III le Noble, le Duché de Nemours
  10. (it) « Chronique d'Antonio Morosini : extraits relatifs à l'histoire de France, texte établi et traduit par Léon Dorez, Société de l'histoire de France, chez H. Laurent, Paris, 1899 », sur Bibliothèque Nationale de France (consulté le )
  11. (fr) « Odet de Lomagne, Notice des barons des Angles de Bigorre, Jean Bourdette, Bulletin de la Société Ramond, Bagnères-de-Bigorre, 1907 », sur Bibliothèque Nationale de France (consulté le )
  12. (fr) « Histoire générale de Languedoc, Volume 4, Claude de Vic, Jean-Joseph Vaissète, chez Jacques Vincent, Paris 1752 », sur Google Livres (consulté le )
  13. (fr) « Le chateau des Guilhem de Clermont de Lodèvesite= [http://www.clermontais-tourisme.fr/ Le Clermontais, Office du TourismeLivres] » (consulté le )
  14. (fr) « Histoire générale de Languedoc, Volume 5, Claude de Vic, Jean-Joseph Vaissète, chez Jacques Vincent, Paris 1745 », sur Google Livres (consulté le )
  15. Anna Colonna est la fille de Laurent Onuphre Colonna (en Italien :Lorenzo Onofrio Colonna) (?-1423) et de Sveva Caetani, elle-même fille de Jacobello Caetani, Comte de Fondi. Elle participe activement au gouvernement des domaines de son mari. Elle frappe ses contemporains par sa corpulence et par sa richesse. L'humaniste Giovanni Elisio Calenzio, qui est au service de Frédéric d'Aragon auquel son père a délégué le gouvernement de la Terre d'Otrante et qui réside à Lecce, rapporte une entrevue qu'elle lui accorde alors qu'il cherche à s'informer à propos de son intention de quitter Tarente en secret : « Je n'ai jamais vu une femme aussi grande. Assise elle tenait presque toute la pièce si bien que je ne savais pas où je pouvais me placer pour lui parler ». Anna Colonna quitte Tarente quelques jours après, et Calenzio en informe Frédéric d'Aragon en ces termes : ... « La femme est partie, ..., de son refuge elle a emmené avec soi quatorze demoiselles et soixante cavaliers, et emporte avec elle dix mille pièces d'or. Elle a abandonné le superflu. Elle a pris la direction de la ville de Soleto » (it) « Appunti, note, curiosita, aneddoti, Anna Colonna, moglie di G. A. Orsini-del Balzo, donna di straordinaria corpulenza. Nicola Vacca. Rinascenza Salentina. Lecce. 1934 », sur Emeroteca Digitale Salentina (consulté le )
  16. (it) « La principessa Anna Colonna, Don Gianfranco Gallone, 29 février 2012 », sur Uno sguardo su Cegle (consulté le ) : « La délégation de la ville de Ceglie del Gualdo rencontra le roi Ferdinand à Nardò le 10 décembre 1463, et parmi des requêtes variées, à l'inverse de toutes les autres villes des domaines des Princes de Tarente, demanda que leur ville reste le fief de la princesse son épouse ... "... qui les a gouvernés en tant que vassaux pendant trente ans et plus ..." »