Tripleville

ancienne commune française du département de Loir-et-Cher

Tripleville
Tripleville
Dolmen et menhir de la Nivardière (le Palet à Gargantua et la Drue) .
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Blois
Canton La Beauce
Intercommunalité Communauté de communes des Terres du Val de Loire
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Paul Bediou
2016-2020
Code postal 41240
Code commune 41264
Démographie
Population 165 hab. (2013)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 56′ 38″ nord, 1° 29′ 12″ est
Altitude Min. 112 m
Max. 131 m
Superficie 13,07 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Beauce la Romaine
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 15.svg
Tripleville
Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher
Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 15.svg
Tripleville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Tripleville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Tripleville

Tripleville est une ancienne commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire.

Elle intègre la commune nouvelle de Beauce la Romaine avec le statut de commune déléguée le [1].

GéographieModifier

Lieux-dits et écartsModifier

  • Prunay, Chèvremont, la Mouise Martin. Manthierville, Basses Huignes.

HydrographieModifier

Près du village, au confluent de plusieurs vallées sèches creusées au quaternaire, se trouve la fontaine Saint-Martin, source de la rivière Aigre (altitude 114 m) qui après un cours d'une vingtaine de kilomètres se jette dans le Loir à Bouche-d'Aigre (altitude 96 m, commune de Romilly-sur-Aigre).

Cette rivière traverse en Loir-et-Cher les villages de Tripleville et Verdes, en Eure-et-Loir la commune du Le Mée, les villages de La Ferté-Villeneuil, Charray et Romilly-sur-Aigre.

Cette source est une exsurgence de la nappe de Beauce (la Conie est alimentée de la même façon). La conséquence en est que cette rivière est très sensible aux fluctuations du niveau de la nappe et en particulier à une pluviométrie faible ou à des pompages agricoles intensifs. Des sources secondaires situées au milieu de son lit, dont l'alimentation viendrait de nappes plus profondes, jalonnent son parcours : La Canche (commune de Verdes), Les Grands Gouffres (commune du Mée). Ces sources secondaires atténuent l'effet des prélèvements, néanmoins la rivière a été plusieurs fois à sec depuis 1976.

ToponymieModifier

  • Turpleville (Turple, nom de personne et Villa la grande exploitation agricole gallo-romaine).

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016 En cours Jean-Paul Bediou[2] DVD  
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 décembre 2015 Jean-Paul Bediou DVD  

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 165 habitants, en augmentation de 17,86 % par rapport à 2008 (Loir-et-Cher : 1,71 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
220177209214278301283305320
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
337319330325340349315317301
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
313285239251260239246251210
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2013
206177145135126130137162165
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (28,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 8,8 %, 15 à 29 ans = 22,1 %, 30 à 44 ans = 17,6 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 29,4 %) ;
  • 50,4 % de femmes (0 à 14 ans = 23,2 %, 15 à 29 ans = 15,9 %, 30 à 44 ans = 14,5 %, 45 à 59 ans = 18,8 %, plus de 60 ans = 27,5 %).
Pyramide des âges à Tripleville en 2007 en pourcentage[7]
HommesClasse d’âgeFemmes
2,9 
90  ans ou +
1,4 
10,3 
75 à 89 ans
14,5 
16,2 
60 à 74 ans
11,6 
22,1 
45 à 59 ans
18,8 
17,6 
30 à 44 ans
14,5 
22,1 
15 à 29 ans
15,9 
8,8 
0 à 14 ans
23,2 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

ÉconomieModifier

  • Exploitations agricoles.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église Saint-Martin restaurée en 1992 [9].

Malgré plusieurs destructions, Tripleville est la commune du Loir-et-Cher qui dispose encore à ce jour du plus riche patrimoine mégalithique du département. La concentration de dolmens et sépultures sous dalle correspond à une véritable nécropole néolithique :

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. « Arrêté n° 41-2015-11-06-001 du 6 novembre 2015], création de la commune nouvelle de Beauce-la-Romaine, pages 252-253-254-255-256 » (consulté le 22 décembre 2015)
  2. Installation du Conseil Municipal de Beauce la Romaine »sur le site de la commune.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  7. « Évolution et structure de la population à Tripleville en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  9. « Objets mobiliers classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture
  10. « Dolmen de la Mouïse-Martin », notice no PA00098623, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Dolmen de la Rousselière », notice no PA00098547, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Dolmen dit polissoir du Val d'Avril », notice no PA00098626, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Dolmens de la Nivardière », notice no PA00098624, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Menhir de la Nivardière », notice no PA00098625, base Mérimée, ministère français de la Culture