Ouvrir le menu principal
Trez
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (93 ans)
BerckVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation

Trez, pseudonyme d'Alain Tredez, né à Berck le 2 février 1926, est un dessinateur de presse, dessinateur humoristique et peintre français.

BiographieModifier

Après des études secondaires brillantes (ce fils de professeurs obtient son baccalauréat à l'âge de quinze ans), Alain Trez effectue des études de droit et l’Institut d'études politiques de Paris et est en peinture dit autodidacte, « ou presque si on met à part les deux ou trois années qu'il passa à l'Académie de la Grande Chaumière »[1].

Il collabore comme cartooniste à des journaux et magazines français et étrangers (Paris Match, Lui, Punch, Life) et publie avec son épouse Denise quatorze albums pour enfants aux États-Unis ; il a travaillé pour la publicité, créé des affiches, des dessins animés, il est de 1973 à 2000 le dessinateur politique de France-Soir. En 1990, il reçoit le prix de l’humour noir et obtient en 1993 celui de l’humour vache[1] avant de se consacrer à la peinture. Rémy Le Fur restitue pour la revue Artension : « ses œuvres, qu'il qualifie de peintures/dessins tant s'entremêlent les deux techniques, racontent des histoires humaines, souvent grinçantes. Remplies de signes, de clins d'œil et surtout de personnages, représentants anonymes d'une humanité perplexe ou perdue entre vitalité et désespoir, générosité et bêtise, elles sont aussi pleines de couleurs, mais teintées d'un humour noir ou vache »[2].

ŒuvresModifier

PublicationsModifier

 
Tableau Trez 2015

Fresques muralesModifier

ExpositionsModifier

Expositions personnellesModifier

  • Galerie Martine Moisan, Paris, 1993.
  • Galerie Selmersheim, Paris, 1996, 2001, 2004.
  • Galerie Marie-Thérèse Cochin, Paris, 1998.
  • Kleine Gelerie, Cobourg, 2002.
  • Alain Trez - Bris, collages et galets-jades (en partenariat avec le Salon international de la caricature, du dessin de presse et d'humour), maison du Limousin, Paris, août-septembre 2009[3].
  • Médiathèque Opale Sud, Berck, novembre 2010.
  • Prises de têtes par Alain Trez, Galerie Cour 16, Paris, mai-juillet 2011[4].
  • Galerie du Bourdaric, Vallon-Pont-d'Arc, juillet-septembre 2013.
  • Galerie Domuse, Honfleur, novembre 2013[5].
  • Galerie Lefor Openo, Paris, mars 2014, janvier-mars 2016[2].
  • Trez singulier, domaine de Beaupré, Guebwiller, mai 2016[6].

Expositions collectivesModifier

Réception critiqueModifier

  • « Des compositions animées de personnages, de monstres, dans la lignée de Gaston Chaissac ou Jean Dubuffet. » - Dictionnaire Bénézit[12]
  • « L'humanité qui se dégage de l'ensemble de l'œuvre tient dans ces bouilles lunaires aux yeux ronds, ces corps baudruches, rondouillards, dans ces regards ronds. Alain Trez, à l'évidence, parle de la condition humaine : désarroi, inquiétude, candeur, timidité, parplexité. Mais son pinceau œuvre aussi dans la tendresse, se trempe dans les couleurs de l'espoir.Teintée d'ironie, "drôlement curieuse", ou, comme le décoche Trez d'un trait : "peinture plus drolatique que drôle". » - Patrick Le Fur[1]
  • « La vocation vraie d'Alain Trez est la peinture ; celle qui exige tubes de couleurs, pinceaux, palette, etc. Apès un passage à l'abstraction, Alain Trez peint aujourd'hui avec sérénité de grands et gros bonshommes pleins de touches colorées, de bariolées verniculaires, de griffures inspirées et de déchirures du plus bel effet. » - Michel Laclos[1]
  • « Trez, une humanité de guingois mais dans une atmosphère de fête : toutes ces papillotes, ces fils et ces filaments, cette folie de lignes zigzagantes que les personnahges, figés, leur dérobaient... Chez Trez, les hommes sont les immobiles sujets, déformés ou en cours de formation, d'un monde qui danse. » - Yves Berger[1]

Collections publiquesModifier

Collections privéesModifier

  • Louis Guyard[15].
  • Collection Cynorrhodon FALDAC (Annick et Louis Doucet)[8].

HommagesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f Patrick Le Fur (avant-propos de Pierre Souchaud; citations de Louis Nucéra, Jean-François Crauste, Michel Laclos, Jean-Pierre Delarge, Sébastien Japrisot et Yves Berger), Alain Trez, Iconofolio, 2006.
  2. a et b Patrick Le Fur, « Alain Trez - Gardons le sourire », Artension, janvier-février 2016, page 92.
  3. Maison du Limousin, Alain Trez - Bris, collages et galets-jades, présentation de l'exposition, 2009
  4. L'Officiel des galeries, Prises de têtes par Alain Trez, annonce de l'exposition, 2011
  5. « Le peintre Alain Trez et ses petits hommes », Ouest-France, 24 novembre 2013
  6. Domaine de Beaupré, Trez singulier, présentation de l'exposition, 2016
  7. Galerie Mona Lisa, Alain Trez, Michel Goudet, annonce de l'exposition, 2008
  8. a et b Commanderie de la Villedieu, Dessin(s) - Carte blanche à Annick et Louis Doucet : la collection Cynorrhodon FALDAC, présentation de l'exposition
  9. Musée d'art et d'histoire de Cholet, Citroën, chevronnée d'art, dossier de presse, 2013
  10. « Découvrez le Happy Art cet été au Sénat », Outsider Art Magazine, juin 2014
  11. Centre mondial de la paix, des libertés et des droits de l'homme, Trentième anniversaire du geste de Verdun, dossier de presse
  12. Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.13, page 792.
  13. Musée du Vivant, Alain Trez dans les collections
  14. Musée national de l'Éducation, Alain Trez dans les collections
  15. Collection Louis Guyard : art brut, art naïf, figuration libre, Alain Trez dans la collection
  16. Jean Berteault (préface d'Henri Tisot), Nous n'irons pas à Barbizon, éditions Lanore, 2010.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001 (lire en ligne).
  • Patrick Le Fur (avant-propos de Pierre Souchaud), Alain Trez, Iconofolio, 2006 (ISBN 978-2352370086).
  • La bible de l'art singulier, Le Livre d'art, Paris et Montreux, 2007.

Liens externesModifier