Travail des enfants en Suisse

Le travail des enfants en Suisse est une réalité dans les zones rurales au moins jusque dans les années 1960, et au minimum toléré par les autorités suisses par le système des enfants placés[1]. Jusqu'à 100 000 enfants ont été nécessaires en tant que travailleurs bon marché principalement sur les fermes les décennies précédentes[2].

Dans les années 2010, la pratique du travail des enfants est encore tolérée, car les petites exploitations familiales en Suisse ont besoin de l'aide de leurs enfants à l'occasion des récoltes à la fin de l'été. C'est la raison pour laquelle, dans les cantons ruraux les vacances d'été sont plus longues que dans les cantons urbanisés où il y a généralement cinq semaines de vacances d'été en juillet et août, en accord avec le gouvernement des écoles publiques[3][source insuffisante].

Famille tissant de la paille dans une ferme, huile sur toile, 1840

DéfinitionModifier

Le travail des enfants se réfère à tout travail qui prive les enfants de leur enfance, interfère avec leur capacité à assister régulièrement à l'école, et qui est mentalement, physiquement, socialement ou moralement dangereux et nuisible[4],[5],[6].

XIXe siècle : l'industrialisationModifier

 
Spazzacamino et son padrone (de l'italien : Ramoneur et son maître)

Au XIXe siècle en Suisse, des secteurs comme le ramonage, les filatures, les usines et dans l'agriculture utilisent le travail des enfants. Dans la Suisse de l'époque préindustrielle, ainsi que dans d'autres pays européens, les enfants faisaient souvent partie de l'économie de la famille et sont intégrés rapidement dans le processus de travail et sont souvent une contribution indispensable au revenu.

L'industrialisation a forcé des membres de la famille à chercher un revenu en dehors du ménage traditionnel. Le travail sur les machines est simple et demande peu de force physique, ce qui a favorisé l'« utilisation » des femmes et des enfants. Ainsi, l'exploitation du travail des enfants a pris de nouvelles formes et des dimensions étendues, et se propage rapidement au début du XIXe siècle, en particulier dans le canton de Zurich et la Suisse Orientale.

Dans les filatures de coton, des enfants de six à dix ans travaillaient dans des conditions misérables, jusqu'à 16 heures par jour et souvent la nuit. Le travail des enfants est devenu un problème de société sur lequel les autorités ont répondu avec des enquêtes : en 1812, dans le canton de Saint-Gall et un an plus tard, dans le canton de Zürich.

À Zürich, la disposition relative aux mineurs en général et plus particulièrement à ceux employés dans les filatures mécaniques[7] de 1815, interdit le travail de nuit et le travail en usine avant le neuvième anniversaire révolu, et limite le temps de travail quotidien de 12 à 14 heures. Ces règles n'étaient pas appliquées dans la pratique, mais cela a marqué le début des législations sur la protection de l'enfant, suivi par les lois de Zürich (1837) et celle des autres cantons[1].

XXe siècle en SuisseModifier

En généralModifier

La loi sur les fabriques de 1877 réglemente le travail en usine pour la première fois à l'échelle nationale, et a introduit une interdiction du travail des enfants en dessous de l'âge de 14 ans[8]. La loi sur les fabriques s'applique uniquement aux usines. Il n'y avait donc pas de dispositions légales, une tentative a été faite pour limiter le travail des enfants par la loi sur l'école obligatoire, cependant, le travail des enfants restait encore largement utilisé au début du XXe siècle, en particulier dans l'agriculture et le travail à domicile. Selon une enquête de 1904, dans douze cantons autour de 300 000 enfants ouvriers travaillaient encore en Suisse.

« Les enfants placés » et « Les enfants de la grand-route »Modifier

 
Les enfants de la grand-route, affiche de film de 1992

Les enfants placés (Verdingkinder) étaient des enfants qui avaient été enlevés de leurs parents, souvent en raison de la pauvreté ou des raisons morales – généralement les mères célibataires, les citoyens très pauvres, comme ceux d'origine Gitans–Yeniches, appelés alors enfants de la grande-route[9], etc. – et envoyé vivre avec les "nouvelles familles", souvent des paysans pauvres qui avaient besoin d'ouvriers pas chers[10],[11]. Il y avait même des ventes aux enchères où les enfants ont été remis à l'agriculteur demandant le moins d'argent aux autorités, assurant ainsi la main-d'œuvre bon marché pour sa ferme et le soulageant les autorités de la charge financière de s'occuper des enfants. Dans les années 1930, 20% des travailleurs agricoles dans le Canton de Berne ont des enfants au-dessous de l'âge de 15 ans. Les autorités de tutelle des communes agissent de la sorte, et souvent tolérées par les autorités fédérales, dans les années 1960, sont généralement les communautés affectées par des faibles impôts, dans certains cantons suisses.

Selon l'historien suisse Marco Leuenberger, en 1930 il semble y avoir quelque 35 000 enfants placés, et entre 1920 et 1970, ce serait plus de 100 000 personnes qui auraient été placées auprès de familles ou de maisons[2],[12],[13]. En 2014, environ 10 000 Verdingkinder sont encore en vie[14], et une initiative populaire sur des réparations financières a été lancée.

Réglementations légalesModifier

Au cours du XXe siècle, le travail des enfants en Suisse a été successivement plus restreint.

La loi fédérale sur l’emploi des jeunes gens et des femmes dans les arts et métiers de 1922 fixe l'âge minimum de travail est de 14 ans et interdit le travail de nuit pour les personnes de moins de 19 ans, et les apprentis de moins de 20 ans.

La Loi fédérale sur l’âge minimum des travailleurs de 1939 augmente l'âge minimum des travailleurs à 15 ans et la loi Fédérale de 1940[Laquelle ?] a interdit l'attribution d'un indépendant à la maison de travail sur les enfants de moins de 15 ans.

En 1964, le champ d'application de la sécurité et santé au travail dans la loi fédérale sur le travail dans l'industrie, l'artisanat et le commerce (LTr) a été étendu, mais l'agriculture et le travail à domicile étaient encore exclus.

La protection des Verdingkinder a été légalisée par la révision de la loi sur l'enfance de 1978. En 1997, respectivement, 1999, la Convention des nations UNIES sur les droits de l'enfant a été signée, et la Suisse, ont participé au Programme International pour l'abolition du Travail des Enfants (IPEC) de l'Organisation Internationale du Travail depuis 1991.

En 2006, l'âge de consentement pour le travail de nuit et le travail le dimanche a été porté à 18 ans.

Voir aussiModifier

Situations connexesModifier

La littératureModifier

  • Hans R Wiedmer: Arbeit im Industrialisierungsprozess: Veränderungen industrieller Arbeitsbedingungen in der Schweiz 1880-1914. Chronos 1989, (ISBN 978-3905278453).
  • C. Franz Waldner: Die Heimarbeit aus rechtlicher und historischer Sicht. 1994, (ISBN 978-3719013424).
  • Paul Hugger: Genre sein in der Schweiz: Eine Kulturgeschichte der frühen Jahre. Offizin Verlag, 1998, (ISBN 978-3907495964).

RéférencesModifier

  1. a et b Thomas Gull / FP, « Travail des enfants », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le )
  2. a et b (en-US) Tony Wild, « Opinion | Slavery’s Shadow on Switzerland », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  3. (de) « Schulferien Schweiz », schulferien.ch (consulté le )
  4. « The State of the World's Children 1997 », UNICEF, sur UNICEF (consulté le )
  5. « What is child labour? », International Labour Organisation, (consulté le )
  6. « Convention on the Rights of the Child », United Nations, sur United Nations (consulté le )
  7. (de) « Thematische Suche im Staatsarchiv des Kantons Zürich », sur www.archives-quickaccess.ch (consulté le )
  8. Brigitte Studer / UG, « Lois sur les fabriques », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le )
  9. (de) Walter Leimgruber, Thomas Meier, Roger Sablonier, « Das Hilfswerk für die Kinder der Landstrasse. Historische Studie aufgrund der Akten der Stiftung Pro Juventute im Schweizerischen Bundesarchiv. Bundesarchiv Dossier 9. Bern 1998, (PDF; 217 MB) » [archive du ], Bundesarchiv Schweizerische Eidgenossenschaft (ISBN 3-908-439-00-0, consulté le )
  10. (de) « Wiedergutmachungsinitiative », wiedergutmachung.ch, (consulté le )
  11. (de) Interview with Lukas Hartmann, « Sie zeigten dem Vormund einfach das schönste Zimmer des Hofs », Beobachter, (consulté le )
  12. (de) Adrian Riklin, « Mehr als nur symbolisch », WOZ Die Wochenzeitung 14/2004, (consulté le )
  13. (de) « Dossier », Beobachter, (consulté le )
  14. (en-GB) Kavita Puri, « The Swiss children used as cheap farm labour », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externesModifier