Ouvrir le menu principal
Transport ferroviaire en Italie
Description de cette image, également commentée ci-après
Un ETR 500 Frecciargento entre en gare
Caractéristiques du réseau
Longueur du réseau 20.003 km[réf. nécessaire]
dont électrifiés 12.022 [1] km[réf. nécessaire]
Écartement standard, métrique, 0,95 m
Acteurs
Gestionnaire d'infrastructure RFI
Exploitant Trenitalia & Compagnies ferroviaires italiennes

Transport ferroviaire en Italie décrit le réseau ferroviaire italien et les principaux acteurs impliqués dans sa gestion.

Sommaire

HistoriqueModifier

La première ligne ferroviaire italienne date de 1839.

 
État des lignes ferroviaires en 1861.

Le réseau ferroviaireModifier

Au 31 décembre 2017, le réseau ferroviaire principal comprenait 20 003 km de lignes à voie normale (écartement 1,435 m), y compris la Sardaigne, la Sicile et les compagnies privées. Les Ferrovie dello Stato Italiane exploitent un total de 16 787 km de lignes à voie normale, dont 12 022 km électrifiés. Les 1 467 km de LGV - Lignes à Grande Vitesse - sont électrifiées sous 25 kV ; les autres en courant continu 3 000 V[1].

Le réseau à voie étroite des compagnies privées représente environ 1 300 km, dont 1 211 à écartement de 0,95 m et 112 km à voie métrique (écartement 1 m).

Les villes dotées d'un réseau de métro sont : Brescia, Gênes, Milan, Naples, Rome, Turin (VAL).

Les villes dotées d'un réseau de tramway sont : Gênes, Gênes-Caselle, Messine, Milan, Naples, Naples-Sorrente, Rome, Soprabolzano, Turin, Trento-Malé, Trieste.

Les acteursModifier

Article détaillé : Compagnies ferroviaires italiennes.

Organismes publicsModifier

  • Ministère italien des Infrastructures et des Transports (délivrance des licences d'entreprises ferroviaires)
  • Commission de garantie (Réglementation de l'exercice du droit de grève dans les services publics essentiels)[2]
  • Cesifer, centre de certification sécurité des entreprises ferroviaires (direction technique de RFI)[3]

Opérateurs ferroviairesModifier

Voyageurs

Fret

Chemins de fer régionaux

Gestionnaire d'infrastructureModifier

Les services voyageursModifier

Les services internationauxModifier

En Italie, les trains internationaux proposent des liaisons pour relier le pays à la France, la Suisse, l'Autriche voire l'Allemagne. Il peut s'agir de trains de nuit avec des voitures couchettes comme le Thello, ou des trains de jour comme EuroCity.

Les services « Grandes lignes »Modifier

Depuis la création de Trenitalia en 2000, anciennement Ferrovie dello Stato, des nouveaux noms de trains ont été instaurés pour distinguer les différents services proposés en Italie.

Il y a quatre types de trains grandes lignes :

Les InterCity : Trains classiques de longes distances desservant seulement les principales villes (grandes et moyennes) de chaque région reliée, c'est le train grande ligne le moins rapide. Ce sont les seuls trains qui peuvent proposer des voyages de nuit avec des Voiture-lits.

- Frecciabianca - Il s'agit d'un train permettent de relier les capitales de chaque région aux principales villes du pays comme Milan, Florence, Venise et Rome. Il roule à 200 km/h sur les lignes classiques uniquement.

- Frecciarossa et Frecciargento : Roulant à très grande vitesse sur des lignes qui leur sont réservées, ils offrent un confort haut de gamme et des services de qualité comme la restauration, ce sont cependant les trains les plus cher en Italie.

Les services régionauxModifier

En Italie, il y a des trains régionaux de natures différentes. Des trains relient les petites villes ou villages aux moyennes ou grandes villes en desservant toutes les gares du parcours. Ce service est souvent assuré par des petits engins automoteur. D'autres trains, également omnibus, sont destinées à supporter un trafic beaucoup plus important desservant des moyennes ou grandes villes (comme le RER en Île-de-France). Ils sont composés de voitures à 2 niveaux. Enfin, certains trains, plus rapides, sont destinés à parcourir des distances régionales plus longues en s'arrêtant uniquement à quelques gares, les plus importantes.

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier