Traité de Madrid/Lisbonne (1985)

« Traité de Madrid/Lisbonne »
Description de cette image, également commentée ci-après
Pays prenant part au traité
  • Nouveaux membres de la Communauté (Espagne et Portugal)
  • Les 10 anciens membres de la Communauté européenne
Nom officiel : voir la section dédiée
Type de traité Traité d'adhésion aux Communautés européennes
Signature
Lieu de signature Drapeau de l'Espagne Madrid (Espagne) et Drapeau du Portugal Lisbonne (Portugal)
Entrée en vigueur
Condition Ratification par douze États
Dépositaire Gouvernement italien
Langues Espagnol, portugais et les langues officielles de la Communauté économique européenne à cette date

Le traité de Madrid/Lisbonne ou traité d'adhésion de 1985 (nom officiel ci-dessous), signé le et entré en vigueur le , est relatif à l'adhésion de l'Espagne et du Portugal lors du troisième élargissement de la Communauté économique européenne.

Nom officielModifier

Le nom officiel du traité d'adhésion est (en français) :

« Traité entre le Royaume de Belgique, le Royaume de Danemark, la République fédérale d'Allemagne, la République hellénique, la République française, l'Irlande, la République italienne, le Grand-Duché de Luxembourg, le Royaume des Pays-Bas, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, (États membres des Communautés européennes), le Royaume d'Espagne, la République portugaise, relatif à l'adhésion du Royaume d'Espagne et de la République portugaise à la Communauté économique européenne et à la Communauté européenne de l'énergie atomique. »

HistoireModifier

Lors du sommet de Bruxelles des 29 et , les membres de la CEE acceptent l'entrée de l'Espagne et du Portugal. Des traités d'adhésion sont signés officiellement le à Madrid et Lisbonne. De longues négociations ont précédé l'adhésion des deux pays, ils ont adopté de nombreuses réformes démocratiques au cours des années 1970 après la sortie du franquisme et du salazarisme[1].

Lors des négociations, il a notamment été question des statuts des plazas de soberanía marocaines et des îles Canaries, des Açores et de Madère qui étaient déjà spécifiques avant l'adhésion des deux pays. Mais également aux questions liées à la pêche et à l'agriculture[2].

RéférencesModifier

ComplémentsModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier