Ouvrir le menu principal

Traité d'Angoulême

Réconciliation de Marie de Médicis avec son fils, à Angers, le 30 avril 1619.
Le Traité d'Angoulême par Petrus Paulus Rubens - H. : 3,94m ; L. : 2,95m, (Musée du Louvres)

Le traité d'Angoulême, autrefois appelé Réconciliation de Marie de Médicis avec son fils, à Angers fut conclu le 30 avril 1619. L'évènement fut immortalisé par le peintre Petrus Paulus Rubens dans le tableau toujours exposé au Louvre[1].

HistoireModifier

Le 24 avril 1617, par un coup de force, Louis XIII accède au pouvoir. Poussé par son favori Charles d'Albert Duc de Luynes, il ordonne l'assassinat du favori de sa mère, Concino Concini, et fait exécuter la Galigaï, sa femme également dame de compagnie de sa mère. Il exile Marie de Médicis au chateau de Blois et retrouve finalement sa place de roi. Louis XIII fait remplacer Concini par son propre favori, Charles d'Albert, duc de Luynes. Assez vite, Luynes accumule titres et fortune. Sa nomination crée des mécontentements, d'autant plus que Luynes est un très mauvais homme d'État.

En 1619, la reine mère s'échappe du château de Blois où le roi l’avait emprisonnée, lève une armée contre son fils, rejoint Angoulême et le duc d’Epernon pour y entamer des négociations[2]. Louis XIII décide finalement de se réconcilier avec elle. Sa lettre est un modèle de diplomatie florentine.Alors réfugiée à Angoulême, Marie de Médicis reçut de son fils Louis XIII des propositions d'accommodement[3]. Lors de la ratification de ce traité d'Angoulême, le 30 avril 1619, le roi lui cède les villes d'Angers et de Chinon, mais lui interdit de revenir au Conseil. La Valette ou le duc de Guise furent présent mais Richelieu, qui n'était pas encore cardinal à cette date, n'assista pas à l'évènement.

RéférencesModifier

  1. http://cartelfr.louvre.fr/cartelfr/visite?srv=car_not_frame&idNotice=25710
  2. Lettre de la Royne Mère envoyée au Roy depuis la Paix : sur son indisposition. Ensemble le Procès Verbal de la conspiration facite en la ville d’Angoulesme et l’execution publique qui s’en est ensuyvie - Paris & Lyon - 1619 - BNF Gallica.
  3. http://www.histoirepassion.eu/?1619-Marie-de-Medicis-a-Angouleme-un-curieux-complot-aux-poudres