Tractus olfactif

Le tractus olfactif (en latin : tractus olfactorius) est un faisceau bilatéral de fibres nerveuses afférentes (fibres formées d'axones) provenant du bulbe olfactif qui se à plusieurs régions cibles du cerveau, y compris le cortex piriforme, l'amygdale (cerveau) et le cortex entorhinal. C'est un étroit tractus nerveux blanc, de forme triangulaire à la coupe coronale du cerveau, le sommet étant dirigé vers le haut.

Le tractus olfactif situé sur le sillon olfactif avec les deux branches olfactives légendées

Structure anatomiqueModifier

Le tractus olfactif et le bulbe olfactif se situent dans le sillon olfactif[1], un sillon formé par le gyrus orbitaire médial sur la face inférieure de chaque lobe frontal. Les tractus olfactifs se situent au niveau de ces sillons qui sont étroitement parallèles à la ligne médiane. Les fibres du tractus olfactif semblent se terminer dans la partie antéro-latérale du tubercule olfactif, les parties dorsale et externe du noyau olfactif antérieur, les parties frontale et temporale de l'aire prépiriforme, le groupe cortico-médial des noyaux de l'amygdale et le noyau de la strie terminale[2].

Le tractus olfactif se divise postérieurement en une branche médiale et une branche latérale[1]. Caudalement à ces éléments, il y a le trigone olfactif et l'espace perforé antérieur[1].

Branche olfactive médialeModifier

La branche olfactive médiale tourne médialement derrière l'aire parolfactive (en) et se termine dans le gyrus sub-calleux (en) ; dans certains cas, une petite branche intermédiaire est vue allant en arrière vers l'espace perforé antérieur.

Branche olfactive latéraleModifier

La branche olfactive latérale est dirigée à travers la partie latérale de l'espace perforé antérieure, puis se plie brusquement en dedans vers l'uncus du gyrus parahippocampique.

Importance cliniqueModifier

La destruction du tractus olfactif entraîne une anosmie (perte de l'odorat) ipsilatérale (homolatérale, c'est-à-dire du même côté de la lésion). L'anosmie totale ou partielle (appelée également de l'hyposmie) est un symptôme du syndrome de Kallmann, une maladie génétique qui perturbe le développement du tractus olfactif.[3],[4] La profondeur du sillon olfactif est un indicateur d'une telle anosmie congénitale[5].

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Malcolm B. Carpenter, Core text of neuroanatomy, Baltimore, Williams & Wilkins, , 3rd éd. (ISBN 0683014552), p. 29
  2. Allison, A. C. (1954). "The secondary olfactory areas in the human brain". Journal of Anatomy, 88 (Pt 4), 481–488.2.
  3. Dale Purves, Neuroscience, Sunderland, Mass., , 5th éd. (ISBN 9780878936953), p. 515
  4. « Kallmann syndrome », sur Genetics Home Reference. US Library of Medicine, National Institutes for Health. Genetic and Rare Diseases Information, (consulté le )
  5. C. Huart, T. Meusel, J. Gerber, T. Duprez, P. Rombaux et T. Hummel, « The Depth of the Olfactory Sulcus Is an Indicator of Congenital Anosmia », American Journal of Neuroradiology, vol. 32, no 10,‎ , p. 1911–1914 (PMID 21868619, PMCID 7966015, DOI 10.3174/ajnr.A2632  )

Cet article comprend du texte dans le domaine public issu de la 20e édition de Gray's Anatomy (1918).

Liens externesModifier