Ouvrir le menu principal
Trémissis d'Olybrius (472, Milan).

Le trémissis ou triens est une monnaie romaine en or qui était particulièrement répandue dans le monde méditerranéen et en Europe aux Ve et VIe siècles[1]. Elle est également appelée tiers de sou car sa valeur correspondait à un tiers de solidus, la monnaie de référence de l'Empire romain qui était appréciée en raison de sa stabilité. Il pesait initialement 1,51 gramme et était composé d'or pur (24 carats).

Le trémissis a été introduit par l'empereur Valentinien (364-375)[2].

Les plus anciennes frappes connues datent du règne de Magnus Maximus (383-388)[3] tandis que les dernières pièces ont été frappées à Syracuse sous Basile Ier (867-888), empereur romain d'Orient[4]. Elles ont également été frappées dans les royaumes qui ont pris la succession de l'Empire romain d'Occident : royaumes mérovingiens, vandale, ostrogoth, wisigoth, burgonde, lombard et anglo-saxons.

Trémissis impériauxModifier

 
Trémissis (15 mm) de Carthage représentant Maurice Tiberius (582-602).

Le trémissis est frappé en grande quantité à partir du début du Ve siècle. À partir de Justin Ier (518-527), les symboles impériaux sont de plus en plus remplacés par des symboles chrétiens, reflétant ainsi la progression du christianisme[5]. La valeur du trémissis ne commence à baisser que sous le règne de Justinien (527-565), l'or n'étant plus que de 23 carats (soit 1,45 g d'or pur). En 580, le poids des pièces est entièrement réformé et le trémissis passe à 20 carats (1,26 g d'or pur). Ce processus s'est poursuivi dans les siècles suivants. Bien que le trémissis ait perdu sa stabilité et donc de son importance, il est frappé à Constantinople jusqu'au règne de Michel Ier Rhangabé (811-813)[6].

Trémissis pseudo-impériauxModifier

 
Trémissis wisigothique au nom de l'empereur romain Majorien (457-461).

Lors de la décomposition de l'empire romain d'Occident, les rois germaniques ont conservé le système monétaire romain, reprenant aussi bien leur aspect que la représentation de l'empereur. C'est la raison pour laquelle ces pièces sont appelées pseudo-impériales. Le trémissis continue donc d'être une pièce universellement utilisée dans l'ensemble de l'ancien Empire romain. Alors que les Romains ont continué d'extraire de l'or, les pièces pseudo-impériales ont exclusivement été frappées à partir des réserves disponibles.

 
Tiers de sou de Gontran, roi mérovingien de Bourgogne (561-592), frappé à Chalon-sur-Saône

Peu à peu, certains rois commencent à faire des pièces à leur effigie, comme Théodebert Ier (roi d'Austrasie de 534 à 548), mais cette évolution est lente[5]. Ce n'est qu'à partir de la dévaluation réalisée en 580 dans l'empire d'Orient que les rois occidentaux déclarent plus systématiquement la provenance de leurs pièces tout en abaissant également leur teneur en or. Toutefois, à partir de 660, l'argent y remplace l'or comme monnaie principale.

Articles connexesModifier

  • Le trémissis est souvent appelé triens dans un contexte mérovingien, suivant ainsi l'usage de Grégoire de Tours[5]. Ce nom correspond toutefois aussi à celui d'une monnaie de bronze plus ancienne dont la valeur était d'un tiers d'as.
  • Le sémissis était une pièce créée antérieurement qui valait une moitié de solidus.
  • Le solidus avait été frappé pour la première fois à Trèves en 309-310 sous l'ordre de Constantin pour financer ses guerres civiles. Il remplaça alors rapidement l'aureus.

BibliographieModifier

   
Trémissis de Tibère III, empereur romain d'Orient de 698 à 705
  • Cohen Henry, Description Historique des monnaies frappées sous l'Empire romain, deuxième édition, Paris, 1880-1892. Lien vers l'ouvrage
  • Georges Depeyrot, La monnaie romaine : 211 av. J.-C. - 476 apr. J.-C., Editions Errance, , 212 p. (ISBN 2877723305)
  • Carol Humphrey Vivian Sutherland (trad. Sylvie de Roquefeuil), Monnaies romaines, Fribourg, Office du livre,
  • Boyer Jean-François. À propos des triens mérovingiens : approche du système de collecte et de traitement de la recette fiscale en Limousin aux VIe-VIIe siècles. In: Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, Tome 119, N°258, 2007. Les triens mérovingiens en Limousin. pp. 141-157. DOI : https://doi.org/10.3406/anami.2007.7174
  • C. Lauwers, [La monnaie dans l'histoire des Francs de Grégoire de Tours https://orfeo.kbr.be/bitstream/handle/internal/4657/La%20monnaie%20dans%20l'Histoire%20des%20Francs.pdf?sequence=1], Bulletin du cercle d'études numismatiques, n° 52 (1), p. 24-32, janvier-avril 2015.
  • Guerra Maria-Filoména, Roux Corinne. L'or de la Péninsule ibérique des invasions à la Reconquista. Circulation monétaire des Wisigoths aux rois chrétiens.. In: Revue d'Archéométrie, n°26, 2002. pp. 219-232. DOI : https://doi.org/10.3406/arsci.2002.1035

RéférencesModifier

  1. Constantina Katsari: The Roman Monetary System, The Eastern Provinces from the First to the Third Century AD; Cambridge 2011. Seite 177. (ISBN 978-0-5217-6946-4)
  2. Adriano Savio: Monete Romane; Rome 2001. Page 236. (ISBN 978-8878012912)
  3. Ursula Kampmann, Die Münzen der Römischen Kaiserzeit, Battenberg Verlag Regenstauf, 1re édition 2004, page 19.
  4. David R. Sear, Byzantine Coins and Their Values, 1987; voir les n° 1615A et n°. 1716.
  5. a b et c Philip Grierson, Mark Blackburn: Medivial European Coinage vol. 1, The Early Middle Ages; Cambridge 1986. Pages 11, 102 et 116.
  6. Andreas Urs Sommer, Die Münzen des Byzantinischen Reiches 491–1453. Avec une annexe: Die Münzen des Reiches von Trapezunt. Regenstauf: Battenberg Verlag, 2010, page 15.