Ouvrir le menu principal

Tournan-en-Brie

commune française du département de Seine-et-Marne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tournan.

Tournan-en-Brie
Tournan-en-Brie
Mairie de Tournan-en-Brie.
Blason de Tournan-en-Brie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Canton Ozoir-la-Ferrière
Intercommunalité CC Les Portes Briardes entre villes et forêts
Maire
Mandat
Laurent Gautier
2014-2020
Code postal 77220
Code commune 77470
Démographie
Gentilé Tournanais
Population
municipale
8 777 hab. (2016 en augmentation de 7,38 % par rapport à 2011)
Densité 567 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 22″ nord, 2° 46′ 03″ est
Altitude Min. 86 m
Max. 116 m
Superficie 15,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Tournan-en-Brie

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Tournan-en-Brie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tournan-en-Brie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tournan-en-Brie
Liens
Site web tournan-en-brie.fr

Tournan-en-Brie (prononcé [tuʁ.nɑ̃ ɑ̃ bʁi]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Tournanais.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située à environ 27 kilomètres au nord de Melun[1], environ 25 kilomètres au sud de Meaux et 35 kilomètres à l'est de Paris.

Communes limitrophesModifier

Les communes limitrophes proches de Tournan-en-Brie incluent Gretz-Armainvilliers à 2,58 km, Favières à 2,68 km, Presles-en-Brie à 3,21 km, Liverdy-en-Brie à 4,39 km, Châtres à 4,45 km[2].

HydrographieModifier

Le système hydrographique de la commune se compose de sept cours d'eau référencés :

  • la Marsange, longue de 30,4 km[3], affluent de l'Yerres en rive droite ;
    • le ru de la Queue Mahot, 1,4 km[4], affluent de la Marsange ;
    • le ru des Boissières, 8,2 km[5], affluent de la Marsange ;
    • le ru des Monbarres, 12,7 km[6], affluent de la Marsange ;
  • le ru de Madereau, 1,3 km[7] ;
  • le cours d'Eau 01 de la Commune de Tournan-en-Brie, 0,5 km [8] ;
  • le canal de la Berthélerie, 2,3 km[9], qui conflue avec le ru de la Berthélerie.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 8,86 km[10].

ClimatModifier

Tournan-en-Brie connaît un régime climatique tempéré de type atlantique. Les précipitations restent modérées autour de 700 mm et réparties sur toute l'année. La pluviosité dans l'est de la Brie française est légèrement plus marquée que la moyenne départementale (650 mm), légèrement supérieure au reste de la région Île-de-France (600 mm). L'enneigement reste exceptionnel. Les températures moyennes oscillent de +3° à +18°.

Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Année
Températures maximales moyennes (°C) 5,7 7,5 10,9 14,6 18,5 21,9 24,3 24,0 21,1 16,1 9,9 6,4 15,1
Températures minimales moyennes (°C) 0,4 0,9 2,4 4,6 8,0 11,0 12,6 12,3 10,2 7,2 3,2 1,2 6,2
Températures moyennes (°C) 3,0 4,2 6,7 9,6 13,3 16,4 18,5 18,2 15,6 11,7 6,6 3,8 10,6
Ensoleillement (h) 55,6 87,5 129,4 172,8 201,4 218,8 239,1 221,1 172,3 125,8 75,2 50,6 1749,5
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 56,8 47,3 58,7 48,7 62,8 55,4 53,9 46,4 56,5 57,3 60,1 55,8 659,7
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Melun[11].

TransportsModifier

 
Rue de Paris.

Tournan-en-Brie est desservie par la gare de Tournan du réseau Transilien Paris-Est et elle est le terminus de la ligne E du RER depuis le 14 décembre 2003. La ligne pourrait être prolongée jusqu'à la ZAC du Val Bréon[12]. La commune est traversée par la RN 4 En direction de Paris ou Nancy, vers Pontault-Combault ou Rozay-en-Brie, vers Provins ou Meaux via la RN 36 et Melun via la RN 104.

La commune est desservie les lignes d'autobus suivantes :

UrbanismeModifier

Occupation des solsModifier

Le territoire de la commune se réparti[Note 1] en 50,6 % de terres arables, 15,7 % de zones urbanisées, 12,7 % de forêts, 9,6 % de prairies, 5,3 % d’espaces verts artificialisés non agricoles, 4,3 % de zones industrielles commercialisées et réseaux de communication, 1,6 % d’eaux continentales[Note 2] et 0,5 % de milieux à végétation arbusive et/ou herbacée[Note 3] - [10].

Lieux-dits, écarts et quartiersModifier

La commune compte 61 lieux-dits administratifs répertoriés[14], dont le plus important est Villé.

Tournan compte de nombreux quartiers résidentiels dont :

Le quartier du centre ville, où se trouvent la mairie, l'église, l'école maternelle et primaire du Centre et la plupart des commerces. Ce quartier s'étend du pont ferroviaire au sud à la Rue des Carreaux au nord et de la poste à l'est à la Clinique de Tournan à l'Ouest. Ce quartier possède un des symboles de la ville, la Fontaine de la Croix Blanche sur sa place pavée. Il est aussi la place historique du château médiéval dit "de Garlande[15]" dont l'histoire est détaillée plus bas.

Le quartier de la Madeleine, où se trouvent l'école de la Madeleine, l'auberge de la Tourelle, un garage automobile homonyme, un stade de basket, le Dojo Michel-Amado, Le Travail Entraide et une antenne de la Croix Rouge. Située directement à l'est du centre ville, "La Madeleine" est délimitée au nord par la rue du Maréchal-Foch, à l'est par la rue de la Croix-Saint-Marc et la rue de la Libération, à l'ouest par la rue du Marché et au sud par la route Nationale 4.

Le quartier dit du "Moulin à Vent" ou des "Prés Bataille", bien que le plus grand quartier résidentiel de la bourgade, il ne contient que deux institutions, l'école du Moulin à vent et la caserne des pompiers de Tournan. Situé directement au nord est du centre ville, il s'étend de la rue René-Leblond au nord à la rue du Maréchal-Foch au sud et de la rue de Coulommiers à l'est à la rue de l'Abreuvoir à l'ouest.

Le quartier nouveau du Plateau ou du Val-des-Dames au sud-ouest du centre ville où se trouvent la clinique gérontologique de Tournan, comme une ironie du sort en face des pompes funèbres de la Brie BBenoist, un garage automobile, l'institution musicale et festivalière de la ferme du plateau, et l'institution tournanaise de la MALT (MAison et Loisirs de Tous). Ce quartier se trouve principalement sur la rue de Paris (axe est-ouest) menant à Gretz-Armainvilliers commune limitrophe.

Le quartier nouveau de la Grille Blanche, deuxième grand quartier résidentiel de la ville, où se trouvent l'école Primaire et maternelle Santarelli et le cimetière municipal. Bien qu'il ne fassent pas techniquement partie du quartier nous pouvons y compter le collège Jean-Baptiste Vermay et le lycée Clément Ader qui y sont accolés. Il est délimité à l'est par la rue du président Poincaré, au nord par les cultures agricoles, au sud par la rue Georges-Clemenceau et à l'ouest par l'avenue du Général-de-Gaulle. Le quartier est parfois surnommé affectueusement par certains de ses habitants "GBI", acronyme de « Grille Blanche Internationale », il est lui même découpé en plusieurs zones telles que "le Gros Noyer", "le rond point du sapin", "le stade", "les champs" ou bien "Santarelli". Il est en contact limitrophe avec le domaine d'Armainvilliers au nord est.

Et la Zone Industrielle, à l'extrémité Est de la ville qui comprend la salle de spectacle Claude-Santarelli, plusieurs terrains de tennis, un terrain de rugby, trois terrains de football et, bien sûr, divers entrepôts d'entreprises variées.

ToponymieModifier

Tournan est désigné sous les noms de Turnihamus, Turniacum, Tornemium, Tornan, Tornam puis Tournon et quelquefois Tounheim[15].

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de Tournan-l'Union[16].

En 1923, la commune, jusqu'alors nommée Tournan devient Tournan-en-Brie[16].

HistoireModifier

Au XIVe siècle, un château y est mentionné appartenant à la maison de Garlande, qui avaient pour seigneurs : Guy de Garlande (qui vivait encore en 1186), Anseau Ier de Garlande (dont il n'existe aucun titre), Anseau II de Garlande (qui vivait en 1192), Robert de Garlande et Anseau III de Garlande (de 1246 jusqu’en 1255)[15].

En 1544, le château d'Armainvilliers donne refuge à François Ier après la prise de Château-Thierry par les troupes de Charles Quint[15]. À partir de cette époque, il devient la résidence des seigneurs de Tournan. Au XVIIe siècle, il appartient aux Beringh, puis au comte d'Eu et au duc de Penthièvre, mais il est en partie détruit pendant la Révolution française.

Les La Rochefoucault-Doudeauville le restaurent sous le Second Empire, y font remonter les boiseries du château de Bercy et aménager le parc. Acquis en 1877 par Edmond de Rothschild, le château est complètement rasé et remplacé par une résidence moderne construite entre 1880 à 1900, complétée par de luxueux pavillons de gardes, des fermes en style normand, de vastes communs, une grande orangerie, sur le modèle anglais dû aux architecte Félix Langlais et Émile Ulmann. Le parc, dû à Laîné, a réclamé d’immenses travaux de terrassement et de vallonnement.

Pendant la Première Guerre mondiale, une infirmerie y est aménagée et, pendant la Seconde Guerre mondiale, il est occupé par des troupes allemandes. Il a appartenu au roi du Maroc jusqu'en 2008[15].

Le , des habitants de Tournan, guidés par le citoyen Chemin créent la « Société des amis de la liberté et de l’égalité » affiliée au Club des Jacobins. Le curé Pluquet de Tournan allait être une de leurs premières victimes. De son sermon du , trois mots sont rapportés à Chemin[pas clair] : couronnes, crimes, cœur des rois[15]. Une dénonciation est rédigée mais la population défend son curé et Chemin est malmené. Dans la nuit, avec Manens[Qui ?], il s’enfuit vers Paris. Au Comité de surveillance révolutionnaire, il porte plainte contre la municipalité de Tournan et le ministère de l’Intérieur, alerté, donne ordre au département de Seine-et-Marne de prendre les mesures nécessaires : le nom de Pluquet est alors inscrit sur la liste des suspects[15].

Le , le bombardement de l'aviation américaine sur le nœud ferroviaire de Gretz-Armainvilliers entraîna, par suite des nombreuses bombes lâchées trop loin, la mort de 55 habitants[17], tandis que 287 maisons ou immeubles étaient détruits, y compris la vieille église Saint-Denis (1 200 impacts de bombes ont été dénombrés). Plusieurs Tournanais furent tués au moment de la retraite allemande et d’autres morts au champ d’honneur ou en déportation, sans compter les 11 FFI fusillés à Villeneuve-Saint-Denis en août 1944.

Dans sa progression vers l'est, après avoir contourné Paris par le sud, une partie de la 3e armée américaine du général Patton (7e division blindée du 20e corps) libéra la ville le 26 août puis la traversa à grand renfort de matériels dont des porte-chars qui ne franchirent les passages délicats qu'après arasement des maisons gênantes à l'aide de bulldozers.

La commune a été décorée de la Croix de guerre 1939-1945 avec étoile d'argent le [18].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Tournan-en-Brie se trouve dans le département de Seine-et-Marne. Rattachée depuis la Révolution française à l'arrondissement de Melun[16], elle intègre le l'arrondissement de Torcy afin de faire coïncider les limites d'arrondissement et celles des intercommunalités[19].

Elle fait partie depuis 1988 de la neuvième circonscription de Seine-et-Marne.

La commune était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Tournan-en-Brie[16] avant d'être rattachée au canton d'Ozoir-la-Ferrière dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France.

IntercommunalitéModifier

La commune a adhéré en 2013 à la communauté de communes Les Portes Briardes Entre Ville et Forêts, créée en 2010, après avoir envisagé de rejoindre la communauté de communes du Val Bréon[20].

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[21]
Période Identité Étiquette Qualité
1891   Paul Hastier    
1915 1919 Joseph Feriaud    
1919   Edmond Forgemol de Bosquenard    
1923   Frédéric Billard    
1924   Joseph Feriaud    
1925   Frédéric Billard    
1927   Louis Mentienne    
1928   Eugène Scola    
1935   Lucien Pontlevé    
1937   Eugène Simon    
1944   Maurice Guillaume    
1945   Henri Mathey    
octobre 1947 mars 1959 André Picart RPF puis DVD Conseiller général de Tournan-en-Brie (1949 → 1955)
mars 1959 mars 1977 René Leblond UNR puis UDR Conseiller général de Tournan-en-Brie (1961 → 1973)
mars 1977 mars 1989 Maurice Galy DVD  
mars 1989 juin 1995 Jean Thibout DVD  
juin 1995 septembre 2006
(démission)
Michel Barret RPR puis UMP Proviseur de lycée retraité
Conseiller général de Tournan-en-Brie (1998 → 2004)
octobre 2006[22] mars 2008 François Marchal DVD  
mars 2008[23] En cours
(au 5 juillet 2018)
Laurent Gautier PS puis
LREM
Chargé de mission
Conseiller général de Tournan-en-Brie (2011 → 2015)
Réélu pour le mandat 2014-2020[24],[25]
Les données manquantes sont à compléter.

Politique de développement durableModifier

Un mur antibruit d'environ 800 m. de longueur est construit en 2018-2019 à l'initiative de la municipalité, le long de la nationale 4., dont le coût d'environ 900 000 , qui devrait réduire de 5 db le bruit routier[26].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[28].

En 2016, la commune comptait 8 777 habitants[Note 4], en augmentation de 7,38 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5681 7201 5471 6461 8111 8061 7651 7211 619
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7061 8711 7811 6821 7641 8091 8931 9872 052
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0372 1642 2402 2482 2052 2482 3652 3012 524
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 7463 4305 0384 7265 5287 5458 2568 0548 822
2016 - - - - - - - -
8 777--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

La densité de population de Tournan-en-Brie est de 533,29 habitants par km². Le nombre de logements de Tournan-en-Brie a été estimé à 3 050 en 2007[2]. Ces logements de Tournan-en-Brie se composent alors de 2 946 résidences principales, 19 résidences secondaires ou occasionnels ainsi que 85 logements vacants[2].

EnseignementModifier

La commune compte plusieurs équipements d'enseignement[réf. nécessaire] :

  • École du Centre (maternelle [3 classes], Primaire [7 classes]) ;
  • École Claude-Santarelli (maternelle [3 classes], primaire [6 classes]) ;
  • École de la Madeleine (maternelle [4 classes]) ;
  • École Odette-Marteau (primaire [10 classes]) ;
  • École du Moulin-à-Vent (maternelle [4 classes]) ;
  • Collège Jean-Baptiste-Vermay (environ 1 000 élèves) ;
  • Lycée polyvalent Clément-Ader (environ 1 100 élèves).

Manifestations culturelles et festivitésModifier

La vie culturelle de Tournan-en-Brie inclut notamment : la Maison des arts et des loisirs de tous (MALT[30]) : ateliers théâtre, danse, arts plastiques, vidéo, loisirs créatifs, gymnastique, hatha yoga, généalogie, modélisme, le conservatoire Couperin et l'association Fortunella pour la promotion des musiques actuelles (répétitions, diffusion, formation).

Tous les deux ans depuis 2009, la Fête médiévale fantastique et féerique attire des milliers de visiteurs dans les rues de la cité médiévale[réf. nécessaire].

On peut signaler également le Festival « Alors on danse ! », dont la 2e édition a eu lieu en mars 2018[31].

SportsModifier

Tournan-en-Brie pratique principalement le basket-ball (SC Gretz-Tournan Basket-Ball) et le handball (SC Gretz-Tournan Handball). Le SC Gretz-Tournan handball est un club formateur ayant à de nombreuses reprises obtenu le label d'or et le label d'argent de la fédération française pour son école de handball qui est d'ailleurs devenue championne de Seine-et-Marne en 2009. Ce club expose de nombreux palmarès depuis 2003.

Le tournoi de handball sur herbe « Hand'Eole » qui a lieu au mois de juin au stade du Val-des-Dames de Gretz-Armainvilliers. Ce tournoi voit des dizaines d'équipes (moins de 10 ans) et (moins de 12 ans) jouer dans un esprit de fête[32].

SécuritéModifier

La commune dispose d'une brigade territoriale de gendarmerie nationale, qui met en place en 2018 des patrouilles de proximité, avec le renfort régulier de pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) de la compagnie de gendarmerie de Melun[33].

Elle dispose également d'une police municipale, qui s'est implantée en 2018 dans les anciens locaux du Trésor public, 55, rue de Paris[34].

ÉconomieModifier

Une zone industrielle composée de PME et de PMI : Chaudronnerie inox, entreprise de peinture, sérigraphie, travaux publics se trouve[Quand ?] dans la commune, ainsi qu'une laiterie, Paris Lait, située en ville[réf. nécessaire].

Dans la zone d’activité de la Terre rouge est construit en 2017-2019 le plus grand entrepôt logistique français, de 180 000 m2, exploité par ID Logistics et qui desservira les magasins Conforama du nord de la France. À la fin des trois tranches de construction, le bâtiment devrait employer 400 salariés[35],[36].

Culture locale et patrimoineModifier

 
Le lavoir des Remparts alimenté par une source.

Lieux et monumentsModifier

  • Ancienne église Sainte-Marie-Madeleine, à la collation de l'archevêque de Paris, supprimée en 1792.
  • Étang d'Armainvilliers. Parc d'Armainvilliers. Abords du château des Boulayes.
  • Château d'Armainvilliers.
  • Château de Combreux.
  • Église Saint-Denis, construite en 1955-1957 par Grandjean, en remplacement de celle du XIIIe siècle démolie par le bombardement du . Recouverte de cuivre.
  • Lavoir des Remparts XVIIIe siècle. Rue Marcel-Micheau (anciennement rue du Four-à-Ban).

Personnalités liées à la communeModifier

Plusieurs personnalités sont originaires de Tournan-en-Brie, tels les peintres Jean-Baptiste Vermay (1786-1833) et Jules Joseph Lefebvre (1836-1911)[37], mais également :

  • Madame Isaac Pereire, Fondation Pereire ;
  • Daniel Rebillard, né le à Tournan-en-Brie, coureur cycliste, champion olympique de la poursuite individuelle en 1968.
  • Laurent Fignon, ancien vainqueur du Tour de France et journaliste sportif, (12 août 1960-31 août 2010), a résidé à Tournan de 1963 à 1974[38].
  • Marcel Vézinat, officier de la Légion d'honneur, officier de l'ordre national du Mérite et titulaire de nombreuses autres décorations, a résidé à Tournan de 1949 à 1953.
  • Claude Santarelli dit Santa, (1925-1979), sculpteur, a également résidé dans la commune.
  • Louis Foy, reporteur, journaliste, officier de la Légion d'honneur, et correspondant attitré pour Europe 1, Paris Presse, AFP aux Nations unies et à la Maison Blanche à Washington, naquit et grandit à Tournan. :
  • Guy Gaucher (1930-2014), religieux.
  • Camille Bernardin, dit Monsieur Camille (1831-1894), natif de Tournan-en-Brie, avocat, maire de Brie-Comte-Robert (1884-1888), conseiller général (1882-1894), fondateur dès 1861 de sociétés horticoles, du Journal des Roses (1877-1914) dont il en sera le rédacteur-en-chef les huit premières années.

Héraldique, logotype et deviseModifier

Les armes de la ville de Tournan-en-Brie se blasonnent ainsi :
De gueules à la porte de ville d'argent, flanquée de deux tours du même, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Roger Moreau, Promenade dans les rues de Tournan, Le Mée-sur-Seine, Lys Éditions Presse - Éditions Amatteis, , 2e éd., 218 p. (ISBN 2-86849-132-4)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NoteModifier

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Pelouses, pâturages naturels, landes et broussailles, végétation sclérophylle, forêt et végétation arbustive en mutation.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Localisation de Tournan-en-Brie » sur Géoportail (consulté le 29 septembre 2018).
  2. a b et c « Ville de Tournan-en-Brie », sur Cartes France (consulté le 29 février 2012)
  3. Sandre, « La Marsange »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de la Queue Mahot (F4776000) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru des Boissières (F4775000) »
  6. Sandre, « Ru des Monbarres »
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Madereau (F4774900) »
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Cours d'Eau 01 de la Commune de Tournan-en-Brie (F4776100) »
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal de la Berthélerie (F4777502) »
  10. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 8 octobre 2018
  11. Climatologie mensuelle - Melun, France.
  12. « Vers un nouveau terminus pour le RER E » », sur leparisien.fr, (consulté le 10 juin 2010)
  13. [PDF] « Procars » (consulté le 29 février 2012)
  14. Site territoires-fr.fr consulté le 29 septembre 2018 sous le code commune 77470
  15. a b c d e f et g « Historique de Tournan-en-Brie », sur Site officiel de Tournan-en-Brie (consulté le 29 février 2012)
  16. a b c d et e Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. « Il y a 68 ans, un déluge de bombes s'abattait sur la ville », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2018) « Ce 22 juin 1944, aux alentours de 19 heures, Tournan-en-Brie a acquis un titre dont elle se serait bien passée. Celui de « ville de Seine-et-Marne la plus sinistrée par les bombardements ».
  18. « Communes décorées de la Croix de guerre 1939-1945 » [PDF], Mémorial des batailles de la Marne - Dormans (51), (consulté le 22 septembre 2018), p. 42.
  19. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de Seine-et-Marne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 11-23 (lire en ligne [PDF], consulté le 21 août 2018).
  20. « Tournan-en-Brie ne rejoindra pas le Val Bréon », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2018).
  21. « Les maires de Tournan-en-Brie », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 22 septembre 2018).
  22. « François Marchal, nouveau maire de Tournan-en-Brie », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne)
  23. Sébastien Blondé, « Municipales : Laurent Gautier(PS) attendu à Tournan », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2018) « Six ans après avoir fait basculer la mairie à gauche pour la première fois de son histoire, le maire (PS), élu en 2008 avec plus de 64% des voix face à François Marchal, l’ancien édile (DVD) décédé en 2009, ne compte pas s’arrêter là ».
  24. Nicolas Sivan, « Municipales : les électeurs cherchent un maire à l'écoute de tous à Tournan », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2018).
  25. Réélu au 1er tour lors des municipales de 2014 : Steveremi, « Tournan plébiscite Laurent Gautier : Foi de Tournanais, jamais un maire n’avait été élu avec un tel plébiscite. Au premier tour, Laurent Gautier terrasse Frédérique Humbert et Martine Clément-Launay », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2018) « Avec près de 900 voix de plus que sa poursuivante directe (la liste Avec vous pour Tournan de Frédérique Humbert), Laurent Gautier s’impose avec le score pharaonique de 54,87 % ».
  26. Pascale De Souza, « Tournan-en-Brie : bientôt un mur antibruit le long de la N 4 : En stand-by depuis des lustres, faute de réponses des instances concernées, la construction de cette protection phonique devrait être effective fin 2018, début 2019 », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2018).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  30. MALT de Tournan-en-Brie Site officiel.
  31. Sé.B., « Tournan-en-Brie : le démon de la danse s’empare de la ville », Le Parisien, édition de Seine-et Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2018).
  32. « Hand'Eole, site officiel » (consulté le 29 février 2012)
  33. Pascale De Souza, « Tournan-en-Brie : les gendarmes se réorganisent pour maîtriser la délinquance : La brigade territoriale de Tournan a réussi quelques belles prises, l’an passé. Elle poursuit sur sa lancée avec l’interpellation d’un voleur de voiture, lundi. Elle va en plus, dès maintenant, mettre en place des patrouilles de proximité », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2018).
  34. Antoine Belhassen, « Tournan-en-Brie : la police municipale a ses nouveaux locaux et bientôt des caméras-piéton : La police municipale de Tournan-en-Brie a fini de s’installer, ce jeudi 5 juillet, dans ses nouveaux bâtiments du centre-ville. Ce déménagement fait partie d’un plan de renforcement voulu par la municipalité », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2018).
  35. Sébastien Blondé, « Tournan-en-Brie : Conforama a inauguré le chantier de son entrepôt géant : Elus locaux et salariés de l’entreprise ont partagé leur joie de voir l’énorme projet d’entrepôt logistique se concrétiser. Le chantier a été présenté officiellement mardi dernier », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2018).
  36. Pascale De Souza, « Tournan-en-Brie : la future plate-forme logistique géante recrute : La ville et l’intercommunalité organisent une grande journée de l’emploi, ce mardi, pour embaucher les trente premières recrues du nouvel entrepôt logistique en cours de construction », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2018).
  37. « Les célébrités de Tournan-en-Brie », sur Site officiel de Tournan-en-Brie (consulté le 29 février 2012)
  38. « Tournan pleure Laurent Fignon », sur Le Parisien (consulté le 29 février 2012)