Tourisme en Afghanistan

Le tourisme en Afghanistan est limité par le contexte géopolitique du pays.

Dans le sens des aiguilles d'une montre: Band-e Amir, Col de Salang, Barrage de Kajaki (en) et Vallée de Korangal (en).

HistoireModifier

Dans les années 1960 et 1970, de nombreux Occidentaux visitent l'Afghanistan, suivant la Hippie Trail pour beaucoup d'entre eux, comme les Beatles en 1968. Cette route part d'Europe de l'Ouest et se rend jusqu'au Népal ou jusqu'à Goa. Le lieu est en particulier prisé des amateurs de cannabis[1]. En 1965, l'Afghanistan intègre l'Organisation mondiale du tourisme[2]. En 1970, le tourisme est une partie importante du revenu national et on estime que le pays reçoit environ 190 000 touristes par an[2].

En 1979, les Talibans empêchent ce tourisme. Le voyage doit être sécurisé et les touristes doivent généralement s'accompagner d'une escorte armée, pour un prix élevé[1]. Les monuments historiques et sites touristiques principaux sont également vandalisés ou rendus inaccessibles par les conflits armés[2]. Le Musée national de l'Afghanistan, à Kaboul, est pillé de 1992 à 1995[2].

En 2016, l'Afghanistan accueille 20 000 touristes[3].

Politique touristique de l'ÉtatModifier

Quelques agences de tourisme locales organisent des séjours, mais le tourisme est essentiellement intra-afghan ; les arrivées d'étrangers baissent considérablement après 2008. En 2016, trois agences de voyage britanniques desservent le pays[1]. L'Afghanistan est le dixième pays le moins visité au monde[4].

Visas afghans fournis de 2014 à 2018
Pays 2018 2017 2016 2015 2014
  Ouzbékistan   38 276[5]   32 130[6]   18 900[7]   15 888[8]
17 802[9]
  Russie   1 450[10]   1 463[11]
1 357[11]
  Autres
Données inconnues

Transports et infrastructuresModifier

Moyens de transportModifier

Les routes sont dangereuses, à l'exception de celle reliant la capitale au Nord du pays[1]. Les talibans attaquent régulièrement les convois et minent les routes, ayant surtout l'objectif de kidnapper des touristes pour exiger une rançon[1],[12].

Sur les longs trajets, il est conseillé de privilégier l'aviation[1]. Le pays compte quatre aéroports internationaux à Mazâr-e Charîf, Kaboul, Kandahar et Hérat[2].

Parc hôtelierModifier

Environ 2 000 Afghans proposent un logement sur le site Couchsurfing en 2019. Les diplomates à Kaboul affirment cependant qu'il s'agit d'un choix très risqué[12]. On comptait environ 80 logements chez l'habitant conventionnés par le gouvernement dans le pays en 2010[2].

DangersModifier

En 2012, le couple nord-américain Caitlan Coleman et Joshua Boyle est enlevé. Ils ne sont secourus qu'en 2017 ; Coleman a donné naissance à trois enfants lors de sa captivité[12].

En 2016, des touristes sont blessés par un tir de roquettes[1].

Principaux points d'intérêtModifier

Parcs nationauxModifier

ItinérairesModifier

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a b c d e f et g « Bons baisers… d’Afghanistan, ou comment être touriste dans le pays », sur Franceinfo, (consulté le )
  2. a b c d e et f (en) Dimitrios Stylidis et Boopen Seetanah, Tourism Planning and Development in South Asia, CABI, (ISBN 978-1-78924-669-8, lire en ligne  )
  3. (en-GB) Navid Ahmad Barakzai, « 20,000 foreign tourists visit Afghanistan annually », Pajhwok,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. (en-US) Gunnar Garfors, « I Traveled Through Afghanistan And Didn't See Another Tourist », sur Business Insider (consulté le )
  5. « Распределение по странам числа граждан Республики Узбекистан, выехавших из Республики Узбекистан в 2018 году », sur stat.uz (consulté le )
  6. « Распределение по странам числа граждан Республики Узбекистан, выехавших из Республики Узбекистан в 2017 году », sur stat.uz (consulté le )
  7. « Распределение по странам числа граждан Республики Узбекистан, выехавших из Республики Узбекистан в 2016 году », sur stat.uz (consulté le )
  8. « Распределение по странам числа граждан Республики Узбекистан, выехавших из Республики Узбекистан в 2015 году », sur stat.uz (consulté le )
  9. « Распределение по странам числа граждан Республики Узбекистан, выехавших из Республики Узбекистан в 2014 году », sur stat.uz (consulté le )
  10. « Выезд граждан РФ, 2018-17 гг. », sur atorus.ru (consulté le )
  11. a et b « Выезд граждан РФ, 2016-17 гг. », sur atorus.ru (consulté le )
  12. a b et c « Tourisme. Faire du « couchsurfing » en Afghanistan, « c’est naïf et inconscient » »  , sur Ouest-France, (consulté le )