Tour Auto Optic 2000

Tour Auto Optic 2000
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean Ragnotti au Tour Auto Optic 2000
Généralités
Sport Compétition automobile
Création 1992
Autre(s) nom(s) Tour de France Automobile Historique
Tour Auto
Tour Auto Lissac
Organisateur(s) Patrick Peter (Peter Auto)
Éditions 27
Catégorie Compétition automobile
Périodicité Annuel
Lieu(x) Grand Palais (Paris)
Participants 230
Site web officiel Tour Auto Optic 2000

Palmarès
Plus titré(s) Hans Hügenholtz (6 victoires)
+ 1 victoire en copilote

Organisée la première fois en 1992, le Tour Auto est une compétition de voitures historiques créée par l'organisateur d'événementiels automobiles Peter Auto dont le départ est donné à Paris, des Jardins du Trocadéro à l'origine puis du Grand Palais depuis 2012. Cette course annuelle, qui réunit 200 à 240 équipages, traverse la France en cinq jours et elle est ponctuée d'épreuves chronométrées sur circuit et de spéciales sur des portions de route fermées.

HistoireModifier

PréludeModifier

 
Tour de France automobile 1899

À partir de 1899, une course automobile nommée Tour de France automobile est organisée par l’Automobile Club de France. Elle est constituée d'une alternance entre circuits et spéciales sur route avec des parcours de liaison, et se déroule à travers la France sur une boucle de 2 200 kilomètres et jusqu'à 4 000 kilomètres. Elle rassemble les voitures contemporaines de l'époque que sont les De Dion-Bouton, Panhard-Levassor, Amédée Bollée ou encore Mors. Après plusieurs interruptions et relances, la course disparaît définitivement en 1986, pour sa 50e édition, suite aux contraintes économiques liées à la crise du pétrole et faute de sponsors et de participants.

HistoriqueModifier

 
Patrick Peter, organisateur du Tour Auto Optic 2000

En 1992, la société organisatrice de compétitions automobiles Peter Auto[1] fondée par Patrick Peter, avec l’appui de passionnés d'automobiles et d'inconditionnels de l'épreuve, décide de faire renaître le Tour de France automobile à travers une rétrospective qui prend le nom de « Tour de France Automobile Historique », mais sous la forme d’une course historique rythmée par des épreuves chronométrées sur circuits et sur sections fermées (rallye), reliées par un itinéraire de liaison sur les routes de l'hexagone. À la différence de l'épreuve originelle qui emmenait des voitures contemporaines, le Tour Auto de Patrick Peter fait concourir des véhicules historiques qui ont participé à l’histoire du Tour de France automobile.

La première édition est un succès, 128 voitures historiques rallient Paris à Nice en passant par les circuits de Nevers Magny-Cours, du Mas du Clos et Paul Ricard. En 1994, en seulement trois années, la nouvelle mouture du Tour Auto est devenue la compétition de référence des Véhicules Historiques de Compétition (VHC).

En 1998, l'ASO, organisateur du Tour de France cycliste, impose l'abandon de l'appellation « Tour de France » pour cette compétition automobile. Elle est alors rebaptisée « Tour Auto », et l'ASA Tour Auto (Association Sportive Automobile) est créée en même temps.

Le spécialiste de la vue Lissac Opticien rejoint le rallye en 2004 pour y associer son nom comme sponsor principal. Le Tour Auto change alors de nom est devient « Tour Auto Lissac ». L'enseigne d'optique est rachetée en 2005 par l'opticien Optic 2000, et en 2009 la compétition historique prend le nom de « Tour Auto Optic 2000 ».

OrganisationModifier

 
Le Tour Auto Optic 2000 au Grand Palais (Paris)

L'événement se déroule sur six jours dont cinq de courses à travers la métropole. Le lundi, l'ensemble des véhicules historiques est exposé sous la coupole du Grand Palais pour une présentation au public (de 10h00 à 17h00), où chaque année plus de 10 000 spectateurs viennent admirer les bolides du Tour auto. La journée se clôture par une soirée où les équipages, sponsors et personnalités se retrouvent, en préambule d'une semaine bien chargée en émotion, pour échanger sur leur passion de l’automobile. Dès le mardi matin la course commence, les équipages s'élancent sur les routes par catégorie et suivant un roadbook jusqu'à l'arrivée le samedi.

Chaque année un nouveau parcours est établi avec une arrivée dans une ville différente et une marque (ou un modèle) est mis à l'honneur. Chaque jour, les participants effectuent des épreuves chronométrées sur circuit et/ou sur route fermées, et se retrouvent pour le déjeuner dans un lieu historique et en fin de journée, dans une ville étape, pour un dîner gastronomique.

CatégoriesModifier

Le Tour Auto Optic 2000 propose deux catégories[2] lors de l'inscription au rallye : Régularité et Compétition. Signe distinctif : les véhicules inscrits en catégorie « Régularité » reçoivent un numéro "Rouge" sur fond blanc, tandis que la catégorie « Compétition » reçoit un dossard avec un numéro "Noir" sur fond blanc.

  • Régularité (n° 1 à 149) :

C'est la précision qui l'emporte, les équipages doivent tenir un temps imparti et une vitesse moyenne préalablement sélectionnée durant chacune des spéciales[3], la vitesse ne compte pas. Ainsi, dans les épreuves sur circuit les concurrents choisissent un temps à respecter lors d'une séance d'essais. Alors que pour les épreuves sur route fermée, l'équipage doit déclarer un temps et s'y conformer mais sans essai. Une tenue de sport suffit, et le port du casque n'est requis que lors des épreuves chronométrées. Contrairement à la catégorie "Compétition", le co-pilote peut rester dans le véhicule lors des épreuves circuits.

  • Compétition (n° 150 à 299) :

Seul le temps compte dans les épreuves chronométrées (spéciales et circuits). Les équipages doivent porter un casque et une combinaison ignifugée durant la compétition.

Les classements Compétition et Régularité sont divisés en trois sous-catégories :

  • VHC pour les voitures d'avant 1966 (seule une voiture VHC peut remporter la compétition);
  • G pour les voitures produites de 1966 à 1971);
  • H/I pour les voitures produites de 1972 à 1981.

S'ajoute l'Indice de Performance dans chaque catégorie :

  • Un coefficient est attribué à chaque auto : les performances et la cylindrée du véhicule diminue ce coefficient qui sert à multiplier le temps final.

ÉligibilitéModifier

Pour être éligible au Tour Auto Optic 2000, les voitures (ou modèles identiques) doivent avoir disputées le Tour de France automobile entre 1951 et 1973[4].

Les participants sont des Gentlemen drivers (hommes d'affaires, collectionneurs, artistes…) ou d'anciens pilotes professionnels, qui sont en moyenne pour moitié des étrangers venus d’une trentaine de pays à travers l’Europe et le monde, et les équipages sont constitués d'un pilote et d'un copilote par voiture.

DépartModifier

 
Jardins du Trocadéro
 
Grand Palais

Selon les éditions, l'exposition et le départ des voitures a été donné de plusieurs sites mais toujours à Paris[5].

Contrairement aux autres sites, le Grand Palais présente une exposition des véhicules à l'intérieur d'un bâtiment. Peter Auto s'efface ainsi des contraintes météorologiques et offre des possibilités de présentation aux partenaires pour des expositions éphémères, un gain pour la sécurité des véhicules historiques et des facilités d'exposition nettement supérieure qu'en extérieur pour la disposition des voitures, ainsi qu'une entrée payante aux spectateurs (sur présentation du programme officiel). Grâce au Tour Auto Lissac 2007, le Grand Palais recevait pour la première fois depuis 1961 une exposition de voitures[6].

Le départ du Grand Palais est virtuel, la course ne pouvant débuter dans la circulation dense de la capitale. Tous les équipages partent très tôt le mardi matin pour rejoindre le point de départ officiel de la course[7], qui peut varier selon l'itinéraire du Tour, tel le Château de Courances dans l'Essonne[8] qui en est régulièrement le point d'orgue.

ArrivéeModifier

Si le départ se fait toujours de la capitale, l'arrivée varie en fonction de l'itinéraire choisi par l'organisation, avec une large dominance pour la ville de Biarritz, ou pour la côte méditerranéenne avec Cannes, Nice, Beaulieu-sur-Mer et Saint-Tropez.

Les villes d'arrivée du Tour Auto Optic 2000
Ville d'arrivée Département Édition
Biarritz Pyrénées-Atlantiques 1995-1997-2000-2002-2005-2011-2015-2017
Cannes Alpes-Maritimes 1999-2001-2003-2006-2016
Nice Alpes-Maritimes 1992-1993-1994-1996-2012-2018
La Rochelle Charente-Maritime 1998-2013
Marseille Bouches-du-Rhône 2008-2014
Beaulieu-sur-Mer Alpes-Maritimes 2010
Deauville Calvados 2009-2019
Évian-les-Bains Haute-Savoie 2007
Saint-Tropez Var 2004
Marseille Bouches-du-Rhône 2020

Les circuitsModifier

 
Circuit de Linas-Montlhéry
 
Circuit de Spa-Francorchamps

Le Tour Auto Optic 2000 fait escale sur les circuits automobiles de l’Hexagone pour effectuer les épreuves chronométrées du rallye. En 2009, il a dérogé à la règle en emmenant les équipages pour une virée hors des frontières françaises et s’est rendu en Belgique sur le circuit de Spa-Francorchamps et en Allemagne sur le circuit du Nürburgring. En fonction de l'itinéraire de chaque édition, certains circuits sont devenus des privilégiés du Tour Auto tel le Circuit de Charade qui a reçu à douze reprises le rallye, grâce notamment à sa proximité avec la capitale, ville hôte du départ.

Circuits ayant reçu le Tour Auto depuis 1992
Pays Circuit Région Édition
  Allemagne Nordschleife Rhénanie-Palatinat 1999
  Belgique Spa-Francorchamps Wallonie 1999-2009
  France Albi Occitanie 1993-1995-1997-2000-2001-2004-2007-2013-2015-2017-2020
  France Anneau du Rhin Alsace 2014
  France Bresse Bourgogne-Franche-Comté 1994-2009-2010-2012-2014-2016-2018
  France Bugatti (Le Mans) Pays de la Loire 1993-1996-2001-2004-2007-2011-2013-2017-2019
  France Charade Auvergne-Rhône-Alpes 1996-1998-1999-2002-2003-2005-2006-2007-2008-2010-2012-2015-2019-2020
  France Chenevières Lorraine 2009
  France Dijon-Prenois Bourgogne-Franche-Comté 1994-1998-2000-2003-2006-2008-2009-2012-2014-2016-2018-2019
  France Lédenon Occitanie 2002-2003-2004-2006-2016-2018-2020
  France Magny-Cours Bourgogne-Franche-Comté 1992-1999-2000-2002-2005-2006-2008-2010-2013-2015-2019-2020
  France Mas du Clos Nouvelle-Aquitaine 1992-1995-1996-1998
  France Montlhéry Île-de-France 1993-1994-1995-1996-1997-1998-2020
  France Nogaro Occitanie 1995-1997-2000-2002-2004-2005-2011
  France Pau-Arnos Nouvelle-Aquitaine 2005-2011-2015-2017
  France Paul-Ricard (Le Castellet) Provence-Alpes-Côte d'Azur 1992-1994-1999-2008-2010-2012-2014-2016-2018
  France Pôle Mécanique Alès-Cévennes Languedoc-Roussillon 2012
  France Val de Vienne (Le Vigeant) Nouvelle-Aquitaine 1993-1997-2001-2004-2007-2011-2013-2017

AnimationsModifier

MiniTourModifier

Lancé en 2011 lors de la 20e du Tour Auto, le MiniTour[9] reçoit les enfants de 6 à 13 ans (entre 1,25 m et 1,60 m) sur un circuit fermé et leur permet de découvrir l’apprentissage de la conduite à bord de mini véhicules grâce aux conseils d'animateurs, et aux parents pendant ce temps d'admirer les voitures du Tour Auto Optic 2000 lors des étapes. Depuis 2015, le MiniTour est présent à Paris, le week-end avant le départ, où la piste est installée dans le Jardin des Tuileries.

PréventionModifier

 
Optic 2000, au volant la vue c’est la vie

À partir de 2004, l'opticien Lissac, qui est le sponsor du rallye, lance une opération avec la marque de lunettes Serengeti, dénommée « Mieux voir, conduire plus sûr »[10]. Elle consiste à informer le public des problèmes visuels causés par les reflets, ceux-ci pouvant gêner la vue lors de la conduite automobile.

En 2009, le spécialiste de l'optique français Optic 2000 devient le sponsor principal de la compétition. Tout au long du rallye, l'opticien profite de sa présence sur les routes de France, pour développer une campagne de prévention visuelle pour les pilotes et spectateurs de tous âges, avec le slogan « au volant la vue c’est la vie »[11]. Depuis, ce sont 10 500 tests visuels et 12 150 tests auditifs qui ont été effectués.

PartenairesModifier

 
BMW partenaire du Tour Auto au Grand Palais

Depuis ses débuts en 1992 l'événementiel automobile du Tour Auto reçoit l'appui de nombreux partenaires, tels :

  • Optic 2000
    • Sponsor principal de l'épreuve
  • BMW
    • Fournit les véhicules de l'organisation
  • Zenith (jusqu'en 2018)
    • Chronométreur officiel. Zenith propose un chronographe "Chronomaster El Primero Open Tour Auto Edition"[12]
  • Rebellion Timepieces SA (à partir de 2019)
    • Chronométreur officiel. Rebellion Timepieces a conçu deux nouvelles versions de ses montres Wraith et Revolt (50 pièces chacune) pour célébrer ce partenariat.
  • Vicomte A
  • Motul
  • Le Point
  • Bosch Car Service

Les chiffresModifier

  • Itinéraire entre 2 000 km et 4 000 km;
  • En moyenne 220 véhicules en compétition (2018 : 245);
  • 100 voitures d'assistance et 80 d'organisation;
  • 700 personnes en compétition selon le rallye;
  • 100 000 spectateurs le long du parcours et 10 000 spectateurs au Grand Palais;
  • 2 500 chambres d'hôtel au total;
  • 1 500 repas par jour;
  • 250 journalistes accrédités;
  • 20 nationalités de cinq continents;
  • 120 personnes pour la caravane qui suit le Tour;
  • + les commissaires de piste, services de sécurité, ASA locales des régions, villes ou circuits visités.

En 2016, BMW qui est partenaire officiel du Tour Auto a fourni 80 véhicules pour l'assistance, et 5 BMW M[13], dont la BMW M4 série limitée "Tour Auto", pour les voitures ouvreuses sur les spéciales fermées et les épreuves chronométrées.

PalmarèsModifier

CompétitionModifier

 
Jean-Pierre Lajournade (2020), triple vainqueur du Tour Auto
Palmarès catégorie VHC Compétition du Tour Auto
Édition Pilote Copilote Voiture
Tour de France Automobile Historique
1992   Georges Sevin   Alain Baratta Porsche 911 2 litres
1993   Nico Koel   Hans Hügenholtz Ferrari 365 GTB/4 Daytona Competizione
1994   John Lewis   Bobby Bell Ford GT40
1995   Jürgen Barth Porsche 911 Carrera RSR 2,8 litres
1996   David McErlain   Andrew Merifield Ford GT40
1997   Henri Pescarolo   Johnny Rives AC Cobra
Tour Auto
1998   Walter Röhrl   Christian Geistdörfer Porsche 356
1999   Hans Hügenholtz   Laurence Hügenholtz Ford Mustang Shelby GT 350
2000   Hans Hügenholtz   Laurence Hügenholtz Ford GT40
2001   Hans Hügenholtz   Hartmut Ibing Ford GT40
2002   Christopher Chiles   David Mountford Ford GT40
2003   Christopher Chiles   David Mountford Ford GT40
Tour Auto Lissac
2004   Hans Hügenholtz   Laurence Hügenholtz Lotus Elan
2005   John Sheldon   Lesley Stevens Lotus Elan
2006   Hans Hügenholtz   Laurence Hügenholtz Lotus Elan
2007   Hans Hügenholtz[14]   Laurence Hügenholtz Lotus Elan
2008   Ludovic Caron   Didier David AC Cobra
Tour Auto Optic 2000
2009   Shaun Lynn   Kevin Kivlochan Ford GT40
2010   Jean-Pierre Lajournade   Denis Baron Lotus Elan
2011   Ludovic Caron   Didier David AC Cobra
2012   Shaun Lynn   Kevin Kivlochan AC Cobra
2013   Carlos Monteverde   Gary Pearson AC Cobra
2014   Shaun Lynn   Kevin Kivlochan AC Cobra
2015   Jean-Pierre Lajournade   Christophe Bouchet Jaguar Type E 3.8 cabriolet hard-top
2016   Jean-Pierre Lajournade   Christophe Bouchet Jaguar Type E 3.8 cabriolet hard-top
2017   Andrew Smith   James Cottingham Ford GT40
2018   Raphaël Favaro   Yves Badan Lotus Elan 26R
2019   Raphaël Favaro   Yves Badan Lotus Elan 26R

RégularitéModifier

Palmarès catégorie VHC Régularité du Tour Auto[15],[16],[17]
Édition Pilote Copilote Voiture
Tour de France Automobile Historique
1992   Peter Binns   Pascal Collard Ford Cortina
1993   Damien Köhler   Maltzan Austin-Healey 100/4
1994   Yves Saguato   Christophe Saguato Lancia Stratos
1995   Robinet   Chalseche NSU 1000 TTS
1996   Richard Weiland   Georges Walter Mercedes-Benz 300 SL
1997   Jean-Claude Thiriet   Yves Meffray Triumph TR3 A
Tour Auto
1998   Alexander Berstein   Eike Klages Jaguar XK120
1999   Peter Lindner   Lindner Porsche 904 GTS
2000   Peter Krieglsteiner   Berger Porsche 356 A
2001   Martin Sucari   José Luis Celada Ferrari 365 GTB/4
2002   Martin Sucari   José Luis Celada Ferrari 365 GTB/4
2003   Martin Sucari   José Luis Celada Ferrari 365 GTB/4
Tour Auto Lissac
2004   Martin Sucari   Maximo Baccanelli Ferrari 250 GT Lusso
2005   Alexandre de Lesseps   Hansueli Brand Aston Martin DB4 GT
2006   Robert Linwood   Ann Linwood Alfa Romeo Giulia
2007   Robert Linwood   Ann Linwood Citroën SM
2008   Robert Linwood   Ann Linwood Porsche 911 Carrera RS 2,7 ℓ
Tour Auto Optic 2000
2009   James Willis   Fiona Willis MG A
2010   Carlos De Miguel   Secundino Suarez Ferrari 275 GTB
2011   John Ruston   Jeremy Haylock Porsche 356 Speedster
2012   Jean-François Nicoules   Patrice Gauthier Ford Mustang
2013   Jean-Francois Nicoules   Francois Nicoules Ford Mustang
2014   Georges-Henri Meylan   Julien Tervinou Alpine A110 1600 S
2015   Jean-Francois Nicoules   Francois Nicoules Alpine A110 1600 S
2016   Martin H. Sucari   Francisco Sucari Ferrari 250 GT Berlinetta
2017   Tomas Hinrichsen   Solange Mayo Maserati 200 SI
2018   Jean Rigondet   Olivier Souillard CG 1200 S
2019   Éric Hamoniau   Edouard Lotthe Ferrari 250 GT Lusso

Les éditions du Tour automobileModifier

Le Tour Auto, sous ses différentes appellations que sont Tour de France Automobile Historique (1992-1997), Tour Auto (1998-2003), Tour Auto Lissac (2004-2008) et Tour Auto Optic 2000 (2009-), se déroule chaque année et commence à Paris.

1re édition (1992)Modifier

Du 22 au 26 avril, 128 voitures historiques s'élancent pour le premier « Tour de France Automobile Historique » et traversent la France en partant de Paris, pour se rendre à Orléans, Vichy, Nîmes, Cannes et finir à Nice, et en passant par les circuits de Nevers Magny-Cours, du Mas du Clos et Paul Ricard.

Cette première édition est remportée par Georges Sevin et Alain Baratta avec leur Porsche 911 2 litres de 1965.

2e édition (1993)Modifier

La seconde édition (21 au 24 avril) emmènent les équipages au Mans, puis Cognac et Albi pour une arrivée à Nice avec des épreuves sportives sur les circuits de Montlhéry, Le Mans, Val de Vienne et Albi. Cinq Ferrari 250 GTO (Gran Turismo Omologato) sont au départ de la course.

La première marche du podium reçoit le pilote Nico Koel et son copilote Hans Hügenholtz pour leur première victoire sur le rallye, à bord de leur Ferrari 365 GTB/4 Daytona Competizione.

3e édition (1994)Modifier

Le nombre de participants continue de progresser avec 170 concurrents internationaux qui s'élancent de Paris avec 35 Ferrari, du 13 au 16 avril 1994, vers Dijon, Aix-les-Bains, Avignon, Mont-Ventoux, pour un final à Nice, quasiment sous la pluie tout le long du parcours.

C'est John Lewis et Bobby Bell qui remportent l'épreuve au volant de leur Ford GT40.

4e édition (1995)Modifier

L'édition 1995 se termine pour la première fois à Biarritz, dans les Pyrénées-Atlantiques avec la victoire de Jürgen Barth. Elle se déroule du 26 au 29 avril et rejoint les villes de Tours, Clermont-Ferrand et Albi en passant par Laguiole, Rodez et les circuits de Monthléry, Mas du Clos, Albi et pour la première fois Nogaro.

5e édition (1996)Modifier

1996 est certainement l'édition la plus difficile dans la mémoire des pilotes. Elle se termine à Nice avec la victoire de l'équipage de la Ford GT40 n°26 de David Mc Erlain et Andrew Merifield. 180 équipages étaient inscrits à cette 5e édition (du 24 au 27 avril) qui s'est rendue au Mans, Vichy et Avignon.

6e édition (1997)Modifier

 
Henri Pescarolo

C'est parmi les 205 participants arrivés à Biarritz qu'Henri Pescarolo fête sa première victoire au Tour Auto, avec sa Shelby AC Cobra préparée par l’atelier ATS au Mans, aux couleurs de la « Fondation Carroll Shelby »[18], après les quatre villes étapes inédites que sont Poitiers (au Futuroscope), Limoges, Bordeaux et Carcassonne, entre le 23 et 26 avril.

7e édition (1998)Modifier

Cette année est une édition particulière dans l'histoire de la compétition. L'organisateur du Tour de France, épreuve cycliste, impose l'abandon de l'appellation « Tour de France Automobile ». Le rallye est alors rebaptisé Tour Auto.

L'arrivée se fait à La Rochelle le 18 avril 1998, en passant par Dijon, Annecy et Vichy. Ce sont les circuits de Montlhéry, Dijon, Charade et pour la dernière fois Le Mas du Clos qui reçoivent les épreuves chronométrées.

8e édition (1999)Modifier

 
Circuit de Nordschleife
 
Maserati A6G CS

Du 20 au 24 avril, le Tour Auto fête le centenaire (1899-1999) du Tour de France automobile et quitte pour la première fois la France avec un passage sur les circuits de Spa en Belgique, et du Nordschleife (ex Nürburgring) en Allemagne.

On retrouve ainsi sur la route, et dans les villes étapes de Spa, Mulhouse, Vichy, Avignon et à l'arrivée à Cannes, une Maserati A6G CS, un collection de Ferrari 250 GT Coupé Boano, SWB Berlinetta, TDF, des Ferrari 365GTB/4 Daytona, une Dodge Viper et même une Porsche 911 GT1.

Hans Hügenholtz monte sur le podium à Cannes, toujours accompagné de sa femme Laurence.

9e édition (2000)Modifier

Le Tour Auto de l'an 2000 se termine une nouvelle fois à Biarritz, après s'être rendu à Dijon, Vichy, Nîmes et Toulouse du 11 au 15 avril. Le Tour Auto reçoit Jean Rédélé à bord d'une Alpine berlinette 1800 cm3 Groupe IV de 1973.

10e édition (2001)Modifier

Le parcours du rallye (du 10 au 14 avril), qui passe par Le Mans, Bordeaux, Carcassonne, Aix-en-Provence et Cannes, est constitué de dix épreuves spéciales sur route et de trois courses sur circuits (Bugatti, Val de Vienne et Albi).

C'est Hans Hügenholtz qui remporte la 10e édition du Tour Auto by Peter Auto, avec Hartmut Ibing comme co-pilote.

11e édition (2002)Modifier

Se déroulant du 16 au 20 avril, le 11e rallye est remporté par l'équipage composé de Christopher Chiles et David Mountford sur Ford GT 40 (n°56), avec une arrivée au Pays basque à Biarritz sur la place Sainte-Eugénie, précédée d'un passage (étape) à Vichy, Avignon, et pour la première fois en Andorre puis Toulouse. Cette édition comprend sept spéciales sur route dont le col d'Ordino (Andorre), le col du Chioula (Ariège), Molandier (Aude) et Arzacq (Pyrénées- Atlantiques).

Des modèles rares accompagnent les équipages telles une Delahaye 148 carrossée par Antem, une Honda N 600, une Auto Union 1000 (1960), une Maserati A6 GCS, une Lancia Stratos, une Lamborghini Miura SV et une Frazer-Nash. Cette année, le pilote Jacques Laffitte participe pour la première fois à l'événement, où à Magny-cours, il a violemment percuté le mur de pneus avec son AC Cobra Daytona.

12e édition (2003)Modifier

Comme l'année précédente, c'est l'équipage Chiles/Mountford qui remporte l'édition 2013 (8 au 12 avril) du Tour Auto, sur une Ford GT 40 dont c'est la 6e victoire depuis 1992. Les villes étapes sont Dijon, Vichy, Aix-les-Bains et Nîmes avec une arrivée sur la Croisette à Cannes, le parcours comptant neuf épreuves spéciales et trois circuits qui sont Dijon, Charade et Lédenon.

13e édition (2004)Modifier

À partir de cette édition 2004, le Tour Auto est nommé "Tour Auto Lissac"[19].

Autres nouveautés de la 13e édition, l'arrivée se fait sur la Côte d'Azur à Saint-Tropez et une épreuve sur circuit est disputée à chaque étape du déjeuner : Le Mans, Le Vigeant, Nogaro, Albi et Lédenon. Les étapes du soir sont Tours, Bordeaux, Carcassonne et Montpellier.

La course, du 20 au 24 avril, est remportée une nouvelle fois par Hans Hügenholtz avec sa Lotus Elan.

14e édition (2005)Modifier

Après 1 643 km, les 240 concurrents se retrouveront pour la 5e fois à Biarritz après être passés, entre le 26 et le 30 avril, par Vichy, Clermont-Ferrand, Toulouse et Pau, et les circuits de Magny-Cours, Charade, Nogaro et Pau-Arnos.

Pour la première fois depuis 1992, les équipages sont partis de l'Esplanade des Invalides[20] à Paris, avec à leur tête le dossard n°1 porté par une Citroën 2 CV de 1960, en état d'origine. Après 2 000 km de parcours, c’est l'équipage John Sheldon et Lesley Stevens qui s’impose avec leur Lotus Elan[21].

À l'occasion de la 64e édition du Tour Auto (classique + historique), Hermès consacre une montre « Hermès Tour auto 2005 » éditée à 64 exemplaires numérotés[22].

15e édition (2006)Modifier

 
Jean Ragnotti

Cette année les 240 concurrents ont rejoint les étapes de Dijon, Beaune, Vichy, Châteauneuf-sur-Isère, Nîmes et Cannes en passant par les circuit de Magny-Cours, Dijon-Prenois, Charade et Lédenon.

Eric Comas est présent avec son écurie d'Alpine « Comas Historic Racing », accompagné de l'acteur Claude Brasseur. De nombreux pilotes professionnels sont inscrits sur cette édition tels les « champions de France des rallyes » Bernard Consten et François Chatriot, ou le fidèle du Tour Auto Jean Ragnotti.

Hans Hügenholtz remporte sa 6e victoire[23] à Cannes le 29 avril 2006.

16e édition (2007)Modifier

 
Ferrari 250 GT TDF

Le Tour Auto Lissac 2007 (du 24 au 28 avril) rend hommage aux Ferrari 250 GT Berlinetta « Tour de France », qui ont triomphé en 1957, 1958 et 1959 au Tour de France automobile en catégorie GT avec les Belges Olivier Gendebien et Lucien Bianchi.

Cette année l’itinéraire fait étape à Poitiers, Sarlat, Albi et Vichy alors que l'arrivée du Tour Auto trouve son terme à Évian.

Doublé 2006-2007 pour Hans Hügenholtz qui remporte son 7e trophée sur le Tour Auto Lissac.

17e édition (2008)Modifier

 
Alpine A110

L'arrivée de cette édition se fait à Marseille, après les étapes de Beaune, Vichy, Brive et Avignon. Les concurrents ont profité des circuits de Dijon-Prenois, Magny-Cours, Charade et du Castellet pour les épreuves de course.

L'édition 2008 (du 15 au 19 avril) met à l'honneur la marque automobile Osca et rend hommage à Jean Rédélé, fondateur du constructeur d'automobiles sportives françaises Alpine, décédé le , qui avait participé au Tour Auto en 2000 avec son fils Jean-Charles Rédélé. Dix-huit Alpine participent à l'épreuve en hommage à leur créateur.

On retrouve trois AC Cobra aux trois premières places du classement, avec la victoire de Ludovic Caron pour le dernier Tour Auto Lissac.

18e édition (2009)Modifier

Pour cette édition du 21 au 25 avril 2009, c'est la Jaguar Mk1 qui a droit aux honneurs. Le tour auto s'installe dans les Jardins des Tuileries à Paris au lieu du Grand Palais. Le trajet passe par Beaune, Mulhouse, Marcq-en-Barœul, et sort des frontières avec le Luxembourg et la Belgique pour revenir en France et finir à Deauville, avec un départ de Montlhéry et une étape sur les circuits de Dijon Prénois[24], Bresse, Chenevières, et Spa-Francorchamps.

2009 est l'année où le Tour Auto change de nom est devient « Tour Auto Optic 2000 », et il met à l'honneur le cinquantenaire de la première victoire des Jaguar Mk1/Mk2 au Tour de France automobile.

Les pilotes Jean Ragnotti et Érik Comas étaient de la partie cette année et c'est Shaun Lynn avec une Ford GT40 qui a remporté l'édition 2009[25], la première sous le nom Tour Auto Optic 2000.

19e édition (2010)Modifier

20 au 24 avril 2010. Ferrari est à la fête avec la Ferrari 250 Berlinetta Passo Corto (Châssis Court), dont 17 modèles sont présents sur le Tour Auto à l'occasion du cinquantenaire de leur première victoire au Tour de France Automobile. Elles sont accompagnées de deux Ferrari 250 GTO, dix Ferrari 275 GTB4, des Porsche 356, deux Porsche 906 et une Porsche 910, des AC Cobra, deux Ligier JS2, et de trois Lancia Stratos Gr IV .

Le parcours au départ de Fontainebleau rejoint Vichy, Lyon, Megève, Aix-en-Provence pour finir à Beaulieu-sur-Mer. Avec une étape sur les circuits de Magny-Cours, de Charade, de Bresse et le Castellet[26], comptant 136 voitures en catégorie régularité et 114 en compétition.

Victoire de Jean-Pierre Lajournade avec une Lotus Elan[27].

20e édition (2011)Modifier

La 20e édition du Tour Auto met à l'honneur le carrossier Zagato, avec la présence d'Alfa Romeo Giulia TZ et de deux Aston Martin DB4 GT Zagato. Cette édition se déroule du 12 au 16 avril, où 220 voitures rejoignent Biarritz (comme en 1995, 1997, 2000, 2002 et 2005) en passant par Poitiers, Objat, Bordeaux et Pau[28]. Avec des épreuves aux circuits Bugatti, Val de Vienne, Nogaro et Pau-Arnos.

Ludovic Caron remporte le rallye avec une AC Cobra de 1963.

21e édition (2012)Modifier

 
Shaun Lynn en AC Cobra

Ce sont 230 équipages qui sont inscrits du 17 au 21 avril 2012 comprenant entre autres deux Mercedes 300 SL, une Alfa Romeo 1900 SS Zagato, trois Ferrari 250 GTO et Chevrolet Corvette de 1972. Le Tour Auto Optic 2ooo fera étape à Beaune, Aix-les-Bains, Clermont-Ferrand et Nîmes avant de rejoindre la Côte d'Azur à Nice.

Après trois ans d’absence, le Tour Auto Optic 2ooo fait son retour au Grand Palais. Cette année BMW présente une exposition intitulée « BMW Art Car ».

Le vainqueur est Shaun Lynn au volant de l'AC Cobra (n°201).

22e édition (2013)Modifier

À l'occasion de l'édition 2013, BMW présente un modèle unique créé spécialement en l’honneur du Tour Auto : la BMW M6 Coupé édition Tour Auto exposée au Grand Palais.

Cette 22e édition reçoit 240 engagés du 23 au 27 avril, sur 2 187 km entre Paris, Orléans, Vichy, Albi, Limoges et La Rochelle. Des épreuves chronométrées se passe sur les circuits Bugatti du Mans, de Magny-Cours dans la Nièvre, d'Albi dans le Tarn et le Circuit du Val de Vienne dans la Vienne. De nombreuses Aston Martin sont présentes à l'occasion du Centenaire (créée en 1913 par Lionel Martin et Robert Bamford) de la marque.

Cette édition 2013 rend hommage à Ferdinand Alexander Porsche, le père de la Porsche 911, décédé le , en mettant à l'honneur les Prototypes Porsche.

Troisième victoire consécutive pour l'AC Cobra avec cette fois-ci Carlos Monteverde aux commandes[29], devant Jean-Pierre Lajournade (2e).

23e édition (2014)Modifier

 
4e victoire consécutive pour une AC Cobra

Ce sont 237 équipages (104 en Régularité, 133 en Compétitions) qui partent à Marseille, du 8 au 12 avril, avec pour 1re étape Dijon puis Mulhouse, Aix-les-Bains, Valence. Cette année de nombreux pilotes sont présents pour la course pour disputer les quatre courses sur circuit (Dijon-Prenois, Anneau du Rhin, Bresse, Paul Ricard) et neuf spéciales sur routes fermées : Érik Comas, Olivier Panis, Mark Blundell, François Delecour, Juha Kankkunen et Armin Schwarz.

Ce 23e Tour Auto de Patrick Peter met à l'honneur les marques BMW et Mini.

Arrivé à Marseille, Shaun Lynn remporte une nouvelle victoire au Tour Auto Optic 2000 avec son AC Cobra (n°213)[30], devant Jean-Pierre Lajournade encore une fois 2e avec sa Jaguar Type E Coupé.

24e édition (2015)Modifier

La 24e édition (21 au 25 avril) mets les barquettes (voitures de course ouvertes) à l’honneur[31]. Cette édition 2015 du Tour Auto passe par Vichy, Clermont-Ferrand, Toulouse puis Pau avant un final en région Nouvelle-Aquitaine à Biarritz avec 225 voitures engagées. Les circuits sont Magny-Cours, Charade, Albi et Pau pour les épreuves de courses. On note la présence de nouvelles personnalités avec Simon Le Bon, le Chanteur de Duran Duran, ou Félix Baumgartner le parachutiste extrême.

2e victoire de Jean-Pierre Lajournade et sa Jaguar Type E 3.8 cabriolet hard-top (n°201), accompagné de son copilote Christophe Bouchet, avec 31 secondes d'avance sur Ludovic Caron après 1 907 kilomètres parcourus.

25e édition (2016)Modifier

 
BMW 3.0 CSL Hommage R

Cette année (19 au 23 avril), 237 équipages ont concouru entre Beaune, Lyon, Valence et Marseille, avant l’arrivée sur la Croisette à Cannes après 1 997 kilomètres. Triumph TR4, Ford Mustang 1967, AC Cobra et Ford GT40 étaient présentes sur les circuits de Dijon-Prenois, Bresse, Lédenon et Paul Ricard, avec une nouveauté, une boucle nocturne à Cannes.

BMW a présenté la BMW M4 Tour Auto Edition, une berline sportive limitée à 5 exemplaires, exposée aux côtés du concept BMW 3.0 CSL Hommage R.

3e victoire et seconde consécutive de Jean-Pierre Lajournade, encore une fois juste devant Ludovic Caron et sa Cobra 289.

26e édition (2017)Modifier

 
Vainqueur du Tour Auto 2017

242 voitures de collection sont réunis du 25 au 30 avril pour un Paris-Biarritz[32], via, pour la première fois de l‘histoire du Tour Auto, une étape en Bretagne à Saint-Malo, puis direction Nantes, Limoges et Toulouse, le tout agrémenté d’épreuves chronométrées (Compétition ou Régularité) sur quatre circuits (Le Mans, Val de Vienne, Albi, Pau-Arnos) et 11 épreuves spéciales sur routes fermées.

Cette année ce sont les marques et préparateurs français disparus qui sont à l'honneur (Delahaye, Facel Vega, Hotchkiss, Jidé, Deutsch-Bonnet, Simca, Chappe et Gessalin, BSH ...). Sont ainsi présentes quatre DB (Deutsch-Bonnet) Coach HBR5, une Ligier JS2, une Matra Djet, une CG 1300 et quelques Alpine comme la A110 1800 groupe 4, bien qu'Alpine n'est plus une marque disparue mais ressuscitée ... cette année 2017.

À l'occasion du 70e anniversaire de Ferrari 23 voitures au cheval cabré sont présentes sur le rallye, dont notamment une 166 MM Barchetta Touring, une 250 GT Berlinetta de 1960 et une 225 S Vignale Berlinetta de 1952.

Deux émissions consacrées à l'automobile sont présentes sur le Tour Auto, avec la présence de leurs journalistes respectifs, telles l'émission « Turbo » de M6 qui participe au rallye avec le journaliste automobile Étienne Bruet et son co-pilote Laurent Picard à bord d’une Peugeot 504[33] et l'émission « Direct Auto » sur C8, dont le journaliste Grégory Galiffi concourt avec une Alfa Romeo Giulia 1300 GTA Junior[34]. En 2016, c'était l'émission « Auto Moto » de TF1 qui était engagée avec une Chevrolet Corvette C3 de 1972, avec à son bord le journaliste Jean-Pierre Gagick et le pilote Anthony Beltoise[35].

Première victoire du pilote écossais Andrew Smith[36] en remportant onze épreuves sur les quinze possibles, avec une Ford GT40.

Déroulé de l'épreuveModifier

  • Mardi : Les voitures s’élancent du Grand Palais à Paris à 6h00 du matin pour prendre la direction du Château de Neuville d’où est donné le départ. Les équipages prennent la direction du circuit Bugatti où se déroule la première épreuve chronométrée, avec une seule spéciale, et finissent la première journée à Saint-Malo sur l’Esplanade Saint Vincent.
  • Mercredi : La seconde journée propose 3 épreuves spéciales et pas d’épreuve sur circuit, et se termine près de Nantes au Château de Goulaine.
  • Jeudi : les équipages prennent la direction de Limoges pour une arrivée au Parc des expositions, avec deux spéciales et une épreuve chronométrée sur le circuit du Val de Vienne.
  • Vendredi : deux spéciales et une épreuve chronométrée sur le circuit d’Albi pour une arrivée d’étape sur l’Esplanade Georges Vallerey à Toulouse[37].
  • Samedi : trois spéciales et une épreuve chronométrée sur le circuit de Pau-Arnos, avec une arrivée à la Cité de l'Océan de Biarritz qui est suivi d’une boucle nocturne, pour un final en fin de journée au même endroit.

27e édition (2018)Modifier

 
Tour Auto 2018.

La 27e édition du Tour Auto a lieu du 24 au 28 avril 2018 avec 246 voitures inscrites (128 en Régularité et 118 en Compétition G/H/I). Cette édition est l'occasion de célébrer les 10 ans du partenariat entre le Tour Auto et Optic 2000, et elle met à l'honneur les marques italiennes disparues telles Autobianchi, Cisitalia, De Tomaso, Lombardi, Moretti, Osca ou encore Siata. Sont ainsi présentes sur le tour 2018, deux Autobianchi A112 Abarth, trois De Tomaso Pantera Gr.IV, une O.S.C.A. 1600 GT Zagato et une Siata 208 S.

Le rallye, au départ du Grand Palais, se rend à Besançon, Megève, Avignon, Aix-en-Provence avec une arrivée à Nice et c'est l'occasion pour les circuits de Dijon-Prenois, Bresse, Lédenon et Le Castellet de recevoir les épreuves chronométrées.

Comme chaque année, des voitures exceptionnelles sont inscrites pour le rallye telles les Ford GT40, Maserati 200 SI, et pas moins de 19 Ferrari, avec les 250 (GT Berlinetta, GT MM, GT Lusso, GT Boano), 275 GTB, 308 Gr.IV Michelotto et 365 GTB/4.

 
Étienne Bruet et la 504 coupé

Cette année, la Peugeot 504 fête ses cinquante ans sur le Tour Auto avec deux exemplaires engagés par le constructeur Peugeot qui participe officiellement pour la troisième fois à la compétition, avec une berline de 1976 et un coupé de 1974, appartenant à Jean-Pierre Nicolas, ancien patron de Peugeot Sport[38]. Le coupé 504 est piloté par le journaliste Étienne Bruet de l'émission Turbo sur M6, en concurrence avec son confrère Dominique Chapatte sur une BMW 2002 Turbo de 1975. Les 504 sont accompagnées de deux nouvelles Peugeot 508 d'assistance qui, petit clin d’œil à leur ainée, affiche son patronyme « 508 » au bout de son capot moteur[39].

D'autres présentateurs de télévision sont présents, tels Grégory Galiffi (C8 Direct Auto) avec une Porsche 911 Carrera 3.0L, François Allain (RMC Découverte) avec une Citroën 2CV Type A ou Margot Laffite (Canal +) avec une Alfa Romeo Giulia Sprint GT. Des personnalités de tous horizon les accompagnent comme le « Team des chefs » qui réunit les trois chefs étoilés Michel Chabran et sa BMW 1602, Jean-Paul Lacombe (et son fils) et sa BMW 2002 TI, et enfin Michel Rostang avec sa Lancia Fulvia 1.6 L HF. Ou encore Maëva Coucke, Miss France 2018, qui participe à la première étape du Tour Auto, Eva Colas, Première Dauphine 2018 et Miss Corse 2017, avec une Fiat 600D, Guy Berryman, Alexandre Brasseur, Gaspard Ulliel ou Michel Périn.

Déroulé de l'épreuveModifier

 
Ari Vatanen et François Chatriot

Le rallye 2018 parcourt environ 2 050 km de Paris à Nice, avec Ari Vatanen et François Chatriot qui ouvrent la route aux concurrents cette année.

 
Ford GT40 vainqueure en 2017
  • Lundi 23 avril :
    • Contrôles techniques et administratifs;
    • 10h00-17h00 : Exposition au Grand Palais avec ouverture au public.
  • Mardi 24 avril : (400 km)
    • 06h00-07h00 : Les concurrents partent du Grand Palais pour rejoindre le lieu de départ du rallye situé à 65 km;
    • 06h30-10h30 : Départ du rallye au Château de Courances dans l'Essonne;
    • 13h00-17h00 : Cette première journée comporte une spéciale sur route (Sinotte) et une épreuve sur circuit à Dijon-Prenois;
    • 17h00-22h00 : Arrivée et dîner à Besançon.

Au terme de cette première journée c'est l'équipage n°203 (Andrew Smith / James Cottingham) qui est en tête du classement VHC avec leur Ford GT40 Mk I.

À la fin de cette journée, Andrew Smith et James Cottingham augmentent leur avance au classement général en catégorie Compétition.

  • Jeudi 26 avril : (450 km)
    • 16h30-20h30 : Les équipages effectuent une spéciale spéciale à Combe de Savoie, la seconde de Saint-Nazaire-le-Désert étant annulée suite à un incident, et une épreuve chronométrée sur le circuit de Lédenon;
    • 15h00-20h00 : La 3e journée se termine à Avignon avec un dîner au Palais des Papes.

Andrew Smith et James Cottingham sont toujours en tête avec 2 minutes d'avance.

  • Vendredi 27 avril : (350 km)
    • 12h00-14h00 : Déjeuner au Couvent royal de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume.
    • 15h00-19h00 : Dernière épreuve sur circuit au Paul Ricard, et deux spéciales sur route (La Gabelle et Le Grand Caunet)...
    • 15h00-20h00 : ... avant de rejoindre Aix-en-Provence, à l'Arena du Pays d'Aix.
  • Après 4 jours de compétition, James Cottingham et Andrew Smith conservent leur place,avec leur Ford GT40 MK1 de 1965 (n°203), en remportant 10 épreuves sur 11. Chris Ward et Andy Elcomb remportant une spéciale (La Gabelle) avec leur Jaguar Type E.
  • Samedi 28 avril : (400 km)
 
Frédéric Jousset et Paul Miliotis, second sur Shelby Cobra 289
 
Lotus Elan 26R : vainqueur no 211 et 3e no 219

Troisième sur les 4 premières journées du rallye, l'équipage n°211 composé de Raphaël Favaro et Yves Badan (Lotus Elan 26R de 1965) remporte la victoire finale à Nice[40], le duo Andrew Smith / James Cottingham connaissant des problèmes de boîtes de vitesses dans l’avant-dernière spéciale du rallye, tandis que Chris Ward et Andy Elcomb, second depuis le début, ont abandonné le vendredi sur le circuit Paul Ricard. Le dossard n°219 porté par la Shelby Cobra 289 des Français Frédéric Jousset et Paul Miliotis finit second suivi et de Damien Kohler et Sylvie Laboisne avec leur Lotus Elan 26R (n°216)[41].

ClassementModifier

Classement final du Tour Auto Optic 2000 édition 2018[42]
Classement Pilote Copilote Voiture Dossard
Compétition VHC
1er   Raphaël FAVARO   Yves BADAN Lotus Elan 26R 211
2e   Frédéric JOUSSET   Paul MILIOTIS Shelby Cobra 289 219
3e   Damien KOHLER   Sylvie LABOISNE Lotus Elan 26R 216
Compétition G/H/I
1er   Patrick HAUTOT   Sylvain CANTREL Ford GT 40 Mk II 272
2e   Richard DEPAGNEUX   Éric JOYAU BMW 2800 CS 247
3e   Timm MEINRENKEN   Fynn SCHRODER Alfa Romeo 1750 GTAM 221
Compétition - Indice de Performance
1er   Jean-François PENILLARD   Chloe PENILLARD Porsche 356 Pre A 160
2e   Pierre MACCHI   Isabelle MARTROU Alfa Romeo Giulietta Sprint Speciale 157
3e   Daniela ELLERBROCK   Jackie ROHWER Alfa Romeo Giulia Sprint GTA 221
Régularité VHC
1er   Jean RIGONDET   Olivier SOUILLARD CG 1200 S 88
2e   Nicolas PAGANO   Michel PERIN Alfa Romeo 1750 GTV 15
3e   Tomas HINRICHSEN   Solange MAYO Maserati 200 SI 6
Régularité - Indice de Performance
1er   Tomas HINRICHSEN   Solange MAYO Maserati 200 SI 6
2e   Jean RIGONDET   Olivier SOUILLARD CG 1200 S 88
3e   Nicolas PAGANO   Michel PERIN Alfa Romeo 1750 GTV 15

28e édition (2019)Modifier

 
Les marques anglaises à l'honneur
 
Maëva Coucke aux côtés de la Peugeot 504

La 28e édition du Tour Auto a lieu du 29 avril au et met à l'honneur les marques anglaises disparues telles que AC, Austin Healey, BLMC, MG, Morris et Triumph, ou encore plus confidentielles comme Frazer-Nash, Jowett, Sunbeam-Talbot, Fairthorpe ... Cette année Zenith laisse sa place à Rebellion Timepieces comme chronométreur officiel du Tour qui présente une série limitée à 20 exemplaires de sa montre d'entrée de gamme à l'arrivée à Deauville : la Twenty-One 3 Hands Tour Auto[43].

 
Exposition au Grand Palais

Toujours au départ du Grand Palais, cette édition inaugure un parcours inédit et fait étape à Dijon, Lyon, Vichy et Tours avec une arrivée sur la Côte Fleurie à Deauville. C'est aussi l'occasion d'un passage obligé sur les circuits de Dijon-Prenois, Nevers Magny-Cours, Charade et Le Mans pour les épreuves chronométrées[44]. Au total, ce sont 10 épreuves spéciales et 4 sur circuit qui sont programmées durant cette édition 2019 du Tour Auto Optic 2000 et toujours accompagné par BMW France qui fournit les véhicules logistiques et les voitures ouvreuses.

Comme lors de la précédente édition, le journaliste Étienne Bruet de l'émission Turbo sur M6 prend le départ du Tour Auto à bord de la même Peugeot 504 coupé V6 de 1974, avec comme copilote la Miss France 2018 Maëva Coucke, qui avait participé à la première étape en 2018 et pour la compétition complète cette année[45]. Le designer et responsable du style de Peugeot, Gilles Vidal, embarque sur la seconde Peugeot engagée, une 204 coupé de 1967, pilotée par Mathieu Sentis, journaliste-essayeur du journal automobile L'Argus, arrivé 4e en Régularité en 2017 en tant que copilote de la même 204. Le 4 mai, les deux Peugeot ont franchi la ligne d'arrivée en 4e position (Régularité H/I) pour la 504 et 5e position (Régularité G) pour la 204[46]. Une troisième Peugeot, une 104 engagée par le journaliste Grégory Galiffi à terminer 18e en Régularité H/I.

 
Jean-Pierre Gagick dans la Shelby Cobra 289

Le Tour Auto 2019 accueille des pilotes (Ari Vatanen, François Chatriot, Walter Röhrl, Margot Laffite) et quelques personnalités comme Bruno Solo, Dominique Chapatte ou Olivier Pernaut.

Le duo Andrew Smith / James Cottingham (n°203) est venu tenter de remporter un second titre qui leur a échappé l'année dernière dans la dernière journée du rallye pour un problème de boîte de vitesse, avec leur Shelby Cobra 289 de 1963. Tout comme Jean-Pierre Lajournade et Christophe Bouchet (n°206) avec leur Jaguar Type E 3.8 cabriolet hard-top ou encore Ludovic Caron cette fois accompagné de Jean-Pierre Gagick, eux aussi en Shelby Cobra 289 de 1963 (n°201), qui vont tenter le troisième titre cette année. Mais à la fin de cette édition, aucun des favoris n'est à l'arrivée. Jean-Pierre Lajournade ayant subi une sortie de route lors de la spéciale au départ du Col de la Croix Saint-Robert. C'est finalement la Lotus Elan 26R des suisses Raphaël Favaro et Yves Badan qui termine sur le podium pour la deuxième année consécutive[47].

Le constructeur Ferrari, partenaire du rallye, présente en avant-première la Ferrari F8 Tributo au sein du Grand Palais[48].

Déroulé de l'épreuveModifier

  • Lundi 29 avril :
    • La première journée est consacrée aux différentes vérifications techniques et administratives.
  • Mardi 30 avril : (400 km)
    • Les voitures partent du Grand Palais pour rejoindre Vaux-le-Vicomte où est donné le départ officiel, puis une épreuve chronométrée attend les équipages sur le circuit de Dijon-Prenois suivi d'une épreuve spéciale sur route, et la journée se termine par une étape à Dijon.
  • Mercredi 1er mai : (500 km)
    • Une longue journée emmène les concurrents vers les circuit de Dijon-Prenois avec deux épreuves spéciales pour enfin rejoindre Lyon en fin de journée.
  • Jeudi 2 mai : (400 km)
    • Pas d'épreuve chronométrée sur circuit durant cette journée mais trois épreuves spéciales et une arrivée à Vichy.
  • Vendredi 3 mai : (530 km)

Ce vendredi est la plus longue étape de cette édition avec 530 km pour rallier Tours, compreant un déjeuner au Château de Chazeron dans le Puy-de-Dôme[49], avec au programme deux épreuves spéciales et un passage par le circuit de Charade.

  • Samedi 4 mai : (430 km)
    • Dernière journée pour tous les équipages encore en course pour une arrivée finale à Deauville après 2 255 km dont 104 km sur route fermée. La journée comporte deux épreuves spéciales et une épreuve chronométrée sur le mythique circuit Bugatti du Mans.

ClassementModifier

 
Lotus Elan 26R vainqueur de l'édition 2019
Classement final du Tour Auto Optic 2000 édition 2019[42]
Classement Pilote Copilote Voiture Dossard
Compétition VHC
1er   Raphaël FAVARO   Yves BADAN Lotus Elan 26R 211
2e   Damien KOHLER   Sylvie LABOISNE Lotus Elan 26R 212
3e   Bertrand PENLAE   Anne PENLAE Porsche 911 2,0 l 217
Compétition G
1er   Timm MEINRENKEN   Lara MEINRENKEN-SCHWIERING Alfa Romeo 1750 GTAM 232
2e Lucien GUITTENY Olivier GUITTENY Alfa Romeo 1750 GTAM 273
3e   Alexandre DELAYE   Grégoire MAUCHAMP BMW 2800 CS 262
Compétition H-I
1er   Didier SIRGUE   Jean-Michel CARRIERE De Tomaso Pantera Gr. IV 282
2e   John of B   SIBEL Ligier JS 2 DFV 251
3e   François-Xavier ENTREMONT   Jacques ENTREMONT Ferrari 308 Gr IV Michelotto 252
Compétition - Indice de Performance
1er   Jean-François PENILLARD   Chloé PENILLARD Porsche 356 Pre A 1300 158
2e   Gabriel BALTHAZARD   Cyril OLIOT Porsche 356 Pre A 1500 162
3e   Jean-Michel VILLOT   Mylène ROBERT Porsche 356 Pre A 1500 176
Régularité VHC
1er   Éric HAMONIAU   Edouard LOTTHE Ferrari 250 GT Lusso 14
2e   Alejandro OXENFORD   Jose Luis CELADA Ferrari 275 GTB 42
3e   Tomas HINRICHSEN   Solange MAYO Maserati 200 SI 3
Régularité G
1er   Éric ANDRÉ   Ugo ANDRÉ Volvo 122 S 113
2e   Ruben MAES   Aswin PYCK Porsche 911 T 107
3e   Dominique BRIE   Marc MICHEL Alfa Romeo Giulia 1600 TI Super 67
Régularité H/I
1er   Patrick BONNARDEL   Alexandre BONNARDEL Ford Escort Mexico 73
2e   Juan Jorge Eduardo OXENFORD   Gabriel MOCCIOLA Porsche 911 Carrera RS 2,7L 14
3e   Marc JAY   Yves BROSSARD Lancia Fulvia 1600 HF 93

29e édition (2020)Modifier

La 29e édition du Tour Auto a lieu du 20 au et met à l'honneur les prototypes Porsche (550 Spyder, 356 Carrera Abarth 1600, 356 Carrera Abarth 2000, 904 GTS, 910, 906 ou 907). Après un départ officiel de l'Autodrome de Linas-Montlhéry, les engagés parcourent 2 140 km en passant par Clermont-Ferrand, Limoges, Toulouse et le Pont du Gard pour arriver à Marseille. Des épreuves chronométrées se déroulent sur les circuits de Magny-Cours, Charade, d'Albi et Ledenon.

Déroulé de l'épreuveModifier

  • Lundi 20 avril :
    • La première journée est consacrée aux différentes vérifications techniques et administratives.
  • Mardi 21 avril : (420 km)
    • Les voitures partent du Grand Palais pour rejoindre l'Autodrome de Linas-Montlhéry dans l'Essonne où est donné le départ officiel, puis une épreuve chronométrée attend les équipages sur le circuit de Nevers-Magny-Cours, suivi d'une épreuve spéciale sur route et d'une arrivée à l'étape du jour (Clermont-Ferrand).
  • Mercredi 22 avril : (360 km)
    • La seconde journée emmène les concurrents sur le circuit de Charade et deux épreuves spéciales sont inscrites à l'ordre du jour avant de rejoindre Limoges.
  • Jeudi 23 avril : (480 km)
    • Aujourd'hui aussi deux épreuves spéciales animent la journée et c'est le circuit d’Albi qui sert de terrain de jeu pour les tours chronométrés. Et c'est la « ville rose » qui accueille les concurrents en soirée après la plus longue journée du Tour Auto 2020.
  • Vendredi 24 avril : (420 km)

Ce vendredi les équipages rallient le Pont du Gard avec au programme deux épreuves spéciales et un passage par le circuit de Lédenon.

  • Samedi 25 avril : (430 km)
    • Ce sont trois épreuves spéciales qui animent cette dernière journée avant une arrivée finale dans la La Cité Phocéenne après 2 140 km de compétition

ClassementModifier

Classement final du Tour Auto Optic 2000 édition 2020[42]
Classement Pilote Copilote Voiture Dossard
Compétition VHC
1er 000
2e 000
3e 000
Compétition G
1er 000
2e 000
3e 000
Compétition H-I
1er 000
2e 000
3e 000
Compétition - Indice de Performance
1er 000
2e 000
3e 000
Régularité VHC
1er 000
2e 000
3e 000
Régularité G
1er 000
2e 000
3e 000
Régularité H/I
1er 000
2e 000
3e 000

Concurrents ayant participé au rallyeModifier

Parmi les inconditionnels de l'événement, deux concurrents se distinguent particulièrement :

  • l’Américain John Logan qui a participé à toutes les éditions du Tour Auto de 1992 à 2020 ;
  • le Britannique Brandon Wang qui a participé à quasiment toutes les éditions du Tour Auto, de 1992 à 2017.

PilotesModifier

PersonnalitésModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Yves Maroselli & Antoine Grenapin, « Le Tour auto Optic 2000, une affaire de famille », Le Point,
  2. Mallory Delaune, « Le Tour De France Automobile Optic 2000 », Gralon.net,
  3. Antoine Grenapin, « Rallye historique : comment gagne-t-on le Tour Auto Optic 2000 ? », Le Point,
  4. « Liste des modèles éligibles » [PDF], Peter Auto
  5. « Tour Auto Optic 2000 : la 25e édition a démarré », News Classic Racing,
  6. Gilles Bonnafous, « Tour Auto 2007 », Motor Legend,
  7. Julien Heyligen, « Les bolides du Tour auto pétaradent au château de Courances », Le Parisien,
  8. Ambroise Brosselin, « Tour Auto 2015 : Sur la route après le château de Courances », sur https://www.automotivpress.fr,
  9. Clémence De bernis, « Pour sa 20e édition, le Tour Auto lance le Mini Tour pour les 6-13 ans. », Auto Plus,
  10. La rédaction, « Tour Auto Lissac 2006 : Serengeti entre dans la boucle », sur www.acuite.fr, (consulté le 26 novembre 2017)
  11. « Tour Auto Optic 2000 : la vue en première ligne », Cafeinews.fr,
  12. Le Point Montres, « Tour Auto Optic 2ooo : direction Le Mans et Saint-Malo pour l'édition 2017 », Le Point,
  13. Antoine, « #1 Tour Auto – J’ai été le co-pilote d’Ari Vatanen », garagedesblogs.com,
  14. Camille Pinet, « Tour Auto 2007 - Révolution de palais », Challenges,
  15. Communiqué de presse, « Palmarès », Peter Auto
  16. Stéphane Schlesinger, « Tour Auto 2017 », Motor Legend,
  17. « Les plus belles photos du Tour Auto 2018 avec Peugeot », L'Argus,
  18. « Découvrez les performances de Pescarolo au volant d’une Cobra Shelby », L'Union,
  19. « Tour Auto Lissac 2005, du 25 au 30 avril », Acuite.fr,
  20. « Tour Auto 2005 », Motor Legend,
  21. Nicolas Baillet, Vincent Royer, « Tour Auto Lissac 2005, le tour des passionnés », AutoSital,
  22. « Tour Auto 2005 », sur www.lacotedesmontres.com,
  23. « Tour Auto 2006 », Motor Legend,
  24. « Tour Auto Optic 2000 : 1re étape », Arthomobiles.fr,
  25. Isabelle Léouffre, « Le tour auto Optic 2000 », Paris Match,
  26. « Le Tour de France Auto démarre ce lundi aux Tuileries », SpeedActionTV.be,
  27. « Et un, et deux, et trois Tour Auto pour Jean-Pierre Lajournade », sur porscheclubrsdefrance.com (consulté le 26 novembre 2017)
  28. IMEC, « Top départ pour l'édition 2011 du Tour Auto Optic 2000 », Actumecanique.com ,
  29. Claude Molinier, « Tour Auto Optic 2000, final 2013 », Sportchoc.tv,
  30. Gilles, « Tour Auto. Shaun Lynn, vainqueur de l'édition 2014 avec son AC Cobra », Auto News Info,
  31. Emilie Eyzat et Yves Maroselli, « Tour auto Optic 2000 : avec ou sans toit », Le Point,
  32. « Tour Optic 2000 #1 : 242 élues au départ », News Classic Racing ,
  33. François de Gaillard, « Tour Auto : Peugeot engage une 504 pour Etienne Bruet et Laurent Picard ! », sur lesvoitures.fr,
  34. Anis Khebbeb, « Objectif Tour Auto : une Giulia restaurée de A à Z », Auto Plus,
  35. Matthieu Lauraux, « Automoto engagé au Tour Auto 2016 ! », TF1,
  36. « Tour Auto Optic 2ooo : la Ford GT40 de Smith-Cottingham s'impose en beauté », Le Point,
  37. Eric Bergerolle, « Sélection de photos de la 4e étape du 26e édition du Tour Auto Optic 2000 (24 au 30 avril 2017) », Challenges,
  38. Florent Ferrière, « Tour Auto et produits dérivés : Peugeot met à l'honneur la 504 », Caradisiac,
  39. Frédéric Martin, « Peugeot 508 : les photos de la nouvelle berline sur le Tour Auto », sur https://lesvoitures.fr, (consulté le 7 mai 2018)
  40. Le Point Montres, « Tour Auto Optic 2ooo : la Lotus Elan 26R s'impose au finish », Le Point,
  41. « Tour Auto : la Lotus Elan de Favaro s'impose au final à Nice ! », Le Dauphiné libéré,
  42. a b et c Benjamin Pette, « Les Classements Complets du Tour Auto 2018 », sur https://newsdanciennes.com,
  43. « Rebellion Timepieces conclut sa première édition en tant que chronométreur officiel du Tour Auto 2019, et monte en puissance avec un nouveau garde-temps en édition limitée. », rebellion-timepieces.com,
  44. Benjamin Pette, « On connaît le parcours du Tour Auto 2019 », sur https://newsdanciennes.com/, (consulté le 12 décembre 2018)
  45. « Tour Auto 2019 : L'argus au départ sur une Peugeot officielle ! », L'Argus,
  46. Antoine Chênerie, « Les 204 et 504 Coupé que nous avons suivies sont arrivées à bon port. », Motor1.com,
  47. « Tour Auto Optic2000 : Etape 5 - Final à Deauville », News Classic Racing,
  48. absolutelycars, « Tour Auto Optic 2000 : l’exclusivité automobile sous la nef du Grand Palais », sur www.absolutelycars.wordpress.com, (consulté le 15 mai 2019)
  49. « Tour Auto Optic2000 : Etape 4 - Vendredi 3 mai », News Classic Racing,
  50. « Tour Auto Optic 2000 : Kenny Bräck au volant d'un Cobra Daytona Coupé », News Classic Racing,
  51. « Une Pluie de Célébrités au Départ du Prochain Tour Auto », GT Passion
  52. J.-M. D., « Le légendaire Tour Auto passera par Toulouse », La Dépêche du Midi,
  53. « Tour Auto. Epreuve de beauté sur le circuit d'Albi », La Dépêche du Midi,
  54. François Granet, « Tour Auto : L’autre grande boucle », Aonclassiccar.fr,
  55. Lionel Robert, « La belle Italienne de Jean-Pierre et Olivier Pernaut », Paris Match,