Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Touba.

Touba
Touba (Sénégal)
La grande mosquée
Administration
Pays Drapeau du Sénégal Sénégal
Région Diourbel
Département Mbacké
Maire Abdoulahat Ka
Démographie
Gentilé Toubiens
Population 1 500 000 hab. (2018[1])
Densité 12 500 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 51′ 00″ nord, 15° 53′ 00″ ouest
Altitude 35 m
Superficie 12 000 ha = 120 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Touba

Géolocalisation sur la carte : Sénégal

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Touba

Touba est une ville du Sénégal, siège de la confrérie musulmane des mourides[2], située à 194 km à l'est de la capitale Dakar[3] dans le département de Mbacké. Elle est la deuxième ville la plus peuplée du pays, derrière la capitale Dakar[1], avec 880 000 habitants, et une agglomération comptant, selon les sources, entre 1 000 000 et 1 500 000 habitants en 2018[4].

Le mot Touba vient de l'arabe ṭūbā, qui signifie « félicité » ou « béatitude »[5].

Sommaire

HistoireModifier

La ville sainte de Touba fut fondée dans la forêt de Mbaffar en 1888 par le cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul, le fondateur du mouridisme.

AdministrationModifier

Bien qu'elle soit largement urbanisée, administrativement, la ville se situe sur le territoire de la Communauté rurale de Touba Mosquée, subdivision de l'arrondissement de Ndame, département de Mbacké dans la Région de Diourbel.

En zone urbaine, la ville est constituée de 25 villages : Alia, Boustanoul, Arifina, Darou Alimoul Khabir, Darou Khadim, Darou Khoudoss, Darou Marnane, Darou Marnane 2, Darou Miname, Darou Salam Ndame, Dianatoul Mahwa, Gouye Mbind, Guédé Bousso, Keur Niang, Khaïra, Ndindy Abdou, Same Lah, Touba Al Azhar, Touba Guédé, Touba Madyana, Touba Mosquée, Boukhatoul Moubarak, Ndamatou 1, Touba HLM, Touba Ndiarême, Route de Darou Mousty[6].

La ville a cependant un statut particulier puisque, comme d'autres villes saintes du Sénégal, elle dispose d'une police particulière et d'un règlement basé sur la charia selon l'école juridique malékite.

Touba est à ce jour la seule ville au monde, où personne ne fume, ni ne consomme d'alcool sous peine de se voir corriger par les baye fall, il est également interdit tout habillement ou comportement non conforme à la charia.[réf. nécessaire]

GéographieModifier

ClimatModifier

Touba bénéficie d'un climat sahélien ; sa végétation est caractérisée par la steppe.

PopulationModifier

Touba enregistre entre les recensements de 2002 et de 2013 la plus forte croissance démographique des 25 plus grandes agglomérations du Sénégal avec une moyenne annuelle de 5,95 %, bien que son taux annuel de croissance démographique diminue, passant de 10,97 % entre 1976 et 1988 à 9,67 % entre 1988 et 2002[1]. Cette croissance est due aux arrivées massives de villageois des provinces historiques du Baol et du Cayor ; ces villages se vident progressivement au profit de Touba.

Lors du recensement de 2002, la population s'élevait à 461 159 habitants pour une surface de 12 000 ha[7].

En 2013, selon le recensement du pays, la ville de Touba compte 753 315 habitants, tandis que son agglomération en compte 830 570[1].

Touba est la deuxième plus grande agglomération du Sénégal derrière Dakar.

ÉconomieModifier

De nombreux fidèles de cette communauté se déplacent une partie de l'année dans les villes du monde pour faire fortune dans le secteur du commerce, travail dont ils reversent une partie aux œuvres sociales de Touba.

Serigne Abdoul Ahad Mbacké, troisième calife de 1968 à 1988, a joué un rôle très important dans le développement des infrastructures de Touba imprimé : extension de la mosquée (passée de 4 000 à 6 000 places), électrification de la ville, lotissement, installation du réseau téléphonique, construction de dix forages, d’un aérodrome, d’une gare routière, etc.[8]

Plusieurs projets économiques du pays sont désormais tournés vers la ville sainte, comme la construction de l'autoroute à péage Thiès-Touba, qui sera la plus longue du Sénégal.

Le Grand Magal de Touba génère de nombreuses ressources économiques principalement pour les marchands, pour les transporteurs, pour les éleveurs, etc.

 
Au marché.
Article détaillé : Magal de Touba.

L'essor de la ville est lié au grand pèlerinage qui célèbre chaque année le départ en exil du fondateur de la confrérie des mourides. Ce pèlerinage est appelé le magal.

CultureModifier

 
École coranique à Touba.

Touba abrite la plus grande bibliothèque musulmane au Sénégal, avec 170 000 ouvrages[8].

Elle dispose d'une université islamique d’un coût de 17 millions de dollars[8].

Les cimetières de Touba sont situés à l'est de la mosquée. Tous les mourides sont appelés à y être enterrés.

Chaque année le magal de Touba est célébré dans la ville sainte, correspondant au 18 Safar du calendrier musulman et commémorant l'exil forcé du Cheikh au Gabon par l'administration coloniale. Le Grand Magal de Touba regroupe des milliers de pèlerins constitués en grande partie des disciples du Cheikh.

MonumentsModifier

Article détaillé : Grande Mosquée de Touba.

Touba abrite une grande mosquée, entamé en 1926 et achevée en 1963, en perpétuel agrandissement[8]. L’un des minarets, culminant à 86 m, est le plus haut d’Afrique de l’Ouest[8].

Elle abrite le mausolée d'Ahmadou Bamba visité chaque année par de très nombreux pèlerins durant le Grand Magal de Touba.

PersonnalitésModifier

  • Le cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul, théologien musulman soufi.
  • Le premier khalif fut Serigne Mouhamadou Moustapha, le second fut Serigne Mouhamadou Falilou, le troisième fut Serigne Abdoul Ahad (Baye Lahad), le quatrième fut Serigne Abdoul Khadre, le cinquième fut Serigne Salihou, le sixième fut Serigne Bara , le septième Serigne Sidy Moukhtar et le huitième Serigne Mountakha.
  • Le Khalif général, est Serigne Mountakha Mbacké, un petit-fils de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké Khadimoul Rassoul.
  • On peut aussi citer le porte-parole Serigne Basse Abdou Khadre l'imam ratib Serigne Mamoune Bousso, Serigne Fadilou Abdou khadre pour les prières des fêtes ; Serigne Afia Bousso, l'imam pour les 5 prières quotidiennes sauf Fajr et Ishâ, qui sont dirigées par Serigne Bara Bousso.

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d http://www.citypopulation.de/Senegal.html
  2. Christophe Parayre, Dictionnaire insolite du Sénégal, éditions Cosmopole, Paris, 2015, p. 144 (ISBN 9782846300940)
  3. Dakar et ses environs, carte 1/16 000, édition 2007-2008
  4. « Senegal: Administrative Division (Regions and Departments) - Population Statistics, Charts and Map », sur www.citypopulation.de (consulté le 30 décembre 2018)
  5. Le mot touba apparaît une fois dans le Coran, au verset 29 de la sourate 13 (Ar-Ra'd, le Tonnerre).
  6. CRTM Communauté rurale de Touba Mosquée, Liste des villages
  7. (fr) « Site officiel de France-Culture » (consulté le 29 juin 2010)
  8. a b c d et e Cheikh Yérim Seck, « Le mouridisme, de père en fils », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le 30 avril 2019).

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Shahrnush Parsipur, Touba and the meaning of night, New York, Feminist Press at the City University of New York, 2006, 367 p. (ISBN 1558615199)
  • (en) Eric S. Ross, « Touba: a spiritual metropolis in the modern world », Canadian Journal of African Studies, 1995, 29.2
  • (en) Eric S. Ross, Sufi City: Urban Design and Archetypes in Touba, Rochester, University of Rochester Press, 2006, 344 p. (ISBN 1580462170)
  • (fr) Monique Bertrand et Alain Dubresson, Petites et moyennes villes d'Afrique noire, Karthala, 1997, p. 118-119 (ISBN 2865377431)
  • (fr) Cheikh Guèye, L’Organisation de l’espace dans une ville religieuse : Touba (Sénégal), thèse de doctorat, Strasbourg, Université Louis Pasteur, 1999, 650 p.
  • (fr) Sophie Bava et Cheikh Guèye, « Le grand magal de Touba. Exil prophétique, migration et pèlerinage au sein du mouridisme », Social Compass, 2001
  • (fr) Cheikh Anta Mbacké Babou, Touba, genèse et évolution d’une cité musulmane au Sénégal, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1992, 39 p. (Mémoire de DEA)
  • (fr) Cheikh Guèye, Touba : La capitale des Mourides, Paris, Karthala, 2002
  • (fr) Amar Samb, « Touba et son "magal" »; Bulletin de l'IFAN, t. XXXI, série B, no 3, juillet 1969, p. 733-753
  • (fr) Alexis Sané, Situation et perspectives de l'intégration de Touba dans la vie économique du pays, DAKAR, CFPA, 1970, 66 p. (Mémoire de stage)
  • (fr) Aliou Thiam, Problématique de l'approvisionnement en eau potable de la ville de Touba, UCAD, mémoire de maîtrise, 2008, 98 p.
  • Abdou Seye, Des hommes autour du Serviteur de l'Envoyé - Aperçu biographique de disciples de Cheikh Ahmadou Bamba, Édition 1438 h / 2017.
  • Ousmane Thiam, "L'axe Dakar-Touba (Sénégal) : analyse spatiale d'un corridor urbain émergent", Thèse de doctorat, Université d'Avignon et des pays de Vaucluse, 2008, 308p.

FilmographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :