Ouvrir le menu principal

Tornades d'Ottawa et de Gatineau en 2018

Six tornades le 21 septembre 2018 autour de la capitale du Canada
Tornades d'Ottawa et de Gatineau
Tornado georgesbilodeau01.jpg
Trois jours après les événements, des travailleurs sécurisent des immeubles touchés.
Localisation
Pays
Régions affectées
Ottawa, Ontario (Dunrobin et Arlington Woods) et Gatineau, Québec (Secteur Hull)
Coordonnées
Caractéristiques
Type
Nombre de tornades
6[1]
Échelle de Fujita
EF1, EF2 et EF3
Vent maximal
230 à 265 km/h[2]
Longueur du corridor
38 km
Date de formation
Date de dissipation
Durée
1 heure
Conséquences
Nombre de morts
0 (30 blessés)
Coût
N/D
Localisation sur la carte du Canada
voir sur la carte du Canada
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Ottawa
voir sur la carte d’Ottawa
Red pog.svg

Les tornades d'Ottawa et de Gatineau en 2018 se sont produites le vendredi . À cette occasion, trois fortes tornades ont frappé la Région de la capitale nationale du Canada. La première a débuté dans la communauté rurale de Dunrobin, à l'ouest d'Ottawa et s'est déplacée le long d'un corridor de 38 kilomètres de longueur jusqu'au quartier de Mont-Bleu dans le secteur Hull de la ville de Gatineau. Le lendemain, la tornade fut classifiée de catégorie EF-3 sur l'échelle de Fujita améliorée avec des vents violents atteignant jusqu'à 265 km/h[2],[3]. La seconde a affecté Arlington Woods, quartier d'Ottawa après fusion en 2001, où les vents ont atteint 220 km/h, soit une EF-2, brisant des arbres, des poteaux électriques et des portions de bâtiments[2],[4]. La troisième de force EF1 s'est produite entre Calabogie et White Lake dans le comté de Renfrew[5]. À ces tornades, il faut en ajouter trois autres de faible intensité qui se sont produites plus au nord[1].

Il y a eu une trentaine de blessés mais aucun mort avec les tornades[6]. Plus de 200 000 personnes dans la région se sont retrouvées sans électricité[2]. Plus de 200 immeubles ont été endommagés sévèrement[6].

Le Service météorologique du Canada classa ces tornades comme l'un des dix événements météorologiques les plus marquants au Canada en 2018[7].

Évolution météorologiqueModifier

Dommages aux É-U le 20 septembre (tornades en rouge).

Le 20 septembre, veille des événements, un front chaud a apporté une masse d'air chaud et instable sur les Grands Lacs. Des orages violents ont causé des dommages assez étendus par des rafales descendantes, soufflant jusqu'à 160 km/h, et des tornades du centre sud du Minnesota vers le centre du Wisconsin, ainsi que des dommages épars ailleurs dans le Midwest[8],[9]. Le Minnesota rapporta à lui seul 25 tornades, le troisième plus important total des annales de l'État en un jour, deux des tornades atteignant même l'intensité EF2. L'une fit de lourds dommages et détruisit plusieurs maisons à Morristown alors que l'autre endommagea l'aéroport de Faribault[8]. Les autres tornades furent rapportées dans l'Iowa et l'Ohio[8],[9].

Le Storm Prediction Center américain, ainsi que les centres de prévision de l'Ontario et du Québec, ont prévu que la masse d'air atteindrait l'Outaouais le lendemain, donnant une probabilité d'orages violents pour le 21 septembre[10]. Le matin des événements, la prévision devenait plus catégorique et indiquait une probabilité de tornade alors qu'un front froid devait traverser la région[11].

Vers 14 h 22 le 21 septembre, Environnement Canada a donc émis une veille de tornade pour Ottawa et Gatineau. Elle fut suivi d'une alerte vers 16 heures[12]. Un premier orage violent a d'abord produit une rafale descendante à Calabogie, comté de Renfrew, vers 16 h 15. Une tornade de force EF1, avec des vents évalués jusqu'à 175 km/h, s'est ensuite développée avec l'orage et a frappée de Calabogie (45° 16′ 20″ N, 76° 51′ 32″ O) jusqu'à White Lake (45° 18′ 36″ N, 76° 31′ 12″ O)[5].

 
Image des échos radar sur un CAPPI 1,5 km à 21 h UTC (17 h local) le 21 septembre 2018 à Gatineau. L'écho en crochet est clairement visible sur la gauche de la cellule orageuse.

Vers 16 h 40, une seconde tornade s'abattit sur la banlieue de Dunrobin (45° 18′ N, 75° 55′ O) à l'ouest d'Ottawa. La majorité des maisons qui se trouvaient dans ce secteur furent extrêmement endommagées[4] Vers 17 h 22, la tornade atteignit le quartier de Mont-Bleu (45° 29′ 00″ N, 75° 39′ 00″ O) en détruisant tout sur son passage avec des rafales de vents de 230 km/h[4]. Elle continua sa course sur le boulevard Saint-Joseph, à la hauteur des concessionnaires automobiles mais commença à se dissiper près du boulevard de la Savane, dans le secteur Gatineau[4]. Ce n'est pas avant le lendemain de la catastrophe que les experts météorologues qualifièrent la tornade de Dunrobin et de Gatineau de force EF3[2],[4].

Peu après que la seconde tornade se soit dissipée, une troisième a frappé vers 18 h la route commémorative des anciens combattants[13]. Elle est passée ensuite à travers la forêt et atteint le quartier fortement peuplé d'Arlington Woods (45° 19′ 23″ N, 75° 47′ 10″ O), un secteur résidentiel au sud d'Ottawa[13]. La tornade a éventré des maisons et causé d'importants dégâts dans les rues fortement boisées. De grands pins furent sectionnés et lancés vers les maisons et les véhicules. Les fenêtres volèrent en éclats et les toits furent soufflés, particulièrement dans le secteur de Parkland Crescent[13]. La tornade a arraché le toit de l'église méthodiste d'Arlington Woods, puis a renversé des véhicules et brisé des lignes électriques alors qu'elle traversait le chemin Greenbank avant de s'essoufler un peu plus loin[13]. La tornade reçu une cote de EF2[2],[4].

Durant la même période, trois autres tornades de puissance EF-1 furent répertoriées sur le territoire québécois par l'enquête subséquente, touchant les secteurs de Val-des-Bois (MRC Papineau 45° 55′ N, 75° 36′ O), du réservoir Baskatong (région de Mont-Laurier 46° 48′ 05″ N, 75° 50′ 01″ O) et d'un endroit boisé au nord d'Otter Lake (MRC Pontiac45° 51′ 00″ N, 76° 26′ 00″ O)[1].

ImpactsModifier

Dans tout l'Outaouais, il y eut plus de 53 000 coupures d'électricités, laissant plus de 200 000 personnes sans courant, et plus d'un millier de personnes furent sinistrés[2],[4]. Plus 300 maisons furent endommagées dans la région d'Ottawa-Gatineau par la tornade EF-3 qui a parcouru une distance 38 km[2],[4]. Seulement à Gatineau, 215 bâtiments furent touchés, totalisant 1 686 logements[14]. Cette tornade et les 5 autres ont soufflés les toits et les murs, coupés de nombreux arbres, renversées des véhicules.

Près d'une minute après le passage de la tornade, un éclair frappa l'école secondaire Mont-Bleu, provoquant par la suite un grave incendie[2],[4]. Les pertes de courants furent causées par le bris aux poteaux transportant l'électricité et par la mise hors-circuit d'un poste électrique dans la banlieue ouest d'Ottawa. En effet, le poste de Merivale se trouvait près du corridor de la tornade EF-2 d'Arlington Woods et fut touché par des débris. Ce n'est qu'après deux jours que le courant a pu être remis en partie après des réparations sommaires[15]. Des coupures partielles étaient prévues durant un certain temps, allant jusqu'à quelques mois, pour remettre la station et les installations de transport en ordre de fonctionnement normal[16].

En raison de l'incendie causé par un éclair durant le passage de la tornade, les 1 500 élèves de l'école secondaire Mont-Bleu furent relocalisés dans d'autres établissements pendant environs quatre à six mois[17].

Le 26 septembre, le maire d'Ottawa Jim Watson, a estimé que 30 maisons devaient être démolies à Dunrobin et que 55 autres étaient jugées dangereuses à Nepean et Ottawa-Sud[18]. À Gatineau, au moins 50 maisons et un édifice à logements durent être rasés, laissant 600 personnes sur le pavé[18].

Aide et reconstructionModifier

La Société canadienne de la Croix-Rouge coordonna les efforts des secours d’urgence et offrit de l’aide aux personnes des secteurs touchés des deux côtés de la rivière des Outaouais[5]. Le président et chef de la direction a rapporté que 1 500 sinistrés du Québec et de l'Ontario se sont inscrits auprès de l'organisme pour obtenir de l'aide et que 600 furent hébergés, principalement des résidants de Gatineau[1].

Des citoyens ont décidé d'organiser une multitude d'initiatives pour générer des dons pour les offrir aux citoyens touchés par l'événement.Un organisme à but non lucratif de distribution alimentaire a ouvert un local temporaire à Gatineau pour venir en aide aux gens sinistrés et des bénévoles se sont relayés durant plusieurs heures dimanche le 23 septembre pour préparer des repas[5]. La Ville de Gatineau a annoncé la mise sur pied d'un local pour recevoir les dons d'aliments non périssables et de produits pour bébés au centre commercial Galeries de Hull[5]. À Dunrobin, où 53 bâtiments furent détruits, environ 80 bénévoles aidèrent les pompiers à barricader les fenêtres et les portes dans les zones les plus touchées.

Le gouvernement du Québec a annoncé une aide immédiate d'un million de dollars dès le lendemain des événements. Elle devait être versée à la Croix-Rouge afin d'aider les sinistrés qui ne pourraient pas regagner immédiatement leur résidence[19]. Le premier ministre québécois et les trois autres chefs des partis d'opposition se sont rendus à Gatineau, interrompant leur agenda durant la campagne électorale en cours, pour visiter les sinistrés.

Selon l'Accord d'aide financière en cas de catastrophe (AAFCC) du gouvernement fédéral canadien, ce dernier pourrait d'octroyer une première tranche de quelque 25 millions de dollars au Québec et l'Ontario recevrait 43 millions de dollars canadiens pour venir en aide aux sinistrés et reconstruire les infrastructures endommagées. Cependant, trois jours après les événements, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale, n'était pas en mesure de dire si l'accord était applicable[20]. Le gouvernement fédéral a cependant fourni des services de géocartographie aux gouvernements du Québec et de l'Ontario.

Deux semaines après les événements, certains sinistrés avaient pu regagner les maisons moins touchées mais les réparations temporaires les faisaient craindre des problèmes d'infiltration d'eau et de neige avec la saison froide. Selon la Croix-Rouge, la plupart familles étaient toujours en attente d'un logement, demeurant soit au Centre communautaire, soit dans des motels ou chez des parents ou amis [21]. L'organisme annonça également qu'elle distribuerait 2,3 millions de dollars en aide aux sinistrés non assurés qui s'éleveraient à 600 $ pour les familles de trois personnes ou moins et 800 $ pour les familles plus nombreuses[21].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d La Presse Canadienne, « Six tornades ont frappé l'Outaouais, selon Environnement Canada », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 26 septembre 2018).
  2. a b c d e f g h et i Radio-Canada, CBC et La Presse canadienne, « Une tornade « dévastatrice » de force EF3 frappe Ottawa et Gatineau », ICI Ottawa-Gatineau,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2018).
  3. (en) « Tornado aftermath: The science behind the twisters », The Ottawa Citizen,‎ (lire en ligne).
  4. a b c d e f g h et i « Tornades en Outaouais : bilan complet ici », Météo-Média, (consulté le 24 septembre 2018).
  5. a b c d et e « CARTE - Trois tornades ont frappé la région d'Ottawa et de Gatineau vendredi », ICI Ottawa-Gatineau,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2018).
  6. a et b (en) « Tornado hits Ottawa-Gatineau area, damaging buildings and flipping cars », CTV News,‎ (lire en ligne).
  7. Dave Phillips du Service météorologique du Canada, « Les tornades d’Ottawa-Gatineau le dernier jour de l’été », Les dix événements météorologiques les plus marquants au Canada en 2018, ECCC, (consulté le 24 décembre 2018).
  8. a b et c (en) Bureau de prévision de Twin Cities, MN, « September 20, 2018 Tornado Outbreak and Widespread Damaging Wind (updated 11/15) », National Weather Service, (consulté le 22 novembre 2018).
  9. a et b (en) Bureau de prévision de Cleveland, OH, « Two Tornadoes near Middlefield, OH Sept. 20, 2018 », National Weather Service, (consulté le 22 novembre 2018).
  10. (en) « Sep 20, 2018 0600 UTC Day 2 Convective Outlook », Archives, Storm Prediction Center, (consulté le 18 novembre 2018).
  11. (en) « Sep 21, 2018 0600 UTC Day 1 Convective Outlook », Archives, Storm Prediction Center, (consulté le 18 novembre 2018).
  12. (en) « Tornado warning issued for Ottawa-Gatineau area », CBC News,‎ (lire en ligne).
  13. a b c et d (en) Travis Farncombe, « EF2 tornado rips Ottawa suburb of Arlington Woods, tears apart trees & homes », sur highwaysandhailstones.com (consulté le 24 septembre 2018).
  14. (en) Fanny Lévesque, « Tornade et Outaouais: «Par un miracle, il n'y a pas eu de décès» », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 30 septembre 2018).
  15. (en) « Inside Hydro One's tricky problem: How to turn on the lights with a major power station down », Ottawa Citizen,‎ (lire en ligne).
  16. (en) Hydro Ottawa Limited, « Planned power outage for 48,000 customers », Media - News Releases, sur hydroottawa.com, (consulté le 15 novembre 2018).
  17. « 1500 élèves relocalisés durant 4 à 6 mois », Le Droit, Ottawa,‎ (lire en ligne).
  18. a et b (en) Meredith MacLeod, « Demolition continues on homes in tornado-ravaged areas of Ottawa », CTV News,‎ (lire en ligne, consulté le 30 septembre 2018).
  19. La Presse Canadienne, « Plusieurs centaines de sinistrés après la tornade en Outaouais », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2018).
  20. Martin Leblanc et Lina Dib, La Presse canadienne, « Tornade à Gatineau et Ottawa: trop tôt pour une aide financière fédérale », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2018).
  21. a et b Nicolas Bérubé, « Tornade à Gatineau: des résidants espèrent un toit pour l'hiver », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 6 octobre 2018).

Voir aussiModifier