Torgnon

commune italienne

Torgnon
Blason de Torgnon
Héraldique
Torgnon
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de la Vallée d'Aoste Vallée d'Aoste 
Province Vallée d'Aoste
Syndic Daniel Perrin
2015-2020
Code postal 11020
Code ISTAT 007067
Préfixe tel. 0166
Démographie
Gentilé Torgnoleins
Population 518 hab. (31-12-2010[1])
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 00″ nord, 7° 34′ 00″ est
Altitude Min. 1 489 m
Max. 1 489 m
Superficie 4 200 ha = 42 km2
Divers
Saint patron Martin de Tours
Localisation
Localisation de Torgnon
Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste
Voir sur la carte administrative de Vallée d'Aoste
City locator 14.svg
Torgnon
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Torgnon
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Torgnon
Liens
Site web http://www.comune.torgnon.ao.it/

Torgnon est une commune italienne alpine de la région Vallée d'Aoste, située dans le bas Valtournenche.

GéographieModifier

 
Localisation de la commune de Torgnon à l'intérieur de la Vallée d'Aoste.

Le territoire de la commune est compris entre 800 mètres et 3 320 mètres d'altitude. Les hameaux sont au nombre de 22, ils s'égrènent sur une terrasse morainique vaste et ensoleillée.

HistoireModifier

 
Les ruines du château de Chavacour.

Torgnon possède des vestiges archéologiques importants. Deux établissements protohistoriques ont été retrouvés aux hameaux Châtel et Chatrian, ainsi qu'un site datant de l'époque des Salasses sur le col Pierrey, ce qui témoigne du fait que Torgnon était habité déjà avant l'arrivée des Romains.

Le pape Alexandre III, dans sa bulle du , cite la paroisse de Torgnon comme existante « in Valle tornina ». Il semble donc que Torgnon (latin Tornacus devenu par corruption Tornio) a donné son nom au Valtournenche, nommé ensuite « Vallis Tornenchia », puis « Valtournanche »[2].

À partir du Moyen Âge, cette commune fit partie des propriétés des seigneurs de Cly, qui s'étendaient aussi au-delà des Alpes, jusqu'à Sion. Pendant la période de gouvernement du tyrannique Pierre de Cly, le fief de Torgnon fut conquis par les Savoie, qui l'administrèrent pendant 200 ans environ.

En 1550, il fut cédé à la famille Moralis, puis aux Fabri, aux Roncas, et enfin aux Bergera, qui renoncent officiellement à leurs droits sur Torgnon en 1750.

Le cadastre sarde de la paroisse terminé le , très mal conservé, relève 13 314 parcelles et seulement les noms de 349 propriétaires-contribuables.

Les témoignages de la période des seigneuries sont les canaux d'irrigation, parmi lesquels le du Pan perdu, les rascards, le moulin d'Étirol et les ruines de l'hospice de Chavacour. Cet hospice se situe le long de l'ancienne route qui reliait Torgnon au canton du Valais, par les cols de Chavacour, de For, de Collomb et du Théodule. C'était l'axe du commerce du bétail et du vin muscat de Chambave.

 
Vue d'ensemble de la commune de Torgnon du lac de Lod (Chamois).

PersonnalitésModifier

PatrimoineModifier

ÉconomieModifier

Torgnon fait partie de l'unité des communes valdôtaines du Mont-Cervin.

LanguesModifier

Les langues parlées à Torgnon sont le francoprovençal valdôtain, le français, et l'italien (minoritaire).

SportModifier

Dans cette commune se pratiquent le tsan et le palet, deux des sports traditionnels valdôtains.

Domaine skiableModifier

Un petit domaine skiable de 9,9 km de pistes a été aménagé à Torgnon.

AdministrationModifier

 
La maison communale
Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
9 mai 2005 24 mai 2010 Gilbert Neyroz   Syndic
24 mai 2010 11 mai 2015 Christine Machet Liste civique Syndique
20 mai 2015 En cours Daniel Perrin   Syndic
Les données manquantes sont à compléter.

HameauxModifier

Berzin, Champagnod, Champeille, Chantorné, Chaté, Châtelard, Chatrian, Cheille, Chésod, Étirol, Fossemagne, Gilliarey, Gombaz, Lévaz, Mazod, Mongnod (chef-lieu), Nozon, Pecou, Petit-Monde, Ponty, Septumian, Triatel, Valleil, Verney, Vesan Dessous, Vesan Dessus.

Le nom du hameau Nozon a la particularité d'être en même temps un ambigramme naturel et un palindrome.

Communes limitrophesModifier

Antey-Saint-André, Bionaz, Châtillon, Nus, Saint-Denis, Valtournenche, Verrayes

JumelagesModifier

  Thuin (Belgique).

BibliographieModifier

  • Claudine Remacle, L'habitat rural valdôtain: étude de géographie historique et sociale: Torgnon, Oyace, Bionaz, Turin : Allemandi éd., 1994

Galerie de photosModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Robert Berton, Antroponymie Valdôtaine. Communauté de Montagne du Marmore, Musumeci éd., Quart, 1988, p. 41.

Liens externesModifier