Ouvrir le menu principal

Jynx torquilla

Jynx torquilla
Description de cette image, également commentée ci-après
Torcol fourmilier (Jynx torquilla)
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Piciformes
Famille Picidae
Genre Jynx

Nom binominal

Jynx torquilla
Linnaeus, 1758

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Torcol fourmilier (Jynx torquilla) est une espèce d'oiseau de la famille des picidés.

Sommaire

MorphologieModifier

DescriptionModifier

Le torcol a le dos gris et brun avec des motifs noirâtres, ce qui permet à l'oiseau de bien se confondre avec l'écorce d'un arbre. Son ventre est blanc sale avec des petites barres noires. Ce plumage cryptique peut le rendre difficile à observer. Son bec est plus court que celui des autres pics, car il ne l'utilise pas pour creuser de cavités dans les arbres pour nicher, préférant utiliser celles déjà faites par d'autres espèces.

Son chant consiste en une série rapide de notes nasales et perçantes, ressemblant à tien-tien-tien-tien....[1]

MesuresModifier

  • Longueur : 16 - 17 cm
  • Envergure : 25 - 27 cm
  • Poids : 30 - 45 g

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

ComportementModifier

AlimentationModifier

Le torcol fourmilier, comme son nom l'indique, se nourrit principalement de fourmis et de leurs larves. Il se nourrit également d'autres insectes, d'araignées ou de baies.

Répartition et habitatModifier

RépartitionModifier

 
  •      aire de nidification
  •      aire mixte
  •      aire d'hivernage

Il niche depuis l'Europe et l'Afrique du Nord jusqu'au Japon[2]. Ses populations européennes migrent en Afrique tropicale, et les populations asiatiques vers l'Inde et l'Asie du Sud-Est continentale[3].

HabitatModifier

Il niche dans la campagne avec boqueteaux et vergers, bocage et boisements.

ReproductionModifier

Trou d'arbre ou de mur. Sept à dix œufs en une ou deux pontes de mai à juin.

 
Œufs de Torcol fourmilier Muséum de Toulouse

SystématiqueModifier

L'espèce Jynx torquilla a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné, en 1758[4].

Menaces et conservationModifier

Le Torcol fourmilier n'est pas classé comme espèce menacée dans la liste rouge de l'UICN. Sa répartition géographique est étendue et sa population mondiale est estimée à environ quinze millions d'individus. La population est en déclin dans certaines parties de son aire de distribution, mais à un rythme qui ne justifierait pas un changement de classification dans la liste rouge.

L'intensification de l'exploitation agricole présente une menace pour le Torcol, ainsi que le manque de cavités dans les arbres nécessaires à sa nidification. La pose de nichoirs peut aider les populations en déclin à se rétablir.

TaxinomieModifier

Liste des sous-espèces
  • Jynx torquilla chinensis Hesse, 1911
  • Jynx torquilla himalayana Vaurie, 1959
  • Jynx torquilla mauretanica Rothschild, 1909
  • Jynx torquilla sarudnyi Loudon, 1912
  • Jynx torquilla torquilla Linnaeus, 1758
  • Jynx torquilla tschusii O. Kleinschmidt,1907

Notes et référencesModifier

  1. Lars Svensson, Le guide ornitho, Delachaux et Niestlé, , 445 p., p. 246
  2. Karel Šťastný, La grande encyclopédie des oiseaux, Gründ, 1991, p. 298.
  3. Bernhard Grzimek (dir.), Le Monde animal en 13 volumes : Encyclopédie de la vie des bêtes, t. IX : Oiseaux 3, Zurich, Éditions Stauffacher S.A., , 1re éd., 594 p., chap. II (« Les Piciformes »), p. 81-82.
  4. Linnaeus, C. (1758). Systema Naturae per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, Tomus I. Editio decima, reformata. Holmiæ: impensis direct. Laurentii Salvii. i–ii, 1–824 pp : page 112

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :