Ouvrir le menu principal

Tony Agostini

peintre et lithographe français
Tony Agostini
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nom de naissance
Antoine Sylvestre Agostini
Nationalité
Activités
Mouvement

Tony Agostini (né Antoine Sylvestre Agostini) est un artiste peintre et lithographe de l'École de Paris né le à Bastia (Corse), mort en 1990 à Antony (Hauts-de-Seine).

BiographieModifier

Tony Agostini est un peintre autodidacte. Bien que passionné très jeune pour Rembrandt et Paul Cézanne[1], c'est la perspective d'une carrière administrative à Paris qui l'amène à s'installer à Montmartre où, en 1944, on le trouve lié à Francis Carco, Marcel Aymé, et surtout le peintre Gen Paul[2] dont il est le voisin dans l'avenue Junot. Tony Agostini fait partie de la fanfare La Chignolle avec Gen Paul, Jean d'Esparbès, Frank-Will, Pere Créixams et Marcel Aymé[3], et il commence à peindre en 1946, ses premiers thèmes picturaux étant les mouvements de foules et le Paris nocturne[4]. « Peut-être influencé par Gen Paul dans la couleur à la fois heurtée et glauque, il observe quant à la forme les stricts principes cézanniens, parfois infléchis par le cubisme »[2].

S'orientant ensuite vers les paysages, les intérieurs d'atelier et plus essentiellement vers la nature morte (thème majeur dans son œuvre lithographique), ses pratiques personnelles de l'équitation, du cyclisme et surtout du rugby donnent néanmoins sens à son envoi au Salon des peintres témoins de leur temps de 1957 d'une « vaste toile » intitulée Rugby - Le plaquage[1]. C'est en cette même année 1957 que Tony Agostini s'installe à Antony, dans un premier temps au 3, rue d'Alsace-Lorraine, puis au 7, rue des Augustins où il vivra jusqu'à sa mort[5].

Éditions d'artModifier

  • Marc Blancpain, Le Manoir du désert, enrichi de dix lithographies originales de Tony Agostini, 160 exemplaires numérotés, Éditions Les bibliophiles et graveurs d'aujourd'hui, 1967.

Expositions personnellesModifier

  • Galerie Visconti, Paris, 1948, 1951, 1952.
  • Galerie Ruth Justers, New York, 1962.
  • Galerie Charpentier, Paris, 1963.
  • La Maison de la lithographie, Paris, décembre 1964 - janvier 1965.
  • Galerie Guigné, Paris, décembre 1976 - janvier 1977.

Expositions collectivesModifier

Réception critiqueModifier

  • « Son goût extrême pour l'objet se donne libre cours dans des natures mortes très équilibrées dans lesquelles dominent les gris et les rouges. Ses derniers tableaux indiquent plus d'audace dans la déformation. L'artiste pourtant ne croit pas à l'abstraction pure. "Quand on ne sait pas dessiner une bouteille, comme tant de gens de notre époque, dit-il, on peut toujours faire quelque chose avec de jolies taches de couleurs, mais cela ne suffit pas". » - René Barotte[1]
  • « De la nature que l'on ose dire morte par un défaut du sacre qui précipite les objets sous la lumière d'une vie autre, Tony Agostini compose la matière chaleureuse des bouquets et des coupes dont l'enchantement se découvre, aux frontières de l'apparence, dans l'antagonisme dynamique des valeurs. Voilà douze ans que je vois avancer Agostini, à travers les chicanes de l'esthétique, sur le chemin de crête où le domaine infiguré du peintre s'ouvre au souffle de l'inspiration. Pour témoigner de notre temps, aujourd'hui le paysage d'Agostini s'arrache à la grande nuit de la mémoire. Son paysage parle de la solitude et il s'anime dans l'angoisse... Peindre, c'est illuminer mais donner de la lumière appartient à ceux qui voient naître la scintillante aurore d'un langage. Le paysage d'Agostini s'approche des paroles qui partent du cœur et communiquent la ferveur. » - Edmond Humeau[8]
  • « La peinture de Tony Agostini est une leçon d'optimisme, un hymne au bonheur. » - Roger Peyrefitte[9]

Prix et distinctionsModifier

  • Grand Prix international du gemmail, Tours, 1966[10].

Musées et collections publiquesModifier

Collections privéesModifier

Notes et référencesModifier

Notes
  1. Le thème du Salon de 1957 étant Le Sport, Tony Agostini y présenta une toile intitulée Rugby - La plaquage.
  2. Le thème du Salon de 1961 étant Les Richesses de la France, Tony Agostini y présenta une toile intitulée Paysage de Roussillon.
Références
  1. a b et c René Barotte, Tony Agostini in Les Peintres témoins de leur temps, éditions Achille Weber/Hachette, 1957.
  2. a et b Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 1, page 107.
  3. Alphonse Boudard et Michel Polac, Entretien avec Gen Paul suivi d'une notice établie par André Roussard (voir la fanfare La Chignolle dans cette notice)
  4. Raymond Nacenta, School of Paris - The painters and the artistic climate in Paris sine 1910, Oldbourne Press, Londres, 1960.
  5. Ville d'Antony, Le Patrimoine - Gens de lettres et artistes - Petite histoire de la création littéraire et artistique à Antony
  6. Raymond Nacenta, Prix Greenshields 1957, catalogue d'exposition, Éditions Galerie Charpentier, 1957.
  7. a et b Voss Smith Collection, Présentation du catalogue d'exposition, artistes de la collection, Museum of Modern Art of Australia, 1962
  8. Edmond Humeau, Tony Agostini in Les Peintres témoins de leur temps, Éditions Achille Weber/Hachette, 1961.
  9. Roger Peyrefitte, Tony Agostini, éditions Play Time, La Varenne, 1987.
  10. Les almanachs et terroirs de France, Tours, capitale d'un art éphémère: le gemmail
  11. Musée d'art de Pully, Fonds et collection
  12. Claude Robert, commissaire-priseur à Paris, Catalogue de la vente de l'atelier et de la collection du peintre Albert Huyot (toile mentionnée au catalogue comme ayant fait partie de l'exposition Prix Greenshields, galerie Charpentier, 1957), hôtel Drouot, 19 avril 1982.
  13. Roger Peyrefitte, L'Innominato - Nouveaux propos secrets, Albin Michel, 1989, page 241.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Raymond Nacenta, Exposition : Prix Greenshields 1957, Éditions Galerie Charpentier, 1957.
  • René Barotte, Tony Agostini, in ouvrage collectif Les Peintres témoins de leur temps, Éditions Achille Weber/Hachette, 1957.
  • Raymond Nacenta, School of Paris - The painters and the artistic climate of Paris since 1910, Oldbourne Press, Londres, 1960.
  • Edmond Humeau, Tony Agostini, in ouvrage collectif Les peintres témoins de leur temps, Éditions Achille Weber/Hachette, 1961 (en page 60, un portrait de Tony Agostini est dessiné par Roger Lersy).
  • Marc Alyn (préface de Henri Gineste), Vision sur Tony Agostini, Éditions Vision sur les arts, Béziers, 1979.
  • Roger Peyrefitte, Tony Agostini, Éditions Play Time, La Varenne, 1987.
  • Lydia Harambourg, L'École de Paris, 1945-1965 - Dictionnaire des peintres, Éditions Ides et Calendes, 1993.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les éditions de l'amateur, 1996.
  • André Roussard, Dictionnaire des artistes à Montmartre, Éditions André Roussard, 1999.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001 (lire en ligne)
  • Éric Mercier, Années 50: la Jeune Peinture - L'alternative figurative, Éditions Art Acatos, 2010 (lire présentation en ligne)
  • (de) Allgemeines Künstlerlexikon, Leipzig, 1993-2006

Liens externesModifier