Ouvrir le menu principal

Tonnerre sous les tropiques

film sorti en 2008
Tonnerre sous les tropiques
Description de cette image, également commentée ci-après
Ben Stiller à une séance d'autographes lors d'une projection du film (2008).

Titre original Tropic Thunder
Réalisation Ben Stiller
Scénario Ben Stiller
Justin Theroux
Etan Cohen
Acteurs principaux
Sociétés de production Dreamworks SKG
Red Hour Films
Goldcrest Pictures
Internationale Filmproduktion Stella-del-Sud Second
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre comédie
Durée 106 min
121 min (version director's cut)
Sortie 2008

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Tonnerre sous les tropiques (Tropic Thunder) est un film américano-anglo-allemand[1] réalisé par Ben Stiller, sorti en 2008. Il raconte le tournage de l'adaptation de l'autobiographie d'un vétéran de la guerre du Viêt Nam par un metteur en scène dépassé par ses vedettes. Sa tentative de reprendre le tournage en main dans un style cinéma-vérité plonge les acteurs dans un conflit réel.

Résumé détailléModifier

Tonnerre sous les tropiques, le livre de John « Feuille de trèfle » Tayback, un vétéran de la guerre du Viêt Nam dont les mains, arrachées par une grenade, ont été remplacées par des crochets, est adapté au cinéma. À l'exception du jeune comédien débutant Kevin Sandusky, les autres acteurs (Tugg Speedman, vedette de film d'action sur le déclin ; Kirk Lazarus, comédien australien multi-récompensé adepte de la méthode Actor's studio ; Jeff Portnoy, star droguée du cinéma comique ; et Alpa Chino, gangsta-rappeur cliché) font leurs caprices de stars. Le réalisateur du film, le Britannique Damien Cockburn, est incapable de gérer les égos surdimensionnés de ses acteurs vedettes pendant le tournage d'une scène importante et, cinq jours après le début du tournage, le retard est déjà d'un mois. Cockburn est sommé par son producteur, le grossier Les Grossman, de remettre le tournage sur la bonne voie. Tayback propose alors au réalisateur une nouvelle expérience de tournage de style cinéma-vérité : Cockburn et lui déposent les cinq acteurs et une équipe réduite dans la jungle, où ont été installés des mini-caméras et des explosifs, simulant les effets des grenades, pour faire un film de style guérilla. Ils leur laissent le strict minimum : une carte et la liste des scènes. L'équipe ignore qu'elle a été déposée involontairement au cœur du Triangle d'or, dans le périmètre de trafiquants de drogue qui se font appeler les « Dragons flamboyants ». Cockburn marche dès l'arrivée sur une mine et meurt dans l'explosion. Tugg Speedman, convaincu qu'il ne s'agit que d'effets spéciaux, persuade ses quatre co-vedettes de poursuivre ce qu'il considère toujours comme un tournage et ils entament ensemble leur périple dans la jungle.

Cherchant à localiser le corps de leur metteur en scène, Cody, le spécialiste des effets spéciaux, et Tayback se font capturer par les « Dragons flamboyants ». Cody découvre que « Four Leaf » n'a pas perdu ses mains et que l'histoire du livre n'est que pur mensonge, le soi-disant vétéran ayant fait son service militaire au département sanitaire des douanes, sans avoir jamais quitté les États-Unis. Pendant ce temps, Sandusky et Lazarus s’aperçoivent que Speedman, qui prétend les guider avec la carte, les a menés dans la mauvaise direction. Fatigués de marcher et espérant du secours, ils abandonnent Speedman qui, laissé à lui-même, tue malencontreusement un panda et se fait lui aussi capturer par les trafiquants de drogue. Transporté dans leur camp, Speedman s'imagine qu'il s'agit d'un décor et continue à interpréter son personnage. Les trafiquants découvrent qu'il est également la star de leur film préféré, Simple Jack – qui a connu un échec critique et public aux États-Unis – dans lequel il incarne un handicapé mental, et le forcent à rejouer leurs scènes favorites sur une petite scène de théâtre plusieurs fois par jour. Pendant ce temps, à Los Angeles, l'agent et meilleur ami de Speedman, Rick, se rend chez Grossman pour lui faire respecter une clause du contrat dans lequel il est spécifié que la star doit disposer d'un TiVo. C'est alors que les « Dragons flamboyants » l'appellent avec le téléphone de Speedman et exigent une rançon. Grossman refuse de négocier avec eux, les insultant et les injuriant copieusement à plusieurs reprises. Il essaye de convaincre Rick d'abandonner Speedman et d'encaisser l'assurance, essayant de le corrompre en lui promettant un jet privé et son équipage au complet.

Chino, qui a involontairement révélé son homosexualité à ses collègues, Portnoy, qui est en manque, Lazarus, plus que jamais immergé dans son personnage de noir américain au bord du cliché qui agace Chino, et Sandusky découvrent la planque des trafiquants, en train de torturer Speedman. Ils improvisent une mission de sauvetage basée sur le scénario de Tonnerre sous les tropiques. Lazarus se fait passer pour un agriculteur, ayant fait « prisonnier » Portnoy, afin de distraire les gardes pour qu'Alpa et Kevin localisent les captifs. Ils sont démasqués à cause des incohérences de l'histoire de l'acteur australien. Ayant tenus un moment les trafiquants en respect avec leurs armes chargées à blanc, les acteurs sont bientôt les cibles de ripostes à balles réelles. Ils localisent Tayback, Cody et Speedman, les libèrent, récupèrent des explosifs et s'échappent pour rejoindre l'hélicoptère qui les attend de l'autre côté d'un pont. Speedman, dont la raison a été ébranlée par sa captivité, décide de rester avec les trafiquants, où il s'imagine avoir trouvé un fils adoptif et une raison de vivre, mais il comprend qu'il s'est lourdement trompé et essaye de rejoindre le reste de l'équipe, poursuivi par tous les trafiquants. Tayback fait sauter le pont et ils décollent. Le chef des « Dragons flamboyants », un gamin énervé d'une douzaine d'années, essaye de les pulvériser au lance-roquettes, mais Rick, qui a rejoint l'équipe, les sauve grâce au TiVo adroitement lancé entre la roquette et l'hélicoptère.

L'équipe, de retour à Hollywood, avec les images tournées par les caméras disséminées dans la jungle, monte un film qui va connaître un énorme succès critique et commercial. Speedman, dont la carrière est relancée, se voit récompensé, pour la première fois, par l'Oscar du meilleur acteur. Tous ses amis sont présents à la cérémonie : Chino, en couple avec Lance Bass (ancien membre du boys band N'Sync), Sandusky qui sort avec Jennifer Love Hewitt, Portnoy et, enfin, Lazarus, qui lui remet le trophée.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Acteurs invités dans leur propre rôle (caméos) :

ProductionModifier

Genèse du filmModifier

 
L'acteur, co-scénariste et réalisateur Ben Stiller en décembre 2008.

Ben Stiller a développé l'idée de Tonnerre sous les tropiques pendant le tournage d'Empire du soleil[4], dans lequel il tenait un rôle secondaire.

« L'idée du film est née en 1987. J’avais à cette époque un tout petit rôle dans Empire du soleil de Steven Spielberg, et tous mes amis acteurs tournaient des films sur la guerre du Viêt Nam : Platoon, Hamburger Hill, etc., auxquels ils se préparaient en suivant pendant deux semaines un semblant de stage commando. En interview, ils ne manquaient jamais de souligner la « dureté » et « l'intensité » de cette expérience qui les avait rendus « solidaires » les uns des autres. Je trouvais leurs propos à mourir de rire, car ces prétendus stages n'avaient évidemment qu'un très lointain rapport avec les expériences des soldats sur le terrain. Cette façon de se mettre en valeur m'amusait, mais je ne savais pas encore quel parti en tirer. »

— Ben Stiller, réalisateur, scénariste et interprète de Tugg Speedman[5].

Par la suite, Stiller s'est associé à Justin Theroux, mais ils furent bloqués à la « fin du premier acte[5] ». Ils ont attendu cinq ans et l'arrivée d'Etan Cohen pour réussir à écrire ce qui allait donner ce film. Le script final a été développé pour faire une satire de films de guerre sur le Vietnam, tels que Apocalypse Now, Platoon, Full Metal Jacket, Hamburger Hill ou Voyage au bout de l'enfer[6],[7]. Les dialogues, en partie improvisés par le storyboard, furent développés sur le plateau par les acteurs[8].

CastingModifier

Etan Cohen a écrit le rôle de Kirk Lazarus pour tourner en dérision les acteurs qui se jettent dans leur rôle jusqu'à un point extrême[4],[9]. Le rôle est confié à Robert Downey Jr., qui fut contacté par Stiller pendant des vacances à Hawaï[10]. Downey a accepté le rôle, mais ne savait pas comment commencer la construction du personnage d'Osiris (le personnage qu'incarne Lazarus dans le film en tournage). Il a réussi à trouver un modèle de discours, puis a auditionné pour la voix de Lazarus par téléphone. Stiller a approuvé immédiatement[11]. L'acteur a également révélé qu'il s'est inspiré des acteurs Daniel Day-Lewis, Colin Farrell et Russell Crowe[12]. Le personnage de Lazarus était irlandais dans le script initial, mais fut modifié car Downey a déclaré qu'il lui était plus facile d'improviser avec un accent Australien, comme il avait déjà fait pour Tueurs nés[13]. Le maquillage de Downey nécessitait deux heures de maquillage[8].

Tom Cruise, initialement pressenti pour incarner le rôle de l'agent Rick Peck, suggéra d'ajouter un personnage de producteur, idée qui fut incorporée au script. Cruise et Stiller ont travaillé ensemble sur le personnage de Les Grossman, homme d'affaires d'âge moyen. Le rôle demande que Cruise porte un fatsuit (en) pour lui donner de l'embonpoint, de grosses mains prothétiques et un bald cap, pour la calvitie[14],[13]. De plus, son personnage danse sur la musique Low de Flo Rida, notamment au moment où Grossman essaie d'acheter Rick Peck avec de l'argent qui coule à flot et des voyages en avion. Son rôle de « gros chauve » devant rester secret jusqu'à la sortie du film, la Paramount avait refusé de livrer des photos de Cruise en costume et maquillé. Malgré tout, un paparazzi qui avait réussi à en prendre fut poursuivi afin de les faire retirer, même celles diffusées sur Internet[15].

Le rôle de Jeff Portnoy, star du cinéma comique pétomane et drogué, est inspiré de l'acteur Chris Farley[16] et fut écrit pour Jack Black, ami de Ben Stiller et membre du Frat Pack, comme ce dernier.

L'acteur Owen Wilson devait incarner Rick Peck[16] mais dut renoncer au tournage à la suite d'une hospitalisation pour cause de tentative de suicide[17]. Le rôle fut finalement confié à Matthew McConaughey.

Ben Stiller incarne Tugg Speedman, qui est partiellement basé sur Sylvester Stallone[16] et Brandon T. Jackson incarne la star du rap Alpa Chino, dont le rôle fut initialement pressenti pour Mos Def[16].

Ben Stiller et Robert Downey Jr. se retrouvent 9 ans après Black and White sorti en 1999.

TournageModifier

Le tournage a lieu du 9 juillet à . Après avoir brièvement envisagé de tourner les extérieurs en Californie, les producteurs de Tonnerre sous les Tropiques jetèrent leur dévolu sur l'île de Kauai, ayant déjà servi de décor à de nombreux films, dont Jurassic Park[18]. Certaines scènes du film furent tournés à Los Angeles et à Universal Studios, en Californie[19].

MusiqueModifier

Tropic Thunder: Original Motion Picture ScoreModifier

Tropic Thunder
Original Motion Picture Score

Bande originale de Theodore Shapiro
Sortie
Durée 40:10
Genre musique de film
Compositeur Theodore Shapiro
Label Lakeshore
Critique

La musique originale est composée par Theodore Shapiro.

Liste des titres
No Titre Durée
1. You're My Brother 2:58
2. Four Leaf's Plan 2:39
3. Lead Farmer 3:56
4. Enter the Dragons 0:58
5. Bad Feeling About This 0:52
6. Flaming Dragons 2:32
7. Panda Attack 1:17
8. Panda Call 0:47
9. The Golden Triangle 2:52
10. A Night at the Theater 0:48
11. Don't Judge Me 3:27
12. Portnoy's Plan 0:36
13. The Wet Offensive 1:51
14. Shadow Me, Pinocchio 0:49
15. Flamethrower 1:46
16. Breakdown Under 2:01
17. Truck Escape 1:00
18. Blow the Bridge 2:21
19. Real Tears 3:19
20. Simple Jack Trailer 1:14
21. Satan's Alley 0:53
22. Cue Bill Conti 1:06

Tropic Thunder: Original Motion Picture SoundtrackModifier

Tropic Thunder
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de divers artistes
Sortie
Durée 56:31
Genre pop rock, rap
Label Lakeshore
Critique

L'album Tropic Thunder: Original Motion Picture Soundtrack contient des chansons de divers artistes comme The Temptations, MC Hammer, Creedence Clearwater Revival, Edwin Starr. Le single Name of the Game de The Crystal Method est un remix exclusif[22].

Plusieurs titres apparaissant dans le film sont cependant absents de l'album : Cum On Feel the Noize de Quiet Riot, Sympathy for the Devil de The Rolling Stones, For What It's Worth de Buffalo Springfield, Low de Flo Rida & T-Pain et Get Back de Ludacris.

Liste des titres
No TitreAuteurInterprètes Durée
1. Name of the Game (The Crystal Method's Big Ass T.T. Mix)Ken Jordan, Scott Kirkland, Tom MorelloThe Crystal Method 5:11
2. Ball of Confusion (That's What the World Is Today)Barrett Strong, Norman J. WhitfieldThe Temptations 4:08
3. Run Through the JungleJohn FogertyCreedence Clearwater Revival 3:05
4. Sadeness (Part I)M. C. Curly, David Fairstein, Frank PetersonEnigma 4:13
5. U Can't Touch ThisRick James, MC Hammer, Alonzo MillerMC Hammer 4:14
6. Ready Set GoNick GrantBen Gidsjoy 5:00
7. I Just Want to CelebrateDino Fekaris, Nickolas ZessesThe Mooney Suzuki 3:51
8. I'd Love to Change the WorldAlvin LeeTen Years After 3:43
9. The PusherHoyt AxtonSteppenwolf 5:48
10. Movin' on UpJeff Barry, Ja'net DuBoisJa'net DuBois 1:08
11. FrankensteinEdgar WinterThe Edgar Winter Group 4:45
12. Sometimes When We TouchDan Hill, Barry ManDan Hill 4:08
13. WarStrong, WhitfieldEdwin Starr 4:08
14. I Love Tha PussyCisco Adler, Darryl Farmer, Micah Givens, Ronald Jackson, Brandon T. JacksonBrandon T. Jackson 3:23

AccueilModifier

CritiqueModifier

Tonnerre sous les tropiques a obtenu les éloges de la critique, avec 83 % de critiques favorables sur le site Rotten Tomatoes[23] et 71100 sur le site Metacritic, basé sur 39 critiques[24]. Le site AlloCiné lui attribue une moyenne de 3,65, pour 25 critiques collectés[25].

Box-officeModifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  Mondial[26] 188 072 649 $ -
  États-Unis[26] 110 515 313 $ 13
  France[27] 567 831 entrées 12

Sorti dans 3 319 salles aux États-Unis , Tonnerre sous les tropiques prend directement la première place du box-office avec 25 812 796 $ de recettes engrangées le premier week-end d'exploitation[26]. Il est parvenu à déloger The Dark Knight, resté en tête durant quatre semaines[28]. En première semaine complète, il totalise 49 567 720 $ de recettes[26]. Il reste en première place durant les deux semaines suivantes, avec un cumul de 89 310 919 $[26].

Autour du filmModifier

  • Le film débute sur une série de fausses bandes-annonces (« Boulensueur » et « Burnotop », Le Rôtisseur 6 : Fusion planétaire, Les Gros Lards : le re-prout, et L'Allée de Satan) au ton parodique et présentant les acteurs du film dans le film, procédé semblable à celui utilisé entre les films Grindhouse : Boulevard de la mort et Planète Terreur.
  • Tom Cruise a repris son rôle de Les Grossman le temps d'une soirée, celle des MTV Music Awards le 6 juin 2010. Lors de cet évènement, lui et Jennifer Lopez ont enflammé la scène avec un pas de danse endiablé[29].
  • Le personnage de Les Grossman apparait dans le clip de la chanson Best Song Ever des One Direction.

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Fiche IMDb.
  2. (en) Tonnerre sous les tropiques sur l’Internet Movie Database
  3. http://www.cnc.fr/web/fr/rechercher-une-oeuvre/-/visa/120747
  4. a et b (en) First Look : 'Tropic Thunder' sur EW.com. Consulté le .
  5. a et b http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/tonnerre-sous-les-tropiques,78483-note-57551
  6. https://www.telegraph.co.uk/culture/film/filmreviews/3560875/Film-review-Tropic-Thunder.html
  7. http://www.nzherald.co.nz/movies/news/article.cfm?c_id=200&objectid=10528050
  8. a et b Commentaires audio de Ben Stiller, Jack Black et Robert Downey du Blu-Ray.
  9. http://goliath.ecnext.com/coms2/gi_0199-8220317/WAR-GAMES-IT-WAS-JUNGLE.html
  10. http://www.variety.com/article/VR1117996908?refcatid=1995
  11. http://www.mediablvd.com/magazine/the_news/celebrity/robert_downey_jr_in_tropic_thunder_200808131252.html
  12. http://www.comingsoon.net/news/showestnews.php?id=42984
  13. a et b https://www.nytimes.com/2008/08/10/movies/10dave.html?_r=2&ref=arts
  14. http://articles.latimes.com/2008/aug/10/entertainment/ca-stiller10
  15. http://news.ninemsn.com.au/article.aspx?id=326885 National nine news
  16. a b c et d https://www.imdb.com/title/tt0942385/trivia
  17. (fr) « Owen Wilson abandonne « Tropic Thunder » », sur Allociné.
  18. http://www.allocine.fr/film/anecdote_gen_cfilm=59011.html
  19. https://www.imdb.com/title/tt0942385/locations
  20. (en) Tropic Thunder (Original Score) - AllMusic
  21. (en) Tropic Thunder (Original Soundtrack) - AllMusic
  22. IGN Music, « Tropic Thunder Drops The Bomb » [archive du ], sur IGN,
  23. (en) « Tropic Thunder », sur Rotten Tomatoes (consulté le 6 septembre 2014).
  24. (en) « Tropic Thunder », sur Metacritic (consulté le 6 septembre 2014).
  25. « Tonnerre sous les Tropiques : critiques presse », sur allocine.fr (consulté le 9 septembre 2014)
  26. a b c d et e (en) Tropic Thunder sur Box Office Mojo. Consulté le .
  27. Tonnerre sous les tropiques sur JP Box-Office. Consulté le .
  28. http://www.boxofficemojo.com/weekend/chart/?yr=2008&wknd=33&p=.htm
  29. https://www.youtube.com/watch?v=Y07Tkf5gds8

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier