Tonnelier

artisan fabricant des tonneaux, fûts, feuillettes ou foudres

Le tonnelier est un artisan qui confectionne des tonneaux (fûts en bois). Tout le savoir-faire du tonnelier est réuni dans cet objet pratique et nécessaire. Son coup de main et son coup d'œil feront la bonne barrique qui permettra le vieillissement du vin, de la bière ou de l'alcool.

Tonnelier resserrant un cordage sur un tonneau
Jean-François Millet, 1848-1852
Musée des Beaux-Arts (Boston).

Il travaille dans une tonnellerie, et se fournit en bois auprès d'un merrandier.

HistoireModifier

« Comment a-t-on pu imaginer de faire tenir un liquide dans un montage de morceaux de bois fort difficile à assembler ? La plus grande partie des inventions humaines figurait déjà dans la nature : la maison, c'est la grotte, le bateau, c'est le tronc d'arbre qui flotte, même la roue, c'est le soleil qui roule dans l'espace. Le récipient naturel, c'est l'amphore, le vase fabriqué à l'image d'une pierre creuse, en moulant l'argile humide, ou bien c'est l'outre que l'on trouve toute faite en creusant la peau d'un bouc. Mais la barrique est bien une invention de poètes, l'imagination d'un peuple de rêveurs, insoucieux du temps et de la vie pratique, nos ancêtres les Celtes[1]. »

Le tonneau est connu en Europe depuis plus de 2 000 ans, inventé par les Gaulois. Il servit d'abord à stocker des produits solides comme les grains, les salaisons ou même les clous, mais également des liquides par la suite (vin, bière, cidre, eau) ; l'étanchéité du récipient s'étant améliorée avec le savoir-faire[2].

D'abord appelé charpentier de tonneau, les maîtres tonneliers « tonloiers » ou « barilliers » étaient déjà réunis en corporation au IXe siècle. Au XIIIe siècle, ils remirent leurs statuts pour approbation en même temps que 121 autres corps de métiers. En 1444, Charles VII de France confirma les statuts des tonneliers ou barilliers (les tonneliers charpentiers ou foudriers ont pour leur part été rattachés à la corporation des charpentiers dès le Xe siècle). Il donne par la même occasion aux tonneliers barilliers le privilège de déchargeurs de vin : ils sont les seuls à avoir le droit de débarquer le vin qui arrive par bateau.

Au Moyen Âge, les rois avaient leurs propres tonneliers, chargés d'entretenir les barils et les muids. Ils faisaient aussi fonction d'échanson (fonction historiquement avérée du règne de Charlemagne à celui de saint Louis).

Les maîtres brasseurs, alors organisés en corporation avaient également le métier de tonnelier pendant la saison chaude, durant laquelle le brassage était interdit.

Les fabrications des tonneliers étaient nombreuses : baquets, bailles, baignoires, barattes, barils, barillets, cuveaux, seaux, seillons, hottes et bien sûr tonneaux. Le tonnelier de village était pratiquement le seul à fabriquer des tonneaux ou à réparer les vieux fûts des vignerons. Il était payé à la pièce.

La barrique a été inventée par les Celtes et adoptée par les Romains comme l'attestent des bas-reliefs de scènes de halage avec les tonneaux bien visibles sur les embarcations datant du Ier siècle av. J.-C. Et depuis plus de 2 000 ans, les tonneaux ont servi de contenant à diverses denrées.




Actuellement, le tonneau est principalement utilisé pour l’élevage du vin et des alcools en fûts de chêne.

Bien qu'aucune machine n'ait pu remplacer complètement l'homme dans la fabrication des barriques, il reste aujourd'hui de nombreuses tonnelleries dans le monde, notamment en France, dont la majorité allient une fabrication mécanique et manuelle.

Chiffres de fabricationModifier

FranceModifier

Il existe plus de 150 entreprises de tonnellerie en France, ce qui représente environ 1 500 personnes employées dans le monde de la tonnellerie et 600 000 tonneaux produits. Cela fait de la France le leader mondial[3]. Cinquante d'entre elles sont regroupées dans la fédération française de la tonnellerie, créée en 1978 et représentent 90% de la production[4].

Elles sont principalement situées sur les cinq bassins viticoles majeurs[3],[5] :

  • Aquitaine : une douzaine de tonnelleries dont : Allary, Boutes, Bel Air, Charloi, Demptos, Doreaux, Nadalie, Saury, Sylvain;
  • Bourgogne : une quinzaine de tonnelleries dont Berthomieu, Billon, Cadus, Cavin, Chassin, Damy, Dargaud et Jaegle, François Frères, Gillet, Remond, Rousseau, Seguin-Moreau, Sirugue, Taransaud, Tonnellerie de Marsannay, Tonnellerie de Mercurey, ;
  • Charente : une douzaine de tonnelleries dont Boutes, Radoux, Seguin-Moreau, Taransaud, Vicard;
  • Loire : Tonnellerie du val de Loire, Baron ;
  • Rhône : Bouyoud, Vallaurine, Villard.
Principales unités de production[6]
Tonnellerie Chiffre d'affaires en milliers d'euros Appartenance à un groupe Date des données
Société Seguin Moreau et Compagnie 61 371 Oeneo 2018
Tonnellerie Taransaud 53 682 2018
Tonnellerie François Fréres 37 686 Groupe TFF 2019
Dargaud et Jaegle 29 244 2019
Tonnellerie Ludonnaise (Nadalié) 27 526 2018
Tonnellerie Sylvain 26 810 2018
Tonnellerie Boutes 26 536 2019
Tonnellerie Vicard 26 033 2010
Tonnellerie de France 24 927 2018
Tonnellerie Demptos 22 871 Groupe TFF 2018
Tonnellerie Radoux 22 006 Groupe TFF 2018
Merrain International (ex Tonnellerie de Marsannay) 18 167 2018
Tonnellerie du Monde 17 870 2015
Dargaud et Jaegle 16 091 2019
Tonnellerie Doreau 12 372 2017
Tonnellerie Rousseau Père et Fils 12 131 2019
Tonnellerie Damy Père et Fils 12 183 2018
Cadus 11 532 2018
Tonnellerie de Mercurey 11 350 2018
Maison Charlois 11 470 2009
Tonnelerie Remond 11 055 2011
Brive Tonneliers 10 584 Groupe TFF 2018
Tonnellerie Baron 9 402 2018
Tonnellerie Vincent Darnajou 6 491 Groupe TFF 2019
Tonnellerie Allary 6 387 2015
Tonnelerie Bel Air 6 325 2018
Bouyoud 6 114 Groupe TFF 2019
Tonnellerie Billon 5 856 2018
Atelier Centre France Tonnellerie 4 767 2018
Tonnellerie Berger et Fils 4 449 Groupe TFF 2018
Tonnellerie Bossuet 4 244 2018
Tonnellerie Siruge 4 211 2016
Tonnellerie de l'Adour 4 116 2018
Tonnellerie Cavin 3 870 2018
Tonnelerie Gilet 3 928 2015
Tonnellerie de Jarnac 3 786 2019
Tonnellerie Meyrieux 3 636 2018
Tonnellerie Darnajou 3 581 2019
Chassin Père et Fils 3 532 2015

Ces entreprises sont aujourd'hui prospères, et exportent 75 % de leur fabrication dans le monde entier, dont la moitié aux États-Unis d'Amérique. Certaines tonnelleries sont cotées en Bourse, ce qui en fait un des métiers les plus dynamiques de l'industrie du bois. La tonnellerie représente le premier marché du bois de chêne français, avec 300 000 m3 de grumes achetées en 2014[3].

Production annuelle de fûts en France
Année Nombre de fûts
2018 670 000
2015 592 300
2013 550 000
2012 525 100
2011 500 000

MondeModifier

D'immenses tonnelleries mécanisées existent aux États-Unis pour la fabrication des fûts à whisky. Il existe des tonnelleries au Portugal, en Espagne, en Italie, en Irlande, en Suisse, en Autriche, en Hongrie, et dans la plupart des régions vinicoles traditionnelles.

FabricationModifier

Le tonnelier utilise le plus fréquemment du chêne pour la fabrication d'un tonneau. Le bois est d'abord préparé par un merrandier en douelles, qui seront assemblées, chauffées et resserrées à l'aide d'un cable et de cercles en fer. Sont ensuite insérées les fonds , puis le trou de bonde et de broquereau percés. Les principales étapes de la fabrication d'un tonneau sont ainsi le dressage, le trempage, le cintrage, le cerclage, le rognage-rainurage, la pose de la bonde[7].

Capacités des fûtsModifier

 
Pièce de 228 litres, feuillette de 114 litres et quartaut de 57 litres exposés au musée du vin de Bourgogne de Beaune.

L'histoire et la géographie des régions viticoles ont donné naissance à une grande diversité de contenances. Les capacités varient ainsi en fonction de l'utilisation, de quelques dizaines à plusieurs centaines de litres. Ces volumes sont cependant standardisés à l'intérieur même des régions, mais on retrouve des dénominations différentes, et des variations de volumes d'une région à l'autre.

Références et bibliographieModifier

RéférencesModifier

  1. Pierre Boujut, tonnelier, dans Des métiers et des hommes au village, de Bernard Henry, 1975
  2. Les ébénistes du vin, J-M Soyez, 1991, (ISBN 2-87938-000-6)
  3. a b et c Dubrion Roger-Paul, Le bois & le vin, Éditions France Agricole, 2014, p. 91-101, (ISBN 979-10-90213-265)
  4. « Tonnellerie française : une notoriété mondiale » [PDF], sur tonneliersdefrance.fr,
  5. Fédération française de tonnellerie, Répartition géographique, Page internet sur tonneliersdefrance.fr, consulté en 2016
  6. « APE 1624Z », sur www.verif.com (consulté le )
  7. « Le tonnelier, un artisan du passé », article de Jean Coquillat paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 153 de mars 2008, pages 2 et 3.

BibliographieModifier

  • R. Brunet, Manuel de tonnellerie, Bibliothèque professionnelle, Librairie J-B Bailliere & Fils, Paris, 1925.
  • Bernard Henry, « M. Picard, tonnelier dans le Sancerre », dans Des métiers et des hommes au village, Le Seuil, 1975.
  • Pierre Boujut, Célébration de la barrique, 1970.
  • Gérard Boutet, « Moïse Bertrand, tonnelier aux Ruelles », dans Les gagnes-misère, Jean-Cyrille Godefroy, 1986.
  • Jean Taransaud (maître tonnelier de Cognac), Le Livre de la tonnellerie, 1993.
  • John Seymour Métiers oubliés, éditions du Chêne, 1985.
  • Nicolas Vivas, Manuel de tonnellerie, Féret, 2002.
  • Gilles Bousquet, La noblesse du tonneau, escargot savant, 2019.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier