Tomo no Yoshio

Tomo no Yoshio
Biographie
Naissance
ou Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nom dans la langue maternelle
伴善男Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
伴国道 (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
伴中庸 (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Tomo no Yoshio (伴善男?), ou Ban Dainagon (伴大納言?), est un dainagon (conseiller d'État) du Japon ancien.

Incendie volontaireModifier

Le dixième jour du troisième mois de 866, Tomo no Yoshio met le feu à la porte Ōtenmon avec l'intention d'en rejeter la faute sur le ministre de la gauche, le sadaijin Minamoto no Makoto. L'incendie criminel a toujours été un crime grave au Japon et la punition tout au long de l'histoire a été généralement la peine de mort. Yoshio réussit à convaincre le ministre de la droite, l'udaijin Fujiwara no Yoshimi, que Makoto est derrière l'incendie. En conséquence Yoshimi tente d'obtenir du conseiller Fujiwara no Mototsune qu'il arrête Makoto. Cependant, au lieu de procéder à l'arrestation, Mototsune informe son père, le Daijō-daijin, Fujiwara no Yoshifusa, de la situation. Yoshifusa n'est pas convaincu que Makoto puisse commettre un tel crime odieux et en appelle à l'empereur dans une tentative de se porter garant de l'innocence de Makoto et de régulariser l'affaire. En conséquence, Makoto n'est pas puni et un dédommagement lui est accordé. Il faut attendre le huitième mois de l'année pour que l'incendie de la porte Ōtenmon soit attribué à Tomo no Yoshio et à ses alliés en raison d'un rapport établi par Ōyake no Takatori. Une enquête approfondie est réalisée et le vingt-deuxième jour du neuvième mois, Tomo no Yoshio est exilé dans la province d'Izu. Cette histoire semble avoir été transmise à travers les contes pendant de nombreuses générations et est devenue très connue. Le récit historique se trouve dans le Nihon Sandai Jitsuroku.

Références culturellesModifier

L'histoire d'un cuisinier qui a vu le fantôme du conseiller Tomo est le onzième histoire du la vingt-septième volume du Konjaku Monogatarishū. Dans l'histoire, Ban no Yoshio apparaît devant un cuisinier après une longue soirée de travail et se décrit comme un dieu de la peste et des maladies. Il continue à raconter l'histoire de sa vie, admettant qu'il a commis un crime grave. Bien que le crime n'est pas détaillé, il fait clairement référence à l'incendie de la porte Ōtenmon et à son exil à Izu comme punition. L'histoire dépeint la connaissance qu'a Ban no Yoshio de la gravité de son acte et de la justice de sa peine. Il prononce sa dette envers le pays d'être si bien traité pendant son service à la cour et décrit ensuite sa main qui peut déclencher une épidémie qui tue tout d'une simple toux; ce qui suggère une certaine forme de réciprocité.

Source de la traductionModifier