Toilettes : une histoire d'amour

film indien
Toilettes : une histoire d'amour

Titre original Toilet: Ek Prem Katha
Réalisation Shree Narayan Singh (en)
Acteurs principaux
Pays de production Inde
Genre Drame, Comédie, Biographie
Durée 150 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Toilettes : une histoire d'amour (titre original, Toilet: Ek Prem Katha) est un film indien de Bollywood mettant en vedette Akshay Kumar, Bhumi Pednekar et Anupam Kher, racontant le combat d'un homme pour installer des toilettes dans sa maison afin de reconquérir l'amour de sa femme.

SynopsisModifier

Keshav (Akshay Kumar), vieux trentenaire, est condamné par les astres, selon son père , à épouser une vache ou une femme possédant six doigts à chaque main. Mais quand il rencontre Jaya (Bhumi Pednekar), c'est le coup de foudre. Un mariage s'ensuit rapidement.

Installée dans la maison de son mari, Jaya découvre qu'il n'y a pas de toilettes et qu'elle doit, pour se soulager, se rendre à l'aube en compagnie des autres femmes de la maisonnée dans la jungle. Elle exige donc de son mari qu'il fasse construire des toilettes et retourne en attendant dans sa famille.

Pour reconquérir sa femme, Keshav doit affronter le poids des traditions et s'opposer aux valeurs ancestrales de son pays.

MotivationsModifier

Cette histoire s'inspire du combat de plusieurs femmes pour exiger des toilettes dans leur maison, telles Anita Narre de Madhya Pradesh et Priyanka Bharti d'Uttar Pradesh[1].

Anita Narre s'est insurgée contre la tradition de déféquer en plein air et a obtenu du chef de village l'autorisation de construire des toilettes dans sa maison, arguant qu'elle refusait de se plier à cette coutume et ne réintègrerait le domicile conjugal qu'à cette condition. Elle est considérée comme une des initiatrices de la révolution des toilettes et a reçu d'une ONG un don de 10 000 dollars pour son combat[2].

Priyanka Bharti, jeune mariée de 19 ans a quitté le domicile conjugal pour s'opposer à cette coutume[3]. À l'aide de l'association Sulabh International, elle a convaincu de nombreuses femmes indiennes de construire des toilettes dans leur demeure[4].

Le problème de la défécation en plein air est une réel problème de santé publique en Inde où, en 2015, près de la moitié de la population faisait encore ses besoins en extérieur[5]. Des femmes indiennes sont donc contraintes de se lever à l'aube et d'aller en groupe se soulager loin de la ville en tentant de se protéger notamment des regards concupiscents des hommes, prenant des risques d'attaques d'animaux ou même de viols , d'enlèvements ou de lynchages.

Cette pratique induit aussi des risques sanitaires sur la pollution des eaux et des sols. Ainsi en 2015, on estimait que 200 000 enfants mouraient chaque année en Inde des suites d'une contamination fécale[5].

Les mentalités changent peu à peu mais le poids des traditions est grand : la religion considère comme impur de se soulager dans les lieux de vie[6] et près des autels de la maison.

En 2014, le premier ministre Narendra Modi lance une grande campagne d'installation de toilettes destinée à faire disparaitre la pratique de la défécation en plein air. Sa campagne se heurte à l'opposition et l'incompréhension des populations visées. En 2019, il annonce triomphalement le succès de sa campagne malgré les doutes des observateurs[7].

Le film de 2017 de Shree Narayan Singh (en), tente, par le biais du divertissement, de sensibiliser les spectateurs sur ce sujet.

RéceptionModifier

Ce film rencontre un réel succès à sa sortie[8],[9]. En quelques mois, il récolte plus de 28 millions d'Euros de recettes[10]. Dans le classement des films de Bollywood, il est au 25e rang pour les critiques et au 38e rang pour le public, selon cinetrafic[11].

Mais certains avis sont plus mitigés. On lui reproche de traiter à la légère un sujet grave[12], voire de dévoyer le sens de ce combat, en faisant du personnage principal un homme alors que les premiers combats ont été menés par des femmes[13].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier