Ouvrir le menu principal

FamilleModifier

Il est membre de la gens patricienne Cloelia. Toutefois, Tite-Live donne aussi le nomen Caecilius[1].

BiographieModifier

Tribunat consulaire (444)Modifier

En 444 av. J.-C., il est élu tribun militaire à pouvoir consulaire avec deux autres collègues. C'est la première fois que des tribuns militaires exercent à Rome le pouvoir consulaire et cette élection est rapidement contestée. Après trois mois de mandat seulement, Cloelius et ses collègues sont contraints à la démission. Leur élection a en effet été annulée pour vice de la procédure de prise des augures, un préalable obligatoire à la tenue de ce type d'élections[a 1],[2].

Selon les auteurs antiques, les tribuns militaires sont remplacés par deux consuls suffecti, Lucius Papirius Mugillanus et Lucius Sempronius Atratinus, mais Tite-Live note que leurs noms n'apparaissent pas chez les premiers annalistes ni dans les registres des magistrats[a 2]. Ils sont déduits d'une référence de Licinius Macer à propos du traité d'alliance qu'ils auraient renouvelé avec Ardea[1].

Triumvir (442)Modifier

En 442 av. J.-C., il est un des triumviri coloniae deducendae, avec Agrippa Menenius Lanatus et Marcus Aebutius Helva, qui organisent la colonie latine d'Ardée[a 3],[3].

Notes et référencesModifier

  • Sources modernes :
  1. a et b Broughton 1951, p. 53.
  2. Broughton 1951, p. 52.
  3. Broughton 1951, p. 54.
  • Sources antiques :
  1. Tite-Live, Histoire romaine, IV, 7
  2. Tite-Live, Histoire romaine, IV, 7, 10-12
  3. Tite-Live, Histoire romaine, IV, 11, 5-7

BibliographieModifier

  • (en) T. Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic : Volume I, 509 B.C. - 100 B.C., New York, The American Philological Association, coll. « Philological Monographs, number XV, volume I », , 578 p.

Voir aussiModifier