Ouvrir le menu principal

Tinlot
Tinlot
La maison communale
Blason de Tinlot
Héraldique
Drapeau de Tinlot
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Arrondissement Huy
Bourgmestre Christine Guyot (TP)
Majorité Tinlot Participation (TP)
Sièges
TP
IC
11
8
3
Section Code postal
Abée
Fraiture
Ramelot
Seny
Scry
Soheit-Tinlot
4557
4557
4557
4557
4557
4557
Code INS 61081
Démographie
Gentilé Tinlotois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
2 709 ()
48,10 %
51,90 %
73 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
25,25 %
62,81 %
11,95 %
Étrangers 3,33 % ()
Taux de chômage 8,89 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 14 091 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 28′ nord, 5° 22′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
37,12 km2 (2005)
72,75 %
19,20 %
7,06 %
0,99 %
Localisation
Localisation de Tinlot
Situation de la commune dans l’arrondissement de Huy et la province de Liège

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Tinlot

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Tinlot
Liens
Site officiel www.tinlot.be

Tinlot est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Liège, au cœur du Condroz.

La commune est le résultat de la fusion d'Abée, Fraiture, Ramelot, Seny, Scry et Soheit-Tinlot en 1977. Les six villages ont gardé les caractéristiques typiques du Condroz.

HistoireModifier

Les époques romaine et mérovingienne ont laissé des vestiges dans l'archéologie locale (sculptures). L'histoire écrite de Seny commence vers 1100, Seny fut possession de l'abbaye de Saint-Trond. L'avouerie appartenait au comté de Durbuy, à celui de Luxembourg (1334), à la principauté de Liège puis au comté de Namur (1360) et en 1756 au duc d'Ursel.

Les six communes ont été créées à l'époque de l'annexion à la France après la Révolution française en 1795, intégrées dans le département de l'Ourte. L'administration du Royaume des Pays-Bas, en 1815 et la Belgique, en 1830, ont maintenu cette division administrative jusqu'à la fusion des communes en 1977.

HéraldiqueModifier

 
La commune possède des armoiries qui ne semblent pas avoir été officiellement octroyées. La nouvelle commune issue de la fusion des communes du 1er janvier 1977 a été ainsi nommée selon l'état de Tinlot. Cet état était une possession de la famille Van Eynatten de 1530 à 1653. Les armoiries sont donc celles de la famille Van Eynatten, une importante famille médiévale originaire de Eynatten. Ces armoiries avaient été octroyées à la commune de Eynatten le 28 mai 1956. Elles étaient blasonnées : "D'argent à la bande de gueules accompagnée de six merlettes du même rangées en orle - l'écu surmonté d'un heaume d'argent grillé, colleté et liseré d'or, doublé et attaché de gueules, taré de front, aux bourrelet et lambrequins d'argent et de gueules. Cimier: une merlette de l'écu, entre deux proboscides coupées alternativement d'argent et de gueules".
Blasonnement : D'argent à la bande de gueules accompagnée de six merlettes du méme rangées en orle.
Source du blasonnement : Heraldy of the World[1].



Géographie et description de la communeModifier

La commune de Tinlot se trouve en sein du Condroz liégeois. Elle épouse donc le relief de cette région fait de tiges (crêtes) et de chavées (dépressions).

Elle est traversée par deux routes nationales qui se croisent au milieu de la commune (à Tinlot). Il s'agit de la N.63 Liège-Marche-en-Famenne et de la N.66 Huy-Hamoir.

Tinlot était la moins peuplée des 84 communes de la province de Liège. Mais la commune connaît un essor important depuis quelques années. Les bonnes connexions routières et le cadre rural attirent de nouveaux habitants, ce qui fait que l'écart avec Wasseiges et Trois-Ponts s'est réduit. De 2000 à 2008, la population a augmenté de 2 256 à 2 436 habitants. Depuis le 1er janvier 2014, avec 2 609 habitants, elle n'est plus la commune la moins peuplée de la province. C'est Trois-Ponts (2 550 habitants) qui lui succède.

Mis à part des carrières et fours à chaux ouverts au XIXe siècle et une brève exploitation du fer, l'agriculture a toujours été l'activité économique la plus importante jusqu'aujourd'hui : céréales, plantes fourragères et betteraves sucrières.

DémographieModifier

La commune compte au 1er novembre 2018, 2 709 habitants, 1 311 hommes et 1 398 femmes[2], pour une superficie de 37,12 km2, soit une densité de 72,98 habitants/km2.

Le graphique suivant reprend sa population résidente au 1er janvier de chaque année :

 

Les chiffres des années 1846, 1900 et 1947 tiennent compte des chiffres des anciennes communes fusionnées.

  • Source : DGS - Remarque: 1806 jusqu'à 1970=recensement; depuis 1971=nombre d'habitants chaque 1er janvier[3]

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Tinlot
Nandrin Anthisnes
Modave  
Clavier Ouffet

Géographie et description du villageModifier

 
L’église Saint-Maurice de Soheit-Tinlot.

Le village de Soheit-Tinlot se trouve au carrefour des routes nationales 63 et 66. Une déviation de la N63 a permis une meilleure fluidité du trafic et une plus grande quiétude dans la rue du Centre. Soheit-Tinlot compte 580 habitants au 1er janvier 2014[4].

Article détaillé : Soheit-Tinlot.

Monuments et lieux d'intérêtModifier

  • Le château de Tinlot (voir ci-dessus).
  • Le château de Tillesse à Scry.
  • La place du Batty à Seny (classée en 1984) autour d'un parc ombragé de tilleuls, d'ormes et de peupliers et entourée de belles fermes typiquement condrusiennes.
  • Le monument commémoratif à la résistance dû à Adolphe Sprumont de Nandrin sur la place du Batty.
  • L'église Notre-Dame de Ramelot.
  • L'église Saint-Martin et la chapelle Saint-Pierre à Scry
  • Le tumulus de Ramelot
  • La liste du patrimoine immobilier classé de Tinlot

RéférencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :