Tincalconite

minéral

Tincalconite[1].
Catégorie VI : borates[2]
Image illustrative de l’article Tincalconite
Cristaux de tincalconite, Boron, Californie (USGS)
Général
Nom IUPAC tincalconite
Numéro CAS 12179-04-3 (Na2B4O7•5H2O)
Classe de Strunz 6.DA.15
Formule chimique Na2B4O7•5H2O ou Na2B4O5(OH)4•3H2O
Identification
Couleur blanc, gris clair
Système cristallin hexagonal
Habitus cristaux en rhomboèdre double, octaédrique
Échelle de Mohs 2,5
Trait blanc
Éclat mat, vitreux
Propriétés optiques
Indice de réfraction nω=1,460 et nε=1,470
Fluorescence ultraviolet blanche aux UV
Transparence transparent à translucide
Propriétés chimiques
Densité 1,88
Solubilité dans l'eau
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La tincalconite, parfois dénommée tinkalonite, est un minéral de la famille des borates, espèce ionique comprenant l'anion tétraborate aux liaisons covalentes et le cation sodium, de formule brute Na2B4O7•5H2O ou encore en faisant apparaître des structures covalentes Na2B4O5(OH)4•3H2O[3].

Aspect sur le terrain et gisementsModifier

Le plus souvent sous forme de poussière blanche et sèche, il se forme essentiellement par déshydratation du borax, un des borates les plus abondants. En effet, les cristaux ou la poudre de borax, efflorescents, sont sensibles à l'air sec. Souvent les grosses pièces exhibant de gros cristaux de borax sont revêtues d'une couche blanche et opaque, parfois poussiéreuse, de tincalconite. A contrario, il se forme sur la kernite en présence d'une légère humidité de l'air. La tincalconite peut être formée en masse compacte rocheuse, en agrégat massif, en croûte, en efflorescence, etc.

La tincalconite existe aussi en cristaux octaédriques, qui ne se fendillent pas, comme le borax, avec les variations thermiques. Placée en atmosphère humide, elle absorbe lentement l'eau, s'opacifie et renaît après transformation complète en borax.

Ce minéral a été décrit pour la première fois en minéralogie en 1878, à partir d'échantillons en masse récoltés sur le gisement de borax du lac Searles, dans le comté de San Bernardino en Californie. Il a été identifié à la poudre sèche qui opacifiait par tâche les beaux spécimens minéralisés de borax récolté. Il apparaît aussi lors de la préparation par cristallisation fractionnée du borax.

Le nom vient du nom américain du borax, dénommé tincal dans l'industrie extractive, et du principal suffixe konis, signifiant « poudre » en grec scientifique. La terminaison en -ite indique un minéral.

Ce minéral est souvent associé aux gisements de borax, parfois secondaires ou d'une manière générale des autres sources de borates. On le trouve ainsi en Californie et au Nevada, mais aussi en Argentine, en Turquie et en Ukraine, en Chine et en Mongolie. En Italie, il se retrouve au voisinage de roches ignées, au même titre que l'acide borique.

Il peut être en poudre incolore, de façon artificielle. La tincalconite dans l'industrie a un usage similaire au borax, de même que le borax anhydride.

Notes et référencesModifier

  1. Parfois encore mohavite ou tinkalonite, borax octaédrique, borax à 30 % d'eau, borax des bijoutiers, etc.
  2. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  3. La dernière proposition est une forme mésomère retrouvée dans le cristal, avec le cation sodium et l'anion tétraborate, à structure interne cyclique et covalente B4O5(OH)4. Même s'il s'agit apparemment d'une forme pentahydratée du borax, la tincalconite est bien un autre minéral, elle était autrefois dénommée comme une variété de borax octaédrique, borax à 30 % d'eau, borax calciné, borax desséché, borax des bijoutiers. Sa forme cristalline hexagonale est différente de celle du borax, il est plus dense et beaucoup plus dur que le borax ordinaire dit prismatique. Non efflorescent, ce borax popularisé par le mémoire de Anselme Payen en 1827 est surtout moins altérable à l'air sec. On la nomme aussi la tincalonite ou tinkalonite, sans doute par abréviation populaire ou technique.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier