Ouvrir le menu principal

Tillay-le-Péneux

commune française du département d'Eure-et-Loir

Tillay-le-Péneux
Tillay-le-Péneux
Dolmen de la Pierre Godon
Logo monument historique Classé MH (1979).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Châteaudun
Canton Les Villages Vovéens
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Beauce
Maire
Mandat
Benoît Côme
2014-2020
Code postal 28140
Code commune 28390
Démographie
Gentilé Tiglétins, Tiglétines
Population
municipale
326 hab. (2016 en diminution de 5,78 % par rapport à 2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 39″ nord, 1° 46′ 32″ est
Altitude Min. 118 m
Max. 141 m
Superficie 22,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Tillay-le-Péneux

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Tillay-le-Péneux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tillay-le-Péneux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tillay-le-Péneux

Tillay-le-Péneux (Prononciation : ti.jɛ.lə.pe.nø) est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire. Elle fait partie d'une zone écologique protégée du réseau Natura 2000 dans la plaine de Beauce.

GéographieModifier

SituationModifier

Ce village est situé au sud-est de l'Eure-et-Loir.

Territoire de la commune de Tillay-le-Péneux

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

Le village est construit sur ou à côté d'une ancienne tillaie, comme le montre la toponymie ancienne du lieu : Tigletus paganorum, (« le lieu/village/champ des tilleuls »)[1], attesté en 914[2]. Péneux fait référence aux Pagani, c'est-à-dire aux envahisseurs normands du IXe siècle.

  • Tigletus paganorum
  • Tilietum pagani
  • Tilleyo pagani
  • Thillay paineux

HistoireModifier

Le territoire est occupé au Néolithique, dans le voisinage de la vallée de la Conie où se dressent des mégalithes, dont le Dolmen de la Pierre Godon.

« En 886, les Normands établis sur la Seine abandonnèrent Paris et s'acheminèrent vers la Loire, en dévastant le pays situé entre les deux fleuves[3]. ». Le village de Tillay-le-Péneux, est un lieu rappelant des Normands : « Tigletus Paganorum »[3], nom du domaine rural propriété du chapitre de Saint-Aignan d'Orléans, confirmé par le roi de Francie Charles-le-Simple en 914.

En effet, « dans l'été de 911, Rollon et ses compagnons ravagèrent le Dunois et le pays chartrain, et c'est fort probablement à l'une de ces deux dates, 886 ou 911, qu'une poignée de ces « hommes du Nord » ou « païens » s'installa en Beauce, sur les confins du Dunois et de l'Orléanais, dans cette villa de Tigletus, qui devint, dès lors Tigletus Paganorum » (« Tilleyo Pagani[4] » dans les comptes de l'archidiaconé de Beauce en 1369-1370).

« Les païens (Pagani) ici nommés ne sont autres que les pirates danois ou normands (...) Le souvenir de ce repaire de pirates s'est perpétué dans le très curieux vocable de Tillay-le-Péneux (...) Tigletus est la forme carolingienne de Tilietum, qui signifie endroit planté de tilleuls (...). Quant au génitif pluriel Paganorum, il subsiste sous la forme Péneux, qui est l'aboutissement phonétique très régulier de paganorum, par les intermédiaires paienor, paenor, paienuer, paeneur, peienues, paeneus, paineux, péneux[3]. »

À l'issue du siège de Chartres (911) par Rollon, le traité de Saint-Clair-sur-Epte concède l’établissement des vikings en Basse-Seine (Normandie) en contrepartie de l'arrêt de leur pillages.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Benoît Côme SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementaleModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 326 habitants[Note 1], en diminution de 5,78 % par rapport à 2011 (Eure-et-Loir : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
555641616594690664776690750
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
789796770742704698696711683
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
675653636585551568512486491
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
465447314241220293342349337
2016 - - - - - - - -
326--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Manifestations culturelles et festivitésModifier

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Château, jardin et parc de VilleprévostModifier

  • Château des XVIe siècle, XVIIe et XVIIIe siècles,   Inscrit MH (1986, 1988)[9] ;
  • Parc conçu en 1756, restauré en 1910 : il fut dessiné par Jamain, un élève de Le Nôtre,   Inscrit MH (1988)[10] ;
  • Chapelle Notre-Dame-et-Saint-Étienne.

Dolmen de La Pierre GodonModifier

Article détaillé : Dolmen de La Pierre Godon.

  Inscrit MH (1979)[11]

Tumulus de MenainvilleModifier

Article détaillé : Tumulus de Menainville.

  Inscrit MH (1980)[12].

Le tumulus mégalithique de Menainville est situé au lieu-dit les Quarante mines des Closeaux.

Église Saint-AignanModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

 
Tombe d' Arsène Boivin au cimetière du Montparnasse.
  • Arsène-Désiré Boivin (1840-1892), président de la chambre syndicale des constructeurs électriciens, membre de la société des sauveteurs de la Seine et chevalier de la Légion d'honneur est né dans la commune[13].

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Albert Dauzat, La Toponymie française, Paris, Payot, , p. 61.
  2. J. Soyer, Bulletin de la Société archéologique de l'Orléanais, .
  3. a b et c Jacques Soyer, « Un nom de lieu orléanais rappelant des Normands : « Tigletus Paganorum » (Tillay-le-Péneux) », Bulletin de la société archéologique et historique de l'Orléanais, vol. XX,‎ , p. 196-200 (ISSN 1145-7430, notice BnF no FRBNF34422792, lire en ligne).
  4. Auguste Longnon, Recueil des historiens de la France ; Pouillés : Poulliés de la province de Sens, t. IV, Paris, Imprimerie nationale, coll. « Académie des inscriptions et belles lettres », (notice BnF no FRBNF30830764, présentation en ligne, lire en ligne), xxxviii (47-48), 327, 343, 641.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « Château de Villeprévost », notice no PA00097225, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. « Jardin d'agrément et parc de Villeprévost », notice no IA28001000, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Dolmen », notice no PA00097226, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Tumulus mégalithique de Menainville », notice no PA00097227, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Arsène-Désiré Boivin », base Léonore, ministère français de la Culture