Ouvrir le menu principal

Tikei
Photo satellite de la NASA
Photo satellite de la NASA
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Tuamotu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 14° 57′ 02″ S, 144° 32′ 47″ O
Superficie km2
Nombre d'îles 1
Point culminant non nommé (3 m)
Géologie île corallienne
Administration
Collectivité d'outre-mer Polynésie française
District Tuamotu
Commune commune de Takaroa
Démographie
Population Aucun habitant (2017[1])
Autres informations
Découverte 1722
Fuseau horaire UTC-10

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Tikei
Tikei

Géolocalisation sur la carte : Archipel des Tuamotu

(Voir situation sur carte : Archipel des Tuamotu)
Tikei
Tikei
Atolls en France

Tikei également appelé Manu ou Tikai ou Tiku[2], est une île située dans le sous-groupe des Îles du Roi Georges dans l'archipel des Tuamotu en Polynésie française.

Sommaire

GéographieModifier

Tikei est située à 68 km au sud-est de Takaroa et 77 km de Takapoto, les atolls les plus proches, ainsi qu'à 582 km au nord-est de Tahiti. C'est une île corallienne de forme ovale – un atoll comblé – de 3,9 km de longueur et 1,6 km de largeur maximales, d'une surface de 4 km2 sans aucun lagon intérieur[3] avec un point culminant à trois mètres[4],[5].

Durant de nombreuses années une population vivait sur l'île dans le village de Tereporepo. L'île n'est désormais habitée que de manière temporaire. Tikei est rattaché administrativement à la commune de Takaroa.

HistoireModifier

La première notification de cette île par un Européen a été faite par le marin hollandais Jakob Roggeveen le [6] qui la nomme Belrekieglijk Eiland puis le lendemain son second officier allemand Carl Friedrich Behrens lui donne le nom d'île Carlshoff[5]. Le , le russe Otto von Kotzebue l'aborde et la nomme d'Île Romanzov en hommage au mécène de son expédition[2],[5]. Celui-ci reviendra sur l'atoll le [5].

Au XIXe siècle, Tikei devient un territoire français, peuplé d'environ trente habitants, où se développe la production d'huile de coco (avec environ dix tonneaux par an vers 1860)[7].

ÉconomieModifier

L'atoll, très boisé, est exploité pour ses cocotiers et le coprah de manière saisonnière.

Faune et floreModifier

Tikei est une île de nidification pour de nombreuses espèces d'oiseaux[4].

Notes et référencesModifier

  1. Recensement de 2017 – Répartition de la population de la Polynésie française par îles, Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF), consulté le 27 février 2019.
  2. a et b (en) J.L. Young, « Names of the Paumotu Islands, with the Old Names So Far As They Are Known », The Journal of the Polynesian Society, vol. 8, no 4, décembre 1899, pp. 264-8.
  3. Sur les photos satellites peuvent être aperçus quelques madrigaux centraux, signes d'un lagon en cours de formation à la suite de l'enfoncement du plancher de l'île et de la formation de l'atoll.
  4. a et b (en) Arthur L. Dahl, « Review of the protected areas system in Oceania », IUCN Commission on National Parks and Protected Areas, United Nations Environment Programme, éd. IUCN, 1986, (ISBN 9782880325091), p. 203.
  5. a b c et d Jacques Bonvallot, Les Atolls des Tuamotu, éditions de l'IRD, 1994, (ISBN 9782709911757), pp. 272-282.
  6. Tahiti et ses archipels par Pierre-Yves Toullelan, éditions Karthala, 1991, (ISBN 2-86537-291-X), p. 61.
  7. Étienne Avalle, Notices sur les colonies françaises, éditions Challamel aîné, Paris, 1866, p. 637.