Tigers de Hamilton (football canadien)

ancienne équipe de football canadien
Tigers de Hamilton
(Hamilton Tigers)

Généralités
Noms précédents Hamilton Football Club (1869-1872)
Fondation 1869
Disparition 1950
Statut professionnel Amateur (1869-années 1940)
Professionnel (progressivement à partir des années 1940)
Couleurs

Noir, or

Stade Hamilton AAA Grounds
Civic Stadium
Siège Hamilton (Ontario)
Palmarès principal
National[1] Coupe Grey 5 (1913, 1915, 1928, 1929, 1932)
Championnat du Dominion 2 (1906, 1908)

Les Tigers de Hamilton sont une ancienne équipe de football canadien basée à Hamilton en Ontario (Canada). Ils ont été membres de la Ontario Rugby Football Union (ORFU) de 1883 à 1906 et de 1948 à 1949 et de l'Interprovincial Rugby Football Union (IRFU) de 1907 à 1947. Le club a été membre fondateur de l'ORFU en 1883 et de l'IRFU en 1907. Au cours de leur existence, les Tigers ont gagné cinq fois la coupe Grey et deux fois le championnat du Dominion, prédécesseur de la coupe Grey. Après avoir été en concurrence avec un autre club de leur ville, les Wildcats de Hamilton, et dans une situation financière difficile, ils fusionnent avec ceux-ci pour former les Tiger-Cats de Hamilton, équipe encore existante aujourd'hui[2].

Le Hamilton Football Club en 1883

HistoireModifier

FondationModifier

On place la fondation du Hamilton Football Club au dans un local situé au-dessus du George Lee’s Fruit Store au centre-ville de Hamilton[3]. Arborant les couleurs noir et jaune, ils jouent leur premier match le suivant contre l'équipe du 13th Battalion Volunteer Militia, maintenant nommé le Royal Hamilton Light Infantry[3]. Ils constituent ainsi un des plus anciens clubs de football en Amérique du Nord[4]. À partir de 1873, l'équipe est connue sous le nom de Tigers.

Ontario Rugby Football Union (1883-1906)Modifier

En janvier 1883, plusieurs clubs ontariens, dont les Tigers, mettent sur pied une organisation appelée la Ontario Rugby Football Union en vue d'organiser la compétition entre les clubs et déterminer un champion provincial[5]. Jusqu'en 1898 l'ORFU ne joue pas selon un calendrier régulier, mais organise une série de matchs éliminatoires jusqu'à temps qu'un champion soit déterminé[5]. Les Tigers se rendent jusqu'à la finale de l'ORFU six fois entre 1887 et 1894, mais ne la remportent qu'une seule fois, soit en 1890 contre l'Université Queen's[6],[5]. En 1897, les Tigers remportent de nouveau le championnat de l'ORFU, encore une fois contre Queen's[5]. Cette année-là, ils participent pour la première fois au championnat du Dominion, un match joué irrégulièrement depuis 1884 entre le champion de l'ORFU et celui de la Quebec Rugby Football Union (QRFU). Hamilton s'incline 14-10 contre l'équipe de l'Université d'Ottawa (en)[5].

Entre 1898 et 1902, les Tigers jouent le calendrier régulier de l'ORFU, mais ne terminent jamais en première place. Ils abandonnent même la compétition après un match en 1902, invoquant le manque de joueurs et des revenus insuffisants[5]. De retour en 1903 alors que l'ORFU est réduite à trois équipes, ils remportent tous leurs matchs mais il n'y a pas de championnat du Dominion cette année-là en raison d'un conflit entre l'ORFU et la QRFU sur les règles de jeu à employer[5]. Ils répètent l'exploit de remporter tous leurs matchs les trois années suivantes, obtenant 20 victoires contre aucune défaite sur quatre saisons, mais ce n'est qu'en 1906 qu'un championnat du Dominion est enfin tenu, et les Tigers l'emportent 29-3 contre l'Université McGill. Avec ce championnat national, les Tigers confirment leur statut d'équipe dominante au Canada depuis quelques années[5]. Durant cette période, leur joueur vedette est Art Moore, un coureur redoutable qui établit plusieurs records. Il joue avec les Tigers de 1903 à 1910[7].

 
Les Tigers de Hamilton vers 1906

Interprovincial Rugby Football Union (1907-1948)Modifier

En septembre 1907 les Tigers sont au nombre des quatre équipes qui fondent la Interprovincial Rugby Football Union (IRFU, communément appelée le Big Four). La nouvelle ligue représentera pendant plusieurs décennies le plus haut niveau de football dans l'Est du Canada. Durant les neuf premières saisons de l'IRFU, soit jusqu'à l'interruption des activités due à la Première Guerre mondiale, les Tigers terminent six fois au premier rang de la ligue. Ils sont champions du Dominion en 1908, puis remportent deux fois la nouvelle coupe Grey, le nouveau titre du championnat national. En 1908, ils défont l'Université de Toronto 21-17, puis en 1913 ils battent le Toronto Parkdale 44-2, et enfin en 1915 ils l'emportent 13-7 sur le Toronto Rowing and Athletic Association (en).

Le 11 décembre 1909, lors du premier match de football canadien de haut niveau joué aux États-Unis, les Tigers rencontrent le club d'Ottawa au Van Cortlandt Park de New York. Ce match, présenté à l'invitation du New York Herald[8], a permis aux Américains de découvrir la version canadienne de leur football. Il a été remporté par Hamilton 11 à 6[9],[10].

Lors de la reprise des activités en 1919, les Tigers se retrouvent de nouveau l'équipe ayant le plus de succès dans l'IRFU. Sur les 17 saisons disputées entre 1919 et 1935, ils terminent 9 fois en tête du classement, plus du double des 4 championnats des Argonauts de Toronto[11]. Ils se qualifient pour le match de la coupe Grey de 1927 ; bien que largement favoris[12], ils subissent la défaite 9-6 contre le Balmy Beach de Toronto, membre de l'ORFU[13]. L'année suivante, ils se reprennent en défaisant de manière décisive les Roughriders de Regina à domicile par un pointage de 30 à 0[14]. Les Tigers répètent l'exploit contre le même club en 1929, les battant 14 à 3[15].

Trois ans plus tard, en 1932, les Tigers se retrouvent encore une fois en finale de la coupe Grey contre Regina. Le match a lieu, comme ceux de 1928 et 1929, sur leur terrain des Hamilton AAA Grounds. Les Tigers dirigés par Billy Hughes l'emportent encore une fois par le pointage de 25-6[16]. Les Tigers se retrouvent en finale de la coupe Grey pour la dernière fois en 1935, mais ils sont alors battus par les Pegs de Winnipeg par 18-12[17].

Au cours des années suivantes, les Tigers obtiennent moins de succès et terminent cinq saisons de suite au troisième rang de l'IRFU, à chaque fois devançant uniquement le club de Montréal. Avec l'entrée en guerre du Canada en septembre 1939, plusieurs joueurs des différents clubs s'enrôlent dans les forces armées. Les Tigers font partie des équipes les plus touchées, et en 1941 doivent se retirer de l'IRFU, laquelle cesse alors ses activités[3]. Un club, appelé les Wildcats, est alors formé pour représenter Hamilton dans l'ORFU et il utilise plusieurs des anciens joueurs des Tigers[18]. Les Tigers reprennent la compétition, comme le reste de l'IRFU, en 1945, mais éprouvent de grandes difficultés sur le terrain. Pour les trois saisons de 1945 à 1947, ils ne remportent que trois matchs sur les 30 qu'ils disputent. Dans le but de redresser leur fortune, les Tigers font signer un contrat au quart-arrière Frank Filchock (en), récemment banni aux États-Unis pour une affaire de paris. Le salaire de 7 000 dollars consenti à Filchock est nettement au-dessus de ceux payés (plus ou moins ouvertement, car les joueurs sont encore officiellement des amateurs) aux autres joueurs[3]. Pour les aider à payer le salaire de Filchock, et compte tenu de son jeu spectaculaire qui attire les foules, les Tigers exigent que les autres équipes leur remettent un pourcentage des revenus de vente de billets[19]. Aux assises de la ligue tenues en mars 1948, aucune entente n'est trouvée et les Tigers se retirent de l'IRFU qui accepte à leur place les Wildcats[20].

Retour à l'ORFU (1948-1950)Modifier

Pour la saison 1948, les Tigers doivent revenir dans l'ORFU, un circuit de calibre inférieur, prendre la place que les Wildcats ont libéré en étant acceptés dans l'IRFU. Cependant, ils peuvent encore compter sur leur joueur vedette Frank Filchock[21] et réussissent une saison parfaite de neuf victoires en autant de matchs. Ils échouent cependant en éliminatoires, à cause d'une blessure à Filchock[22]. L'année suivante, les Tigers perdent Filchock, qui est engagé par les Alouettes de Montréal[23]. Malgré la perte de leur joueur vedette, les Tigers dominent la saison régulière, mais se heurtent aux Alouettes en éliminatoires[22].

Fusion avec les WildcatsModifier

Finalement, après deux saisons passées à se faire concurrence dans le même marché, les Tigers et les Wildcats décident en janvier 1950 de fusionner. La nouvelle équipe porte le nom de « Tiger-Cats »[24].

StadeModifier

Les Tigers ont d'abord joué sur le terrain du Maple Leaf Baseball Club sur Upper James Street[25]. À partir de 1872[3], et pour tout le reste de leur existence, ils évoluent au Hamilton Cricket Grounds, renommé Hamilton AAA Grounds en 1910[25].

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Hamilton Tigers (football) » (voir la liste des auteurs).

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Steve Milton, « Tiger-Cats de Hamilton », sur L'Encyclopédie canadienne, (consulté le )
  3. a b c d et e (en) « History of the Hamilton Tiger-Cats Football Club », sur Tiger-Cats de Hamilton (consulté le )
  4. (en) « Ticats mark 150 years of Hamilton football history this season », sur CBC News, (consulté le )
  5. a b c d e f g et h (en) Robert Sproule, « The Ontario Rugby Football Union (1883-1906) », sur Pro Football Researchers (consulté le )
  6. « 1890 », sur CFLapedia (consulté le )
  7. (en) Robert Sproule, « Art Moore » [PDF], sur The Coffin Corner, (consulté le )
  8. (en) « Ottawa Renegades History » (version du 27 octobre 2009 sur l'Internet Archive), sur Soudog Sports
  9. « Le rugby - Joute d'exhibition », sur Le Soleil, (consulté le )
  10. (en) « Canadian Rugby on Trial at Van Cortlandt Park Yesterday : Canada's Game Seen - Hamilton Too Much for Ottawa », sur New York Daily Tribune, (consulté le ), p. 10
  11. (en) « The Inter-provincial Rugby Football Union », sur CFLdb (consulté le )
  12. « Notes de sport », sur La Presse, (consulté le )
  13. « Les Tigers défaits par Balmy Beach », sur La Presse, (consulté le )
  14. « Les Tigres décrochent le championnat de la Puissance : Hamilton enlève le championnat de rugby du Canada en glissant un rude tapin aux ouvriers de Regina », sur Le Droit, (consulté le )
  15. « Tigers de Hamilton gagnent la finale de rugby du Canada », sur Le Soleil, (consulté le )
  16. « Le championnat de football du pays à Tigers », sur Le Canada, (consulté le )
  17. (en) Ed Tait, « Quest through the decades : 1930's », sur Blue Bombers de Winnipeg, (consulté le )
  18. (en) « 1941 », sur CFLapedia (consulté le )
  19. « Filchock avec les Alouettes ? : Il est possible que ce joueur vienne à Montréal l'automne prochain », sur La Presse, (consulté le )
  20. « La situation est plus obscure que jamais dans l'Interprovinciale », sur Le Droit, (consulté le )
  21. « Filchock accepte une offre de $11,000 du club Hamilton », sur La Patrie, (consulté le )
  22. a et b (en) Bob Braunwart, Bob Carroll et Joe Horrigan, « The Peregrinations of Frankie Filchock », sur The Coffin Corner,
  23. « Frank Filchock jouera pour le club Alouettes », sur Le Devoir, (consulté le )
  24. « Amalgamation des Wildcats et des Tigres de Hamilton », sur Le Droit, (consulté le )
  25. a et b (en) « Canadian Football Timelines (1860-present) », sur Football Canada, (consulté le )