Thomas Savare

dirigeant français de rugby à XV

Thomas Savare, né le , est un homme d'affaires français, président du Stade français Paris de 2011 à 2017.

Thomas Savare
Image dans Infobox.
Thomas Savare le 14 mai 2017.
Fonction
Président du conseil d'administration
Stade français
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Sport

BiographieModifier

Carrière professionnelleModifier

Diplômé de l’École centrale Paris, il commence sa carrière en 1992 à la Banknote Corporation of America de New York, première filiale américaine du groupe familial, où il occupe le poste de vice-président[1]. En 1995, il est nommé à la direction générale du groupe familial François-Charles Oberthur Fiduciaire. En 1998, il prend la direction d’Oberthur Card Systems.

De 1998 à 2003, il dirige la division carte à puce du groupe, alors que le groupe met fin à sa joint-venture avec Bull et rachète (fin 1999) la division cartes du britannique De La Rue[1].

En 2003, il quitte Oberthur et rejoint une start-up qui développe des cartes à puce spécialisées dans les solutions médicales[1].

En , il retourne dans le groupe familial en tant que directeur général adjoint d’Oberthur Technologies[1].

Depuis le , il occupe le poste de directeur général du groupe en remplacement de son père[2].

En 2021, le groupe crée une nouvelle division : Bioguard & Co[3]. La technologie Bioguard™ est une solution appliquée sur de nombreux produits pour protéger leur surface[4] et réduire les risques de transmission de virus.

Rugby à XVModifier

En , le Stade français traverse une crise majeure : le fonds canadien FACEM qui devait investir 12 millions d'euros dans le club[5] (aux côtés de Bernard Laporte[6]) pour combler un déficit de 6 millions d'euros et éviter une rétrogradation en deuxième division se désiste, laissant le club dans la détresse financière. Fin , Thomas Savare annonce la prise de contrôle du capital en apportant une participation de 11 millions d'euros[7],[8].

Il remplace alors Max Guazzini à la présidence du club, se sépare de Bernard Laporte et choisit Pierre Arnald à la direction générale du club et Richard Pool-Jones à la vice-présidence[9].

Malgré l'arrivée de Thomas Savare à la tête du club, le Stade français ne parvient pas à améliorer sa performance : 7e du Top 14 en 2012, 10e en 2013, et 7e en 2014[7]. C'est lors de la saison 2015 que les performances s'améliorent, notamment grâce au travail du nouvel entraineur Gonzalo Quesada recruté pour la saison 2014 : à mi-parcours, le Stade français est en tête du Top 14[10]. À la fin du championnat, le club se trouve à la 4e place et termine champion de France 2015 en éliminant successivement le Racing Metro 92 en barrages, le RC Toulon en demi-finale et l'ASM Clermont Auvergne (12 à 6) en finale.

En , il fait partie de la cellule technique du XV de France, formée conjointement par les présidents de la FFR et de la LNR à la suite de l'échec de l'équipe de France à la Coupe du monde 2015, afin de présenter des propositions visant à améliorer sa compétitivité[11]. En , la cellule rend aux présidents Pierre Camou et Paul Goze un rapport où figurent quinze propositions[12],[13].

En 2016, il est élu au sein du collège des représentants des clubs du Top 14 du comité directeur de la Ligue nationale de rugby[14]. Il démissionne du comité directeur à la suite de la vente du Stade français en .

Le , Jacky Lorenzetti, président du Racing 92 et Thomas Savare, président du Stade français, annoncent la fusion de leurs deux clubs[15]. Face aux fortes réticences soulevées par ce projet, les deux présidents annoncent le qu'ils renoncent finalement à cette fusion[16],[17].

En mai de la même année, le Stade français Paris décroche le premier titre européen de son histoire. On évoque un « effet fusion » et une équipe « réveillée après la grève »[18]: les joueurs remportent le Challenge européen en gagnant la finale 25 à 17 contre Gloucester au Murrayfield Stadium d'Édimbourg.

À la suite de l'échec de fusion avec le Racing 92, il décide de vendre le club et choisit de retenir l'offre de l'allemand Hans-Peter Wild[19]. Après avoir laissé un message aux supporters[20],[21], il remettra les clefs à son successeur qui désignera Hubert Patricot comme nouveau président le [22].

En 2018, Thomas Savare intègre le comité consultatif du rugby francilien, organe consultatif de la Ligue régionale Île-de-France de rugby[23].

Candidat pour intégrer l'assemblée générale et le comité directeur de la Ligue nationale de rugby en tant que personnalité extérieure en , il n'est pas élu[24].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Carole Bellemare, Oberthur Technologies : Thomas Savare reprend le flambeau, Le Figaro, 5 juillet 2008
  2. Thomas Savare, un industriel pure souche à la tête du Stade Français, France 24, 30 juin 2011
  3. « Bioguard™ : Technologie réduisant les risques de transmission du virus », sur Bioguard (consulté le )
  4. « [L'instant tech] Billets de banque anti-Covid et autres surfaces auto-désinfectantes, grâce à la technologie d'Oberthur », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Le Stade Français rassuré sur son avenir, Le Parisien, 1 juin 2011
  6. Rugby: Laporte entrerait au capital du Stade Français, Le Parisien, 1 juin 2011
  7. a et b « Thomas Savare, héritier d’un arbre à billets de banque », sur Actu Eco,
  8. « Rugby: le Stade Français sauvé in extremis par le repreneur Thomas Savare », sur La Dépêche,
  9. Arnaud Coudry, « Thomas Savare : «L'ADN du Stade Français sera conservé» », sur Le Figaro,
  10. Richard Escot, « Paris, les raisons du succès », sur L'Equipe,
  11. Thibault Perrin, « La composition de la Cellule technique XV de France annoncée par la FFR », sur lerugbynistere.fr, .
  12. « Cellule technique FFR/LNR : les 15 propositions dévoilées », sur lequipe.fr, .
  13. David Reyrat, « Les préconisations chocs de la Cellule Technique », sur sport24.lefigaro.fr, .
  14. Paul Goze élu président de la Ligue nationale de rugby sur www.lnr.fr.
  15. « Coup de tonnerre sur le rugby français : Le Racing 92 et le Stade Français annoncent leur fusion - Top 14 - Rugby », sur sport24.lefigaro.fr, Sport24.com, (consulté le ).
  16. Ivan Pedros, « TOP 14 - La fusion Racing 92 - Stade français annulée ! », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le )
  17. « La fusion n'aura pas lieu. », sur www.stade.fr, (consulté le ).
  18. « Rugby : le Stade Français remporte le Challenge européen », sur www.europe1.fr, Europe 1, (consulté le ).
  19. « Hans-Peter Wild choisi pour reprendre le Stade Français », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le ).
  20. « Thomas Savare adresse un dernier mot à l'ensemble des supporters. », sur stade.fr, .
  21. « Stade Français : le message d’adieux de Thomas Savare », sur sport24.lefigaro.fr, Sport24.com, (consulté le ).
  22. Olivier François, « Top 14 : avec Hans-Peter Wild, le Stade Français change d'ère », sur www.leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le ).
  23. « Comité Consultatif du Rugby Francilien », sur ligueidf.ffr.fr, Ligue régionale Île-de-France de rugby (consulté le ).
  24. Leo Faure, « LNR : Goze et Bouscatel élus à l'assemblée générale », sur www.rugbyrama.fr, (consulté le ).

Liens externesModifier