Thomas Forster

Thomas Forster (1683 - ), de Adderstone Hall, dans le Northumberland, était un propriétaire terrien et homme politique conservateur qui a siégé à la Chambre des communes de 1708 à 1716. Il a servi en tant que général de l'armée jacobite lors du soulèvement de 1715 et s'est ensuite enfui en France.

Thomas Forster
Fonctions
Membre du 2e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 4e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 3e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 5e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Biographie
Naissance
Décès
Activité

JeunesseModifier

Il a été baptisé le , fils aîné de Thomas Forster (1659-1725) d'Adderstone, député de Northumberland de 1705 à 1708. Sa mère était Frances Forster, fille de Sir William Forster du château de Bamburgh [1]. Il a fait ses études à la Newcastle School et a été admis au St John's College de Cambridge le . En 1701, il hérita de sa tante Dorothy Crew (épouse de Nathaniel Crew (3e baron Crew) (en), évêque de Durham) de son oncle Ferdinando Forster, de Bamburgh et Blanchland. Les successions avaient des dettes importantes et, en 1704, les créanciers engagèrent des actions en chancellerie pour forcer les héritiers à les vendre .

CarrièreModifier

Il a été élu député conservateur de Northumberland aux élections générales britanniques de 1708. En 1709, lui et sa tante vendirent les domaines à l'époux de sa tante, Mgr Crewe, et ils se retrouvèrent avec très peu de revenus. En 1710, il vota contre la destitution du docteur Sacheverell. Aux élections générales britanniques de 1710, il fut de nouveau élu pour le Northumberland et tenta sans succès de faire réélire les candidats conservateurs à Berwick-upon-Tweed et à Morpeth. Il figurait sur la liste des «patriotes conservateurs» qui s'étaient opposés à la poursuite de la guerre et des «dignes patriotes» qui avaient contribué à déceler la mauvaise gestion du ministère précédent. Il a soutenu les efforts du comte de Hertford et de James Lowther, tous deux whigs, pour faire avancer un projet de loi visant à réglementer le commerce à la frontière avec l'Écosse. Le , il vota en faveur de la loi sur le commerce français. Il a été réélu lors des élections générales britanniques de 1713, mais était inactif au Parlement [1]. Il a été réélu député de Northumberland aux élections générales britanniques de 1715, mais ses activités se sont concentrés sur la cause jacobite [2].

Rébellion jacobite et exilModifier

Les Forsters étaient des cousins des Radcliffes. Le chef de la famille, James Radclyffe (3e comte de Derwentwater), lui-même cousin de l’ancien prétendant, était un dirigeant de la rébellion jacobite de 1715. Forster a rejoint Lord Derwentwater à Northumberland à la tête de 300 cavaliers et a proclamé le prétendant à Warkworth après avoir échappé à une arrestation à Londres le sous le chef d'accusation d '«avoir pour but de soutenir l'invasion du royaume». Après une tentative infructueuse sur Newcastle, il rejoignit un autre groupe de rebelles au nord de la frontière et un détachement de l'armée de Mar [2].

Bien que n'ayant aucune expérience militaire, Forster, en tant que protestant, a été élu pour diriger toutes les forces jacobites en Angleterre. Sous sa direction, Lancelot Errington s'empare de l'île de Lindisfarne. Forster a été lourdement battu à la bataille de Preston et s'est rendu. Il a été emprisonné à la Prison de Newgate, mais s'est enfui en France en 1716 [2]. Les détails de son évasion et le texte de la proclamation royale ordonnant son arrestation ont été publiés par le commentateur contemporain Abel Boyer (1716) [3]. Il a été expulsé du Parlement le .

Il a réussi à atteindre Paris et a reçu de l'argent de William Dicconson, le trésorier du prétendant. Il rejoignit ensuite les jacobites anglais à la cour Stuart, où il fut nommé intendant de la maison. Il avait été excepté de l'acte d'indemnité et son frère John lui a succédé à Adderstone en 1725. Son neveu Thomas a fait remarquer dans sa correspondance qu'il laissait présager de «petits espoirs» de «ne rien obtenir de la succession». Après le départ de Rome du prétendant, il y convoqua Forster en .

Il est décédé célibataire à Boulogne-sur-Mer, en France, le , à l'âge de 55 ans. Son corps, après avoir été enterré à Boulogne, a été amené en Angleterre et inhumé à Bamburgh le [1].

RéférencesModifier

  1. a b et c « FORSTER, Thomas II (1683-1738), of Adderstone, Northumb. », History of Parliament Online (1690-1715) (consulté le 18 août 2018)
  2. a b et c « FORSTER, Thomas (1683-1738), of Adderstone, Northumb. », History of Parliament Online (1715-1754) (consulté le 18 août 2018)
  3. Boyer, Abel, Political State of Great Britain, Volume IX, London, 1716, pp.387-90 Proclamation for apprehending Thomas Forster