Thirst, ceci est mon sang

film sorti en 2009
Thirst, ceci est mon sang

Titre québécois Ceci est mon sang
Titre original 박쥐
Bakjwi
Réalisation Park Chan-wook
Scénario Jeong Seo-Gyeong
Park Chan-wook
Acteurs principaux
Sociétés de production Moho Films
Pays de production Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Genre Horreur
Durée 133 minutes
Sortie 2009

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Thirst, ceci est mon sang (coréen : 박쥐, Bakjwi), ou Ceci est mon sang au Québec, est un film d'horreur sud-coréen écrit, produit et réalisé par Park Chan-wook, sorti en 2009.

Ce film a reçu le Prix du Jury lors de la compétition officielle au Festival de Cannes 2009.

SynopsisModifier

Un jeune prêtre suit une expérience médicale et se porte volontaire pour tester un vaccin susceptible d'éradiquer une maladie qui sévit en Afrique. L'expérience est un fiasco, et le prêtre décède. Une transfusion sanguine d'origine inconnue le ramène à la vie, mais cette expérience le transforme progressivement en vampire. Rentré en Corée, sa résurrection attire les pèlerins. Parmi eux, il recroise la femme d'un ami d'enfance, aux charmes de laquelle il ne pourra résister.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

Thirst, ceci est mon sang est un projet ambitieux de Park Chan-wook qui a duré dix ans[1]. Le réalisateur s'est inspiré, en grande partie, du roman Thérèse Raquin d'Émile Zola, notamment en retrouvant de grandes ressemblances avec les personnages du livre, la façon dont ils évoluent ainsi que leurs actions. La scène de l'assassinat de Kang-Woo par Sang-Hyeon, par exemple, où Kang-Woo, tout comme Camille dans Thérèse Raquin, se fait noyer par son ami qui fait croire à un accident. Cependant, le film fait évoluer ses personnages dans un contexte totalement différent de celui des protagonistes d'Émile Zola[2].

En plein tournage de son film Joint Security Area (2000), Park Chan-wook a donc demandé à Song Kang-ho d'endosser un rôle dans ce projet et a choisi Kim Ok-vin dans le rôle principal aux côtés de ce dernier[1].

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « THIRST », sur Festival de Cannes, CJ Entertainment (version du 3 mars 2016 sur l'Internet Archive), juillet 2009
  2. (en) Michael Guillen, « THIRST (BAK-JWI, 2009)—Interview with Park Chan-wook », sur Twitch, (consulté le )

Liens externesModifier