Ouvrir le menu principal

Thierry Michels

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michels.
Ne doit pas être confondu avec Thierry Michel.

Thierry Michels
Illustration.
Thierry Michels à l'Assemblée nationale en 2017.
Fonctions
Député de la 1re circonscription du Bas-Rhin
En fonction depuis le
(2 ans, 3 mois et 22 jours)
Élection
Législature XVe (Cinquième République)
Prédécesseur Éric Elkouby (PS)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Strasbourg (Bas-Rhin)
Nationalité Drapeau de la France Français
Parti politique LREM (depuis 2016)
Diplômé de ESCP Europe
Université d'Ottawa
Profession Cadre

Thierry Michels, né le à Strasbourg (Bas-Rhin), est un homme politique français. Il est député LREM de la première circonscription du Bas-Rhin.

BiographieModifier

Né en 1960[1] à Strasbourg, Thierry Michels y grandit, étudie au lycée Kléber, puis intègre l'ESCP Europe[2],[3].

Il est cadre de la société Eli Lilly (Fegersheim, industrie pharmaceutique) depuis 1990[4],[5].

Il s'engage au sein du parti En Marche! (devenu La République en marche) dès 2016 afin de soutenir la candidature d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle française de 2017. Il était à ce titre responsable de la mobilisation terrain pour le département du Bas-Rhin.

Le , il est élu député La République en marche ! (LREM) de la première circonscription du Bas-Rhin avec 59,95 % des voix, face au député sortant Éric Elkouby (Parti socialiste)[6],[3]. A l'Assemblée Nationale, il siège dans la Commission des Affaires sociales et dans la Commission des Affaires Européennes. Conformément à l'engagement pris durant la la campagne pour les Élections législatives françaises de 2017, il se place en en suspension de contrat de travail pour la durée du mandat.

Actions en politiqueModifier

Il siège dans le Comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques, présidé par François De Rugy puis par Richard Ferrand, Président de l'Assemblée Nationale[7].

En janvier 2018, il fait adopter en Commission des Affaires européennes un rapport sur la transition énergétique au sein de l’Union européenne. Le projet de résolution qui en découle a été également adopté par l’Assemblée Nationale.

En avril 2018, il prend position en faveur d’une dissolution du Bastion social, émanation du GUD[8]. En octobre 2018, il figure parmi les premiers signataires, avec Thomas Rudigoz, Anne-Laurence Petel et Patrick Mignola, d'une lettre au Premier Ministre Édouard Philippe afin de demander une action concrète contre cette association[9].

Engagé sur la question européenne, il se prononce initialement sur l'organisation de 5 consultations citoyennes sur l'Europe, afin de recueillir l'avis des citoyens pour une meilleure Europe[10]. Il en fera finalement 7 en explorant les différents aspects de la politique européenne dans les différents quartiers de sa circonscription.

En mai 2018, il est désigné, par la Commission des Affaires Européennes de l'Assemblée Nationale, rapporteur du texte "Liberté du choix de son avenir professionnel" porté par la ministre du Travail Muriel Pénicaud[11].

Il est également nommé « ambassadeur pour la réforme des retraites » au titre du groupe La République en marche (Assemblée nationale), afin de contribuer à la réforme voulue par Emmanuel Macron et Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, sous le patronage de Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites[12].

A l’issue de la réunion du 21 novembre 2018 de la Commission des Affaires européennes, il est nommé avec Éric Straumann co-rapporteur d'un rapport d’information sur l’action des autorités françaises sur l’attractivité du siège de Strasbourg, siège européen[13].

Par décret du 10 décembre 2018, il est nommé par le Premier ministre Édouard Philippe pour une mission temporaire ayant pour objet la participation des personnes handicapées à la décision publique et au Conseil national consultatif des personnes handicapées[14].

Notes et référencesModifier

  1. « En un coup d'oeil, découvrez les 49 députés du Grand Est », sur France 3 Grand Est, (consulté le 19 juin 2017).
  2. « Biographie », sur Thierry Michels (consulté le 19 juin 2017).
  3. a et b Céline Rousseau, « Législatives : qui est Thierry Michels, le nouveau député REM de la 1ère circonscription du Bas-Rhin ? », sur francebleu.fr,
  4. « thierry-michels-36571621 », sur linkedin.COM (consulté le 19 juin 2017)
  5. « Législatives. Les députés alsaciens : qui est le plus … ? », sur France 3 Grand Est, (consulté le 19 juin 2017).
  6. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2018).
  7. « Composition de la Commission d'Evaluation et de Controle des Politiques Publiques », sur Assemblée Nationale
  8. « Le député Michels demande la dissolution du Bastion Social », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2018)
  9. « Lyon : Rudigoz demande à Édouard Philippe de dissoudre le Bastion social »
  10. « Thierry Michels propose cinq réunions de consultation sur l’Europe », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2018)
  11. Assemblée Nationale, « N° 983 - Rapport d'information de M. Thierry Michels déposé par la commission des affaires européennes portant observations sur le projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel - XVe législature - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 19 juillet 2018)
  12. « Le brief politique. Une trentaine d’ambassadeurs pour défendre la réforme des retraites »
  13. « De l’accessibilité à l’attraction, de la désaffection à l’attention », sur DNA,
  14. « Decret du 10 décembre 2018 chargeant un député d'une mission temporaire », sur Légifrance,

Voir aussiModifier