Ouvrir le menu principal

Thierry Metz

écrivain français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Metz (homonymie).
Thierry Metz
Tmetz4.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 40 ans)
CadillacVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Thierry Metz, né à Paris le , mort à Cadillac (France) le , est un poète français.

BiographieModifier

Autodidacte ayant appris à lire dans les bouquins des Chiffonniers d'Emmaüs[1], en 1977 (il a alors 21 ans) Thierry Metz s'installe avec sa famille à Saint-Romain-le-Noble, près d'Agen. Il partage son temps entre des travaux de manœuvre de chantier, maçon puis ouvrier agricole, qui lui permettent de gagner sa vie, et des périodes de chômage durant lesquelles il écrit.

Il prend contact avec le poète Jean Cussat-Blanc, dont la revue Résurrection est la première à le publier avec une évidente reconnaissance. Cette reconnaissance se poursuit avec la publication de son premier recueil poétique, Sur la table inventée (Éditions Jacques Brémond), pour lequel il obtient le Prix Ilarie Voronca en 1988, puis avec la publication chez Gallimard du Journal d'un manœuvre (1990), inspiré par son travail dans un chantier du centre d'Agen, préfacé par le poète Jean Grosjean, et salué par Jean Cussat-Blanc comme une manifestation de « l'or du pauvre[2] ».

La mort accidentelle d'un de ses trois enfants (son fils Vincent, fauché par une voiture à l'âge de huit ans, le 20 mai 1988, jour même de l'obtention du Prix Voronca[3]) est pour lui un drame familial et personnel dont il ne se remettra jamais et qui le conduit à l'alcoolisme[4]. En 1996, il s'installe à Bordeaux, puis se fait admettre à l'hôpital psychiatrique de Cadillac (Gironde), pour combattre sa dépendance à l'alcool et sa neurasthénie ; durant deux séjours (1996 et 1997), il y écrit le cahier de L'Homme qui penche[5], dans lequel il portraiture les ombres errantes de l'hôpital. Le dernier de ces poèmes est daté du 31 janvier 1997, deux mois et demi avant son suicide, survenu dans cet hôpital le [6]. Dans une langue épurée, sa poésie est l'expression contenue, pleine de sensibilité et détresse, d'un homme fracassé par la vie, mais qui, selon les termes de Jean Grosjean, réussit à faire en sorte que « ce que nous pouvions prendre pour un univers de médiocrité banale se trouve être une merveille. Elle ne nous retient pas par la manche comme font les vendeurs forains. Elle parle à mi-voix et l'entende qui veut. Elle dit : Qui que tu sois, tes instants ne contiennent rien d'autre, mais ils sont des miracles. »[7] Pour lui, « écrire un poème / c'est comme être seul / dans une rue si étroite / qu'on ne pourrait / croiser que son ombre »[8].

L'homme et son œuvre ont reçu l'hommage du monde de la poésie et des éditeurs de poésie[9],[10].

DistinctionsModifier

  • Prix Voronca 1988
  • Prix Froissart 1989 (explication : Froissart avec un « t » et non un « d » est le nom du chroniqueur médiéval honoré à Valenciennes, dont la revue et les éditions dirigées par Jean Dauby ont pris le nom)

BibliographieModifier

ŒuvresModifier

  • Sur la table inventée, Éditions Jacques Brémond, 1988 (prix Ilarie Voronca 1988) ; nouvelle édition avec des encres de Gaëlle Fleur Debeaux, Éditions Jacques Brémond, 2015 (traduction italienne par Riccardo Corsi, Sulla tavola inventata, Roma, Edizioni degli animali, 2018)
  • Dolmen suivi de La demeure phréatique, Cahiers Froissart, 1989 (prix Froissart) ; réédition Jacques Brémond, 2001
  • Le Journal d'un manœuvre, Éditions Gallimard, coll. « L'Arpenteur », 1990 et 2016
  • Entre l'eau et la feuille, Éditions Arfuyen, 1991[11] ; réédition Jacques Brémond, 2015
  • Lettres à la bien-aimée, Éditions Gallimard, coll. « L'Arpenteur », 1995
  • Dans les branches, Éditions Opales, 1995
  • Le Drap déplié, Éditions L'Arrière-Pays, 1995 et 2001
  • De l'un à l'autre, avec des toiles filées de Denis Castaing, Éditions Jacques Brémond, 1996
  • L'Homme qui penche, Éditions Opales / Pleine Page, 1997 ; nouvelle édition revue et augmentée, Éditions Pleine Page, 2008[12] (traduction italienne par Michel Rouan e Loriano Gonfiantini, L'uomo che pende, Pistoia, Edizioni Via del Vento, 2001)
  • Terre, Éditions Opales / Pleine Page, 1997 et 2000
  • Dialogue avec Suso, Éditions Opales / Pleine Page, 1999
  • Sur un poème de Paul Celan, avec deux encres originales de Jean-Gilles Badaire, Éditions Jacques Brémond, 1999
  • Tout ce pourquoi est de sel, Éditions Pleine Page, 2008, inédit, avec des illustrations de Marc Feld
  • Carnet d'Orphée, Éditions Les Deux-Siciles, 2011, avec quatre encres et lavis de Jean-Claude Pirotte (traduction italienne par Marco Rota, Quaderno di Orfeo, Lecco, Edizioni Quaderni di Orfeo, 2012)
  • Tel que c'est écrit, Éditions L'Arrière-Pays, 2012
  • L'Homme qui penche, Éditions Unes, 2017, nouvelle édition, préface de Cédric Le Penven
  • Poésies 1978-1997, rassemble ses poèmes jamais parus en livre, Éditions Pierre Mainard, 2017 (Pierre Mainard)
  • Le Grainetier[13], récit inédit, Éditions Pierre Mainard, 2019 (Pierre Mainard), suivi d'un entretien avec Jean Cussat-Blanc (« Avec Kostas Axelos et les Problèmes de l’enjeu »), préface d’Isabelle Lévesque.

Sur Thierry MetzModifier

  • Revue Diérèse, no 52/53, mai 2011, numéro consacré à Thierry Metz (textes, témoignages, documents), sous la direction de Daniel Martinez et Isabelle Lévesque.
  • Revue Diérèse, n°56, printemps 2012
  • Cédric Le Penven, Thierry Metz, Éditions des Vanneaux, coll. « Présence de la poésie », 2017

Notes et référencesModifier

  1. Jérôme Garcin, « Thierry Metz : l'homme qui se redresse », L'Obs, 14 août 2017 [1]
  2. Cité par Thierry Courcaud dans « Dernière rencontre avec Thierry Metz », préface à Poésies 1978-1997, Éditions Pierre Mainard, 2017, p. 15.
  3. Mention faite dans Lettres à la Bien-aimée, quatrième de couverture, Gallimard, coll. « L'Arpenteur », 1995.
  4. Voir le texte de Marc Feld, auteur en 1995 d'une adaptation de L'Homme qui penche pour le théâtre, sur le site www.theatre-contemporain.net [2]
  5. « Je dois tuer quelqu'un en moi, même si je ne sais pas trop comment m'y prendre », écrit-il en arrivant au centre hospitalier. « C’est l’alcool. Je suis là pour me sevrer, redevenir un homme d’eau et de thé » : premier des quatre-vingt-dix brefs poèmes en prose de L’Homme qui penche, éditions Opales, 1997 ; rééd. Unes, 2017.
  6. « Et pourtant l’homme qui penche n’est pas dans la tristesse, pas davantage dans le désespoir, mais au-delà de ces états, entouré, enfermé par un cercle invisible qui le rend comme absent à lui-même. Il s’observe et observe les autres, qui essaient eux aussi “de ne pas perdre le fil”. », Marie Étienne, « Le poète encerclé », En attendant Nadeau, 4 juillet 2017, [3]
  7. Jean Grosjean, préface à Le Journal d'un manœuvre, Gallimard, coll. « L'Arpenteur », 1990, p. 8.
  8. Thierry Metz, Poésies 1978-1997, Pierre Mainard, 2017, p. 142.
  9. « Terre avant les oiseaux, avant les étoiles hommage à Thierry Metz », sur remue.net, (consulté le 25 septembre 2019)
  10. Marc Blanchet, « Le drap déplié », sur lmda.net, Le Matricule des anges n° 14, novembre 95 - janvier 96 (consulté le 25 septembre 2019)
  11. consultable partiellement sur Gallica [4]
  12. L'Homme qui penche a fait l'objet d'une adaptation au théâtre par le comédien et poète Lionel Mazari en 2003 à la Médiathèque intercommunale de Miramas.
  13. Ce récit initiatique et onirique de jeunesse, d'avant les poèmes, a été initialement publié par épisodes, de l'hiver 1979 à l'hiver 1982, dans la revue Résurrection de Jean Cussat-Blanc, découvreur du poète qui l’accueillit dans chaque numéro ou presque, jusqu’en 2004, c’est-à-dire bien après la mort de Thierry Metz.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier