The Girl from UNCLE

The Girl From UNCLE
Comic
Auteur Paul S. Newman (scénario)
Al McWilliams (dessins)
Genre(s) Aventure

Personnages principaux April Dancer
Lieu de l’action États-Unis principalement
Époque de l’action Années 60

Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue originale anglais
Éditeur Gold Key
Première publication 1967
Périodicité Bimestriel

The Girl from U.N.C.L.E. est un comics créé en 1967 par Paul S. Newman et Al McWilliams pour le compte de Gold Key.

ContexteModifier

Le succès sinon inattendu, au moins inespéré, du premier film de James Bond avec Sean Connery amena comme toujours une vague d’imitations plus ou moins réussies qui fit de ces années soixante celles des espions de tout poil[1].

Dans le domaine télévisuel plusieurs séries s’inspirèrent du monde interlope des services secrets. Chapeau melon et bottes de cuir[2] (1961-1969), Les Mystères de l'Ouest (1965-1969), Mission Impossible (1966-1973) et Des agents très spéciaux (1964-1968) pour ne citer que les plus célèbres. En fait c’est même cette dernière série qui « installa » le mythe de l’espion sur les TV américaines. Gold Key qui était toujours à l’affût des succès qu’ils soient sur le petit ou grand écran négocia les droits et un comics sortit en mai 1965. Rapidement bimestriel, il finira toutefois par disparaître en 1969 après 22 numéros.

Le succès de la série incite NBC à avoir un spin off de la série. Ce sera Annie, agent très spécial (The Girl from U.N.C.L.E.) lancée en septembre 1966. Gold Key n’attend pas et achète les droits et publie le comics dès janvier 1967.

La série est née sous de bons auspices puisque outre le parrainage des Agents très spéciaux, le nom de l'héroïne, April Dancer (en fait son nom de code), a été trouvé par Ian Fleming juste avant sa mort et alors qu'il travaillait sur la série mère.

Malheureusement les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes et la série TV, plutôt honorable au demeurant, est supprimée à la fin de la première saison. Ne bénéficiant plus de cette présence télévisuelle, Gold Key arrête également sa publication après seulement 5 numéros.

PublicationsModifier

Le comics n’a pas vraiment eu le temps de s’installer. S’il a bénéficié du même scénariste, il a quasiment à chaque fois changé de dessinateur pour (4 pour 5 histoires !), ce qui n’aide pas non plus à fidéliser un lectorat[3].

# 1 (Janvier 1967)
(Scénario : Paul S. Newman / Dessin : Al McWilliams)

  • The Fatal Accident Affair -32 planches

# 2 (Avril 1967)
Scénario : Paul S. Newman / Dessin : Bill Lignante)

  • The Kid Commandos Caper (PartI)-14 planches
  • The Final Attack (Part II) -12 planches

# 3 (Juin 1967)
(Scénario : Paul S. Newman / Dessin : Frank Bolle)

  • The Captain Kidd Affair (act I) : A Ship Off the Old Dock-14 planches
  • The Captain Kidd Affair (act II) : A Creep in the Deep-12 planches

# 4 (Août 1967)
(Scénario : Paul S. Newman / Dessin : Bill Lignante)

  • The One Way Tourist Affair (Part I): The mis-guided Guide -14 planches
  • The One Way Tourist Affair (Part II): Caper in the Castle -12 planches

# 5 (Octobre 1967) (Scénario : Paul S. Newman / Dessin : Bill Lignante)

  • The Harem Scarem Affair (Part I)[4] : The Camels Are Coming -9 planches
  • The Harem Scarem Affair (Act II) : The Slick Oil Plot -12 planches

Notes et référencesModifier

  1. Rien que pour les années 1964-65, l'Italie va filmer une trentaine de films d'espionnage (cf. imdb.com)
  2. Il convient de signaler que jusqu'en 1963, cette série est davantage tournée vers le genre policier. C'est bien le succès de James Bond (et le talent des scénaristes) qui a infléchi le feuilleton. Voir à ce sujet les pages wikipedia en français et en anglais.
  3. http://www.comics.org/series/1817/
  4. Le titre est un clin d'œil au film Harum Scarum (1965) avec Elvis Presley.