The Elder Scrolls IV: Oblivion

jeu vidéo de 2006

The Elder Scrolls IV: Oblivion (souvent abrégé en Oblivion) est un jeu vidéo de rôle, développé par Bethesda Game Studios et édité par 2K Games, sorti en mars 2006 sur PC et Xbox 360 puis en mars 2007 sur PlayStation 3. C'est le quatrième opus de la série de jeux The Elder Scrolls. Le jeu a été édité par Ubisoft en Europe et en Australie sur Playstation 3 et sur Xbox 360.

The Elder Scrolls IV
Oblivion
The Elder Scrolls IV Oblivion Logo.png

Développeur
Éditeur
Directeur
Todd Howard
Compositeur
Producteur

Date de sortie
Windows, Xbox 360
USA : 21 mars 2006
EUR : 24 mars 2006

PlayStation 3
USA : 20 mars 2007
EUR : 26 avril 2007
Franchise
Genre
Mode de jeu
Plate-forme
Ordinateur(s) :
Console(s) :
Téléphone(s) mobile(s) :

Langue
Moteur
Gamebryo Engine modifié, utilisant la technologie SpeedTree, le Radiant I.A., le moteur physique Havok 3.0 et la technologie FaceGen.
Version
1.2.0416

Évaluation
BBFC : 15 ?
ESRB : M ?
PEGI : 16+ ?
USK : 12 ?
Site web

Oblivion (du nom du monde parallèle habité par les Daedras, qui s'ouvrira au joueur au cours de la quête principale) se déroule dans la province de Cyrodiil, le cœur politique de l'empire de Tamriel qui est principalement habité par les impériaux.

Dans cet épisode, le héros doit aider l'héritier du trône, Martin Septim, à monter sur le trône de son père assassiné et éviter ainsi à l'empire de tomber aux mains malveillantes de Mehrunes Dagon, prince daedrique du chaos.

Selon Bethesda Softworks, le jeu Oblivion s'inscrit dans la lignée des autres épisodes de la saga, bien qu'il soit plus accessible pour le grand public que ne l'étaient les précédents épisodes[1].

TrameModifier

Chronologie de
The Elder Scrolls

SynopsisModifier

L'histoire se déroule en l'an 433 de la Troisième ère (3E 433), soit six ans après les évènements survenus dans Morrowind.

À l'instar de la plupart des épisodes de la série Elder Scrolls, lorsque l'histoire débute, le héros est prisonnier des geôles impériales. Des conspirateurs adeptes d'une secte mystérieuse baptisée Aube Mythique qui vénère le prince daedrique Mehrunes Dagon, viennent d'assassiner tous les héritiers du trône impérial et poursuivent l'empereur Uriel Septim flanqué de sa garde rapprochée - les Lames. Ceux-ci tentent de protéger leur souverain en l'escortant à travers les souterrains de la prison.

Le passage secret auquel l'empereur devra son salut passe par la cellule où est enfermé le héros. Cette intrusion est providentielle pour ce dernier qui en profite pour s'échapper à la suite de l'équipage. Les Lames, d'abord réticents acceptent sa présence lorsqu'ils découvrent que les adeptes de l'Aube Mythique ont retrouvé leur trace. Après un premier coup de force, les conspirateurs parviennent enfin à isoler l'empereur et l'un d'entre eux le blesse mortellement. Le héros recueille les dernières volontés du mourant qui lui confie l’amulette des rois, un talisman garantissant la légitimité de sa dynastie.

Celui qui, peu avant, n'était qu'un prisonnier, se voit chargé de retrouver l'héritier caché de l'empereur et de bannir le prince daedrique, Mehrunes Dagon, qui convoite le trône et menace de plonger Tamriel dans le chaos.

UniversModifier

Le jeu se déroule dans la province de Cyrodiil, sur le continent Tamriel ; ce sont donc les villes de cette province que l'on peut visiter. Elles sont au nombre de huit : la capitale la Cité impériale, Chorrol, Bruma, Cheydinhal, Leyawiin, Bravil, Skingrad, Kvatch (en partie détruite) et Anvil.

Chacune des huit villes (sans compter la capitale) possède une chapelle dédiée à l'une des neuf divinités de Cyrodiil (« les Neuf »).

Il existe aussi un grand nombre de lieux-dits (ferme, petit village, domaine…) qui possèdent une auberge, un magasin et même une église destinée généralement à la vénération des neuf divinités (comme le village perdu de « Coupeterre » au sud de Chorrol, ou de « Bord de l'Eau », près de Leyawiin).

Système de jeuModifier

Le jeu est composé d'une quête principale, que le joueur peut suivre ou non, ainsi que de différentes quêtes annexes. Chaque guilde propose une série de quêtes qui permettent de monter dans sa hiérarchie.

Il existe aussi quinze quêtes annexes de maîtres daedras.

Bande-sonModifier

La composition de la musique du jeu a été confiée à Jeremy Soule, déjà auteur, entre autres, de la bande originale de Morrowind. Elle est regroupée dans un album de 26 pistes, pour une durée totale d'une heure et 55 secondes.


01 - Reign of the Septims (1'56)

02 - Through the Valleys (4'24)

03 - Death Knell (1'14)

04 - Harvest Dawn (2'56)

05 - Wind From the Depths (1'47)

06 - King and Country (4'09)

07 - Fall of the Hammer (1'21)

08 - Wings of Kynareth (3'35)

09 - All's Well (2'30)

10 - Tension (2'37)

11 - March of the Marauders (2'13)

12 - Watchman's Ease (2'10)

13 - Glory of Cyrodiil (2'33)

14 - Defending the Gate (1'26)

15 - Bloody Blades (1'19)

16 - Minstrel's Lament (1'09)

17 - Ancient Sorrow (4'46)

18 - Auriel's Ascension (3'10)

19 - Daedra in Flight (1'06)

20 - Unmarked Stone (1'11)

21 - Bloodlust (1'12)

22 - Sunrise of Flutes (3'01)

23 - Churl's Revenge (1'13)

24 - Deep Waters (1'15)

25 - Dusk at the Market (2'15)

26 - Peace of Akatosh (4'14)

DéveloppementModifier

Le jeu contient plus de 50 heures de dialogues parlés. Dans la version originale du jeu, certaines des voix sont interprétées par des acteurs anglo-saxons connus, notamment Patrick Stewart, qui prête sa voix à l'empereur Uriel Septim VII, et Sean Bean interprétant Martin Septim, l'héritier du trône[2],[3].

Le développement d’Oblivion est lancé en 2002, immédiatement après la parution de son prédécesseur, Morrowind.

ExtensionsModifier

Contenus téléchargeablesModifier

Pour Oblivion, Bethesda fait le choix de rendre les Mods officiels payants à la fois pour les versions Xbox 360 et Windows, à des prix allant de 1,20  à 6,30 .

Le premier contenu, proposant une armure pour le cheval du joueur a fait l'objet d'une controverse sur le rapport qualité-prix des contenus téléchargeables[4].

Les huit contenus téléchargeables officiels sont les suivants :

  • Horse Armor Pack, un set d'armure en deux textures différentes pour le cheval du joueur.
  • Orrery, qui ajoute le planétarium situé derrière la porte fermée de la tour de l'Université Arcane, ainsi qu'une mini-quête pour le réparer.
  • Wizard's Tower, une tour de mage habitable dans les montagnes glacées près de Bruma.
  • The Thieves Den, un bateau pirate abandonné dans une grotte, elle aussi habitable et plutôt destinée aux voleurs.
  • Mehrunes' Razor, une quête qui permet de reprendre le combat dans une grosse cité souterraine et de récupérer un artefact très puissant.
  • The Vile Lair, une cachette destinée aux joueurs incarnant un personnage « mauvais » (vampire, nécromant…).
  • Spell Tomes, des livres magiques disséminés au hasard dans le monde et permettant au joueur d'obtenir de nouveaux sorts.
  • Fighter's Stronghold ajoute un grand château habitable à l'ouest de Chorrol, avec une quête, de nouveaux PNJ, et plusieurs nouveaux objets. Cette extension a d'abord été disponible gratuitement, mais seulement pendant deux semaines, sur le site officiel du jeu, et uniquement en langue anglaise. Elle est ensuite devenue payante, comme les autres[5].

Extensions officiellesModifier

La première extension d'Oblivion, The Elder Scrolls IV: Knights of the Nine, éditée par Ubisoft Entertainment, rassemble les mods payants (à l'exception du DLC Fighter's Stronghold) et rajoute la quête des Chevaliers des Neuf. Elle a été commercialisée le 23 novembre 2006 pour Windows et Xbox 360. La version PlayStation 3 a été directement incluse dans le jeu à sa sortie, au printemps 2007.

La deuxième extension, The Elder Scrolls IV: Shivering Isles, ajoute plus de trente heures de jeu[6] grâce à l'inclusion d'une toute nouvelle région, le royaume de Sheogorath. Cette extension a été commercialisée le 30 mars 2007 sur Windows et Xbox 360. La version PlayStation 3 est sortie le 29 novembre 2007. Les versions consoles de cette extension sont disponibles en téléchargement.

Une édition « Jeu de l'année » regroupant le jeu de base ainsi que la quête apportée par Knights of the Nine (et non les mods payants fournis avec le disque Knights of the Nine) et l'extension Shivering Isles est disponible depuis le 28 septembre 2007 sur PC et Xbox 360 et depuis le 14 février 2008 sur PlayStation 3.

Depuis le 23 septembre 2011 est aussi disponible dans le commerce une édition «  5e anniversaire », qui inclut les extensions mais sans les DLC, ainsi qu'une carte du monde et un DVD bonus documentaire. Elle est disponible en boite sur les consoles et le PC mais n'est pas disponible sur Steam, qui ne propose que la version de 2007 sous forme digitale. Toutefois, depuis 2009, Steam propose également une "Game of the Year Edition Deluxe" en anglais qui inclut les deux extensions et tous les DLC y compris Fighter's Stronghold.

ModdingModifier

Pour la version PC, tout comme pour Morrowind, un grand nombre de mods amateurs gratuits est disponible, dans la mesure où un kit de développement appelé TESCS a été mis à disposition par Bethesda. La plupart de ces mods sont disponibles sur différents sites internet. Ces mods augmentent sensiblement la durée de vie du jeu et les possibilités offertes, allant du simple rajout d'armes et armures jusqu'à l'ajout de régions entières, ou de quêtes parfois aussi longues que celles des DLCs officiels. [réf. nécessaire]

Distribution vocaleModifier

Contrairement à Morrowind dont l'essentiel des dialogues consistait en du texte à lire, Oblivion dispose d'un doublage intégral. En revanche, il s'est avéré assez pauvre, tant en diversité vocale qu'en qualité de jeu : les moyens et le moteur tel qu'il était à ce moment-là empêchaient d'avoir une grande variété de voix, et les acteurs durent enregistrer leurs lignes triées par ordre alphabétique, totalement privés de contexte. Par conséquent, les personnages peuvent dire une succession de répliques dans des états totalement différents.

Certaines lignes, tant en anglais qu'en français, ont même été mal éditées car on entend les acteurs se corriger.

Voix anglaisesModifier

  • Patrick Stewart : Empereur Uriel Septim VII
  • Sean Bean : Martin Septim
  • Terence Stamp : Mankar Camoran
  • Jeff Baker : Haskill
  • Linda Kenyon : Azura, femmes altmers, dunmers et bosmers
  • Catherine Flye : Nocturne, Brétonnes, Impériales
  • Elisabeth Noone : Méphala, femmes khajiits, Argoniennes
  • Craig Sechler : Shéogorath (jeu de base), Clavicus Vile et Barbas, Saints dorés, hommes altmers, dunmers et bosmers
  • Bari Biern : Saintes dorées
  • Wes Johnson : Shéogorath (DLC Shivering Isles), Impériaux, drémoras
  • Jonathan Bryce : Molag Bal, Hircine, Malacath, hommes nordiques, hommes orques, hommes khajiits, Argoniens
  • Lynda Carter : femmes nordiques, femmes orques
  • Ralph Cosham : Brétons
  • Michael Mack : hommes rougegardes
  • Gayle Jessup : femmes rougegardes
  • Emil Pagilarulo : vils séducteurs
  • Betsy Ames : viles séductrices

Voix françaisesModifier

Contrairement à la version originale, la française a été encore plus limitée en distribution vocale et très peu de personnages, même importants, ont une voix unique.

Réévaluation du jeu par l'ESRBModifier

Le 3 mai 2006, l'Entertainment Software Rating Board (ESRB) a modifié l'évaluation de The Elder Scrolls IV: Oblivion, un jeu vidéo sur PCs, PlayStation 3 et Xbox 360, de Adolescents (13+) à Mature (17+). La raison de cette modification est la présence de contenu qui n'avait pas été pris en considération lors la première évaluation. On retrouve notamment des représentations détaillées de violence intense et du contenu sexuel. Ce dernier étant la possibilité de rendre les personnages féminins torse nu par l'utilisation d'un mod appelé Oblivion Topless Mod[7],[8].

Pour répondre à la modification du contenu, l'ESRB a pratiqué une nouvelle évaluation d'Oblivion, montrant aux évaluateurs la différence entre le contenu fourni par l'éditeur et le nouveau contenu revélé. La nouvelle évaluation fut de Mature (17+). L'ESRB demanda a Bethesda Softworks, développeur et éditeur du jeu de rapidement informer tous les distributeurs, envoyer de nouvelles étiquettes pour que les vendeurs les collent sur les boîtes et modifier les prochaines boîtes envoyées. De plus, Bethesda Softworks devra élaborer correctif téléchargeable pour rendre la modification inaccessible[8]. Bethesda s'est conformé aux demandes mais a cependant déclaré ne pas comprendre le raisonnement de l'ESRB[9]. Bien que les distributeurs aient commencé à vérifier l'âge des clients à la suite de la modification[10],[11], et que l'ESRB ait commencé à attirer des critiques[12],[13], les événements n'ont suscité qu'un faible intérêt de la part du public[7]. Certains commentaires mettent en avant l'injustice de punir l'éditeur pour les actions des joueurs[7],[14], et considère les événements similaire au problème rencontré par Rockstar dans son jeu GTA: San Andreas (Hot Coffee minigame controversy)[15].

Version mobileModifier

The Elder Scrolls IV: Oblivion, sorti en 2006, est la déclinaison pour téléphones portables du jeu vidéo du même nom sorti précédemment sur PC et Xbox 360. C'est un jeu de rôle à un joueur.

AccueilModifier

Aiste de Jeuxvideo.com a donné aux jeux les notes de 18/20 sur PC[16], 17/20 sur Xbox 360[17] et 17/20 sur PlayStation 3[18]. Il considère le jeu graphiquement en avance sur son temps[16].

RéférencesModifier

  1. [1]
  2. The Elder Scrolls IV: Oblivion (lire en ligne)
  3. (en) « More of Oblivion's Voice Cast Revealed - IGN » (consulté le 28 décembre 2019)
  4. (en) Jim Sterling, « Oblivion's Horse Armor DLC still selling! », sur Destructoid, (consulté le 18 juin 2013) : « The "Horse Armor" downloadable content for The Elder Scrolls IV: Oblivion has become notorious as the premier example of bad DLC. It's a pointless waste of money that gives something totally useful to a non-character you'll barely use. »
  5. (en) Fighter's Stronghold, fiche sur UESPwiki.
  6. [2]
  7. a b et c Michael Zenke, « The Breasts That Broke The Game », The Escapist, no 101,‎ , p. 19–21 (lire en ligne, consulté le 26 juin 2007)
  8. a et b « ESRB Changes Rating for The Elder Scrolls IV: Oblivion from Teen to Mature » [PDF], Entertainment Software Rating Board, (consulté le 26 juin 2007)
  9. Staff, « Bethesda responds to Oblivion rerating », GameSpot, (consulté le 26 juin 2007)
  10. James Brightman, « Breaking: ESRB Changes Oblivion's Rating to "M" » [archive du ], GameDaily BIZ, (consulté le 26 juin 2007)
  11. Simon Carless, «  IEMA Reacts To Oblivion Mature Re-Rating », Gamasutra, (consulté le 26 juin 2007)
  12. Brendan Sinclair, «  Yee chastises ESRB over Oblivion rerating », GameSpot, (consulté le 26 juin 2007)
  13. Aaron Stanton, «  Jack Thompson Seeks New Limelight Over Oblivion », GamesFirst!, (consulté le 9 juillet 2007)
  14. Kotaku, « Romero to Modders: You Suck », Kotaku, (consulté le 9 juillet 2007)
  15. Brendan Sinclair, « Oblivion rerated M for Mature », GameSpot, (consulté le 24 septembre 2006)
  16. a et b aiste, Test du jeu The Elder Scrolls IV: Oblivion (PC), 24 mars 2006, Jeuxvideo.com.
  17. aiste, Test du jeu The Elder Scrolls IV: Oblivion (X360), 27 mars 2006, Jeuxvideo.com.
  18. aiste, Test du jeu The Elder Scrolls IV: Oblivion (PS3), 26 avril 2007, Jeuxvideo.com.

Liens externesModifier