Ouvrir le menu principal

The Edukators

film sorti en 2004
The Edukators
Titre original Die fetten Jahre sind vorbei
Réalisation Hans Weingartner
Scénario Katharina Held
Hans Weingartner
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de l'Autriche Autriche
Durée 127 minutes
Sortie 2004

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

The Edukators (en allemand, Die fetten Jahre sind vorbei, littéralement Les années grasses sont révolues) est un film germano-autrichien réalisé par Hans Weingartner, et sorti en Allemagne en 2004. Le film a été nommé pour la Palme d'or 2004.

SynopsisModifier

Le film raconte l'enlèvement d'un homme d'affaires par trois jeunes activistes anti-capitalistes, Jule (Julia Jentsch), son petit ami Peter (Stipe Erceg) et le meilleur ami de Peter, Jan (Daniel Brühl).

Jule est une serveuse qui a une dette de 100 000 euros envers un homme d'affaires dont elle a embouti la luxueuse voiture. Elle sort avec Peter qui est souvent absent la nuit avec son meilleur ami Jan; ils prétendent coller des affiches. Lors d'un voyage à Barcelone de Peter, Jan aide Jule à remettre en état son appartement. Les deux jeunes vont alors apprendre à se connaître et Jan révèle à Jule la vérité sur leur travail nocturne quand celle-ci, à l'occasion d'une invitation à diner, découvre les études de Jan sur la sécurité de villas : ils s'introduisent la nuit dans les villas luxueuses et désertes de Berlin pour changer le mobilier de place et laisser une lettre avertissant les propriétaires des lieux que leurs « années de vaches grasses se sont écoulées ». Les lettres sont signées Les Édukateurs. De cette manière, ils veulent avertir les gens riches qu'ils ne sont pas à l'abri derrière leur argent. Les Édukateurs ne volent rien dans les maisons.

Jule veut essayer et propose de visiter la maison de son créancier qui s'appelle Hardenberg. Lors de leur visite, Jule et Jan s'embrassent mais Jan préfère arrêter pour ne pas trahir son ami Peter.

Le lendemain Peter rentre de Barcelone, Jan et Jule décident de ne rien lui dire. Jule découvre rapidement qu'il lui manque son téléphone portable, Jan décide alors de retourner chez Hardenberg. Le soir même, ils retrouvent le portable dans la maison mais lorsqu'ils s'apprêtent à partir, Hardenberg rentre et reconnaît Jule. Pris de panique, Jan l'assomme. Ne sachant que faire, ils appellent Peter pour les aider.

Les trois jeunes décident alors de l'emmener dans le chalet de l'oncle de Jule. Ce chalet est isolé dans la montagne. Durant sa captivité, Hardenberg révèle son passé de leader du parti étudiant socialiste. C'était un ami de Rudi Dutschke. Hardenberg a abandonné ses idéaux et fait carrière pour fonder sa famille.

Jan et Jule se rapprochent, mais Peter devine finalement leur relation et part du chalet après avoir hurlé sur Jan. Il y revient finalement après une soirée.

Ils décident alors de ramener Hardenberg chez lui. En partant, Hardenberg donne une lettre à Jule qui la libère de sa dette, il leur dit alors qu'ils n'ont pas à s'inquiéter pour la police. Seul dans sa villa, Hardenberg semble un moment hésiter à abandonner sa vie aisée. À la fin du film, la police envahit l'appartement de Peter et Jan. Cette scène est en parfaite synchronisation par rapport à une autre scène qui se déroule dans un autre lieu; cela a pour objectif de faire monter le stress du spectateur. On voit Hardenberg dans une voiture de police laissant supposer qu'il a finalement dénoncé. Sur un des murs de l'appartement, il est écrit "Manche Menschen ändern sich nie" (certaines personnes ne changent jamais).

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

DistinctionsModifier

CommentairesModifier

  • Le film a été volontairement tourné avec des caméras numériques tenues à la main, c'est pourquoi parfois l'image tangue.
  • Le film a reçu en Europe 1,3 million d'entrées - parmi lesquelles 900 000 en Allemagne, 70 000 en Autriche et 70 000 en Suisse. Les pays non-germanophones où le film a fait le plus d'entrées sont la Turquie et la France, où environ 70 000 personnes sont allés voir le film[1].
  • La morceau de musique que l'on entend sur le menu du DVD ainsi que dans la bande-annonce du film est "Easy to Love" du groupe Slut ohne Gesang.
  • Le réalisateur voulait laisser le film se terminer avec la fin "triste", comme on peut le voir sur la version "cinéma". En raison de remarques récurrentes, il s'est finalement décidé pour inclure la version positive sur le DVD.
  • Une statue volée à Bernard Madoff lui a ensuite été retournée avec le message suivant: "Bernie l'escroc : merci de rendre ce bien à ses propriétaires légitimes". Le message était signé "The Educators". C'était une référence évidente au film, bien que dans le film les personnages ne volent jamais rien dans les maisons où ils pénètrent[2].
  • Il a été question de produire un remake de ce film, cette fois-ci en langue originale anglaise plutôt qu'allemande, et se déroulant aux États-Unis au lieu de Berlin[3]. Daniel Brühl a dit avoir une préférence pour l'acteur Jake Gyllenhaal qui pourrait assurer le rôle de Jan.

Bande-sonModifier

No TitreArtiste Durée
1. GeminiOne Inch Punch
2. The Mahdi and the MassesCable Car Theory
3. HeimwehFreddy Quinn
4. HyperspaceNada Surf
5. The Real SkySam Genders
6. Mondo 77Looper
7. Easy to LoveSlut
8. Piano GrooveNeeds
9. 68'er FunkAndreas Wodraschke
10. HallelujahJeff Buckley
11. Knights of the JaguarBeigeGT


Lien externeModifier

Notes et référencesModifier