The Alan Parsons Project

groupe de musique britannique
The Alan Parsons Project
Description de cette image, également commentée ci-après
The Alan Parsons Live Project en 2017.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Rock progressif, pop rock
Années actives 19751990
Labels 20th Century Records, Arista Records
Site officiel www.the-alan-parsons-project.com
Composition du groupe
Anciens membres Alan Parsons
Eric Woolfson (†)
Andrew Powell
Ian Bairnson
David Paton
Stuart Elliott
Lenny Zakatek

The Alan Parsons Project, parfois abrégé APP, est un groupe rock progressif britannique, originaire de Glasgow, en Écosse. En exercice entre 1975 et 1990, il est formé par le pianiste et auteur-compositeur Eric Woolfson et par l'ingénieur du son et producteur Alan Parsons.

BiographieModifier

OriginesModifier

Alan Parsons fait la rencontre d'Eric Woolfson aux Studios Abbey Road en 1974. Il avait déjà travaillé comme ingénieur du son sur les albums des Beatles Abbey Road en 1969 et Let It Be en 1970 ainsi que sur The Dark Side of the Moon de Pink Floyd en 1973. Cet album de Pink Floyd, par la qualité du son, a été longtemps l'album référence pour les vendeurs de chaine HI FI pour tester le matériel auprès du public. Eric Woolfson travaillait alors comme pianiste de session mais était également compositeur et avait écrit des compositions pour un album basé sur l'œuvre d'Edgar Allan Poe. Alan Parsons, quelque peu frustré de n'être que producteur pour d'autres artistes, décide de s'associer avec Woolfson pour fonder son propre groupe, The Alan Parsons Project[1].

Succès croissantModifier

Après avoir signé pour le label 20th Century Records, l'album Tales of Mystery and Imagination fut réalisé en 1976 d'après l'idée et les compositions d'Eric Woolfson. Andrew Powell y a été associé, comme d'ailleurs sur plusieurs autres albums par la suite, notamment The Turn of a Friendly Card afin de réaliser toutes les parties dites « classiques » tant au niveau des cordes que les cuivres. L'album est bien reçu par le public (il atteignit le top 40 du Billboard 200)[2], permettant au groupe de signer un contrat avec un grand label, Arista Records, ce qui le lance vraiment.

La notion de groupe est toute relative puisque Alan Parsons et Eric Woolfson en sont les seuls membres permanents. Woolfson était d'ailleurs le compositeur et musicien principal, Alan Parsons se concentrant plus sur l'enregistrement, la production et la créativité technique. De nombreux musiciens et chanteurs prennent part aux différents albums, qui sortirent alors au rythme d'un par an, connaissant un succès croissant un peu partout sur la planète. Cependant, le chanteur Lenny Zakatek, le guitariste Ian Bairnson, le bassiste David Paton, le claviériste, arrangeur et chef d'orchestre Andrew Powell, le batteur Stuart Elliott sont des membres réguliers du groupe et participent à tous les albums (exceptés les deux premiers pour Elliot, le premier pour Zakatek et les albums Ammonia Avenue et Vulture Culture pour Powell). A noter la présence au chant des célèbres John Miles sur 4 albums et Gary Brooker sur Stereotomy.

Renommée internationaleModifier

Mais le point culminant de ce succès se situe entre 1982 et 1984, époque à laquelle deux chansons, Eye in the Sky (de l'album du même nom, en 1982) et Don't Answer Me (de l'album Ammonia Avenue, en 1984) deviennent de grands tubes internationaux (comme notamment en Amérique du Nord, où le groupe jouissait d'une grande notoriété depuis déjà plusieurs années). Par la suite, le groupe connut moins de succès, tout en conservant une renommée certaine, jusqu'à ce qu'Eric Woolfson prenne ses distances à la fin des années 1980.

En revanche, le groupe n'a paradoxalement jamais connu un tel succès sur ses terres natales (le Royaume-Uni), où aucun de ses albums ou singles n'a atteint le top 20.

The Alan Parsons Project enregistre dix albums studio de 1976 à 1990, vend plus de 45 millions d'albums, est nommé neuf fois aux Grammy Awards et reçoit plus de cinquante disques d'or et de platine[1] mais ne s'est jamais produit en concert, sauf le 25 octobre 1990, lors d'un mini-concert de 7 titres, dans le cadre des Night of the Proms au Sportpaleis de Merksem à Anvers, avec pour chanteurs Lenny Zakatek et Gary Brooker[3].

APP est aussi connu pour ses compositions instrumentales, comme I Robot (de l'album du même nom, en 1977) et aussi Mammagamma, instrumental presque entièrement composé et joué sur un Fairlight CMI, première station de travail pour enregistrer et modifier des sons, ou Sirius, instrumental présent sur l'album Eye in the Sky, qui est utilisé par plusieurs équipes sportives d'Amérique du Nord (notamment de football américain) afin d'accompagner leurs entrées sur les stades.

L'après APPModifier

Après le départ d'Eric Woolfson à la fin des années 1980, Alan Parsons abandonne le nom The Alan Parsons Project pour celui d'Alan Parsons, en conservant le guitariste, le batteur et l'arrangeur de l'ancienne formation. La nouvelle formation se produit en concert (ce que APP n'avait fait qu'une unique fois !) sous le nom de The Alan Parsons Live Project.

La formation actuelle de The Alan Parsons Live Project comprend : le chanteur P.J. Olsson, le guitariste Jeffrey Kollman, le batteur Danny Thompson, le claviériste Tom Brooks, le bassiste Guy Erez, le chanteur et saxophoniste Todd Cooper, et le guitariste et chanteur Dan Tracey. En 2013, le groupe joue à Medellin en Colombie avec un orchestre et une chorale en tant que "Alan Parsons Symphonic Project". Une version de ce concert a été éditée en 2-CD et en DVD en mai 2016.

Après avoir mis un terme à sa collaboration avec Alan Parsons, Eric Woolfson se lance dans une carrière solo. Il meurt d'un cancer le 2 décembre 2009 à Londres, à l'âge de 64 ans

DiscographieModifier

Albums studioModifier

CompilationsModifier

  • 1983 : The Best of The Alan Parsons Project
  • 1987 : The Best of The Alan Parsons Project Vol.2
  • 1988 : The Instrumental Works
  • 1989 : Pop Classics
  • 1991 : Anthology
  • 1992 : The Best of the Alan Parsons Project
  • 1995 : The Very Best of: Live
  • 1997 : The Definitive Collection
  • 1998 : Gold Collection
  • 1999 : Master Hits: The Alan Parsons Project
  • 2002 : Love Songs
  • 2004 : Ultimate The Alan Parsons Project
  • 2005 : Silence and I: The Very Best of the Alan Parsons Project
  • 2007 : The Essential Alan Parsons Project
  • 2010 : The Collection
  • 2014 : The Complete Albums Collection (contient tous les albums du Project de Tales of Mystery and Imagination en 1976 jusqu'à Gaudi en 1987. Contient aussi l'album "Fantôme" du Project, The Sicilian Defence resté inédit depuis sa création en 1979 jusqu'à la parution de ce coffret de 11 CD)

SinglesModifier

Album Titre
Tales of Mystery And Imagination
  1. (The System of) Dr. Tarr and Professor Fether / A Dream Within a Dream
  2. The Raven / The Fall Of The House of Usher
  3. To One in Paradise / The Cask of Amontillado
I Robot
  1. I Robot / Some Other Time
  2. I Wouldn't Want To Be Like You / Nucleus
  3. Don't let it Show / I Robot
  4. Day after day / Breakdown
Pyramid
  1. What Goes Up / Hyper-Gamma-Spaces
  2. Pyramania / Hyper-Gamma-Spaces
  3. Hyper-Gamma-Spaces / The Eagle Will Rise Again
Eve
  1. Lucifer / I'd Rather Be a Man
  2. Damned If I Do / You Lie Down With Dogs
  3. You Won't Be There / Secret Garden
The Turn Of A Friendly Card
  1. The Turn Of A Friendly Card / May Be a Price to Pay
  2. Time / The Gold Bug
  3. Games People Play / The Ace of Swords
  4. Snake Eyes / I Don't Wanna Go Home
Eye In The Sky
  1. Eye In The Sky / Gemini
  2. Old And Wise / You're Gonna Get Your Fingers Burned
  3. Psychobabble / Children of the Moon
Ammonia Avenue
  1. Prime Time / Let Me Go Home
  2. Don't Answer Me / You Don't Believe
  3. Ammonia Avenue / ?
Vulture Culture
  1. Let's Talk About Me / Hawkeye
  2. Days Are Numbers (The Traveller) / Somebody Out There
  3. The Same Old Sun / Separate Lives
Stereotomy
  1. Stereotomy / Urbania (Instrumental)
  2. Limelight / In the Real World
Gaúdi
  1. La Sagrada Familia / Paseo De Gracia
  2. Closer To Heaven / Money Talks

MembresModifier

Membres fondateursModifier

  • Alan Parsons : claviers, guitare acoustique, vocoder, projectron, producteur, ingénieur du son
  • Eric Woolfson (†) : claviers, choeurs, chant, projectron, producteur

Membres réguliersModifier

  • Ian Bairnson : guitares électriques et acoustiques, choeurs
  • David Paton : basse, guitare acoustique, choeurs, chant
  • Andrew Powell : claviers (1976), autoharpe (1978), arrangements orchestraux et direction d'orchestre (1976-1982, 1986-)
  • Stuart Tosh : batterie, percussions, choeurs (1976-1977)
  • Stuart Elliott : batterie, percussions (1978-)
  • Lenny Zakatek : chant (1977-)

Chanteurs invitésModifier

Musiciens additionnelsModifier

  • Billy Lyal : claviers, flûte, batterie, xylophone (1976)
  • Christopher North, Francis Monkman : claviers (1976)
  • Orson Welles, Leonard Whiting : narration (1976)
  • Kevin Peek, Laurence Juber : guitare acoustique (1976)
  • David Pak : guitare (1976)
  • John Leach : percussions, cymbalum, kantele, choeurs (1976-1978)
  • Daryl Runswick : basse, contrebasse (1976)
  • Joe Puerta, Les Hurdle : basse (1976)
  • Denis Clarke : saxophone, clarinette (1976)
  • David Katz : violon, direction orchestre (1976)
  • Davis Snale : harpe (1976)
  • Burleigh Drummond : batterie, percussions (1976)
  • Jane Powell : choeurs (1976)
  • The english chorale : choeurs (1976-1978, 1982-1985)
  • Bob Howes : direction chorale (1976-1978)
  • Smokey Parsons : choeurs (1976-1977)
  • Duncan Mackay : claviers (1977-1979)
  • Hilary Western, John Perry, Stuart Calver, Tony Rivers, The new Philharmonia Chorus : choeurs (1977)
  • Phil Kenzie : saxophone (1977)
  • L'orchestre de l'opéra de chambre de Munich (1979-1980)
  • Sandor Farcas : 1er violon (1979-1980)
  • Mel Collins : saxophone, claviers (1982-1984)
  • Richard Cottle : claviers, saxophone (1985-)
  • Steven Dye : choeurs (1985)
  • Laurie Cottle : basse (1987)
  • John Heley : violoncelle (1987)
  • David Cripp : cuivres (1987)

ChronologieModifier

Principaux chanteurs et musiciens

Références culturellesModifier

  • Il est fait référence à ce groupe dans le film Austin Powers 2 : L'Espion qui m'a tirée, lors de la présentation de la nouvelle arme du Docteur Denfer, appelée le Alan Parsons Project.
  • L'intro du titre Sirius constitue la musique d'entrée des joueurs de la franchise de basket NBA des Bulls de Chicago, notamment durant la carrière de Michael Jordan. Ce détail a amené de nombreux fans de basket à écouter le groupe et a contribué à la pérennité de sa popularité.
  • Le titre Sirius de l'album Eye in the Sky a été diffusé pour l'entrée des finalistes du tournoi de tennis Roland-Garros 2011, pour les finales de simple hommes et de simple dames. Il est également utilisé par la chaîne L'Équipe TV en tant que bande son des informations en images, notamment dans l'émission Alonzo Dimanche présentée par Jérôme Alonzo.
  • Le titre In the Real World de l'album Stereotomy a été utilisé par Antenne 2 dans les années 87-90 pour le générique de l'émission de sport du samedi après-midi.
  • Le titre I Wouldn't Want To Be Like You fait partie de la bande-son du jeu vidéo Grand Theft Auto V (2013) ; il est diffusé sur la station de radio fictive Los Santos Rock Radio.
  • Le même titre I Wouldn't Want To Be Like You a été utilisé en générique de fin du neuvième épisode de la première saison de Mindhunter (2017).

Notes et référencesModifier

  1. a et b the-alan-parsons-project.com/History
  2. (en) Martin C. Strong, The Great Rock Discography, Edinburgh, Mojo Books, , 729–730 p. (ISBN 1-84195-017-3)
  3. « The Alan Parsons Project Setlist », sur Setlist.fm,

BibliographieModifier

  • Jean-Guillaume Lanuque, « Musique et SF : The Alan Parsons Project et l'ère des robots », Galaxies édition numérique, no 56,‎ , p. 153-157 (ISBN 978-2-37625-060-9).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :