Thérapie de choc (économie)

En économie, la « thérapie de choc » consiste en une libération soudaine des prix et des changes, une privatisation rapide des entreprises et services publics, et la libéralisation du commerce extérieur. Jeffrey Sachs en a été le principal promoteur pour les économies de transition d'Europe de l'Est, les pays de l'ex-URSS (mené par Iegor Gaïdar), ainsi que pour certains pays d'Amérique latine. Selon certaines organisations, les conséquences pour les populations concernées ont été catastrophiques : en Russie, par exemple, un rapport de l'UNICEF et de l'IRC estime que la restauration du capitalisme a provoqué 3.2 millions de victimes[1].

Sens de l’expressionModifier

Certains [Qui ?] voient dans cette expression l'idée qu'un pays dans lequel l’État conserve un rôle important dans l'organisation de l'économie en voit sa santé compromise et doit être remis sur pied.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Rapport accessible ici, voir aussi une étude de The Lancet ici.