Théophylacte d'Antioche

Théophylacte d'Antioche
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Patriarche d'Antioche
Biographie
Activité
Prêtre chrétienVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
VIIIe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata

Théophylacte Bar Qanbara, de Harran, fut patriarche melkite d'Antioche de 744/45 à 751.

CarrièreModifier

Selon le chroniqueur Théophane le Confesseur[1], le calife Hicham, peu avant sa mort (intervenue le ), autorisa les chrétiens melkites à élire un patriarche d'Antioche, le siège étant alors vacant depuis quarante ans du fait d'un véto des autorités musulmanes. Il ne leur laissa pas le choix de l'élu : ce devait être un certain Étienne (Stephanos), un moine syrien qui avait sa faveur, « certes assez inculte, mais pieux »[2]. Cette élection fut l'occasion de la levée du véto des musulmans sur la présence d'un patriarche melkite à Antioche[3].

Étienne fut en fonction environ deux ans. Selon Michel le Syrien[4], qui reproduit pour cette période la Chronique de Denys de Tell-Mahré, Marwan II, peu après son avènement (intervenu le ), imposa comme patriarche melkite son argentier Théophylacte Bar Qanbara. Celui-ci obtint du calife « un édit et une armée » pour persécuter les « Maronites ». Ceux-ci étaient notamment les moines du monastère Saint-Maron, près d'Hama : tout en reconnaissant le concile de Chalcédoine (et étant même en Syrie les adversaires traditionnels de l'Église jacobite), ils n'avaient pas admis la théologie des deux volontés du Christ de Maxime le Confesseur, validée à Constantinople par le concile œcuménique de 680 ; de plus, ils récitaient le Trisagion avec la formule suspecte « qui as été crucifié pour nous »[5]. Selon la même chronique, la doctrine du concile de 680 n'avait été introduite en Syrie qu'à partir de 727, par des prisonniers byzantins des musulmans, et elle y avait causé un schisme parmi les chrétiens « chalcédoniens »[6]. Ce fut l'origine de la division en Syrie entre l'Église « melkite » et l'Église maronite.

Il semble que ce patriarche d'Antioche ait correspondu avec le pape Zacharie. Il resta en fonction sept ans et fut remplacé par un certain Théodore vers 751.

Notes et référencesModifier

  1. p. 416 (éd. de Bonn).
  2. « [...] ἔχων τινὰ προσφιλῆ μονάζοντα Σύρον, ὀνόματι Στέφανον, ἀγροικότερον μέν, εὐλαβῆ δέ [...] ».
  3. « [...] κἀκεῖθεν ἕως νῦν διέδραμε τὸ ἀκώλυτον ».
  4. Chronique, t. IV, p. 467.
  5. « Marwan, roi des Arabes, ordonna aux Chalcédoniens de prendre comme patriarche Théophylacte, fils de Qanbara, de Harran, qui était l'argentier de Marwan. Il obtint de Marwan un édit et une armée pour persécuter les Maronites. Il se rendit au monastère de Maron (Beth Maron) et fit pression sur eux pour qu'ils acceptent l'hérésie de Maxime et qu'ils cessent de dire "qui as été crucifié pour nous" ».
  6. Ibid., t. IV, p. 457-58 : « [...] nous devons maintenant faire connaître le schisme qui survint parmi eux [sc. les Chalcédoniens] en cette année 1038 [= 727 de l'ère chrétienne] à propos de cette hérésie [sc. celle de Maxime le Confesseur] et de l'expression "qui as été crucifié pour nous". Dans le pays des Romains, cette opinion régnait depuis le temps de Constantin [sc. Constantin IV], mais en Syrie elle n'était pas admise. Elle y fut alors semée par les captifs que les troupes arabes amenaient et implantaient en Syrie. Sans doute à cause du prestige de l'empire des Romains, ceux qui se laissèrent pervertir par cette opinion et l'acceptèrent furent surtout les citadins et leurs évêques [...] ».