Théâtre impérial de Compiègne

Théâtre impérial de Compiègne
Description de cette image, également commentée ci-après
Vue de la façade
Lieu Compiègne, Drapeau de la France France
Coordonnées 49° 25′ 11″ nord, 2° 49′ 49″ est
Architecte Auguste-Gabriel Ancelet, Renaud Bardon
Inauguration septembre 1991
Nb. de salles 1
Capacité 816 places
Direction Éric Rouchaud

Géolocalisation sur la carte : Oise
(Voir situation sur carte : Oise)
Théâtre impérial de Compiègne
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Théâtre impérial de Compiègne

Le théâtre impérial de Compiègne est une salle de théâtre située à Compiègne.

HistoriqueModifier

Une construction impériale inachevéeModifier

La construction d'un théâtre à Compiègne est décidée par l'empereur Napoléon III en 1866, pour divertir sa cour[1]. C'est lui-même qui choisit l'emplacement et l'architecte du bâtiment, Gabriel-Auguste Ancelet[1]. Les travaux commencent en 1867 et vont bon train jusqu'à ce qu'éclate la guerre de 1870 contre la Prusse ; la bataille de Sedan ruine l'Empire et toute possibilité d'achever l'édifice dans les temps.

Si les murs sont construits, le projet de décoration de la scène est laissé en suspens : si les sculptures de Gustave Crauk sont faites à temps, le plafond, qui devait comporter des peintures d’Élie Delaunay, reste nu.

Une réhabilitation tardiveModifier

Pierre Jourdan initiateurModifier

Il faudra attendre 1987 pour que l'association « Pour le Théâtre impérial de Compiègne » créée par Pierre Jourdan, mène le programme de restauration et le recueil des fonds destinés à restaurer le bâtiment et en faire un haut-lieu de la scène lyrique[2]. Toute une équipe de maîtres d’œuvre et des architectes parmi lesquels Renaud Bardon[1], permettront de lancer les travaux en 1990 pour que le bâtiment accueille au plus vite une autre association toujours à l'initiative de Pierre Jourdan, « le Théâtre Français de la Musique » qui elle, sera chargée de la programmation des spectacles[3].

L'inauguration officielle est faite en , sur Henry VIII de Camille Saint-Saëns sous une réalisation de Pierre Jourdan.

Le , le théâtre rouvre officiellement en présence de son mécène, le Cheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyane[4],[5].

Postérité de Pierre JourdanModifier

En , au cours de l'assemblée générale extraordinaire qui se tient au théâtre et un peu plus d'un an après la disparition de Pierre Jourdan, les deux associations disparaissent également[6]. Le la nouvelle direction est confiée à Éric Rouchaud, désormais chargé de la programmation des spectacles et de continuer ainsi à faire vivre le théâtre impérial de Compiègne. La direction technique est confiée à Jean-Philippe Le Priol dès 2008.

Le , une plaque commémorative fut posée dans l'atrium de ce théâtre, rappelant la mémoire de Pierre Jourdan désormais indissociable de ces lieux[7].

Description de la salleModifier

La qualité de l'acoustique de la salle vient de sa conception, construite « à l'italienne » et en bois à 90 %. Avec l'appui de l'isolation phonique de la cage de scène et du transfert et de l'amplification du son par les dessous en bois, la réverbération donne à la salle d'excellentes qualités acoustiques, nécessitant un faible besoin en puissance pour les sons acoustiques, électriques et électro-acoustiques. Un écrin exceptionnel offrant une acoustique considérée comme l'une des meilleures au monde.

Des chefs d'orchestre renommés reconnaissaient les qualités de la salle, tels Carlo Maria Giulini qui la voyait comme une des plus parfaites du monde, plus accomplie que celle du Musikverein de Vienne, pourtant la référence en la matière[8],[9].

RéférencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :