Ouvrir le menu principal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Théâtre des Arts et Verlaine (homonymie).

Le théâtre Verlaine est une ancienne salle de spectacles de 750 places[1], située 66 rue de Rochechouart dans le 9e arrondissement de Paris. Créé en 1946, il est racheté par Alexandra Roubé-Jansky en 1951 ; elle le dirigera jusqu'à sa fermeture en 1969, sans jamais pouvoir assurer sa viabilité économique. Elle le rebaptise théâtre des Arts en 1954[2].

Le 14 juin 1966, un incendie cause d'importants dégâts au théâtre[3].

Propriétaires et directeursModifier

Jusqu'en 1951 - Marie Valsamaki.
1951-1969 - Alexandra Roubé-Jansky

Alexandra Roubé-Janski liquide une partie de son patrimoine pour racheter le Théâtre Verlaine en 1954 ; elle en devient directrice et y résidera jusqu'à la destruction du bâtiment. Elle le renomme en Théâtre des arts en 1954[4].

Le premier spectable créé est Gigi de Colette, pour la première fois créé en français, mis en scène par Jean Meyer, avec Evelyne Ker et Alice Cocéa. Le soir de la première, le 24 février 1954, le théâtre organise un prestigieux gala, en l'absence de Colette, mais en présence de la femme du président René Coty et de nombreuses personnalités de l'Académie française (François Mauriac, Fernand Gregh et Maurice Garçon), de l'Académie Goncourt (Roland Dorgeles, Gérard Bauer, Armand Salacrou, Philippe Hériat, Alexandre Arnoux et Francis Carco), de la politique (Edgar Faure et des Arts et des Lettres (Marguerite Pierry, ...)[5].

Les années 1957 et 1958 sont marquées par la polémique politique et judiciaire autour des représentations de Bérénice de Robert Brasillach en 1957 et 1958. Elle marque par ailleurs la fin de la collaboration entre Roubé-Jansky et Alice Cocéa.

Dès le début des années 1960, l'aventure commence à tourner court sur le plan financiers. Le nombre de spectacles et de représentations semble insuffisante pour maintenir la rentabilité.

Le 14 juin 1966, un incendie cause d'importants dégâts au théâtre[6]. Le spectacle alors en cours de répétition, Mascarade, dut être annulé.

Durant l'été 1968, Roubé-Jansky s'associe avec Gérard Descotils, ancien analyste financier new-yorkais, pour établir un ultime plan de sauvetage du théâtre. Le théâtre est rénové et de nouveaux fonds sont apportés pour prévoir deux nouvelles pièces. Deux pièces sont alors prévues, qui ne verront manifestement jamais le jour : The Connexion et La chatte sur les rails de Joseph Topol[7].

Elle reste directrice du théâtre jusqu'à sa disparition de celui-ci et la démolition du bâtiment en 1969[8].

Bérénice ou La Reine de CésaréeModifier

Alice Cocéa avait marqué son intérêt pour cette pièce avant même sa publication en 1954 et l'avait jouée en Suisse, avec le soutien de l'association des amis de l'auteur, Robert Brasillach - fusillé en 1945 pour collaboration. Elle s'était déjà heurtée alors aux réactions de la presse[9]. Directrice artistique du théâtre elle souhaite néanmoins monter la pièce à Paris, sur base d'un texte expurgé.

Avant la première, des associations de Juifs et de résistants tentent néanmoins de faire interdire les représentations ; face au refus, des incidents éclatent au théâtre le soir de la répétition générale, le 17 novembre 1957 et de la première le lendemain. Alice Cocéa conteste la portée anti-sémite du texte remanié et Alexandra Roubé-Jansky appelle le public à juger la pièce et le spectacle, indépendamment de l'auteur. Les démarches des détracteurs, les polémiques, les pressions et la crise interne au théâtre - Jacques François, par exemple, renonçant à jouer un des rôles principaux après les premières représentations - , n'interrompront pas les représentations, qui se poursuivront, légalement autorisées et protégées au nom de la liberté d'expression[10]. Elles se prolongeront jusqu'au 20 février 1958, à l'issue d'un conflit, porté devant le juge, entre la directrice du théâtre et Alice Cocéa - celle-ci souhaitant prolonger encore les représentations[11].

ProductionsModifier

Théâtre Verlaine
Théâtre des Arts

À cette époque, Alexandra Roubé-Jansky obtient de Georges Simenon les droits d'adaptation de Maigret se trompe, avec l'intention d'attribuer le rôle titre à Michel Simon. Ce projet ne verra manifestement pas le jour[13].

Notes et référencesModifier

  1. The French Review, vol. 19, American Association of Teachers of French, 1945, p.259.
  2. « 14 femmes dirigent quatorze théâtres parisiens », L'Officiel de la mode nos 357-358, décembre 1951.
  3. Prince Yaloul sauve le théâtre des arts, Paris-presse / L'Intransigeant / France-Soir, 15 juin 1966, p. 18.
  4. Ce nom avait été abandonné par le théâtre Hébertot en 1940.
  5. Paris-presse / L'Intransigeant, 24 février 1954, p. 1.
  6. Prince Yaloul [le chat de la directrice] sauve le théâtre des arts, Paris-presse / L'Intransigeant / France-Soir, 15 juin 1966, p. 18.
  7. Paris-presse, L'Intransigeant, 8 septembre 1968, p. 5.
  8. Philippe Chauveau, Les théâtres parisiens disparus: 1402-1986, Éd. de l'Amandier/Théâtre, 1999, p. 299 ; Du tremplin à la... scène. In : Trudaine-Rochechouart dans tous ses états, Paris, 2006, p. 48-50, en particulier p. 49 et sq.
  9. Isabelle Vichniac, Le Monde.
  10. Emmanuel Debono, La reine de la discorde. In : Le racisme dans le prétoire, Paris, Presses Universitaires de France, 2019, chapitre 7
  11. Mmes Roubé-Jansky et Cocéa se séparent et "la Reine de Césarée" quittera le 20 février l'affiche du Théâtre des Arts, Le Monde, 16 janvier 1958.
  12. Vian,D'Déé,Gonzalo 2003, p. 235.
  13. Paris-presse / L'Intransigeant, 5 juin 1955, p. 9.
  14. Paris-presse, L'Intransigeant, 9 décembre 1955, p. 11.
  15. Le Monde, 30 novembre 1967, lire en ligne ; Nicole Zand, Le Théâtre des Arts transformé pour « Le Cimetière des voitures », Le Monde, 19 décembre 1967, lire en ligne.
  16. Le Monde, 9 février 1967.
  17. Nicole Zand, Jazz et drogue pour The Connexion, Le Monde, 30 août 1968, lire en ligne.
  18. Voir en ligne.
  19. http://www.icforum.org/jean-jacques-odier-1927-2017.
  20. Voir : https://data.bnf.fr/de/39492441/pitie_pour_clementine_spectacle_1968/ ; Le Réarmement moral au théâtre des Arts, Le Monde, 13 novembre 1968, lire en ligne.

BibliographieModifier

  • Mariage honoré, Paris-presse, L'Intransigeant, 26 mai 1951, p. 6.
  • Le théâtre des arts sera « la folie la plus sympathique du siècle », Paris-presse, L'Intransigeant, 7 octobre 1952, p. 6.
  • Alexandra Roubé-Jansky fonde un club et un prix, Paris-presse, L'Intransigeant, 12 mai 1954, p. 4.
  • Un « faux Jules » [Armand Frei] dirigera le théâtre des Arts. Mme Roubé-Jansky s'en va en octobre, Paris-presse, L'Intransigeant, 1er juillet 1962, p. 3.
  • Ce « pain des Jules » sur un plateau, Paris-presse, L'Intransigeant, 21 juin 1967, p. 3.
  • Ces théâtres qui pourraient bien mourir, Paris-presse, L'Intransigeant, 15 juin 1968, p. 5.
  • Mme Roubé-Jansky sauve les Arts, Paris-presse, L'Intransigeant, 8 septembre 1968, p. 5.
  • [Mme Roubé-Jansky loue sa salle pour 40 jours], Paris-presse, L'Intransigeant, 11 octobre 1968, p. 3.
  • Boris Vian, D'Déé et Christelle Gonzalo, Boris Vian, œuvres, vol. 15, t. IX, Fayard, , 1150 p.
  • Du tremplin à la... scène [à propos des immeubles et établissements qui occupaient les numéros 59 à 67 de la rue Rochechouart]. In : Trudaine-Rochechouart dans tous ses états, Paris, 2006, p. 48-50. Voir en particulier à partir de la page 49, ce qui concerne le n° 66.

Liens externesModifier