Texte byzantin

Depuis Griesbach[1] (1775) et Michaelis[2] (1802), les spécialistes de la critique textuelle identifient quatre grands types ou familles de texte de Nouveau Testament : alexandrin, occidental, césaréen et byzantin[3],[4].

Évangile de Jean 1,1-7, manuscrit du Codex Alexandrinus.

Le texte byzantin fut transmis par la grande majorité des manuscrits (80 %), dont plus de 5 500 manuscrits grecs existants, appelés aussi le Texte majoritaire. Ce texte fut utilisé par Érasme et Robert Estienne pour établir le texte reçu (textus receptus). Cela est indiqué par or Byz.

Le texte byzantin est représenté par:

Signe Nom Date Contenu
A (02) Codex Alexandrinus c. 400 Évangiles
C (04) Codex Ephraemi Rescriptus Ve siècle Évangiles
W (032) Codex Washingtonianus Ve siècle Matt 1-28; Luc 8,13–24,53
P (024) Codex Guelferbytanus A VIe siècle Évangiles
Q (026) Codex Guelferbytanus B Ve siècle Luc–Jean
061 Ve siècle 1 Tim 3:15-16; 4:1-3; 6:2-8
Ee (07) Codex Basilensis VIIIe siècle Évangiles
Fe (09) Codex Boreelianus IXe siècle Évangiles
Ge (011) Codex Seidelianus I IXe siècle Évangiles
He (013) Codex Seidelianus II IXe siècle Évangiles
L (020) Codex Angelicus IXe siècle Actes, CE, Épitres pauliniennes
V (031) Codex Mosquensis II IXe siècle Évangiles
Y (034) Codex Macedoniensis IXe siècle Évangiles
Θ (038) Codex Coridethianus IXe siècle Évangiles (sauf Marc)
S (028) Codex Vaticanus 354 949 Évangiles

Autres manuscritsModifier

Matthieu 15,6
  • τον λογον — אa, B, D, Θ, 700, 892, 1230
  • τον νομον — א*, C, 084, f13, 1010
  • την εντολην — K, L, W, X, Δ, Π, 0106, f13, Minuscule 33, 565, 1009, Byz

NotesModifier

  1. Cf. Griesbach et Gabler (dir.), Opuscula Acadenzica,, vol. 1, , thèse de doctorat, « Dissertatio Critica de Codicibus Quatuor Evangeliorum Origenianis (pars prima) », p. 239, puis Griesbach et Schulz (dir.), Prolegomena in Novum Testamentum, vol. 1 (réimpr. 3e), lxx et suiv.
  2. Michaelis et Marsh (dir.), Introduction to the New Testament, vol. 2, Londres, F. & C. Rivington, (lire en ligne), p. 173 et suiv.
  3. D’après Frederic Kenyon, Our Bible & the Ancient Manuscripts, Eyre & Spottiswoode, (réimpr. 4e, 1939)) (lire en ligne).
  4. D’après James Strong et John McClintock, The Cyclopaedia of Biblical, Theological and Ecclesiastical Literature, New York, Harper and Brothers, 1867-1887 (lire en ligne), « Recensions Of The New Testament ».

BibliographieModifier

Liens externesModifier