Ouvrir le menu principal
Terrorcore
Origines stylistiques Gabber[1], techno hardcore[1]
Origines culturelles Milieu des années 1990
Instruments typiques Boîte à rythmes, clavier, échantillonneur, synthétiseur, séquenceur
Popularité Faible à répandue
Scènes régionales Allemagne, Pays-Bas

Genres associés

Breakcore[1], darkcore, speedcore[1]

Le terrorcore (néerlandais : terror, ou français : terreur) est un sous-genre musical de la techno hardcore, ayant émergé au milieu des années 1990.

Sommaire

HistoireModifier

L'émergence du terrorcore peut être retracée au milieu des années 1990, à la même période durant laquelle la musique gabber est à son pic de popularité aux Pays-Bas[2]. Il s'agit de l'un des sous-genres musicaux orientée techno hardcore, dérivés du gabber[3], et de l'une des quarante musiques distinctives orientées techno ayant émergé pendant les années 1990[4]. Christopher M. Moreman et Cory James Rushton citent, dans leur ouvrage intitulé Zombies Are Us: Essays on the Humanity of the Walking Dead, le terrorcore comme l'une des musiques sombres et rapides ayant émergé dans les années 1990 et qui frappent les danseurs par son rythme effréné et complexe[5].

Des artistes et groupes notoires qui ont aidé à la popularisation du genre dans les années 1990 incluent notamment : Nasenbluten[6],[7], Signs Of Chaos (GTO)[6],[8], Mescalinum United[6], S.R.B[9], et Rotterdam Terror Corps (groupe principalement axé gabber[10]). Des labels indépendants tels que Earache Records[11], Planet Core Production (PCP)[6],[12], Bloody Fist Records[6],[7], et Industrial Strength Records[6] ont également aidé à la popularisation du genre ; de tels labels ont fait paraître des EP et LP notables comme We Have Arrived de Mescalinum United[6].

D'une manière controversée, certains analystes accusent le terrorcore, parmi d'autres variantes tels que l'industrial hardcore, d'affecter négativement (états émotionnels instables et agressifs) les individus[13]. D'une manière similaire, le critique Simon Reynolds cite, au milieu des années 1990, le terrorcore comme l'une des « musiques avant-gardistes populaires hallucinatoires et cinématiques », parmi le hardstep jungle et le east coast hip-hop[14].

CaractéristiquesModifier

Le terrorcore est un terme utilisé par les auditeurs pour décrire un sous-genre musical de techno hardcore[1]. Il s'agit d'une version plus « extrême » de la musique gabber faisant usage de thèmes agressifs et une atmosphère oppressante, des lignes de kicks distordus, et des mélodies plus dark mais moins marquées[12],[13]. Par extension, le genre musical fait également usage de samples et de sonorités orientées heavy metal, des effets sonores « effrayants » en provenance de films d'horreur, et des percussions de breakbeat synchronisés entre les kicks. Le genre est plus souvent caractérisé par un tempo excédant 160 BPM[13],[1], 200 BPM[15], ou oscillant entre 180 à 600 BPM selon d'autres sources[12].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f (en) « Hardcore Techno: Terrorcore », sur Electronic Music Styles (consulté le 6 mars 2015).
  2. (en) Thomas H Green, « Gift of the gabber », sur The Guardian, (consulté le 8 février 2014).
  3. (en) « It’s Not A Disgrace To Be A Gabber! », sur Boilerroom TV, (consulté le 24 février 2015).
  4. (en) Geoffrey O'Brien, Sonata for Jukebox: An Autobiography of My Ears, (ISBN 1582433291, lire en ligne), p. 174.
  5. (en) Christopher M. Moreman et Cory James Rushton, Zombies Are Us: Essays on the Humanity of the Walking Dead (ISBN 978-0-7864-5912-4, lire en ligne).
  6. a b c d e f et g (en) Simon Reynolds, Generation Ecstasy: Into the World of Techno and Rave Culture, (ISBN 1136783164, lire en ligne).
  7. a et b (en) Simon Reynolds, Energy Flash: A Journey Through Rave Music and Dance Culture, (ISBN 0571289142, lire en ligne).
  8. (nl) Gert Keunen, Pop!: een halve eeuw beweging, (ISBN 9020948717), p. 443.
  9. (en) « S.R.B. », sur Discogs (consulté le 8 février 2014) : « The S.R.B. (Solid Rocket Boosters) makes Terror, Industrial and kindalike. ».
  10. (en) Neal Bedford et Simon Sellars, The Netherlands, (ISBN 1741042992, lire en ligne), p. 43.
  11. (en) « Spotify - US launch expected mid-July » : « PS: When Trey talks about Terrorcore in interviews, I assume he means stuff like this: ».
  12. a b et c (en) « Terrorcore », sur Hardcore Romania (consulté le 8 février 2014).
  13. a b et c (en) Mickael J. Gilmour, Call Me the Seeker: Listening to Religion in Popular Music (ISBN 0826417132, lire en ligne), p. 247 et 264.
  14. (en) Goodman, Sonic Warfare (lire en ligne), p. 2.
  15. (pl) Marco Mancassola, Last love parade, (ISBN 8865762004, lire en ligne).

Lien externeModifier