Teresa Billington-Greig

suffragette britannique

Teresa Billington-Greig, née le à Preston (Angleterre) et morte le à Londres, est une suffragette qui créa la Women's Freedom League. Elle se démarqua par cela d'une autre organisation féministe, la Women's Social and Political Union (WSPU), dont elle trouvait la direction trop autocratique.

Teresa Billington-Greig
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Féministe, suffragetteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

BiographieModifier

Teresa Billington-Greig naît à Preston, dans le Lancashire, dans une famille catholique[1]. Elle devient enseignante dans une école catholique de Manchester et suit des cours à l'université Victoria. Elle fait la connaissance d'Emmeline Pankhurst en 1903 et, la même année, devient membre et organisatrice du Parti travailliste indépendant[1]. En , elle est co-fondatrice et secrétaire honoraire de la branche de Manchester de la Equal Pay League au sein de l'Union nationale des enseignants britannique. Elle est envoyée à Londres par la WSPU pour fonder une filiale de l'union dans cette ville, avec Annie Kenney[1].

En 1905, elle est la première femme permanente de l’Independent Labour Party.

En , avec la WSPU, elle perturbe un rassemblement de députés libéraux du Northamptonshire à l'occasion de la visite du ministre de l'Économie Herbert Asquith, anti-suffragiste notoire.

Elle est envoyée en Écosse en 1906 pour organiser la WSPU et elle fait la connaissance de Frederick Lewis Greig. Le couple se marie en 1907 et décide d'associer leurs deux noms de famille[1].

Son nom et son image, ainsi que ceux de 58 femmes qui soutiennent le droit de vote des femmes au Royaume-Uni, sont apposés sur le socle de la statue de Millicent Fawcett inaugurée en 2018 à Parliament Square, à Londres[2],[3],[4].

Activités éditorialesModifier

En 1911, elle publie The Militant Suffrage Movement : Emancipation in a Hurry[5], puis Consumers in Revolt (1912) et Women and the Machine (1913)[1].

RéférencesModifier

  1. a b c d et e John Simkin, « Teresa Billington-Greig », 1997, màj 2020, sur spartacus-educational.com
  2. « Historic statue of suffragist leader Millicent Fawcett unveiled in Parliament Square », Gov.uk, (consulté le )
  3. Alexandra Topping, « First statue of a woman in Parliament Square unveiled », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Millicent Fawcett statue unveiling: the women and men whose names will be on the plinth », iNews (consulté le )
  5. Myriam Boussahba-Bravard, « Les suffragettes de l’époque édouardienne et l’idéologie d’extrême droite dans l’entre-deux-guerres », in Philippe Vervaecke, À droite de la droite : Droites radicales en France et en Grande-Bretagne au XXe siècle, Presses universitaires du Septentrion, 2012.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Myriam Boussahba-Bravard, « Le journalisme comme récit théorisé du militantisme chez Teresa Billington-Greig (Grande-Bretagne, 1877-1964) », Genre et histoire, Association Mnémosyne, no 14,‎ (lire en ligne, consulté le )  
  • Carole McPhee et Ann Fitzgerald, The Non-Violent Militant, Selected Writings of Teresa Billington-Greig, Londres, Routledge, 1987.
  • Brian Harrison, Prudent Revolutionaries, Portraits of British Feminists between the Wars, Oxford, Clarendon, 1987.

Liens externesModifier