Tentative d'assassinat de Cristina Fernández de Kirchner

tentative d'assassinat par arme à feu

Tentative d'assassinat de Cristina Fernández de Kirchner
Image illustrative de l’article Tentative d'assassinat de Cristina Fernández de Kirchner
Cristina Fernández de Kirchner.

Cible Cristina Fernández de Kirchner, vice-présidente de la Nation argentine
Coordonnées 34° 35′ 34″ sud, 58° 23′ 15″ ouest
Date
20 h 50 (UTC−03:00)
Type Tentative d'assassinat par arme à feu
Armes Bersa Thunder 32
Morts 0
Blessés 0
Auteurs présumés Fernando Andrés Sabag Montiel
Participants 1
Mouvance Extrême droite

La tentative d'assassinat contre Cristina Fernández de Kirchner a lieu le dans le quartier de Recoleta, à Buenos Aires (Argentine). Un homme vise la vice-présidente de la Nation argentine avec une arme de poing chargée de munitions, mais ne parvient pas à faire feu. L'agresseur est arrêté immédiatement par le personnel de sécurité de la victime et des membres de la police fédérale (es).

ContexteModifier

La semaine avant les faits, les environs du domicile de la vice-présidente sont occupés par de nombreux sympathisants en réponse à la présence préalable d'opposants rassemblés pour protester contre une affaire de corruption liée à Lázaro Báez le [1].

La veille de l'attentat, la police arrête un homme brandissant une clef anglaise[2].

Deux jours avant l'attentat, un juge ordonne que la police de Buenos Aires cesse les opérations de protection au domicile de la vice-présidente, décision que le chef de gouvernement de la ville, Horace Rodriguez Larreta, ne suit pas. Le juge ordonne que ce soit les forces fédérales qui se chargent de la protection de la vice-présidente, c'est-à-dire la police fédérale, la gendarmerie ou les forces armées[3].

DéroulementModifier

Le à 20 h 50 heure locale, Cristina Fernández de Kirchner, vice-présidente de la Nation argentine, arrive à son domicile dans le quartier de Recoleta, à Buenos Aires (Argentine)[4],[5],[6] après avoir présidé une séance du Sénat.

Alors qu'elle dédicace des exemplaires de son livre Sincèrement devant son domicile, un homme se place à moins d'un mètre d'elle et approche de sa tête le canon d'un pistolet Bersa[4] dont le numéro de série s'avèrera illisible[7],[8], chargé de cinq munitions[9]. Il actionne par deux fois la queue de détente, mais aucun coup de feu ne part[10],[11]. La candidate esquisse un mouvement de défense de la main, puis est aussitôt mise à l'abri.

Des sympathisants de la vice-présidente se rassemblent immédiatement sur le lieu des faits pour chanter en son hommage[7].

ConséquencesModifier

Le tireur s'enfuit mais il est arrêté immédiatement par le personnel de sécurité et des policiers, puis emmené à un poste de police où il est interrogé. Les membres de la police scientifique argentine poursuivent l'enquête sur les lieux de l'agression[12],[7]. La compagne de l'attaquant présumé est interpelée et placée en garde à vue, selon des sources judiciaires citées par plusieurs médias argentins, dont l'agence officielle Telam[13],[14].

Une juge d'instruction, María Eugenia Capuchetti, est désignée, ainsi qu'un procureur, Carlos Rívolo[15]. L'avocat de Cristina Fernández de Kirchner annonce qu'une plainte serait déposée lundi au nom de Mme Kirchner[11]. Il déclare également que l'assaillant « n'a pas agi seul »[13].

L'attaquant présuméModifier

L'auteur présumé de l'attaque est Fernando Andrés Sabag Montiel, surnommé « Tedi », âgé de 35 ans. Il est né au Brésil, de père chilien et de mère argentine, et habite en Argentine depuis 1993[16],[17],[11]. Il habite dans le quartier de Villa del Parque et a des antécédents judiciaires pour le port illicite d'arme blanche en 2021[18]. Sur les photographies du suspect diffusées par la presse, on peut voir sur son bras un tatouage de soleil noir, symbole néofasciste[19],[20],[11],[14]. Sur des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, l'agresseur apparaît sur la chaîne Chronique TV, en direct, proférant des insultes à l'égard de personnalités politiques du kirchnérisme. Amateur de death metal, il attend régulièrement des musiciens connus à la sortie de leurs hôtels. Il aurait notamment approché Taylor Hawkins, de Foo Fighters, une semaine avant sa mort et déclaré plus tard « Je me sens comme la Faucheuse pour rencontrer quelqu'un avant sa mort »[18].

RéactionsModifier

En ArgentineModifier

  • Alberto Fernández condamne vivement les faits, parlant d'« un fait grave » et il demande que justice soit faite sur l'affaire. Le président s'adresse au pays sur la chaîne nationale et il déclare le vendredi 2 comme jour férié pour que la population puisse manifester « pour la démocratie et en solidarité avec notre vice-présidente »[21],[22]. La marche rassemble des dizaines de milliers de personnes.
  • Mauricio Macri, ancien président, condamne l'acte en le qualifiant de « très grave », et en exigeant un « éclaircissement immédiat et profond de la part de la justice et des forces de sécurité »[23].
  • La Centrale des travailleurs d'Argentine appelle à une grève nationale contre la tentative d'assassinat[24].
  • Patricia Bullrich, présidente du parti Proposition républicaine (PRO) pour sa part qualifie la tentative d'assassinat comme un « acte de violence individuelle » et la décision du président Fernández de décréter un jour férié comme un « coup politique » et comme une occasion de mobiliser ses militants[25].
  • Le gouvernement de Mendoza exprime ses réserves sur le jour férié décrété par le président Fernández, déclarant que « travailler normalement est la meilleure façon de condamner n'importe quelle expression de violence et de soutien à la paix sociale »[26].

Dans le mondeModifier

  • Bolivie : l'ancien président, Evo Morales, condamne la « lâche tentative d'assassinat » sur Fernández, « La Patria Grande est avec vous, ma sœur », écrit-il sur le réseau social Twitter[27].
  • Brésil : Luiz Inácio Lula da Silva, ancien président et candidat à la présidence, exprime sa solidarité en décrivant l'agresseur comme un « criminel fasciste qui ne sait pas respecter le pluralisme et la diversité »[28].
  • Chili : le président, Gabriel Boric, déclare que la tentative d'attentat « mérite le rejet et la condamnation de tout le continent » et exprime sa solidarité[29],[30].
  • Espagne : Pedro Sánchez, président du gouvernement, condamne l'attaque avec ces mots : « Mon affection et ma solidarité, Cristina Fernández de Kirchner. Notre condamnation retentissante de cette tentative d'assassinat et notre soutien à la vice-présidente Cristina Fernández et à l'ensemble de l'Argentine. La haine et la violence ne vaincront jamais la démocratie[31]. » La vice-présidente du gouvernement, Yolanda Díaz, se prononce également contre la violence ; « Toute ma solidarité avec Cristina Fernández, la vice-présidente de l'Argentine, pour la tentative d'assassinat qu'elle a subie. Ma solidarité également avec le gouvernement et le peuple argentins. Je suis convaincu qu'il saura avancer dans la paix et le dialogue. L'Espagne vous tient dans ses bras[32]. »
  • États-Unis : l'ambassadeur en Argentine, Marc Stanley, condamne l'attaque et publie un micromessage sur un réseau social : « Nous sommes soulagés de savoir que la vice-présidente Cristina Fernández de Kirchner va bien. Les États-Unis se joignent à l'Argentine et à tous les peuples pacifiques pour rejeter partout la violence, l'extrémisme et la haine[33]. »
  • Mexique : Marcelo Ebrard, ministre des Affaires étrangères, condamne les faits au nom de son gouvernement[34].
  • Pérou : le président, Pedro Castillo, condamne l'attaque et exprime sa solidarité avec la vice-présidente et avec le peuple argentin[35].
  • Vatican : le pape François téléphone à Cristina Kirchner et lui envoie un télégramme avec le message suivant : « Je prie pour que l'harmonie sociale et le respect des valeurs démocratiques prévalent toujours dans la chère Argentine »[36].

Notes et référencesModifier

  1. (es) « El fiscal Diego Luciani pidió que Cristina Kirchner sea condenada a 12 años de cárcel e inhabilitarla de por vida para ejercer cargos públicos », LA NACION, (consulté le )
  2. « Detuvieron a repartidor que amenazó con una llave inglesa a manifestantes en la vigilia de Cristina », www.ambito.com (consulté le )
  3. (es) « Rodríguez Larreta mantendrá a la Policía en Recoleta y sumará inspectores de otras áreas de su Gobierno », infobae, (consulté le )
  4. a et b « Vigilia en Recoleta: quisieron matar a Cristina Kirchner », www.c5n.com (consulté le ).
  5. (es) Editorial Demos, « La Jornada - Atentado fallido en contra de Cristina Fernández de Kirchner », www.jornada.com.mx (consulté le ).
  6. Europa Press, « Argentina.- Detenido un hombre por apuntar con un arma a la cabeza de Cristina Fernández de Kirchner », www.notimerica.com, (consulté le ).
  7. a b et c Citado así en la transmisión en vivo de C5N Noticias, 1 de septiembre de 2022.
  8. (es) « El ataque a la vicepresidenta: el arma que utilizó el agresor es una Bersa calibre 32 y tenía el cargador lleno », La Nación, (consulté le ).
  9. « Video: esta es la persona que intentó asesinar a Cristina Kirchner », www.c5n.com (consulté le ).
  10. (es) « El antecedente del hombre acusado de intentar matar a Cristina Kirchner », infobae (consulté le ).
  11. a b c et d « Tentative d'attentat en Argentine : pour l'avocat de Cristina Kirchner, l'assaillant "n'a pas agi seul" », sur LaProvence.com, (consulté le )
  12. Ministro de seguridad, Aníbal Fernández 2 Septiembre 00:07 - TV Pública trás cadena nacional.
  13. a et b « Argentine : la compagne de l'agresseur de Cristina Kirchner interpellée », sur LEFIGARO, (consulté le )
  14. a et b « La compagne de l'agresseur de la vice-présidente Kirchner interpellée », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  15. (es) 1 de Septiembre de 2022, « Quién es la jueza y los fiscales que quedaron a cargo de la investigación del intento de asesinato contra Cristina Kirchner », infobae (consulté le )
  16. (pt-BR) Douglas Porto, « Pai de acusado de atentado contra Kirchner sofreu ação para expulsão do Brasil », CNN Brasil (consulté le ).
  17. (pt-BR) « Quem é o brasileiro preso após apontar arma contra Cristina Kirchner na Argentina », Terra (consulté le ).
  18. a et b (es) « La historia íntima de “Tedi”, el acusado de intentar matar a Cristina Kirchner », infobae (consulté le ).
  19. (es) « El misterioso tatuaje del hombre que le apuntó con un arma en la cabeza a Cristina Kirchner », Todo Noticias, (consulté le ).
  20. « Quién es el hombre que atacó a Cristina Fernández de Kirchner », www.ambito.com (consulté le ).
  21. « Los números del jueves », Television.com.ar, (consulté le )
  22. S/A, « Tras el intento de asesinato a Cristina Kirchner, Alberto Fernández declaró feriado nacional para hoy », infobae (consulté le )
  23. (es) Mauricio Macri, « Mi repudio absoluto al ataque sufrido por Cristina Kirchner que afortunadamente no ha tenido consecuencias para la vicepresidenta », Twitter (consulté le )
  24. (es) Central de Trabajadores de la Argentina, « Paro nacional contra el intento de magnicidio », Twitter (consulté le )
  25. Patricia Bullrich, « El presidente está jugando con fuego: en vez de investigar seriamente un hecho de gravedad, acusa a la oposición y a la prensa, y decreta un feriado para movilizar militantes. », Twitteratura, (consulté le )
  26. « Comunicado del Gobierno de Mendoza ante el feriado nacional : Prensa Gobierno de Mendoza », web.archive.org, (consulté le )
  27. (es) Evo Morales, « Condenamos el cobarde intento de magnicidio en contra de nuestra hermana @CFKArgentina… », Twitter (consulté le )
  28. Luiz Inácio Lula da Silva, « Toda a minha solidariedade à companheira @CFKArgentina, vítima de um fascista criminoso que não sabe respeitar divergências e a diversidade… », Twitter (consulté le )
  29. (es) Gabriel Boric Font, « El intento de asesinato a la vicepresidenta de Argentina, Cristina Fernández, merece el repudio y condena de todo el continente. », Twitter (consulté le )
  30. « Presidente Boric sobre atentando a Cristina Fernández: “Merece el repudio y la condena de todo el continente” », 2 de septiembre de 2022
  31. https://twitter.com/intent/like?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1565594754791899137%7Ctwgr%5E294c191e23aee327fd9c7fc5b3d33c86d1ac082d%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Felpais.com%2Fargentina%2F2022-09-02%2Frepudio-internacional-al-ataque-contra-cristina-kirchner-en-buenos-aires.html&tweet_id=1565594754791899137
  32. https://twitter.com/Yolanda_Diaz_/status/1565588089849974785
  33. (es) « https://twitter.com/usambassadorarg/status/1565520456479920129 », Twitter (consulté le )
  34. Marcelo Ebrard, « El Gobierno de México expresa su rechazo y condena el atentado contra la Vicepresidenta de Argentina, Cristina Fernández. », Twitter (consulté le )
  35. (es) GrupoRPP, « Cristina Kirchner: Pedro Castillo condena atentado contra vicepresidenta de Argentina », RPP, (consulté le )
  36. (en) Tom Phillips et Sam Jones, « Cristina Fernández de Kirchner: arrest after attempted shooting of Argentina vice-president », sur theguardian.com, (consulté le ).