Ouvrir le menu principal
Tendres Passions
Réalisation James L. Brooks
Scénario Nouvelle originale: Larry McMurtry
Scénario: James L. Brooks
Acteurs principaux
Genre Drame
Durée 132 min
Sortie 1983

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Tendres Passions (Terms of Endearment[1]) est un film dramatique américain réalisé par James L. Brooks sorti en 1983. Il narre l'histoire d'une mère et de sa fille qui entretiennent des relations très tendues. Le film est adapté par James L. Brooks du roman éponyme de Larry McMurtry.

Sommaire

SynopsisModifier

Restée veuve, Aurora Greenway (Shirley MacLaine) a plusieurs prétendants mais les tient à distance, préférant se concentrer sur la relation étroite qu'elle a avec sa fille Emma (Debra Winger) qu’elle domine. Soucieuse d’échapper à sa mère, Emma épouse Flap Horton (Jeff Daniels), un jeune professeur d’université, malgré les objections de sa mère ; elle s’en va et a trois enfants. En dépit de leurs fréquentes querelles et de leurs difficultés à s’entendre, Emma et Aurora conservent entre elles un lien qui ne peut être rompu et elles restent en contact par téléphone.

La famille Horton se heurte rapidement à des difficultés financières et conjugales. Emma a du mal à s’occuper des enfants et du ménage, et son mari et elle ont tous deux des liaisons extraconjugales. Emma a de plus en plus besoin du soutien affectif de sa mère. Pendant ce temps Aurora, restée seule, se reprend en main et a le coup de foudre pour son voisin d’à côté, Garrett Breedlove (Jack Nicholson), un astronaute retraité.

La famille Horton quitte Houston et va habiter à Des Moines puis au Nebraska, officiellement à cause de la carrière du mari, mais surtout pour que ce dernier puisse être à côté de sa petite amie. On diagnostique chez Emma un cancer, bientôt en phase terminale. Aurora reste aux côtés d’Emma pendant son traitement et son hospitalisation, même lorsqu’elle doit faire face à sa propre douleur après que Garrett a soudainement mis fin à leur relation. Emma en mourant montre son amour pour sa mère en lui confiant ses propres enfants. Après la mort d’Emma, Garrett réapparaît dans la vie familiale et commence à nouer des liens avec les jeunes enfants d’Emma.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

Les premiers pas au cinémaModifier

Tendres Passions est ainsi le premier film de James L. Brooks, ayant eu beaucoup de succès à la télévision, notamment avec les séries Room 222 et The Mary Tyler Moore Show (en)[2]. Il produit son film pour Paramount, même si après son succès, il fondera sa société Gracie Films.

Différence avec la nouvelle originaleModifier

Le rôle joué par Jack Nicholson, celui de l'astronaute Garrett Breedlove, n'apparaissait pas dans la nouvelle originale. Ce rôle fut créé pour Burt Reynolds mais, celui-ci s'étant déjà engagé dans un autre tournage, le rôle fut attribué à James Garner. Après certaines querelles entre Garner et le réalisateur à propos d'interprétations divergentes du rôle, celui-ci échut à Jack Nicholson. Les choix originaux pour les rôles de la mère et de la fille étaient respectivement Shirley MacLaine et Debra Winger.

Réception critiqueModifier

La critique américaine apprécie bien le long métrage, en citant l'humanisme de Brooks, et son habilité à surfer entre comédie et mélodrame. Richard Schickel compare même Brooks à Preston Sturges ou Woody Allen.


La critique française contemporaine démolit le film, en comparant cela avec les feuilletons télévisés américains, très méprisés à l'époque. Depuis les années 2010 (même si cela commença en 2005 avec La Lettre du cinéma), le film est réévalué par les cinéphiles et certaines de ces mêmes revues[3],[4],[5].

SuiteModifier

En 1996, une suite, Étoile du soir, réalisée par Robert Harling, avec Shirley MacLaine et Jack Nicholson, fut assez mal reçue.

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

RéférencesModifier

  1. Signifie des termes d'affections, d'amour, des mots doux destinés aux proches.
  2. « James L. Brooks, de Tendres passions aux Simpsons », sur Le Monde,
  3. « Comment Tendres Passions a fini par passionner les cinéphiles français », sur Slate,
  4. Muriel Joudet, « James L. Brooks, le secret magnifique », Trafic, no 97,‎
  5. Jacky Goldberg, « James L. Brooks », sur DVD Classik

Liens externesModifier