Ouvrir le menu principal

Temple de la Mahabodhi

temple situé en Inde
Temple de la Mahabodhi
Mahabodhitemple.jpg
Le temple, en février 2007
Présentation
Type
Statut patrimonial
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial
Désignation
Ensemble du temple de la Mahabodhi à Bodhgayâ
Date d'entrée
Identifiant
Critères
Surface
4,86 ha
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le temple de la Mahabodhi est situé en Inde à Bodhgayâ, à une centaine de kilomètres au sud de Patna. A l'arrière du bâtiment se trouve l'arbre de la Bodhi sous lequel Siddhartha Gautama atteignit l'illumination.

Sommaire

HistoireModifier

Quelque 250 ans après l'illumination du Bouddha, l'empereur Ashoka visita Bodhgayâ avec l'envie d'y établir un monastère ainsi qu'un sanctuaire, et d'y ériger le trône de diamant - ou Vajrasana - à l'endroit où Bouddha atteignit l'éveil. Ashoka est ainsi considéré comme le fondateur du temple de la Mahabodhi.

Durant le XIIe siècle, Bodhgayâ et les régions avoisinantes sont pillées par des armées musulmanes. Après cette dévastation, le temple de la Mahabodhi n'est plus entretenu et sa fréquentation baisse considérablement. Au XVIe siècle, un monastère hindou est établi près de la ville. Au cours des siècles suivants, le mahant, le dirigeant du monastère, devient le propriétaire des terres environnantes et en particulier de la parcelle où s'élève le temple de la Mahabodhi.

Cependant, dans les années 1880, le gouvernement britannique commence à restaurer le temple, sous la direction d'Alexander Cunningham. Peu après, en 1891, malgré les objections du mahant, le bouddhiste srilankais Anagarika Dharmapala entame une campagne pour que l'on attribue à nouveau l'administration du temple aux bouddhistes. Cette action est partiellement couronnée de succès quand, en 1949, un comité de neuf membres, à majorité hindoue cependant, y compris son Président, est chargé de la gestion du temple.

Le temple de la Mahabodhi a été inscrit en 2002 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO[1].

RéférencesModifier

  1. Emmanuel de Roux, « Neuf sites supplémentaires inscrits au patrimoine mondial », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :