Temple de La Gendronnière

temple bouddhique et château situé dans le Loir-et-Cher, en France

Temple de La Gendronnière
Présentation
Culte Bouddhisme Zen
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Ville Valaire
Coordonnées 47° 28′ 47″ nord, 1° 15′ 19″ est
Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher
(Voir situation sur carte : Loir-et-Cher)
Temple de La Gendronnière
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Temple de La Gendronnière
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Temple de La Gendronnière

Le temple de La Gendronnière, fondé en 1980 dans les environs de Blois, est l'un des principaux temples européens de l'école Sōtō du bouddhisme zen[1].

Histoire et activitésModifier

Le temple a été fondé en 1980 par Taisen Deshimaru qui introduisit le zen Sōtō en France depuis le Japon. Son nom complet est Zendonien Tai Sei Bukkyo Dai Ichi, ce qui signifie : « Principal Dojo Sôtô d'Occident pour l'Enseignement du Bouddha ». Un panneau placé vers la grande cloche le désigne le lieu comme « La Gendronnière, principal temple zen d'Occident. Château de la non-peur »[2],[3],[4].

Le temple se trouve sur la commune de Valaire, près de Blois en Loir-et-Cher. Il est implanté dans un domaine de 80 hectares, un formé par une grande forêt piquée de petits lacs. Le domaine comprend un château datant de la fin du xixe siècle[5].

Après la mort de Deshimaru (1982) une partie de ses cendres a été enterrée au temple de La Gendronnière[6].

Par la suite, le temple Sōtō est devenu le lieu de rencontre des différentes sanghas liées à maître Deshimaru. Un camp d'été y est organisé chaque année, et des colloques réunissant plusieurs centaines de participants ont lieu tous les deux ou trois ans. Le camp d'été suit la tradition de l'ango (la retraite d'été), instaurée par le bouddha Shakyamuni, et qui a été actualisée et adaptée à notre époque par Taisen Deshimaru. Des pratiquants du monde entier se réunissent pour l'ango[7].

Des sesshins sont organisés dans le temple chaque mois. L'enseignement est donné par les disciples les plus âgés du fondateur, comme durant le camp d'été. Parallèlement, d'autres types de retraites avec des ateliers thématiques (par exemple, Shodō, calligraphie ; Sumi-e, peinture au pinceau et à l'encre ; Ikebana, arrangement floral...) sont organisés, qui associent l'apprentissage d'un art ou d'une discipline à la méditation zen. C'est le cas : des retraites telles que « Les doigts d'or », « L'esprit du geste », « Arts et santé », etc.[8]

BâtimentsModifier

Plusieurs bâtiments constituent l'ensemble du temple. Le centre névralgique en est le grand dojo (salle pour la méditation) de 400m² où se déroulent les zazen (méditation zen) et les cérémonies. Par la suite, un plus petit dojo, jouxtant le grand, a été construit pour la vie quotidienne. L'ensemble se trouve dans un domaine de 80 hectares, dans une grande forêt piquée de petits lacs[9].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur Taisen Deshimaru.

Maîtres et enseignants (sélection)Modifier

 
Stèle de T. Deshimaru, dans le parc, sous laquelle sont ensevelies ses cendres.

Philippe Reiryu Coupey (né en 1937) est arrivé en France des Etats-Unis en 1968, a pratiqué zazen au dōjō de Paris avec Maître Deshimaru à partir de 1972. Il dirige des sesshins en Europe depuis 1980 et est l'un des enseignants du dōjō de Paris depuis 1982. Chaque année depuis 1994, il dirige l'un des camps d'été de la Gendronnière. Philippe Coupey est actuellement le guide spirituel d'une trentaine de dōjōs et de groupes en France, en Allemagne et en Suisse[10].

Jiko Simone Wolf (née en 1940) a commencé à pratiquer zazen avec Deshimaru au dōjō Pernety à Paris. Après sa mort, elle a fondé le Centre Zen de La Chaux-de-Fonds en Suisse en 1982. En 2004, elle reçoit la transmission du Dharma de Yuko Okamoto Rōshi et fonde en 2009 le temple Ryokuinzan-Kōsetsu-ji près de La Chaux-de-Fonds, diffuse le Zen Sōtō principalement en Suisse ainsi que sur la Gendronnière et est l'une des responsables de l'AZI[11].

Roland Yuno Rech (né en 1944) a été élève de Taisen Deshimaru de 1972 à 1982. Depuis la mort de son maître, Roland Y. Rech s'est consacré à la pratique et à l'enseignement du zen à l'AZI. En 1984, il a reçu la transmission du Dharma de Niwa Rempo Zenji. Il dirige le temple Gyobutsu-ji à Nice et des sesshins dans plusieurs pays, principalement en France, en Belgique, en Allemagne et en Italie[12].

Laure Hosetsu Scemama (née en 1948) pratique depuis 1977, et s'est engagée activement dans les dōjōs de Marrakech et de Toulon, a été membre fondateur du monastère de Kanshoji (Dordogne) et a fondé le Centre Zen de Limoges en 2003. Elle enseigne en France ainsi que dans d'autres pays et a reçu la transmission du Dharma de Donin Minamizawa Rōshi en 2008. Elle est kyoshi (enseignante certifiée), abbesse adjointe du monastère de Kanshoji, et l'une des dirigeants de l'AZI[13].

Olivier Reigen Wang-Genh (né en 1955) pratique depuis 1973. Il a été ordonné moine par son maître Taisen Deshimaru en 1977 et l'a suivi jusqu'à sa mort. Le dōjō de Strasbourg, qu'il dirige, devient un centre régional organisant de grandes retraites dans les Vosges. Il a fondé le temple Kosan Ryumon Ji à Weiterswiller (Alsace) en 1999. En 2001, il a reçu la transmission du Dharma de Maître Dosho Saikawa. Il est président de l'Union bouddhiste de France depuis 2007 et c'est un des dirigeants de l'AZI[14].

Notes et référencesModifier

  1. « Temples et Centres de Bouddhisme Zen Soto en Europe », sur www.denshinji.fr (consulté le )
  2. Shikantaza, seulement s’asseoir, Evelyn Reiko De Smedt, DVD
  3. Xavier Ternisien, « Être zen, entre spiritualité et effet de mode », sur lemonde.fr, (consulté le )
  4. « Présentation de la Gendronnière », sur zen-azi.org (consulté le )
  5. France-3 Centre-Val de Loire, « Dans les coulisses de la Gendronnière », sur youtube.com, (consulté le )
  6. Dominique Blain, Sensei : Taisen Deshimaru maître zen, Paris, Albin Michel, coll. « Espaces libres », 2011. [lire en ligne (page consultée le 6 juin 2021)]
  7. (de + fr + en) « Présentation du monastère Ryumon Ji Le monastère : temple de la Porte du Dragon de la Vieille Montagne. », sur Temple Ryumon Ji (consulté le )
  8. (fr + en) « Activités Gendronnière », sur Association Zen Internationale (AZI) (consulté le )
  9. « Présentation du monastère », sur zen-azi.org (consulté le )
  10. (fr + en) « Reiryu Philippe Coupey », Association Zen Internationale (consulté le )
  11. « Association zen internationale – Simone Jiko Wolf » (consulté le )
  12. (de) « Zen-Meister | Roland Yuno Rech », Zen-Guide Deutschland (consulté le )
  13. (fr + en) « Laure Hosetsu Scemama », sur Association Zen Internationale (consulté le )
  14. (fr + en) « Olivier Reigen Wang-Genh », sur Association Zen Internationale (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Association Zen Internationale
  • « Dans les coulisses de la Gendronnière, le temple bouddhiste zen de Valaire dans le Loir-et-Cher » sur france3-regions.francetvinfo.fr (29.07.2018 / textes et vidéos) [lire en ligne (page consultée le 1 juin 2021)]
  • Brève description du temple La Gendronnière sur le site du temple Ryumon Ji (allemand, français, anglais)