Télougou

langue dravidienne
(Redirigé depuis Telugu)

Télougou
తెలుగు (tĕlugu)
Pays Inde
Nombre de locuteurs ~81 millions
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Andhra Pradesh (Inde)
Telangana (Inde)
Codes de langue
ISO 639-1 te
ISO 639-2 tel
ISO 639-3 tel
Glottolog telu1262
Échantillon
ప్రతిపత్తిస్వత్వముల విషయమున మానవులెల్లరును జన్మతః స్వతంత్రులును సమానులును నగుదురు. వారు వివేదనాంతఃకkరణ సంపన్నులగుటచే పరస్పరము భ్రాతృభావముతో వర్తింపవలయును.

Télougou
Image illustrative de l’article Télougou
Zone d'influence de la langue télougoue
Membres
Afrique Afrique du Sud
Amérique Amérique du Nord
Asie Inde, Birmanie, en Malaisie, à Maurice, en Arabie saoudite, dans les émirats du Golfe
Europe Royaume-Uni et France
Océanie îles Fidji

Le télougou (తెలుగు (tĕlugu)) est une langue dravidienne du sud de l'Inde. Il est parlé dans les États d'Andhra Pradesh et du Telangana, où il a le statut de langue officielle, ainsi qu'à Yanaon (territoire de Pondichéry), dans l'arrière-pays tamoul, à l'est du Karnataka, au Maharashtra, en Orissa. Il existe une diaspora télougoue en Birmanie, en Malaisie, à Maurice, en Arabie saoudite, dans les émirats du Golfe, en Afrique du Sud, aux îles Fidji, en Amérique du Nord, au Royaume-Uni et en France. En 2011, en Inde, 81 127 740 personnes avaient le télougou comme langue maternelle dont 70 667 780 en Andhra Pradesh[1].

En 2008, le gouvernement indien donne au télougou la distinction de « langue classique »[2]. Seules six langues indiennes ont reçu cette distinction qui consiste à mettre en avant la richesse historique et culturelle d'une langue.

HistoireModifier

OriginesModifier

Le télougou s'est différencié des autres langues dravidiennes probablement lors de la période s'étendant de 1500 à 1000 av. J.-C. Cette période correspond également à la naissance de la langue tamoule en prenant comme référence l'activité littéraire[3]. Le télougou appartient à la sous-famille des langues dravidiennes du centre. Sont identifiées comme telles les langues originaires du « proto-dravidien » parlées dans la partie centrale du plateau du Deccan. D'autres langues rustiques très proches du télougou telles que le gondi, le konda, le koui et le kouvi font également partie de cette sous-famille.

La première grammaire du télougou, l’Andhra Shabda Chintamani, composée en sanskrit, est l'œuvre du poète Nannayya (XIe siècle). Ce traité reprend le plan d'exposition des grammaires plus anciennes de la langue sanskrite, l’Aṣṭādhyāyī et le Vālmīkivyākaranam, mais contrairement au grammairien Pāṇini, Nannayya a divisé son ouvrage en cinq chapitres, consacrés respectivement aux adjectifs (samjnā), à la prononciation (sandhi), aux déclinaisons (ajanta), à l'élision (virama) et aux verbes (kriya)[4].

ÉtymologieModifier

L'étymologie du mot télougou est sujette à débat.

  • Selon la version populaire, le mot provient de Trilinga, c'est-à-dire des trois lingas ou lieux de pèlerinage dédiés à Shiva à Srisaïlam, Drakasharamam et Kaleshwaram. Cette version est contestée par la communauté universitaire.
  • Selon K. L. Ranjanam, le mot dérive de talaing, qui étaient des chefs ayant conquis la région de l'Andhra Pradesh.
  • Selon M. R. Shastri, le terme viendrait de telunga, un amalgame du mot gondi telu signifiant « blanc » et de la mise au pluriel avec le suffixe -unga. La référence aux personnes ayant la peau claire.
  • Enfin, selon G. J. Somayaji, ten- se réfère à « sud » en proto-dravidien, et le mot proviendrait alors de tenungu signifiant « gens du sud ».

ÉcritureModifier

PhonologieModifier

Consonnes[5],[6]Modifier

Labiales Alvéolaires Rétroflexes Palatales Vélaires
Nasales courtes [m] m [n] n [ɳ] [ ɲ] ñ [ŋ]
longues [mː] మ్మ mm [nː] న్న nn
Plosives sourdes courtes [p] p [t] t [ʈ ] [ t͡ʃ ] c [k] k
longues [pː] ప్ప pp [tː] త్త tt [ʈː] ట్ట ṭṭ [ t͡ʃː] చ్చ cc [kː] క్క kk
aspirées [pʰ] ph [tʰ] th [ʈʰ] ṭh [ t͡ʃʰ] ch [kʰ] kh
voisées courtes [b] b [d] d [ɖ ] [ d͡ʒ] j [g] g
longues [bː] బ్బ bb [dː] ద్ద dd [ɖː] డ్డ ḍḍ [ d͡ʒː] జ్జ jj [ɡː] గ్గ gg
murmurées [bʱ] bh [dʱ] dh [ɖʱ] ḍh [ d͡ʒʱ] jh [ɡʱ] gh
Fricatives [s] s [ʂ] [ ʃ~ɕ] ś [ x] h
Spirantes courtes [ʋ] v [l] l [ɭ ] [ j] y
longues [lː] ల్ల ll [ɭː] ళ్ళ ḷḷ
Battues [ɾ] r
  • Les consonnes aspirées et murmurées se trouvent principalement dans des mots d'emprunt.
  • La consonne [ j] n'apparaît jamais en première position, sauf dans des mots d'emprunt.
  • Changer la longueur d'une consonne peut changer le sens d'un mot.

Voyelles[6]Modifier

Antérieures Postérieures
Fermées courtes [i] i [u] u
longues [iː] ī [uː] ū
Mi-fermées courtes [e] e [o] o
longues [eː] ē [oː] ō
Ouvertes courtes [a~ɐ] a
longues [aː~ɐː] ā
  • Le télougou a deux diphtongues : [ai] (ఐ ; ai) et [au] (ఔ ; au).

GrammaireModifier

En télougou, on distingue le karta (le cas nominatif ou le sujet), le karma (l'objet du verbe) et le kriya (l'action ou le verbe), qui suivent une séquence. Il existe aussi le vibhakthi (la préposition).

FlexionModifier

Le télougou est souvent considéré comme une langue agglutinante, où certaines syllabes sont ajoutées à la fin d'un substantif afin d'indiquer son cas grammatical.

Instrumental Ramounito రామునితో (తో, to)
Datif Ramouniki రామునికి (కి, ki ou కు, kou)
Ablatif Ramoudinounchi రాముడినించి (నించి, ninchi ou నుంచి, nounchi)
Génitif Ramouni రాముని (ని, ni)

Ces agglutinations s'appliquent généralement à tous les substantifs, au singulier et au pluriel.

ConjugaisonModifier

En télougou, la conjugaison prend en compte dans la flexion non seulement le temps mais aussi la négation et l'interrogation. Par exemple :

Déclaratif Interrogatif
Affirmatif Nakou téloussou
Je sais
Nakou téloussaa?
Est-ce que je sais ?
Négatif Nakou téliadou
Je ne sais pas
Nakou téliadaa?
Est-ce que je ne sais pas ?

NombresModifier

Le télougou utilise des chiffres de 0 à 9 et un système d'écriture décimale positionnelle. Pour les nombres supérieurs à 1 000, les décimales sont regroupées selon la numération indienne.

0-19Modifier

Les nombres de 0 à 19 ont des noms irréguliers. En voici la liste[7] :

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Chiffre télougou
Nom télougou పది ఒకటి రెండు మూడు నాలుగు ఐదు ఆరు ఏడు ఎనిమిది సున్న
ISO 15919 sunna okaṭi reṇḍu mūḍu nālugu ayidu āru ēḍu enimidi tommidi
10 11 12 13 14 15 16 17 18 19
Nombre télougou ౧౦ ౧౧ ౧౨ ౧౩ ౧౪ ౧౫ ౧౬ ౧౭ ౧౮ ౧౯
Nom télougou పది పదకొండు పన్నెండు పదమూడు పధ్నాలుగు పదునయిదు పదహారు పదిహేడు పధ్ధెనిమిది పందొమ్మిది
ISO 15919 padi padakoṇḍu panneṇḍu padamūḍu padhnālugu padunayidu padahāru padihēḍu padhdhenimidi paṅdommidi

20+Modifier

Au delà de 20, les nombres ont des noms réguliers. Entre 20 et 99 les noms sont formés par le nom de la dizaine suivi de celui de l'unité. Voici un tableau présentant quelques nombres télougous[7].

20 21 22 23 24 25 26 27
Chiffre télougou ౨౦ ౨౧ ౨౨ ౨౩ ౨౪ ౨౫ ౨౬ ౨౭
Nom télougou ఇరవై ఇరవై ఒకటి ఇరవై రెండు ఇరవై మూడు ఇరవై నాలుగు ఇరవై అయిదు ఇరవై ఆరు ఇరవై ఏడు
ISO 15919 iravai iravai okaṭi iravai reṇḍu iravai mūḍu iravai nālugu iravai ayidu iravai āru iravai ēḍu
28 29 30 31 40 50 60 70
Chiffre télougou ౨౮ ౨౯ ౩౦ ౩౧ ౪౦ ౫౦ ౬౦ ౭౦
Nom télougou ఇరవై ఎనిమిది ఇరవై తొమ్మిది ముప్పై ముప్పై ఒకటి నలభై యాభై అరవై డెబ్బై
ISO 15919 iravai enimidi iravai tommidi muppai muppai okaṭi nalabhai yābhai aravai ḍebbai
80 90 100 1 000 10 000 100 000 1 000 000 10 000 000
Nombre télougou ౮౦ ౯౦ ౧౦౦ ౧,౦౦౦ ౧౦,౦౦౦ ౧,౦౦,౦౦౦ ౧౦,౦౦,౦౦౦ ౧,౦౦,౦౦,౦౦౦
Nom télougou ఎనభై తొంభై వంద వెయ్యి పది వేలు[8] లక్ష పది లక్షల కోటి
ISO 15919 enabhai tombhai vanda veyyi padi vēlu lakṣa padi lakṣala kōṭi

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Census of India Website : Office of the Registrar General & Census Commissioner, India », sur www.censusindia.gov.in (consulté le 15 décembre 2019).
  2. (en) Ministère du Tourisme et de la Culture (Inde), « Declaration of Telugu and Kannada as classical languages », sur Press Information Bureau, (consulté le 15 décembre 2019).
  3. D'après le linguiste M. S. Andronov, voir www.teluguworld.org (en).
  4. Padmapriya Gopavaram et Subrahmanyam, Korada, A Comparative Study Of Andhrasabdachintamani And Balavyakaranam, Hyderabad, Université de Hyderabad, , « 1 ».
  5. Krishnamurti (1998), "Telugu". In Steever (ed.), The Dravidian Languages. Routledge. pp. 202–240, 260
  6. a et b Peri Bhaskararao et Arpita Ray, « Illustrations of the IPA - Telugu », Journal of the International Phonetic Association, vol. 47 (2),‎ , p. 231–241
  7. a et b (en) Alexis Ulrich, « Telugu numbers », sur Of Languages and Numbers (consulté le 14 décembre 2019).
  8. (en) « How to say thousand in Telugu », sur WordHippo (consulté le 14 décembre 2019).

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier